Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 30 septembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015-09-30

Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Relations extérieures et de la Mobilité humaine de la République de l'Équateur Ricardo Armando Patino Aroca effectuera une visite officielle en Chine les 7 et 8 octobre.

Sur l'invitation du Vice-Ministre des Affaires étrangères Zhang Yesui, le Secrétaire d'État adjoint des États-Unis Antony Blinken se rendra en visite en Chine du 8 au 10 octobre.

Récemment, le Président Xi Jinping a effectué aux États-Unis une visite d'État réussie qui jalonne les annales des relations sino-américaines. Cette visite a permis à la Chine et aux États-Unis de confirmer davantage le cap de la construction d'un nouveau modèle de relations entre grands pays, d'élever le niveau de leur confiance stratégique mutuelle, d'élargir leur coopération mutuellement avantageuse et de promouvoir l'amitié entre les peuples chinois et américain. Nous entendons travailler avec la partie américaine en vue de nouveaux progrès plus importants dans la construction entre les deux pays d'un nouveau modèle de relations entre grands pays.

Q : Ces derniers temps, la Russie, les États-Unis et le Secrétaire général des Nations Unies ont fait part de leurs avis et propositions sur le règlement de la question syrienne. Quelle est la position actuelle de la Chine sur la résolution de ce dossier ?

R : Nous avons pris note des propositions récemment avancées par les différentes parties sur le règlement de la question syrienne. La Chine est ouverte à toute proposition favorable au règlement politique de ce dossier.

La Chine s'en tient depuis toujours au règlement politique de la question syrienne et a proposé des pistes de réflexion à cet égard. Nous estimons que le règlement de ce dossier doit s'attacher aux cinq principes suivants : Premièrement, la question syrienne doit être résolue par voie politique. La solution militaire n'aboutira pas, et les différentes parties ont à exprimer leurs revendications à travers des dialogues et négociations. Deuxièmement, l'avenir de la Syrie doit être décidé en toute indépendance par les Syriens. Le processus de transition politique doit être conduit par le peuple syrien, et l'avenir de la Syrie ne peut être décidé que par les Syriens en toute indépendance. Troisièmement, il faut faire avancer le processus politique inclusif et lancer rapidement un dialogue politique inclusif, ouvert et mené sur un pied d'égalité. Quatrièmement, la réconciliation et l'unité nationales doivent être réalisées en Syrie. Il faut lancer un dialogue pour la réconciliation nationale pour préserver l'unité nationale en Syrie. Cinquièmement, des aides humanitaires doivent être fournies en Syrie et dans les pays voisins. Il faut continuer à accroître les aides humanitaires accordées aux Syriens et aux pays voisins. À tout cela s'ajoute l'importance de tenir compte de la situation anti-terroriste en Syrie dans la recherche d'une solution pour la question syrienne.

Afin de favoriser effectivement un règlement adéquat de la question syrienne, il est impératif de trouver une « voie médiane » correspondant aux réalités nationales syriennes et tenant compte des intérêts de toutes les parties. La Chine continuera à travailler avec la communauté internationale dans ce sens.

Q : L'Indonésie a affirmé que le premier projet de TGV sur son territoire sera réalisé par la Chine. Comment ce projet sera-t-il financé ? Selon la partie indonésienne, la partie chinoise n'a pas demandé la garantie du gouvernement indonésien pour les prêts. Quelle en est la raison ?

R : La Chine possède de riches expériences en ce qui concerne la construction et l'exploitation du TGV, ainsi que des avantages notables en matière de mode de coopération, d'accès au financement, de transfert de technologies et de durée de travaux. Le gouvernement chinois soutient les efforts des entreprises chinoises performantes pour développer des coopérations actives et fructueuses avec l'Indonésie.

La Chine et l'Indonésie sont deux pays en développement. Elles ont de larges perspectives de développement et partagent de grandes opportunités de coopération. Nous entendons œuvrer avec la partie indonésienne pour approfondir activement la coopération pragmatique en matière d'infrastructures et de capacités de production industrielle en vue de promouvoir les avantages mutuels entre les deux pays au plus grand bénéfice de leurs peuples.

Q : Selon des sources d'information, la partie chinoise a arrêté deux Japonais soupçonnés d'espionnage. Pourriez-vous nous en présenter des informations ?

R : Les autorités chinoises compétentes ont arrêté conformément à la loi deux personnes de nationalité japonaise soupçonnées d'avoir mené des activités d'espionnage en Chine, et ont déjà communiqué les informations concernées à la partie japonaise.

Q : L'administration américaine a affirmé que son personnel en Chine craignait d'être attaqué par des hackers chinois. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Le gouvernement chinois s'oppose fermement aux cyberattaques sous toutes leurs formes et les combat en vertu de la loi. Tous les deux grands pays d'Internet, la Chine et les États-Unis partagent de larges intérêts communs et font face à des défis communs dans le domaine de la cybersécurité. Lors de la visite aux États-Unis du Président Xi Jinping, les deux parties ont eu des échanges approfondis sur la question de la cybersécurité et sont parvenues à d'importants consensus. Elles ont à mettre en œuvre activement les consensus dégagés par les deux Chefs d'État pour promouvoir un développement sain et régulier des relations sino-américaines.

Suggest To A Friend
  Print