Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 3 mars 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016-03-03

Q : Le 2 mars, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 2270 relative à la RPDC. Quel est votre commentaire sur ce sujet ?

R : Le 2 mars, le Conseil de Sécurité a adopté à l'unanimité la résolution 2270 relative à la RPDC. Cette résolution vise un objectif clair, celui d'empêcher la RPDC d'aller plus loin dans ses programmes nucléaire et balistique, de promouvoir et de réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne et de préserver le régime international de non-prolifération nucléaire. La résolution 2270 a réaffirmé l'engagement des différentes parties de résoudre la question nucléaire de la péninsule coréenne par le dialogue et la concertation et de soutenir la reprise des Pourparlers à Six et va dans le sens des efforts de la communauté internationale visant à préserver la paix et la stabilité dans la péninsule. Nous espérons que cette résolution sera mise en œuvre intégralement et scrupuleusement. Dans le même temps, il faut éviter autant que possible les conséquences sur la subsistance et les besoins humanitaires du peuple de la RPDC. C'est aussi un point important de la résolution.

Les sanctions du Conseil de Sécurité ne sont pas une fin en soi. Seuls le dialogue et les pourparlers permettront de résoudre sur le fond la question nucléaire de la péninsule coréenne. La Chine qui assume la présidence des Pourparlers à Six cherche toujours à relancer les négociations avec une attitude objective et impartiale. Vu l'évolution de la situation, nous avons proposé de favoriser en parallèle la dénucléarisation de la péninsule et le remplacement de l'accord d'armistice par un mécanisme de paix. Nous entendons en discuter avec les pays concernés, y compris des moyens et étapes de concrétisation.

Actuellement, la situation dans la péninsule coréenne est très complexe et sensible. Toutes les parties concernées doivent s'abstenir des actes susceptibles d'exacerber encore plus les tensions dans la péninsule. Nous nous opposons au déploiement du système antimissile THAAD dans cette région et exhortons les pays concernés à la prudence.

Q : Ce matin, la RPDC a tiré des missiles à courte portée au large de ses côtes orientales. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Comme je viens de l'indiquer, actuellement, la situation dans la péninsule coréenne est extrêmement complexe et sensible. Nous appelons les parties concernées à faire preuve de sang-froid et de retenue et à éviter de se provoquer mutuellement et d'aggraver l'hostilité et les tensions.

Q : Le Vice-Président indonésien Jusuf Kalla a dit dans une récente interview que la Chine, en tant que grand pays industriel, souhaitait maintenir la paix et la stabilité des routes commerciales maritimes. D'après lui, la Chine n'a pas l'intention de contrôler la Mer de Chine méridionale et la meilleure solution aux différends dans la région réside dans la coopération et l'exploitation commune de ces eaux. Qu'en pensez-vous ?

R : Grâce aux efforts communs de la Chine et des pays de l'ASEAN, la situation en Mer de Chine méridionale demeure stable dans son ensemble et la liberté de navigation et le trafic commercial dans cette zone sont préservés des aléas. La politique de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale est constante et claire. Nous travaillons à préserver la paix et la stabilité dans cette zone ainsi que la liberté de navigation et de survol dont jouissent les différents pays au titre du droit international, à régler pacifiquement les différends par voie de négociations et de concertations, à bien gérer les différends par le biais des règles et des mécanismes et à réaliser des bénéfices mutuels à travers la coopération et une exploitation commune.

Q : Des photos publiées sur des réseaux sociaux montrent que dans la ville de Dandong, des camions chinois continuent à acheminer des produits vers la RPDC. Veuillez le confirmer. Quelles mesures prendra la Chine pour appliquer la nouvelle résolution du Conseil de Sécurité relative à la RPDC ?

R : La Chine, membre permanent du Conseil de Sécurité, s'acquitte depuis toujours effectivement de ses responsabilités internationales. La résolution 2270 relative à la RPDC a été adoptée. Nous la respecterons à la lettre et espérons aussi voir les autres parties l'appliquer intégralement et scrupuleusement. Dans le même temps, nous estimons que la mise en œuvre de cette résolution ne devra pas compromettre la subsistance et la satisfaction des besoins humanitaires de la population de la RPDC.

Q : Selon des informations, cette année, l'Inde, les États-Unis et le Japon organiseront des exercices militaires conjoints en Mer de Chine méridionale au nord des Philippines. Quelle est votre réaction ?

R : Nous espérons que la coopération entre les pays concernés contribuera à la paix, à la stabilité et à la sécurité dans la région et ne portera pas atteinte aux intérêts des autres parties.

Q : Selon des sources d'information, un entrepôt d'une entreprise chinoise dans le district de Phoukhoun de la province laotienne de Luang Prabang a été attaqué au fusil par des hommes non identifiés. Un Chinois a été tué et trois autres blessés. Pourriez-vous le confirmer et nous donner plus d'informations ?

R : Le 1er mars, vers 19 heures, un camp de bûcherons situé dans le district de Phoukhoun de la province laotienne de Luang Prabang a été attaqué par des hommes armés non identifiés. Un ouvrier chinois est décédé et trois autres personnes ont été blessées. Suite à l'attaque, le Consulat général de Chine à Luang Prabang a déclenché immédiatement le plan d'urgence. Des agents consulaires se sont rendus rapidement à l'hôpital pour visiter les Chinois blessés et le Consulat général a demandé à la partie laotienne de ne ménager aucun effort pour les soigner, de gérer adéquatement les conséquences du décès de l'ouvrier chinois, de faire rapidement la lumière sur ce drame et de punir sévèrement les auteurs de l'attaque. Maintenant, l'enquête est en cours. Nous espérons que la partie laotienne prendra plus de mesures efficaces pour garantir la sécurité et les droits et intérêts légitimes des ressortissants et établissements chinois dans le pays.

Q : L'agence de notation Moody's a dégradé sa perspective sur les obligations d'État chinoises de « stable » à « négative ». Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Le 2 mars, l'agence de notation Moody's Investors Service a publié les résultats de son évaluation annuelle de 2015 sur la Chine. Elle a maintenu la note de la dette souveraine chinoise à « Aa3 » et abaissé seulement sa perspective de « stable » à « négative ». Cela montre que l'agence Moody's demeure plutôt confiante dans le développement économique de la Chine et manifeste une certaine inquiétude vis-à-vis de quelques problèmes économiques et financiers en Chine dans le contexte d'une conjoncture économique mondiale complexe. Le jour même, les marchés boursiers, obligataires et des changes chinois n'ont pas réagi à cette publication, et aucune anomalie n'a été signalée.

Actuellement, l'économie chinoise continue à connaître la stabilité et à afficher une évolution positive dans son ensemble avec une progression solide de la réforme structurelle du côté de l'offre, l'optimisation de sa structure, le renforcement du rôle fondamental de la consommation et la poursuite en profondeur de la réforme des entreprises publiques. Sur le moyen et long terme, l'économie chinoise continuera à croître à un rythme moyennement rapide, puisqu'elle s'appuie sur un fondement solide et bénéficie des conditions favorables avec les fondamentaux solides soutenant une croissance durable, un grand potentiel à exploiter, des marges de manœuvre importantes, l'émergence de nouveaux relais de développement à mesure de l'approfondissement de la réforme et de l'ouverture et le renforcement de la dynamique d'une croissance soutenue. Nous sommes pleinement confiants dans les belles perspectives de l'économie chinoise.

Q : Est-ce que la Chine a eu des échanges de vues avec la RPDC avant et après l'adoption de la nouvelle résolution du Conseil de Sécurité ? Deuxième question, selon des médias, le débris d'avion retrouvé près des côtes mozambicaines pourrait appartenir au vol MH370 de la Malaysia Airlines. Quel est votre commentaire ?

R : Sur votre première question, nous sommes en communication constante avec les parties concernées sur la situation dans la péninsule coréenne.

Sur votre deuxième question, nous avons pris note des informations concernées. Nous suivrons avec attention l'évolution de l'affaire et resterons en contact avec les parties concernées. Et nous poursuivrons nos efforts ensemble avec les pays concernés pour rechercher l'avion disparu du vol MH370.

Q : En ce qui concerne la détention par le Japon de quelque 48 tonnes de plutonium de qualité militaire, M. James M. Acton, associé principal à la Fondation Carnegie pour la paix internationale, a dit récemment dans son discours au Club des correspondants étrangers du Japon à Tokyo que le stockage de plutonium pourrait aggraver les tensions et les risques terroristes nucléaires en Asie. Selon lui, les autres pays pourraient emboîter le pas et stocker des matières nucléaires, et le plutonium fabriqué par un pays ne doit pas dépasser le strict nécessaire pour ses centrales nucléaires. Qu'en pensez-vous ?

R : Nous avons pris note des informations concernées. En effet, la communauté internationale est depuis longtemps préoccupée par la présence d'une quantité excessive de matières nucléaires sensibles au Japon ainsi que les risques sécuritaires et de prolifération qui en découlent. L'Agence internationale de l'énergie atomique et les sommets sur la sécurité nucléaire ont tous appelés, dans les documents pertinents, les différents pays à maintenir l'équilibre entre l'offre et la demande de matières nucléaires. Nous engageons la partie japonaise à agir de manière responsable et effective pour répondre à la préoccupation de la communauté internationale.

Q : Avez-vous condamné les tirs de missiles à courte portée menés ce matin par la RPDC ?

R : Comme je viens de l'indiquer, la situation actuelle dans la péninsule coréenne est complexe et sensible. Toutes les parties ont la responsabilité d'y préserver ensemble la paix et la stabilité.

Q : L'amiral Harry B. Harris, officier général commandant les forces américaines du Pacifique, dans son discours en Inde du 2 mars, a fait savoir que les États-Unis envisageaient de participer au dialogue Inde-Japon-Australie pour discuter des questions maritimes comme la liberté de navigation. Quels sont vos commentaires ?

R : Nous n'avons pas d'objection au développement des échanges et coopération normaux entre les pays concernés, mais leur coopération ne doit pas se diriger contre d'autres pays.

Q : Quand la Chine se mettra-t-elle à appliquer la nouvelle résolution du Conseil de Sécurité relative à la RPDC ? Quand est-ce que la douane et les banques chinoises recevront l'instruction d'exécuter ladite résolution ?

R : Comme j'ai dit tout à l'heure, la résolution 2270 fait l'objet de consensus de la communauté internationale et toutes les parties sont tenues de l'appliquer intégralement et scrupuleusement. La Chine observe depuis toujours effectivement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et s'acquitte effectivement de ses obligations internationales. Elle fera de même s'agissant de cette nouvelle résolution.

Q : Concernant le remorquage par la partie chinoise du bateau philippin ayant échoué à Wufang Jiao, le porte-parole du Département d'État américain Mark Toner a dit avoir pris note des reportages sur ce sujet et souhaité que le Chine n'engage pas sa marine pour intimider les bateaux de pêche des autres pays. Quelle est votre réaction ?

R : Hier, j'ai présenté en détail l'opération de remorquage du bateau étranger à Wangfang Jiao, un atoll des îles chinoises Nansha, par le Bureau de secours et de sauvetage du Ministère chinois du Transport. Il n'y a pas question d'intimidation par la marine chinoise des bateaux de pêche étrangers. Je tiens à exprimer le fort mécontentement de la Chine, victime des accusations non fondées de la part d'un pays qui ne connaît pas la vérité de l'affaire. Nous espérons que le pays concerné pourra adopter une vue objective et impartiale sur les questions relatives à la Mer de Chine méridionale, respecter les faits et agir concrètement en faveur de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Suggest To A Friend
  Print