Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 14 janvier 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016-01-14

Q : Le gouvernement chinois a publié hier le premier Document de la Politique de la Chine à l'égard des pays arabes. Pourquoi publier un tel document ? Quelle en est la signification ?

R : Cette année marque le 60e anniversaire du lancement des relations diplomatiques entre la Chine et les pays arabes. Depuis les 60 dernières années, la Chine et les pays arabes, attachés aux principes du respect mutuel et du traitement d'égal à égal, s'en tiennent à la coopération mutuellement avantageuse et au développement partagé, et voient leurs échanges humains et culturels progresser activement. La coopération sino-arabe dans tous les domaines a connu un essor historique en termes d'ampleur et de profondeur pour devenir un nouveau modèle de coopération Sud-Sud.

Pour faire le bilan des expériences historiques et des enseignements du développement des relations sino-arabes et planifier les priorités et l'orientation de la coopération amicale sino-arabe, le gouvernement chinois a publié le premier Document de la Politique de la Chine à l'égard des pays arabes. Ce document passe en revue les réalisations du développement des relations sino-arabes pendant les 60 dernières années, expose de manière globale les politiques et les mesures de la Chine à l'égard des pays arabes dans la nouvelle époque et surtout élabore une « feuille de route » sur la coopération dans les cinq domaines que sont la politique, l'économie et le commerce, le développement social, les échanges humains et culturels, ainsi que la paix et la sécurité. La publication de ce document revêt une signification majeure pour l'établissement des relations de coopération stratégique sino-arabes marquées par la coopération globale et le développement commun.

Q : Une série d'explosions et des fusillades se sont produites aujourd'hui en Indonésie. Y a-t-il des Chinois parmi les morts ou les blessés dans ces attaques ? La Chine envisage-t-elle de publier une alerte aux touristes chinois ?

R : Nous avons noté des reportages concernés. Nous sommes choqués par les explosions et les fusillades qui se sont produites à Jakarta. Nous condamnons vivement les auteurs des attaques. Selon les premières vérifications de l'Ambassade de Chine en Indonésie, aucun mort ou blessé chinois n'a été signalé. Nous resterons très attentifs au développement de l'affaire et nous vous invitons à suivre les informations sur cs.mfa.gov.cn.

Q : Le Kazakhstan a récemment pris une part active au traitement du stock iranien d'uranium enrichi. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Actuellement, les différentes parties travaillent intensément en vue de l'application de l'accord global sur la question nucléaire iranienne. Le « Jour de l'application » n'est plus loin.

Le Kazakhstan est depuis toujours engagé pour faire progresser le processus de règlement politique et diplomatique du dossier nucléaire iranien. Il a accueilli deux fois les négociations sur le nucléaire iranien et joué un rôle important et constructif dans le règlement de la question du stock d'uranium enrichi de l'Iran. La Chine exprime ses hautes appréciations à cet égard.

L'application de l'accord global sur le nucléaire iranien nécessite des efforts communs de la communauté internationale. La Chine entend travailler avec le Kazakhstan et les autres parties pour assurer ensemble une application sans à-coups de l'accord global.

Q : Concernant les vols d'essai effectués par la Chine à l'aéroport nouvellement construit sur Yongshu Jiao, selon la déclaration de la partie vietnamienne d'hier, si la partie chinoise avait informé par voie diplomatique le Ministère vietnamien des Affaires étrangères de son plan de vol, les services de l'aviation civile de Chine n'avaient fait aucune communication à l'Autorité de l'aviation civile du Viet Nam, et les vols effectués par la Chine constituent une menace à la sécurité du trafic aérien. Quelle est la réaction de la Chine ? Est-ce que la Chine a informé les services de contrôle de la circulation aérienne du Viet Nam de son plan de vol ?

R : Nous sommes choqués et perplexes devant les propos de la partie vietnamienne. Avant tout, je tiens à réaffirmer que la Chine possède la souveraineté incontestable sur les îles Nansha et les eaux adjacentes.

Avant que la Chine ne transforme les vols concernés en actes de l'aviation chinoise en raison de l'obstruction sans raison du Viet Nam, le Centre d'inspection en vol de l'Administration de l'aviation civile de Chine a informé, le 28 décembre 2015 à 17h46, heure de Beijing, conformément aux règlements concernés et aux pratiques internationales, la région d'information de vol de Hô Chi Minh du plan de vol, de l'itinéraire et d'autres données techniques concernant les avions chinois.

Nous tenons à réitérer que les vols d'essai menés par la Chine à l'aéroport récemment construit sur Yongshu Jiao sont en conformité avec le droit international et les pratiques courantes internationales.

Q : Aujourd'hui, le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la péninsule coréenne Wu Dawei s'entretiendra avec M. Hwang Joon-kook, Représentant spécial de la République de Corée pour les affaires de la paix et de la sécurité de la péninsule coréenne et négociateur en chef aux pourparlers à six. Quelles sont vos attentes à propos de cet entretien ?

R : Face à la situation actuelle dans la péninsule coréenne, la Chine et la République de Corée travaillent en contacts étroits. Le Ministre Wang Yi a eu une conversation téléphonique et des échanges de vues avec son homologue de la République de Corée Yun Byung-se. Aujourd'hui, le Représentant spécial Wu Dawei rencontrera le négociateur en chef de la République de Corée Hwang Joon-kook.

Nous espérons que cette rencontre donnera lieu à des discussions sur la promotion de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, le maintien du régime de non-prolifération nucléaire et la préservation de la paix et de la stabilité en Asie du Nord-Est.

Q : Selon des reportages, les ministres des Affaires étrangères des Six assisteront ensemble aux activités marquant le « Jour de l'application » de l'accord global sur la question nucléaire iranienne. Pourriez-vous le confirmer ? Le Ministre chinois des Affaires étrangères y sera présent ?

R : Grâce aux efforts conjugués de part et d'autre, le « Jour de l'application » de l'accord global sur la question nucléaire iranienne se pointe à l'horizon. Ce jour marquera l'ouverture d'une nouvelle phase de l'application de l'accord global sur la question nucléaire iranienne. Nous nous en félicitons.

Concernant les arrangements précis du « Jour de l'application », nous restons en étroite communication et coordination avec les autres parties.

Q : Le négociateur en chef de la République de Corée aux pourparlers à six Hwang Joon-kook a indiqué lors d'une interview à l'aéroport que la Chine, en tant que le plus grand partenaire commercial de la RPDC, devrait jouer un plus grand rôle après l'essai nucléaire de la RPDC. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Réaliser l'objectif de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, prévenir la prolifération des armes nucléaires et préserver la paix et la stabilité en Asie du Nord-Est sont dans l'intérêt commun des différentes parties et font partie de leurs responsabilités. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité de l'ONU, la Chine applique depuis toujours effectivement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et s'acquitte de ses obligations internationales. Dans la situation actuelle, l'urgence est que les différentes parties travaillent ensemble à remettre la question nucléaire de la péninsule coréenne sur les rails des pourparlers.

Suggest To A Friend
  Print