Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Spokesperson's Remarks
Conférence de presse du 29 janvier 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016-01-29

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Cambodge Hor Namhong se rendra à Beijing du 3 au 6 février sur l'invitation du Conseiller d'État Yang Jiechi pour coprésider avec lui la troisième réunion du Comité intergouvernemental de coordination Chine-Cambodge.

Q : Selon la presse indonésienne, le projet de train à grande vitesse que la Chine construit en Indonésie, sans avoir pu obtenir le permis de construction, a été suspendu. Pourriez-vous nous en donner plus de détails ?

R : Nous avons noté les reportages sur la soi-disant suspension forcée du projet de train à grande vitesse Jakarta-Bandung. C'est une fausse nouvelle. Le responsable concerné de la Société générale des Chemins de Fer de Chine a déjà fait des éclaircissements là-dessus. Ce projet récemment lancé a retenu une grande attention des gouvernements et des entreprises de la Chine et de l'Indonésie. Ils travaillent en étroite coopération pour progresser sur tous les plans. La Chine travaillera avec l'Indonésie pour une bonne réalisation du projet dans l'intérêt du peuple indonésien. Et elle entend saisir l'opportunité offerte par ce projet pour rehausser la coopération pragmatique entre les deux pays en vue de plus grands bénéfices mutuels.

Q : La décision prise aujourd'hui par la banque centrale japonaise de renforcer la politique d'assouplissement monétaire par l'adoption d'un taux d'intérêt négatif a entraîné une forte dévaluation du yen. Que pensez-vous de cette approche ? Quels en seront les impacts sur l'économie, notamment sur le commerce extérieur de la Chine ?

R : Je vous renvoie aux servies financiers et économiques. Généralement parlant, nous espérons que tous les pays pourront adopter des politiques économiques et monétaires responsables et favorables à la reprise et à la croissance de l'économie mondiale.

Q : Le gouvernement canadien s'est dit préoccupé par le procès intenté par la partie chinoise à l'encontre de Kevin Garratt. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Selon les informations que nous avons eues auprès des autorités compétentes, le Parquet populaire de Dandong du Liaoning a demandé au Tribunal populaire de seconde instance de Dandong un procès pour le ressortissant canadien Kevin Garratt, soupçonné d'espionnage et de vol de secrets d'État. Cette affaire est en cours d'examen. Nous avons aussi appris que les départements en charge du dossier ont découvert, dans l'enquête, des éléments qui montrent que Kevin Garratt avait accepté des missions de collecte d'informations en Chine du service de renseignement canadien.

La justice chinoise traitera cette affaire en stricte conformité avec la loi. Tous les droits et intérêts légitimes de Kevin Garratt seront pleinement garantis.

Q : Certains pays sont favorable à un second mandat de Christine Lagarde au poste de Directeur général du FMI. Quelle est la position chinoise ? Soutenez-vous sa candidature ?

R : Le FMI a des procédures et principes bien arrêtés pour la sélection de son Directeur général. La Chine soutient la sélection par le FMI de son Directeur général en conformité avec ses procédures et principes. Les projets de réformes de 2010 sur les quotes-parts et la gouvernance du FMI préconisent une procédure ouverte, transparente et sans distinction de nationalité pour la sélection de la direction du FMI et des autres institutions financières internationales. Nous sommes convaincus que c'est dans ce sens que les travaux seront faits pour la sélection du Directeur général du FMI.

Q : La récente visite en Chine du Secrétaire d'État américain John Kerry a suscité un grand intérêt. Comment appréciez-vous cette visite ?

R : Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Secrétaire d'État américain John Kerry a effectué une visite en Chine les 26 et 27 janvier. Au cours de cette visite, il a été reçu par le Président Xi Jinping et le Conseiller d'État Yang Jiechi, et s'est entretenu avec le Ministre Wang Yi. Les deux parties ont eu des échanges positifs, francs et constructifs sur les relations sino-américaines et les autres grands sujets d'intérêt commun, et dégagé des consensus positifs sur certaines questions majeures.

Les deux parties ont été unanimes à estimer que grâce aux efforts conjugués de part et d'autre, les relations sino-américaines avaient enregistré d'importants progrès durant l'année écoulée, et qu'en 2016, l'année qui serait marquée par une série d'échanges de haut niveau et de grandes échéances entre les deux pays, elles devraient bien mettre en œuvre les consensus importants entre les deux Chefs d'État, s'en tenir aux principes de non-conflit, de non-confrontation, de respect mutuel et de coopération gagnant-gagnant, élargir sans cesse la coordination et la coopération aux niveaux bilatéral, régional et mondial, et gérer et maîtriser de manière constructive les divergences et les questions sensibles, pour réaliser davantage de succès dans la construction entre la Chine et les États-Unis d'un nouveau modèle de relations entre grands pays.

Les deux parties ont eu des échanges amples, approfondis et utiles sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne, leur permettant d'avoir une meilleure compréhension mutuelle et de parvenir à d'importants consensus. Elles ont réaffirmé l'une comme l'autre leur attachement à la promotion de la dénucléarisation et à la préservation de la paix et de la stabilité dans la Péninsule. Estimant toutes les deux que le Conseil de Sécurité doit adopter une nouvelle résolution sur l'essai nucléaire mené par la RPDC et prendre des mesures supplémentaires à cet égard, elles entendaient travailler ensemble avec les autres parties, par le biais de leurs missions permanentes auprès des Nations Unies, pour des consultations globales sur le contenu de la résolution. Les deux parties étaient également d'avis que les sanctions ne constituent pas une fin en soi et que l'important est de relancer le dialogue et les négociations pour finalement remettre la question nucléaire de la Péninsule coréenne sur la bonne voie, celle du règlement par le dialogue et les consultations.

Ayant également échangé des vues sur la question de la Mer de Chine méridionale et d'autres dossiers, les deux parties estimaient l'une comme l'autre qu'il faut régler pacifiquement les différends concernés à travers le dialogue et les consultations.

Q : Le Premier Ministre ski-lankais est revenu sur le projet de la cité portuaire de Colombo, estimant que le projet pourrait se poursuivre. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine et Sri Lanka sont liées par une amitié traditionnelle. Leur coopération est toujours basée sur l'égalité, les bénéfices réciproques et le gagnant-gagnant. Nous sommes persuadés que la partie sri-lankaise, en tenant compte des besoins de développement économique et social du pays, approfondira davantage la coopération pragmatique avec la Chine. Et nous serons heureux de voir des entreprises chinoises performantes investir et développer leurs affaires à Sri Lanka.

Q : L'organisation Human Rights Watch a critiqué la Chine dans son rapport annuel récemment publié. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Seul celui qui porte les chaussures sait si elles lui vont bien, le peuple chinois est le mieux placé pour juger la situation des droits de l'homme de son pays. Pour la Chine, les droits de l'homme constituent un volet important du développement économique et social, et elle progresse à pas assurés dans ce domaine conformément aux réalités nationales et aux besoins du peuple chinois. Dans le même temps, je tiens à indiquer que la Chine est un État de droit où toute infraction sera punie par la loi. Nous espérons que les parties concernées pourront voir de manière objective, impartiale et raisonnable les progrès sociaux réalisés par la Chine sur tous les plans.

Q : Le Président soudanais Omar el-Béchir a décrété le 27 janvier l'ouverture des frontières terrestres avec le Soudan du Sud. Il s'agit de la première ouverture des frontières entre les deux pays depuis 2011. Le porte-parole du gouvernement sud-soudanais a qualifié cette mesure de juste, positive et favorable à la normalisation des relations bilatérales et au renforcement des liens économiques entre les deux pays. Qu'en pensez-vous ?

R : Nous saluons l'ouverture par le Soudan de ses frontières terrestres avec le Soudan du Sud, et souhaitons voir les deux parties améliorer sans cesse leurs relations bilatérales et réaliser le bon voisinage et le développement partagé.

Q : Selon des médias, la République de Corée et les États-Unis discuteront du déploiement du système THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) dans la Péninsule coréenne, ce sur quoi le Ministère de la Défense nationale de la République de Corée prend une position positive. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La position de la Chine sur la question de la défense anti-missile est constante et claire. Tout pays doit, dans la recherche de sa propre sécurité, prendre en considération les intérêts sécuritaires des autres ainsi que la paix et la stabilité dans la région. Vu que la situation actuelle est extrêmement sensible dans la Péninsule coréenne, nous espérons que les pays concernés pourront traiter avec prudence les questions intéressées.

Suggest To A Friend
  Print