Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 25 décembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2015-12-25

Q : Le 23 décembre, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté le barème des quotes-parts couvrant la période 2016-2018 pour la répartition des contributions des États membres au budget ordinaire et au budget des opérations de maintien de la paix. Dans les trois ans à venir, la Chine contribuera à hauteur de 7,921% au budget ordinaire des Nations Unies, soit au troisième rang des États membres, et à hauteur de 10,2% au budget des opérations de maintien de la paix, soit le deuxième contributeur dans ce domaine. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Nous avons pris note de la résolution pertinente adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies. La Chine, membre fondateur de l'ONU et membre permanent du Conseil de Sécurité, préserve résolument l'ordre et le système internationaux centrés sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies, soutient de tout temps un rôle important des Nations Unies dans les affaires internationales et s'acquitte toujours ponctuellement, intégralement et inconditionnellement de sa part de contributions au budget ordinaire et au budget des opérations de maintien de la paix des Nations Unies selon le principe de la capacité de paiement défini par l'ONU.

Dans les trois ans à venir, les contributions financières de la Chine au budget de l'ONU et aux frais des opérations onusiennes de maintien de la paix augmenteront de manière relativement importante. C'est un résultat naturel avec l'accroissement du volume économique global de la Chine, deuxième économie du monde. Dans le même temps, la Chine demeure le plus grand pays en développement avec un faible revenu par habitant. Dans l'établissement du nouveau barème des quotes-parts pour le budget ordinaire, l'Assemblée générale a pris en compte le statut de la Chine comme pays en développement, évalué objectivement sa capacité de paiement et continué à faire bénéficier à la Chine et aux autres pays en dévelppement des traitements comme dégrèvement accordé aux pays à faible revenu par habitant, ce qui traduit le principe de la capacité de paiement préconisé depuis toujours par l'ONU.

En tant que grand pays responsable et membre permanent du Conseil de Sécurité, la Chine continuera à remplir les obligations financières qui incombent aux États membres des Nations Unies en s'acquittant intégralement et ponctuellement de ses contributions aux dépenses onusiennes et assumera, en matière de contributions aux frais des opérations de maintien de la paix, la responsabilité particulière propre aux membres permanents du Conseil de Sécurité pour soutenir un rôle plus important de l'ONU dans la préservation de la paix mondiale et la promotion du développement commun.

Q : Des médias disent que la femme japonaise mise en garde à vue pour des activités d'espionnage à Shanghai a été officiellement arrêtée et que le Japonais soupçonné d'espionnage et mis en résidence surveillée à Beijing a été placé en garde à vue. Veuillez le confirmer.

R : À ma connaissance, les départements chinois compétents gèrent les cas conformément à la loi. Nous avons communiqué à la partie japonaise les informations y relatives. Je n'ai pas d'autres détails à vous présenter.

Q : Hier, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères de la Syrie a été reçu en Chine, ce qui a attiré l'attention de la communauté internationale. Durant cette visite, quels résultats ont été obtenus sur la question syrienne ?

R : Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères de la Syrie Walid al-Moallem a effectué une visite officielle en Chine. Le Conseiller d'État Yang Jiechi l'a rencontré. Hier, le Ministre Wang Yi a eu un entretien avec lui, au cours duquel ils ont eu des discussions approfondies principalement sur le processus de règlement de la question syrienne.

Le résultat le plus important de cette visite est que pour la première fois, la partie syrienne a affirmé ouvertement qu'elle acceptait la résolution 2254 du Conseil de Sécurité et qu'elle voulait dialoguer avec l'opposition sous l'égide des Nations Unies. Elle a aussi indiqué explicitement sa volonté de promouvoir le cessez-le-feu et de coopérer avec la communauté internationale en faveur du secours et de l'aide humanitaires ainsi que son souhait de voir la communauté internationale prendre des mesures concrètes sur la reconstruction économique de la Syrie et garantir la mise en œuvre des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité portant sur la lutte contre le terrorisme.

À l'occasion de cette visite, la partie chinoise a présenté une nouvelle fois sa position de principe à la communauté internationale, soit celle de s'en tenir au règlement politique, au rôle prépondérant du peuple syrien dans le processus de règlement de la question syrienne et au rôle des Nations Unies comme canal principal. Nous entendons maintenir la communication, la coordination et la coopération avec les différentes parties et continuer à jouer un rôle constructif pour faire aboutir au plus tôt le règlement politique de la crise syrienne à des résultats substantiels.

Suggest To A Friend
  Print