Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 23 novembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015-11-23

Q : Les réunions des dirigeants de l'Asie de l'Est se sont clôturées. Le Premier Ministre Li Keqiang a participé au Sommet ASEAN-Chine, au Sommet ASEAN-Chine-Japon-République de Corée et au Sommet de l'Asie de l'Est, et les déclarations présidentielles concernées ont déjà été publiées. Que pensez-vous de ces déclarations et des paragraphes consacrés à la question de la Mer de Chine méridionale ?

R : Selon l'usage, la Malaisie, pays hôte des réunions des dirigeants de l'Asie de l'Est pour l'année 2015, a publié par elle-même des déclarations présidentielles sur la base des résultats des discussions. D'un point de vue général, ces déclarations sont d'un ton positif. Elles ont reflété la volonté politique des différents pays de renforcer la coopération régionale et de relever ensemble les défis, et planifié la coopération ultérieure dans différents domaines. S'agissant de la question de la Mer de Chine méridionale, les déclarations ont réitéré le consensus des participants aux Sommets, celui de travailler ensemble pour préserver la paix, la sécurité et la stabilité en Mer de Chine méridionale, mettre en œuvre de manière intégrale et effective la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale (DOC), et faire avancer activement les consultations sur un « code de conduite en Mer de Chine méridionale (COC) ».

Nous préconisons l'approche « à double voie » pour régler adéquatement la question de la Mer de Chine méridionale, à savoir, les différends doivent être réglés par les pays souverains concernés à travers des négociations et consultations, et la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale doivent être préservées conjointement par la Chine et les pays de l'ASEAN. Les différentes parties doivent, à la lumière de l'esprit de la DOC, laisser les pays souverains directement concernés régler pacifiquement les différends territoriaux et juridictionnels par des consultations et négociations amicales. La Chine entend œuvrer inlassablement avec les différentes parties à la préservation de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale et au développement partagé et à la prospérité commune des pays de la région.

Q : Selon des sources d'informations, il y a eu récemment plusieurs incidents à l'étranger qui ont touché des ressortissants chinois et en ont fait des morts et des blessés. Quelles mesures prendrez-vous à la prochaine étape pour assurer la sécurité des ressortissants et établissements chinois à l'étranger ?

R : Le gouvernement chinois accorde une haute importance à la sécurité des ressortissants et établissements chinois à l'étranger et y a consacré de grands efforts. Nous allons multiplier les moyens humains, financiers et matériels, renforcer les mécanismes d'alerte, accroître sans cesse nos capacités de réponse aux urgences et développer activement la coopération internationale pour continuer à préserver, avec le maximum d'efforts, la sécurité et les droits et intérêts légitimes des ressortissants et établissements chinois à l'étranger.

Q : Lors du Sommet de l'Asie de l'Est de cette année, certains pays ont parlé d'une « militarisation » de la Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine poursuit fermement la politique de défense nationale à caractère défensif. Elle s'oppose aux actions militarisées d'un pays quelconque qui compromettraient la sécurité, la stabilité et la confiance mutuelle en Mer de Chine méridionale, et elle ne cherche pas la « militarisation » de cette zone. Il est infondé de prendre les travaux de construction sur des îles et atolls des îles Nansha pour une « militarisation ». La préservation de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale doit être l'objectif commun de tous les pays concernés. Et les pays régionaux et hors région doivent aussi y joindre leurs efforts pour éviter la « militarisation » de la Mer de Chine méridionale.

Q : La Haute Représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini a fait savoir le 22 novembre que les ministres des affaires étrangères des Six et de l'Iran avaient signé un « document officiel » sur la reconfiguration du réacteur à eau lourde d'Arak. Le 21 novembre, le porte-parole de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran avait fait la même annonce. Qu'est-ce que la conclusion du « document officiel » signifie pour la reconfiguration du réacteur d'Arak et l'application de l'accord global ? Quel rôle la Chine a-t-elle joué à cet égard ?

R : Conformément à l'accord global sur la question nucléaire iranienne et aux consensus de toutes les parties, l'Iran et les Six doivent conclure un « document officiel » pour préciser les responsabilités de chaque partie dans la reconfiguration du réacteur à eau lourde d'Arak. Il s'agit d'une condition nécessaire à l'application de l'accord global, et au lancement effectif de la reconfiguration du réacteur d'Arak.

Nous nous réjouissons de la signature du « document officiel » par les ministres des affaires étrangères des Six et de l'Iran, laquelle symbolise l'entrée en vigueur officielle du document et constitue le préalable et la base pour le lancement effectif de la reconfiguration du réacteur d'Arak. À la prochaine étape, les différentes parties doivent travailler d'arrache-pied pour faire avancer effectivement la reconfiguration du réacteur toujours en stricte conformité avec l'accord global et les consensus pertinents.

En tant que coprésident du groupe de travail des Six pour la reconfiguration du réacteur à eau lourde d'Arak, la Chine a joué un rôle constructif pour la conclusion avant terme du « document officiel ». Nous continuerons à travailler ensemble avec les autres parties pour faire avancer le processus de la reconfiguration du réacteur et contribuer activement à la mise en œuvre sans à-coup de l'accord global.

Q : Quels sont vos commentaires sur l'élection de M. Mauricio Macri comme le nouveau Président argentin ? Deuxième question : Des ressortissants chinois ont été victimes des attentats en Syrie et au Mali. Dans un tel contexte, est-ce que la Chine, qui avait déjà envoyé des Casques bleus au Mali en 2013, enverra davantage de militaires en Afrique et au Moyen-Orient dans le cadre des Nations Unies ?

R : S'agissant de votre première question, nous félicitons M. Mauricio Macri pour son élection à la Présidence de l'Argentine, et souhaitons au peuple argentin de nouveaux succès dans la construction du pays.

L'Argentine est un grand pays de l'Amérique latine et un marché émergent important. Ces dernières années, le partenariat stratégique global sino-argentin a connu un bon développement. La Chine continuera à accorder une grande importance au développement de ses relations avec l'Argentine dans des perspectives stratégiques et travaillera ensemble avec la partie argentine pour approfondir la confiance politique réciproque, renforcer la coopération amicale mutuellement avantageuse et réaliser le développement partagé au plus grand bénéfice des deux peuples.

Concernant votre deuxième question, comme je l'ai dit tout à l'heure, dans le contexte actuel où la situation anti-terroriste tend à se détériorer, il est d'une grande urgence d'assurer la sécurité des citoyens chinois toujours plus nombreux à travailler, à étudier et à voyager à l'étranger. Le gouvernement chinois est toujours fidèle au concept de la « primauté de l'homme ». En plus des mesures que j'ai évoquées tout à l'heure, nous allons, en fonction de l'évolution de la situation, étudier activement et prendre effectivement des mesures efficaces pour renforcer davantage les actions en faveur de la sécurité des ressortissants et établissement chinois à l'étranger afin de garantir leur sécurité et leurs droits et intérêts légitimes.

Ces dernières années, la Chine a beaucoup travaillé pour aider les pays africains à renforcer leurs capacités de maintien de la paix et de la sécurité. Et de nouvelles mesures y relatives ont été annoncées par le Président Xi Jinping lors de l'Assemblée générale des Nations Unies, y compris l'octroi dans les cinq ans à venir d'une aide militaire sans contrepartie d'un montant total de 100 millions de dollars américains à l'UA pour appuyer la construction de la Force permanente africaine et la Capacité africaine de réaction rapide aux crises. Nous entendons travailler ensemble avec l'Afrique pour préserver la paix et assurer la sécurité des citoyens et établissements chinois.

Q : La Chine a exprimé sa volonté de coopérer davantage avec la communauté internationale pour lutter ensemble contre le terrorisme. Quelles sont les mesures concrètes qui seront prises à cet effet ?

R : Le terrorisme est un fléau de la société humaine. Il revient à la communauté internationale d'y apporter une réponse. La Chine est un acteur important dans la lutte internationale contre le terrorisme. Nous nous opposons au terrorisme sous toutes ses formes et soutenons les actions prises par la communauté internationale contre le terrorisme. Nous appelons une meilleure coordination des parties concernées en vue de former une synergie anti-terroriste sous l'égide des Nations Unies. La communauté internationale doit mettre en œuvre les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et renforcer la coopération à l'encontre de la circulation transfrontalière des terroristes, du financement secret pour le terrorisme et du cyberterrorisme. La Chine entend travailler ensemble avec les autres pays pour combattre le terrorisme et préserver la paix et la tranquillité dans le monde.

Q : Le Ministre indien des Affaires intérieures Rajnath Singh a rencontré le Premier Ministre Li Keqiang lors de sa récente visite en Chine. Les deux parties ont publié une déclaration conjointe sur la lutte contre le terrorisme. Pourriez-vous nous en donner des informations ? Quelles sont les actions que prendront la Chine et l'Inde dans la lutte anti-terroriste à l'échelle régionale et internationale ? Deuxième question, lors des réunions des dirigeants de l'Asie de l'Est, le Premier Ministre indien Narendra Modi a appelé à régler pacifiquement la question de la Mer de Chine méridionale et à parvenir rapidement à un « COC ». Comment y réagissez-vous ?

R : Concernant votre première question, la semaine dernière, le Ministre indien des Affaires intérieures Rajnath Singh, en visite en Chine, a rencontré le Premier Ministre Li Keqiang et s'est entretenu avec le Conseiller d'État et Ministre de la Sécurité publique Guo Shengkun. Le Premier Ministre Li Keqiang a indiqué que sur fond d'entremêlement des menaces sécuritaires traditionnelles et non traditionnelles, la situation anti-terroriste internationale tendait à se détériorer, et que dans le contexte actuel, le gouvernement chinois soutenait une coopération intensifiée entre les autorités chinoises et indiennes de l'application de la loi et la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale. Cette coopération contribuera au maintien de l'ordre public, au développement économique et à l'amélioration du bien-être social dans les deux pays, ainsi qu'à la paix et à la tranquillité dans le monde. Le Conseiller d'État Guo Shengkun a fait savoir que le Ministère chinois de la Sécurité publique entendait œuvrer ensemble avec le Ministère indien des Affaires intérieures, à la lumière de la planification stratégique des dirigeants des deux pays, pour faire avancer de façon pragmatique la coopération sécuritaire en matière d'application de la loi et notamment de lutte anti-terroriste, relever efficacement les défis communs, préserver la sécurité et la stabilité internationales et régionales, et créer un environnement propice au développement des relations sino-indiennes et à la coopération sécuritaire dans le domaine de l'application de la loi. Le Ministre Rajnath Singh a exprimé la volonté de la partie indienne de renforcer les mécanismes bilatéraux des échanges et coopérations sécuritaires en matière d'application de la loi contre le terrorisme et la criminalité transnationale, d'approfondir la coordination et la coopération multilatérales, et de préserver ensemble avec la Chine la sécurité et la stabilité dans les deux pays.

S'agissant de votre deuxième question, actuellement, la Chine et les pays de l'ASEAN travaillent ensemble pour mettre en œuvre la DOC dans tous les domaines, promouvoir les négociations sur le « COC » et préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Suggest To A Friend
  Print