Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 15 mars 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016-03-15

Q : Selon des sources d'information, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en RPDC a appelé la communauté internationale à engager des poursuites à l'encontre du dirigeant suprême de la RPDC Kim Jong-un pour crimes contre l'humanité. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Premièrement, la situation actuelle dans la Péninsule coréenne est extrêmement complexe et délicate. Nous espérons que toutes les parties concernées pourront agir en faveur de l'amélioration de la situation, en vue de réaliser la stabilité et la paix durables dans la région. Deuxièmement, la Chine s'oppose depuis toujours à toute politisation de la question des droits de l'homme.

Q : Au Japon, le nouveau parti issu de la fusion entre le Parti démocrate et le Parti de la restauration, deux partis de l'opposition, s'appellera Minshin To, le même nom que le « Parti démocrate progressiste » de Taiwan. Qu'en pensez-vous ?

R : Nous n'avons pas de commentaire sur ce sujet.

Q : Le Viet Nam a récemment présenté une requête auprès de la Chine, souhaitant qu'elle ouvre l'écluse de la centrale hydraulique de Jinghong au Yunnan pour apaiser la sécheresse dans le Delta du Mékong. Comment y réagissez-vous ?

R: La Chine et les pays riverains du Mékong de la Péninsule indochinoise sont voisins et amis. Les populations du bassin du Lancang-Mékong sont nourries par le même fleuve. Il est naturel que les amis s'entraident dans les moments difficiles. Exposés à un phénomène El Niño de forte intensité depuis fin 2015, les pays du bassin du Lancang-Mékong ont tous connu la sécheresse à de divers degrés. Ces derniers jours, la situation s'est aggravée et a beaucoup affecté la production et la vie des populations riveraines. Pour venir en aide à ces pays, le gouvernement chinois a décidé, malgré ses propres difficultés, d'acheminer d'urgence l'eau vers l'aval depuis la centrale hydraulique de Jinghong située sur son sol. Nous espérons que cette mesure bénéficiera au Cambodge, au Laos, au Myanmar, à la Thaïlande et au Viet Nam et contribuera à apaiser la sécheresse à l'aval du fleuve.

Je tiens à indiquer également que la Chine est en train de travailler ensemble avec le Cambodge, le Laos, le Myanmar, la Thaïlande et le Viet Nam, pays riverains du Mékong, pour développer activement le mécanisme de coopération Lancang-Mékong, avec les ressources en eau comme un volet important. Nous entendons renforcer, dans le cadre de ce mécanisme, la communication et la coordination avec les pays concernés et développer des coopérations pragmatiques sur la gestion des ressources en eau et la lutte contre les catastrophes naturelles, dans l'espoir d'apporter plus de bénéfices aux populations du bassin du Lancang-Mékong.

Q : Hier, le Président russe Vladimir Poutine a annoncé le retrait des principales forces russes présentes en Syrie à partir du 15 mars. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons pris note de l'annonce par la Russie de sa décision sur le retrait de ses troupes de Syrie. Actuellement, la cessation des hostilités en Syrie est appliquée dans son ensemble, et les négociations de paix entre le gouvernement syrien et l'opposition sont en cours à Genève. Nous sommes convaincus que la décision prise par la partie russe permettra d'émettre un message positif à la communauté internationale, notamment aux parties au conflit, et de les pousser à s'en tenir au dialogue et aux négociations pour une solution politique.

Q : Le Chef suprême de la RPDC Kim Jong-un a récemment affirmé que son pays mènerait très prochainement des essais d'explosion de tête nucléaire et des tirs de missiles balistiques. Quels sont vos commentaires sur ce sujet ?

R : Les essais nucléaires et les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques menés par la RPDC sont en violation avec les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité. Nous exhortons les parties concernées à appliquer effectivement les résolutions du Conseil de Sécurité, à faire preuve de prudence dans les paroles comme dans les actes, et à s'abstenir de toute action susceptible d'attiser davantage la tension.

Q : Aujourd'hui, le nouveau parlement du Myanmar a élu Htin Kyaw Président du pays. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous exprimons nos félicitations pour l'élection de M. Htin Kyaw par le nouveau parlement du Myanmar comme le nouveau Président du pays.

La Chine et le Myanmar sont voisins et amis. Consolider les liens d'amitié traditionnelle dits « Paukphaw » et élargir la coopération pragmatique dans les différents domaines correspondent aux aspirations communes des deux pays et des deux peuples. Désireuse de renforcer la coopération avec le nouveau gouvernement du Myanmar, la Chine poursuivra sa politique d'amitié à l'égard du Myanmar et son soutien à ce pays dans ses efforts pour maintenir la stabilité, accélérer le développement et faire avancer le processus de réconciliation nationale. Nous sommes persuadés que grâce aux efforts conjugués de part et d'autre, le partenariat de coopération global stratégique Chine-Myanmar sera davantage consolidé et renforcé.

Q : Première question : selon des entreprises américaines de sécurité, récemment, beaucoup de hackers ont commis des infractions sur Internet en utilisant des rançongiciels en relation avec des groupes soutenus par le gouvernement chinois. Quel sont vos commentaires sur ce sujet ? Deuxième question : la récente résolution de sanctions à l'encontre de la RPDC adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies interdit l'importation du charbon en provenance de ce pays. Est-ce que la Chine, principale destination des exportations du charbon de la RPDC, a déjà averti ses PME d'import-export et du secteur du charbon qu'elles devaient appliquer strictement les résolutions pertinentes ?

R : Concernant votre première question, nous avons déjà répondu à ce genre de questions maintes fois. Si on pose une question sérieuse sur la cybersécurité avec des preuves solides à l'appui, le gouvernement chinois la traitera avec le sérieux. Nous préconisons un cyberespace de paix et de sécurité. Cependant, comme il y a toutes sortes de rumeurs sur cette question, nous n'avons vraiment pas le temps de commenter un à un ces discours insensés.

S'agissant de votre deuxième question, conformément aux dispositions prévues dans la Charte des Nations Unies, tous les États membres ont l'obligation d'appliquer strictement les résolutions adoptées par le Conseil de Sécurité. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité, la Chine se conforme toujours strictement aux résolutions du Conseil de Sécurité, et procède, en vertu des lois et règlements internes, à informer sans délai les entités et les entreprises concernées, et à veiller à une bonne application de ces résolutions.

Suggest To A Friend
  Print