Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 15 décembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015-12-15

Sur l’invitation de la partie thaïlandaise, le Conseiller d’État Wang Yong se rendra en Thaïlande du 16 au 20 décembre pour assister à la cérémonie de lancement du projet de coopération ferroviaire sino-thaïlandais et coprésider avec le Vice-Premier Ministre thaïlandais Somkid Jatusripitak la 4e Réunion de la Commission conjointe Chine-Thaïlande sur le commerce, les investissements et la coopération économique.

Durant son séjour en Thaïlande, le Conseiller d’État Wang Yong rencontrera le Premier Ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha, assistera, aux côtés du Vice-Premier Ministre thaïlandais Prajin Juntong, à la cérémonie de lancement du projet de coopération ferroviaire sino-thaïlandais et coprésidera avec le Vice-Premier Ministre thaïlandais Somkid Jatusripitak la 4e Réunion de la Commission conjointe Chine-Thaïlande sur le commerce, les investissements et la coopération économique. Nous sommes convaincus que cette visite donnera une nouvelle impulsion à la coopération pragmatique bilatérale dans le domaine du chemin de fer et dans différents secteurs du commerce et de l’économie et favorisera une plus grande progression du partenariat de coopération stratégique global Chine-Thaïlande.

Q : Selon le Commandant de la flotte américaine du Pacifique Scott Swift, les différends liés à la Mer de Chine méridionale entraîneraient une course aux armements dans la région concernée, car les pays de la région tentent de plus en plus de régler les différends territoriaux par la force et non par le recours au droit international. Il exhorte la Chine et d’autres pays à régler les différends par l’arbitrage. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine s’en tient fermement au règlement pacifique des différends par voie de négociations et de consultations avec les pays directement concernés. La Chine et les pays de l’ASEAN œuvrent depuis toujours à la paix et à la stabilité en Mer de Chine méridionale, et la situation de cette région est stable dans son ensemble. Certains pays exploitent délibérément les tensions dans la région pour semer le chaos et s’ingérer dans les affaires liées à la Mer de Chine méridionale. La Chine s’y oppose fermement.

Q : Selon BBC, un avion militaire australien aurait participé, fin novembre ou début décembre, à une opération de vols au nom de la préservation de la liberté de navigation en Mer de Chine méridionale. La Chine en a-t-elle été informée ? Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine a présenté à maintes reprises et de manière solennelle sa position sur ce sujet. Je voudrais réaffirmer que la liberté de navigation et de survol en Mer de Chine méridionale est bien préservée. Nous espérons que les autres pays, surtout les pays hors de la région, feront preuve de prudence en acte et en parole et se garderont de créer des troubles et de compliquer pour rien la situation en Mer de Chine méridionale.

Q : Fin novembre, des journalistes de BBC ont survolé par avion civil les alentours des quatre atolls en Mer de Chine méridionale sur lesquels la Chine menait des travaux de construction. À chaque fois, ils recevaient l’avertissement de la part de la Marine chinoise leur demandant de s’éloigner, alors qu’ils se trouvaient à plus de 12 milles marins des atolls concernés. Selon la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, la présence des îles artificielles n’ont pas d’incidence s’agissant des droits et intérêts territoriaux maritimes. Comment justifiez-vous que les travaux de construction menés par la Chine n’entravent pas la liberté de navigation en Mer de Chine méridionale ?

R : La Chine possède la souveraineté incontestable sur les îles Nansha. En jouissant de la liberté de navigation et de survol en Mer de Chine méridionale conformément au droit international, les pays concernés doivent respecter effectivement la souveraineté et la sécurité de la Chine.

Q : Selon des sources d’information du Congrès américain, les États-Unis envisagent d’autoriser avant la fin du mois la vente des frégates lance-missiles à Taiwan. La Chine a-t-elle lancé un avertissement aux États-Unis pour qu’ils renoncent à cette vente ?

R : La Chine s’oppose fermement à la vente d’armes par les États-Unis à Taiwan. Cette position est ferme, claire et constante. Je voudrais réaffirmer que la vente d’armes par les États-Unis à Taiwan viole les principes inscrits dans les trois communiqués conjoints sino-américains et surtout le Communiqué conjoint du 17 août 1982, constitue une ingérence dans les affaires intérieures de la Chine et porte atteinte au développement pacifique des relations inter-détroit et aux relations entre la Chine et les États-Unis. Nous exhortons instamment les États-Unis à prendre toute la mesure du caractère hautement sensible et grave de la vente d’arme à Taiwan, à honorer scrupuleusement leurs engagements, à cesser toute vente d’arme à Taiwan et à agir davantage dans l’intérêt général des relations sino-américaines et en faveur du développement pacifique des relations inter-détroit.

Suggest To A Friend
  Print