Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 4 janvier tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016-01-04

Q : La partie chinoise a fait savoir qu'elle inviterait les représentants de l'opposition syrienne à visiter la Chine. Pourriez-vous nous en présenter les dernières informations ?

R : Sur l'invitation de l'Institut de Politique étrangère du Peuple chinois, le Président de la Coalition nationale syrienne Khaled Khoja visitera la Chine du 5 au 8 janvier. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi le rencontrera et travaillera à promouvoir la paix et la négociation en Syrie en vue d'une solution politique à la question syrienne.

Q : Premièrement, vu les tensions continues entre l'Iran et l'Arabie Saoudite, comment la Chine traitera-t-elle ses relations avec ces deux grands exportateurs de pétrole ? Deuxièmement, concernant la question syrienne, pensez-vous que la clé à la question réside dans la cessation des opérations militaires menées par la Russie et l'Iran en Syrie ?

R : Concernant votre première question, nous suivons de très près l'évolution de la situation et nous sommes inquiets de l'exacerbation éventuelle des tensions régionales par les derniers événements. Nous espérons que les parties concernées pourront renforcer la communication et créer une synergie sur la lutte contre le terrorisme. Nous estimons que la sécurité et la dignité du personnel et des missions diplomatiques doivent être garanties. Nous espérons que les parties concernées pourront garder le sang-froid et la retenue, régler adéquatement leurs différends par le dialogue et la consultation et préserver ensemble la paix et la stabilité dans la région.

L'Iran et l'Arabie Saoudite sont tous les deux pays d'influence importante au Moyen-Orient. La Chine entend développer des relations d'amitié et de coopération avec ces deux pays à la lumière des Cinq Principes de la Coexistence pacifique, et travailler ensemble avec eux à préserver la paix et la stabilité dans la région et dans le monde.

Quant à la deuxième question, la partie chinoise a récemment exposé à plusieurs reprises sa position de principe sur le dossier syrien. Lors de la visite en Chine du Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères et des Expatriés de la Syrie Walid Mouallem il y a peu de temps, le Ministre Wang Yi a présenté en détail la position chinoise sur le règlement politique de la question syrienne. L'urgent est de mettre en œuvre les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, de cesser sans tarder les hostilités et d'organiser rapidement des négociations. Nous espérons que toutes les parties concernées pourront faire des efforts constructifs pour trouver au plus tôt une solution politique à la question syrienne.

Q : Le Président russe Vladimir Poutine a souligné dans la nouvelle Stratégie de sécurité nationale de la Fédération de Russie à l'horizon 2020 qu'il a signée que la Russie œuvrait à renforcer le partenariat global de coordination stratégique avec la Chine, estimant que c'est un facteur clé pour préserver la stabilité dans la région et dans le monde. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons noté les déclarations positives sur les relations sino-russes dans la nouvelle Stratégie de sécurité nationale de la Fédération de Russie à l'horizon 2020 signée par le Président russe Vladimir Poutine et nous l'apprécions hautement. L'année dernière, le Président Xi Jinping et le Président russe Vladimir Poutine se sont rencontrés à cinq reprises et sont parvenus à un consensus important sur les relations sino-russes, à savoir quels que soient les changements survenus dans la situation internationale et régionale, les deux parties œuvrent toujours à consolider et à approfondir leur partenariat global de coordination stratégique, à réaliser le développement et le redressement partagés et à défendre ensemble l'équité et la justice internationales ainsi que la paix et la stabilité dans le monde, de sorte que leur partenariat global de coordination stratégique et leur coopération bilatérale portent des fruits abondants dans tous les domaines.

La situation internationale et régionale traverse aujourd'hui des mutations complexes et profondes. Toutes les deux membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies et principaux pays émergents, la Chine et la Russie continueront à conjuguer leurs efforts pour porter leur partenariat global de coordination stratégique à un niveau élevé et travailleront ensemble avec la communauté internationale pour favoriser la construction d'un nouveau modèle de relations internationales axé sur la coopération gagnant-gagnant et préserver la paix et la stabilité dans la région et dans le monde.

Q : Le Viet Nam a protesté contre le vol d'essai effectué par la Chine à l'aéroport construit il y a peu de temps sur Yongshu Jiao. La Chine envisage-t-elle de déclarer une zone d'identification de défense aérienne au-dessus de la Mer de Chine méridionale ? Avertit-elle les autres pays de ne pas laisser leurs avions et navires militaires ou civils s'approcher de ces îles ?

R : La Chine exerce la souveraineté incontestable sur les îles Nansha et les eaux adjacentes. Effectuer le vol d'essai à l'aéroport sur Yongshu Jiao relève tout à fait de la souveraineté chinoise.

La Chine respecte depuis toujours la liberté de navigation et de survol dont jouissent les pays au regard du droit international. Établir ou non une zone d'identification de défense aérienne, cela devra être décidé sur la base d'une évaluation globale de la situation sécuritaire et des besoins de la Chine. Nous estimons que la situation actuelle en Mer de Chine méridionale est stable dans son ensemble. Nous entendons continuer à travailler avec les autres parties concernées pour sauvegarder la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale. Nous espérons que les pays concernés ne chercheront pas à montrer les muscles par l'envoi d'avions et de navires. Au contraire, ils devraient prendre des actions concrètes pour préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale ensemble avec la Chine.

Q : La Chine a utilisé à trois reprises son droit de veto sur la question syrienne au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Si la Chine s'oppose à l'ingérence extérieure, alors pourquoi reste-elle silencieuse à l'égard de l'intervention militaire en Syrie de l'Iran et de la Russie ? Cela donne l'impression que l'opposition à l'ingérence extérieure n'est pas une question de principe pour la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Je pense que vous n'avez peut-être pas très bien compris cette question. La Chine s'oppose à toute ingérence extérieure. Sur la question syrienne, comme l'a indiqué le Ministre Wang Yi lors de la troisième réunion des ministres des Affaires étrangères du Groupe de soutien international à la Syrie, qu'elle vote pour ou contre, la Chine se prononce toujours pour la paix. Nous sommes d'avis que la question syrienne doit être réglée par les moyens politiques, que l'avenir de la Syrie doit être décidé par le peuple syrien en toute indépendance et que l'ONU doit jouer le rôle de canal principal dans la médiation. Les efforts qu'a déployés la Chine visent à engager la question syrienne dans la bonne voie du règlement politique, car c'est la seule solution qui corresponde le mieux aux intérêts du peuple syrien. La position de la Chine est appréciée et saluée par la communauté internationale, surtout par le gouvernement et le peuple syriens. Nous entendons travailler de concert avec toutes les parties concernées, dont les pays voisins de la Syrie et les autres membres permanents du Conseil de Sécurité, à continuer à jouer un rôle constructif pour le règlement politique de la question syrienne. Nous soutenons les opérations antiterroristes en Syrie dans le cadre du droit international et avec le consentement de la partie syrienne. Les différentes parties doivent conjuguer leurs efforts pour créer une synergie dans la lutte antiterroriste, et faire en sorte que toutes les parties syriennes cessent les hostilités et les violences, s'assoient autour de la table et entreprennent les négociations, afin de parvenir à une solution pacifique acceptable pour toutes les parties syriennes.

Q : Première question, une base aérienne indienne dans le Pendjab, située à environ 30 km de la frontière indo-pakistanaise, a été attaquée le 2 janvier, causant la mort d'au moins sept agents de sécurité indiens. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Deuxième question, la visite en Chine du Conseiller indien à la Sécurité nationale Ajit Doval prévue pour demain a été annulée. Pourriez-vous nous en donner plus de détails ?

R : Concernant votre première question, la Chine condamne cette attaque. Le Pakistan et l'Inde sont tous les deux pays importants en Asie du Sud. L'amélioration de leurs relations bilatérales est extrêmement importante pour la paix, la stabilité et le développement dans la région. Nous espérons sincèrement que l'Inde et le Pakistan pourront surmonter les perturbations et continuer à renforcer le dialogue et la coopération.

Sur votre deuxième question, la Chine et l'Inde œuvrent toutes deux pour résoudre de manière appropriée la question frontalière. Les deux parties ont mis en place en 2003 un mécanisme de rencontre entre les représentants spéciaux sur la question frontalière. À l'heure actuelle, les négociations entre les deux parties sur la frontière maintiennent un bon élan et les zones frontalières jouissent de la paix et de la stabilité, permettant de créer des conditions favorables au développement sain et régulier des relations sino-indiennes. Les deux parties organisent chaque année une rencontre entre les représentants spéciaux et maintiennent une communication étroite entre les services compétents. Quant à la date de la prochaine rencontre entre les représentants spéciaux des deux pays, nous publierons les informations concernées en temps opportun.

Q : Voulez-vous dire que l'Inde et le Pakistan doivent poursuivre le dialogue même après cette attaque ?

R : Comme je viens de le dire, la Chine condamne cette attaque. Les dirigeants de l'Inde et du Pakistan ont eu récemment une rencontre réussie, et les relations bilatérales connaissent une dynamique d'amélioration. Nous estimons que cela est très utile pour la paix et la stabilité dans la région et est salué et soutenu par les différentes parties. J'ai noté des remarques disant que l'attaque a été intentionnellement lancée pour saboter l'élan d'amélioration des relations Inde-Pakistan. Dans un tel contexte, nous sommes d'avis que l'Inde et le Pakistan doivent surmonter les perturbations, poursuivre le dialogue et la coopération et maintenir le bon élan d'amélioration des relations bilatérales, car cela contribuera à la paix et à la stabilité dans la région.

Suggest To A Friend
  Print