Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 13 novembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015-11-13

Sur l'invitation de M. Dato' Sri Najib, Premier Ministre de la Malaisie, pays assumant la présidence tournante de l'ASEAN, le Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang sera en déplacement en Malaisie du 20 au 23 novembre pour participer au 18e Sommet Chine-ASEAN (10+1), au 18e Sommet ASEAN-Chine-Japon-République de Corée (10+3) et au 10e Sommet de l'Asie de l'Est à Kuala Lumpur et effectuer une visite officielle dans le pays.

Comme convenu entre la Chine et les États-Unis, la 26e session de la Commission conjointe sino-américaine sur le commerce se tiendra à Guangzhou du 21 au 23 novembre. La réunion sera coprésidée, côté chinois, par le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Wang Yang, et côté américain, par la Secrétaire au Commerce Penny Pritzker et le Représentant au Commerce Michael Froman. Le Secrétaire américain à l'Agriculture Tom Vilsack y sera présent. Les deux parties auront des échanges de vues approfondis sur les grands sujets économiques et commerciaux et exploreront des moyens d'élargissement de la coopération mutuellement avantageuse afin de mieux mettre en œuvre les résultats obtenus dans les domaines économique et commercial lors de la visite aux États-Unis du Président Xi Jinping.

Q : Deux bombardiers B-52 envoyés par le Pentagone ont survolé le 8 novembre les îles Nansha revendiquées par la Chine, sans entrer dans la zone des 12 milles marins autour des îles et atolls concernés. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Prendrez-vous des mesures pour y répondre ?

R : Nous en sommes au courant. Je tiens à réitérer que la Chine respecte la liberté de navigation et de survol dont jouissent tous les pays en Mer de Chine méridionale conformément au droit international, mais qu'elle s'oppose fermement à ce que tout pays viole le droit international et nuise à la souveraineté et aux intérêts sécuritaires de la Chine sous prétexte de liberté de navigation et de survol.

Q : Le Premier Ministre Li Keqiang participera aux Sommets sur la coopération en Asie de l'Est et effectuera une visite en Malaisie. Quelles en sont vos attentes ? Comment voyez-vous l'état actuel de la coopération en Asie de l'Est et des relations sino-malaisiennes ?

R : Actuellement, l'Asie de l'Est connaît une stabilité générale, un développement économique régulier et des progrès constants dans la coopération régionale. Pourtant, l'économie des pays de la région est toujours exposée à des pressions de restructuration et celles venant de l'extérieur. La présence du Premier Ministre Li Keqiang aux Sommets sur la coopération en Asie de l'Est est importante pour l'approfondissement des relations Chine-ASEAN et la promotion de la coopération régionale. Nous espérons que ces Sommets pourront se focaliser davantage sur la coopération régionale pour le développement, promouvoir la croissance économique et la stabilité financière dans la région, réaliser une plus grande convergence sur la coopération régionale en matière d'économie, de finance, de capacités de production industrielle, de zone de libre-échange, d'interconnectivité et de sécurité non traditionnelle, et faire accéder ainsi la coopération en Asie de l'Est à un nouveau palier. D'ici la fin de l'année, sera annoncé le parachèvement de la construction de la communauté de l'ASEAN. Et 2016 marquera le 25e anniversaire des relations de dialogue entre la Chine et l'ASEAN. Nous souhaitons faire de ces sommets une opportunité pour bien planifier les prochaines étapes des relations Chine-ASEAN, promouvoir ensemble la construction de la Route de la Soie maritime du 21e siècle, bien mettre en œuvre le « cadre de coopération 2+7 », renforcer la coopération pragmatique sur tous les plans et rehausser sans cesse les relations Chine-ASEAN en vue d'une communauté de destin plus étroite entre les deux parties.

La Malaisie est un voisin ami de la Chine et un membre important de l'ASEAN. La Chine attache depuis toujours une haute importance au développement des relations de bon voisinage, d'amitié et de coopération avec la Malaisie. Ces dernières années, les relations sino-malaisiennes ont maintenu un développement sain, régulier et rapide, marqué par des échanges de visites fréquents de haut niveau et une coopération fructueuse dans les domaines économique, commercial, financier, scientifique, éducatif, socio-culturel et des investissements. Ce sera la première visite en Malaisie du Premier Ministre Li Keqiang depuis sa prise de fonction. À cette occasion, il s'entretiendra avec son homologue Dato' Sri Najib pour échanger des vues sur les relations bilatérales et les questions d'intérêt commun, et rencontrera des personnalités malaisiennes de différents milieux en vue d'approfondir l'amitié entre les deux pays. Cette visite permettra, nous en sommes convaincus, d'accroître davantage la confiance stratégique mutuelle entre les deux parties, de rehausser sur tous les plans leur coopération pragmatique multisectorielle et de porter à un nouveau palier le partenariat global stratégique sino-malaisien.

Q : La 2e réunion des Ministres des Affaires étrangères sur la question syrienne aura lieu le 14 novembre à Vienne. Qui y représentera la Chine ? Quelles seront ses nouvelles propositions ? Qu'est-ce qu'elle attend de cette réunion?

R : Nous accordons une grande importance à la 2e réunion des Ministres des Affaires étrangères sur la question syrienne à Vienne. Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Li Baodong y participera au nom du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi.

Depuis l'éclatement de la crise syrienne, la Chine a avancé successivement la « proposition en six points », l'« initiative en quatre points », les « cinq principes » et l'« approche en quatre étapes », dont l'idée essentielle est de pousser les différentes parties à travailler dans le même sens sous la médiation des Nations Unies pour trouver une solution adaptée aux réalités syriennes.

Nous espérons que les différentes parties pourront, sur la base de la dernière réunion des Ministres des Affaires étrangères, faire preuve de davantage de volonté politique, de flexibilité, de compréhension et de concession mutuelles, accroître la convergence de vues, aplanir les désaccords et engager des discussions approfondies sur les questions importantes telles que les arrangements pour une solution politique, la coordination des actions antiterroristes, l'identification des terroristes et le renforcement des aides humanitaires, de sorte à contribuer à un règlement rapide de la crise syrienne et mettre au plus tôt le peuple syrien à l'abri de la terreur et de l'instabilité.

Q : Selon des sources d'information, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe envisage de soulever la question des activités de construction menées par la Chine sur des îles et atolls en Mer de Chine méridionale à l'occasion du Sommet du G20, de la Réunion des dirigeants des économies de l'APEC et des Sommets sur la coopération en Asie de l'Est. Le Secrétaire général du gouvernement japonais Yoshihide Suga a affirmé que la question de la Mer de Chine méridionale concernait directement la paix et la stabilité régionales et constituait une préoccupation commune de la communauté internationale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Les activités de construction menées par la Chine sur certains îles et atolls des îles Nansha relèvent totalement de la souveraineté chinoise. Elles ne visent, ni n'affectent aucun pays, et sont donc irréprochables.

Le Japon n'est pas un pays concerné par la question de la Mer de Chine méridionale. Dans l'histoire, les îles Nansha avaient été occupées par le Japon, et récupérées après la guerre par le gouvernement chinois. Lors de la normalisation des relations sino-japonaises dans les années 1970, le Japon s'est engagé à respecter les dispositions pertinentes de la Déclaration de Potsdam. Le Japon n'a pas le droit de faire des commentaires irresponsables sur la question de la souveraineté des îles Nansha.

Nous exhortons les pays concernés en dehors de la région à faire preuve de prudence dans leurs paroles comme dans leurs actes et à respecter les efforts des pays de la région visant à préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Q : Le gouvernement japonais a affirmé qu'un navire militaire chinois avait été repéré hier dans les eaux près des Diaoyu Dao, et qu'il ne semblait pas un passage quelconque, mais un passage intentionné. Quels sont vos commentaires à cet égard ? Selon le Secrétaire général du gouvernement japonais, le Premier Ministre Shinzo Abe n'a pas prévu d'entretien avec les dirigeants chinois lors du Sommet du G20 et de la Réunion des dirigeants des économies de l'APEC. Qu'en pensez-vous ?

R : Pour répondre à votre première question, la position de la Chine sur la question des Diaoyu Dao est claire et constante. L'activité normale que mène le navire militaire chinois dans les eaux concernées est parfaitement conforme au droit international et irréprochable.

S'agissant de votre deuxième question, je n'ai aucune information à vous communiquer pour le moment.

Q : Selon des sources, la Conseillère à la Sécurité nationale des États-Unis Susan Rice a affirmé le 12 novembre que la Mer de Chine méridionale serait un sujet central pour le Président Barack Obama lors du Sommet de l'Asie de l'Est, du Sommet États-Unis-ASEAN et des activités bilatérales. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le Sommet de l'Asie de l'Est et les réunions concernées sont des plates-formes importantes dédiées à la coopération et au développement de la région, mais pas des enceintes pertinentes pour discuter de la question de la Mer de Chine méridionale. Les pays concernés doivent respecter les efforts déployés par la Chine et les pays de l'ASEAN visant à préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale, rester fidèles à leurs engagements de ne pas prendre position sur les questions relatives aux différends territoriaux, faire preuve de prudence, s'abstenir de faire le tapage sur cette question et la tension régionale, se garder de prendre des mesures susceptibles d'entraîner l'escalade et des complications de la situation, et éviter d'émettre des messages erronés pouvant inciter certains pays à plus de provocations au détriment de la paix et de la stabilité régionales.

Q : La Ligue nationale pour la démocratie dirigée par Mme Aung San Suu Kyi a remporté avec une majorité écrasante les élections législatives au Myanmar. Est-ce que la partie chinoise l'a félicitée à cet égard ? Quelles sont vos attentes de la coopération avec le nouveau gouvernement du Myanmar ?

R : Nous avons pris note des informations concernées. En tant que pays voisin ami, la Chine souhaite sincèrement voir le Myanmar réaliser la stabilité politique, l'harmonie interethnique et le développement économique, et les différents partis travailler dans l'unité pour mieux construire et développer leur pays. Nous continuerons à apporter soutien et aides au Myanmar, à développer les relations d'amitié traditionnelle avec lui, à approfondir la coopération mutuellement avantageuse dans tous les domaines et à promouvoir un développement continu et approfondi du partenariat de coopération global stratégique entre la Chine et le Myanmar.

Suggest To A Friend
  Print