Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 24 septembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015-09-24

La Chine et l'Union européenne (UE) ont convenu d'organiser le 5e dialogue économique et commercial de haut niveau Chine-UE le 28 septembre à Beijing. Le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Ma Kai et le Vice-Président de la Commission européenne Jyrki Katainen coprésideront le dialogue. Les deux parties se pencheront notamment sur la mise en œuvre des consensus économiques et commerciaux dégagés lors du 17e Sommet Chine-UE et le renforcement de la coopération sino-européenne en matière d'investissement.

Q : Selon des médias, une source d'information japonaise a fait savoir le 23 septembre dernier que le Président du Conseil général du Parti libéral démocrate du Japon Toshihiro Nikai viendra en visite en Chine dans la dernière décade du mois d'octobre pour promouvoir davantage l'amélioration des relations entre les deux pays. Pourriez-vous le confirmer et présenter plus de détails ?

R : Le gouvernement chinois soutient depuis toujours les échanges amicaux et la coopération entre les différents milieux de la Chine et du Japon. En mai dernier, le Président du Conseil général du Parti libéral démocrate du Japon Toshihiro Nikai a conduit une délégation de plus de 3 000 personnes en Chine et participé à la conférence sur les échanges amicaux sino-japonais où les personnalités des différents milieux des deux pays ont avancé ensemble l'Initiative des échanges amicaux sino-japonais, en vue de renforcer la connaissance et l'amitié entre les deux pays. Monsieur Toshihiro Nikai est bienvenu pour continuer à jouer un rôle positif dans la promotion des échanges sino-japonais et l'amélioration des relations entre les deux pays.

Q : La récente visite en Chine du Chancelier de l'Échiquier du Royaume-Uni George Osborne a enregistré une série de résultats positifs. Cependant, George Osborne lui-même est décrié par certaines personnes à cause de ses propos amicaux envers la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le Premier Secrétaire d'État et Chancelier de l'Échiquier du Royaume-Uni George Osborne est récemment venu en Chine pour coprésider ensemble avec le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Ma Kai la 7e session du dialogue économique et financier sino-britannique lors de laquelle 53 acquis ont été réalisés. Les deux parties ont convenu de faire progresser leur coopération sur les projets structurants tels que l'énergie nucléaire et le train à grande vitesse, et sont parvenues à des consensus importants sur l'approfondissement de leur coopération financière et la promotion des négociations relatives à l'accord d'investissement Chine-UE.

La Chine et le Royaume-Uni sont deux importants pays dotés d'une influence mondiale. Dans un contexte marqué par une reprise lente de l'économie mondiale à l'heure actuelle, approfondir davantage la coopération amicale mutuellement avantageuse dans tous les domaines entre la Chine et le Royaume-Uni non seulement apportera des bénéfices aux deux pays et aux deux peuples, mais aussi revêtira une signification positive pour promouvoir la reprise de l'économie mondiale.

Aujourd'hui, les relations sino-britannique connaissent un bon élan de développement. La partie chinoise entend approfondir davantage la coopération pragmatique et partager les opportunités de développement avec la partie britannique pour faire accéder les relations bilatérales sans cesse à de nouveaux paliers, favoriser le développement respectif des deux pays et apporter une nouvelle contribution à la prospérité et à la stabilité du monde.

Q : Selon des sources d'information, les États-Unis ont procédé au rapatriement forcé en Chine d'un autre suspect de corruption Kuang Wanfang. Pourriez-vous le confirmer? Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Sous la coordination du Bureau chargé de la poursuite à l'étranger des fugitifs et du recouvrement des biens mal acquis relevant du Groupe de coordination central de la lutte anticorruption et grâce à la coopération étroite entre les départements chinois chargés de la justice, de l'application de la loi et des affaires étrangères et la partie américaine, Kuang Wanfang, suspectée de corruption et en fuite aux États-Unis pendant 14 ans, a été rapatriée en Chine le 24 septembre. C'est une autre opération majeure dans le cadre de la coopération sino-américaine en matière judiciaire et de l'application de la loi pour lutter contre la corruption, après celle du rapatriement forcé du suspect de corruption Yang Jinjun le 18 septembre.

La Chine entend mener activement la coopération en matière de lutte contre la corruption avec la communauté internationale et souhaite bénéficier du soutien et de la coordination des États-Unis dans ce domaine pour que les corrompus n'aient nulle part où se cacher à l'étranger.

Q : Ces derniers jours, les États-Unis ont rapatrié successivement en Chine deux suspects de corruption. Est-ce que la Chine et les États-Unis mèneront de nouvelles coopérations en matière de remise des criminels ? L'actuel mécanisme de coopération sino-américain comprend-il le rapatriement en Chine par les États-Unis des immigrants clandestins de nationalité chinoise ?

R : Récemment, la Chine et les États-Unis ont renforcé leur coopération en matière judiciaire et de l'application de la loi concernant la lutte anticorruption et les deux parties mènent également depuis toujours leur coopération dans les domaines concernés à travers le groupe de liaison conjoint sino-américain pour la coopération en matière d'application de la loi (JLG). Nous espérons que les deux parties pourront renforcer davantage leur interaction et explorer de nouveaux canaux efficaces de toutes sortes pour rapatrier les suspects de corruption chinois en fuite aux États-Unis.

Sur la question des immigrants clandestins, la Chine entretient depuis toujours la coopération avec les différents pays, y compris les États-Unis, en vue de lutter contre ces agissements compromettant l'ordre normal international de sortir et d'entrer dans un pays.

Q : Le PDG de Volkswagen a annoncé sa démission du fait que le récent scandale de la fraude aux tests anti-polluants des modèles diesel s'est amplifié. La Chine envisage-t-elle de mener des enquêtes sur les usines de Volkswagen en Chine ?

R : Nous avons pris note des informations concernées. Les droits et intérêts des consommateurs chinois doivent être effectivement protégés.

Q : La CCTV, le Quotidien du Peuple et d'autres médias principaux ont réalisé une série de vidéos présentant les opinions des étudiants étrangers en Chine sur le récent défilé militaire du 3 septembre, la visite du Président Xi Jinping aux États-Unis et d'autres événements majeurs. Pourquoi faut-il faire connaître à la population chinoise les opinions des étudiants étrangers ?

R: Dans son discours prononcé à Seattle le 23 septembre, le Président Xi Jinping a indiqué que l'amitié sino-américaine trouve racine dans les peuples, que son avenir repose sur les jeunes et que la Chine créera plus de conditions favorables aux échanges amicaux entre les deux peuples. Le fait que les étudiants américains se prononcent sur les sujets qui les intéressent tels que le développement de la Chine et les relations sino-américaines montre leur enthousiasme pour approfondir leur connaissance sur la Chine ainsi que pour renforcer l'amitié et la confiance mutuelle entre les deux pays. Nous devons les encourager.

Q : Durant les conférences de l'ONU qui se tiendront bientôt, les différents pays discuteront d'un document cadre sur la réforme du Conseil de Sécurité. Le bruit court que la Chine s'y oppose. Quelle est la position de la Chine sur le document concerné ?

R : Se référant aux pratiques du passé, la 69e session de l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé de reporter techniquement les négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de Sécurité à la prochaine session. Nous avons déjà présenté notre position là-dessus. La Chine est d'avis que sur les questions concernées, la nouvelle session de l'Assemblée générale doit préserver le principe fondamental des négociations selon lequel les négociations intergouvernementales doivent être conduites par les États membres et sur la base de leurs positions et propositions.

Suggest To A Friend
  Print