Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 7 mars 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016-03-07

Q : Actuellement, on entend parler dans l'opinion internationale du risque d'un « atterrissage brutal » de l'économie chinoise. Quelle est votre réaction à cette prévision sur l'économie chinoise ?

R : Comme le Premier Ministre Li Keqiang l'a indiqué dans le nouveau rapport d'activité du gouvernement, l'année dernière, sur fond d'une conjoncture internationale difficile et complexe, de l'accentuation des problèmes profonds internes et de l'accroissement des pressions baissières, l'économie chinoise a enregistré une croissance régulière et poursuivi l'évolution positive avec une augmentation du PIB de 6,9% qui est l'une des plus fortes parmi les principales économies du monde. Il est à noter que cette croissance de 6,9% a été réalisée par une économie dont la taille dépasse 60 000 milliards de yuans. Chaque point de pourcentage de croissance du PIB chinois actuel représente une augmentation du PIB en valeur absolue équivalente à celle issue de 1,5 point d'il y a 5 ans ou de 2,5 points d'il y a 10 ans. En 2015, 13,12 millions de nouveaux emplois ont été créés dans les villes, plus que l'objectif fixé pour l'année. La restructuration du tissu économique a bien progressé. La part du secteur tertiaire dans le PIB s'est élevée à 50,5%, franchissant pour la première fois la barre de 50%. Les nouveaux moteurs de développement se sont développés rapidement. La mise en œuvre de la stratégie de développement tiré par l'innovation a progressé. L'intégration d'Internet dans les différents secteurs s'est accélérée, et les secteurs émergents ont connu une croissance rapide. On constate une grande dynamique entrepreneuriale et de l'innovation dans toute la société. Le nombre des entreprises nouvellement inscrites en 2015 a augmenté de 21,6%. Les nouveaux moteurs de développement, qui ont joué un rôle majeur dans la stabilisation de l'emploi et la montée en gamme de l'économie, apportent des changements profonds sur le plan économique et social en Chine.

Les réalisations de l'économie chinoise ont été accomplies au prix de durs efforts et sur fond de morosité économique mondiale, et sont bien encourageantes.

Le Premier Ministre Li Keqiang a également présenté les principaux objectifs du développement socio-économique pour les cinq ans à venir, inscrits dans le Programme synoptique du XIIIe Plan quinquennal pour le développement de l'économie nationale et le progrès social élaboré par le Conseil des Affaires d'État : Réaliser une croissance économique moyennement élevée, orienter le développement industriel vers le moyen et haut de gamme et maintenir une croissance économique annuelle moyenne supérieure à 6,5% au cours de cette période. Porter la taille de l'économie chinoise à plus de 90 000 milliards de yuans en 2020, avec une qualité et une efficience du développement sensiblement améliorées. Renforcer le rôle moteur et d'impulsion de l'innovation dans le développement. Le taux de contribution du progrès scientifique et technologique à la croissance économique devrait atteindre 60%, faisant de la Chine un pays innovant et fort en capital humain. Favoriser la nouvelle urbanisation et la modernisation agricole afin de promouvoir un développement coordonné entre ville et campagne et entre différentes régions. Promouvoir les modes de vie et de production verts et accélérer l'amélioration de l'environnement écologique. Approfondir la réforme et l'ouverture sur l'extérieur, et instaurer de nouveaux systèmes de développement. Améliorer sans cesse le bien-être social pour faire bénéficier à tous les Chinois des acquis du développement.

Nous sommes pleinement confiants dans les belles perspectives des cinq prochaines années et l'avenir radieux de l'économie chinoise et nous allons travailler sans relâche à cette fin.

Q : Selon des sources d'information, la République de Corée et les États-Unis organisent, à partir du 7 mars, des exercices militaires conjoints baptisés « Key Resolve » et « Foal Eagle ». Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La République de Corée et les États-Unis organisent à partir d'aujourd'hui des exercices militaires conjoints qui, selon des sources d'information, sont d'une ampleur sans précédent et dureront jusqu'à la fin d'avril. Nous avons noté que ces exercices suscitent des réactions fortes de la RPDC. Nous sommes profondément préoccupés par la situation.

La péninsule coréenne et la Chine sont liées géographiquement. Le maintien de la stabilité de la péninsule constitue une préoccupation majeure de la Chine. Nous nous opposons fermement à tout acte provocateur dans la péninsule et nous ne tolérerons jamais le chaos ni la guerre à nos portes. Nous espérons vivement que les parties concernées feront preuve de retenue et s'abstiendront de se provoquer et d'aggraver les tensions.

Q : La Chine et la Russie ont tenu récemment des consultations sur la sécurité en Asie du Nord-Est et abordé à cette occasion la question du déploiement par les États-Unis du système THAAD en République de Corée. Est-ce que cela signifie que la Chine et la Russie sont parvenues à une position commune sur cette question ?

R : Le 4 mars, le Ministre assistant des Affaires étrangères Kong Xuanyou et le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Igor Morgulov ont tenu à Moscou le 2e tour des consultations sino-russes sur la sécurité en Asie du Nord-Est. Les deux parties ont échangé leurs vues sur la situation de la sécurité dans la péninsule coréenne et en Asie du Nord-Est en général ainsi que sur les autres sujets d'intérêt commun. La Chine et la Russie ont exprimé leurs graves préoccupations à l'égard de l'éventuel déploiement par les États-Unis du système THAAD en République de Corée, estimant que cette action risque d'attiser les tensions dans la région et de rompre l'équilibre stratégique régional et portera atteinte directe à la sécurité stratégique de la Chine et de la Russie. La Chine et la Russie s'y opposent fermement.

Q : Selon des sources d'information, le Département du Commerce des États-Unis envisage d'imposer des restrictions à l'exportation de ZTE en raison de violations de mesures de contrôle des exportations américaines vers l'Iran. Quelle est votre réaction à cet égard ? La Chine prendra-t-elle des contre-mesures ?

R: La Chine s'oppose depuis toujours aux sanctions imposées aux entreprises chinoises par les États-Unis au titre de la loi américaine. La Chine exhorte les États-Unis à renoncer à cette pratique erronée, pour éviter toute retombée sur la coopération économique et commerciale ainsi que les relations entre les deux pays.

Q : Selon des sources d'information, la Chine et les pays de l'ASEAN tiendront prochainement aux Philippines la 16e réunion du groupe de travail conjoint sur la mise en œuvre de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale (DOC). Pourriez-vous le confirmer et nous en donner plus d'informations?

R : Comme convenu entre la Chine et l'ASEAN, la 16e réunion du groupe de travail conjoint sur la mise en œuvre de la DOC se tiendra du 9 au 11 mars à Manille, aux Philippines.

À cette occasion, la Chine procédera à des échanges de vues approfondis avec les parties concernées sur les moyens d'assurer une mise en œuvre intégrale et efficace de la DOC, de favoriser la coopération pragmatique en mer et l'élaboration d'un code de conduite en Mer de Chine méridionale.

Q: La Thaïlande accueillera la 14e réunion des Ministres des Affaires étrangères du Dialogue pour la coopération en Asie (ACD) le 10 mars à Bangkok. La Chine y enverra-t-elle une délégation ? Quelles sont vos attentes de cette réunion?

R : L'ACD, composé de 33 pays membres, est le seul mécanisme de dialogue et de coopération intergouvernemental ouvert à l'ensemble de l'Asie. Depuis sa création il y a 14 ans, l'ACD a vu son processus de dialogue et de coopération progresser, et joué un rôle positif dans la promotion de la compréhension mutuelle, de la coopération et de l'amitié entre les pays asiatiques.

La Chine attache depuis toujours une haute importance et prend une part active au processus de coopération de l'ACD. Ces deux dernières années, en tant que pays coordinateur de la coopération agricole et énergétique dans le cadre de l'ACD, la Chine a organisé des événements y relatifs et initié une série d'activités autour du développement de l'ACD et de la mise en œuvre du projet « Ceinture et Route », amenant à réfléchir sur les moyens de soutenir ensemble la coopération et l'intégration régionales en Asie.

Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Liu Zhenmin participera à la réunion mentionnée en tant que représentant du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, et ce pour montrer l'importance et le soutien accordés par la Chine à l'ACD. Lors de la réunion, la partie chinoise abordera, avec les autres parties, les sujets comme le développement institutionnel de l'ACD, la promotion de la coopération dans les domaines prioritaires, et l'élaboration d'une vision de l'ACD. La Chine apprécie les efforts de préparation déployés par la Thaïlande, pays qui assume la présidence de l'ACD. Elle restera en étroite communication avec la Thaïlande et les autres parties concernées pour faire aboutir la réunion à des résultats positifs.

Q : Mme Nancy Reagan, la veuve de l'ancien Président américain Ronald Reagan, est décédée le 6 mars, heure locale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Mme Nancy Reagan était engagée dans la promotion des échanges amicaux entre la Chine et les États-Unis et avait apporté une contribution active au développement des relations sino-américaines. Nous exprimons nos condoléances pour la disparition de Mme Nancy Reagan et notre sympathie à sa famille.

Q: Selon certains, c'est à la Chine d'assumer la responsabilité principale de la mise en œuvre de la résolution 2270 du Conseil de sécurité de l'ONU, puisque 90% du commerce extérieur de la RPDC se fait avec la Chine. Quels sont vos commentaires sur ce sujet?

R : La résolution 2270 a pour objectif précis d'empêcher les programmes nucléaire et balistique de la RPDC tout en évitant les conséquences sur la subsistance et la satisfaction des besoins humanitaires du pays. Cette résolution comporte des points importants comme le soutien à la reprise des pourparlers à six et l'attachement à un règlement pacifique, diplomatique et politique de la situation en Asie du Nord-Est. C'est là la voie fondamentale pour résoudre le problème nucléaire de la péninsule coréenne. La résolution doit donc être mise en œuvre de manière intégrale et équilibrée. Il ne convient pas de souligner un aspect particulier et de négliger le reste. Par ailleurs, la mise en œuvre de la résolution constitue une responsabilité commune de la communauté internationale, et non une affaire d'un pays. La Chine appliquera la résolution intégralement et scrupuleusement. Nous espérons que les différentes parties appliqueront effectivement et pleinement cette résolution et joueront un rôle positif dans la reprise des pourparlers à six et l'évitement des actes susceptibles d'aggraver les tensions.

Q : Selon des sources d'information, des sous-marins et des frégates de la Force navale d'autodéfense japonaise visiteront les Philippines et accosteront ensuite au Viet Nam. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Il est à souligner que la coopération entre les pays concernés devrait favoriser la paix et la stabilité de la région au lieu de se diriger contre un pays tiers, encore moins de saboter la souveraineté et les intérêts sécuritaires des autres pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Japon a envahi et occupé illégalement des îles chinoises en Mer de Chine méridionale. Nous gardons une haute vigilance vis-à-vis de la tentative du retour du Japon en Mer de Chine méridionale sur le plan militaire.

Q: Les talibans afghans ont déclaré le 5 mars que leur dirigeant n'avait autorisé personne à participer à des pourparlers de paix organisés sous l'égide du Groupe de coordination quadripartite Pakistan-Afghanistan-Chine-États-Unis. Le 6 mars, le Président afghan Ashraf Ghani a fait savoir qu'il restait toujours optimiste quant à la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les talibans. Quels sont vos commentaires à cet égard ?

R: La Chine soutient un processus de paix et de réconciliation large et inclusif « des Afghans et conduit par les Afghans ». Nous préconisons depuis toujours un règlement des différends entre les différentes fractions en Afghanistan à travers le dialogue politique dans le but d'instaurer une paix durable.

Le Groupe de coordination quadripartite Pakistan-Afghanistan-Chine-États-Unis travaille dans l'objectif de créer un environnement extérieur favorable à la reprise des pourparlers de paix directs entre le gouvernement afghan et les talibans. Depuis sa création, le groupe a joué un rôle positif dans la consolidation des consensus sur les pourparlers de paix et dans la promotion du processus de réconciliation. Les talibans constituent une partie importante au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan. Nous espérons que toutes les parties aux pourparlers travailleront dans la même direction et prendront effectivement en compte les préoccupations légitimes des uns et des autres, en vue de faire reprendre rapidement les pourparlers. La Chine entend continuer à jouer un rôle constructif pour la reprise des pourparlers de paix en Afghanistan sur la base du respect de la souveraineté de l'Afghanistan et des volontés des différentes parties.

Suggest To A Friend
  Print