Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 18 mars 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016-03-18

Q : Est-ce que la Gambie a posé des conditions préalables au rétablissement des relations diplomatiques sino-gambiennes ?

R : Hier, nous avons annoncé le rétablissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Gambie. Maintenant que toutes les conditions sont réunies, le rétablissement des relations sino-gambiennes correspond aux intérêts communs des deux pays et de leurs peuples. Quand la Gambie a fait savoir sa volonté d'y procéder, elle n'a posé aucune condition à la Chine. Et les dirigeants gambiens qui ont pris cette décision correcte avaient fait remarquer que le rétablissement des relations diplomatiques sino-gambiennes est dans l'intérêt du peuple gambien.

Q : Selon des sources d'information, aujourd'hui, la RPDC a lancé un missile balistique au large des côtes est de la péninsule coréenne. Avez-vous fait des représentations auprès de la RPDC ?

R : Il y a dans les résolutions du Conseil de Sécurité des dispositions explicites sur le lancement par la RPDC de missiles balistiques. Nous exhortons la RPDC à mettre en œuvre les résolutions concernées du Conseil de Sécurité. Dans le même temps, nous espérons que les parties concernées pourront faire preuve de sang-froid et de retenue et éviter de prendre tout acte susceptible d'aggraver la tension dans la péninsule coréenne.

Q : Après le rétablissement des relations diplomatiques sino-gambiennes, comment allez-vous développer dans l'avenir des relations entre les deux pays ? Avez-vous confiance en l'avenir de ces relations ?

R : Actuellement, la Chine et les pays africains travaillent conjointement à la mise en œuvre intégrale des consensus dégagés lors du Sommet de Johannesburg du Forum sur la Coopération sino-africaine (FOCAC). La Gambie, devenue automatiquement membre du forum, a maintenant le droit participer aux « dix programmes de coopération » entre la Chine et l'Afrique. Pour la prochaine étape, la Chine et la Gambie pourront mener une coopération mutuellement bénéfique en priorité dans les domaines comme l'agriculture, la pêche, l'industrie manufacturière, la facilitation de l'investissement et du commerce, la valorisation des ressources humaines et les échanges socio-culturels. Nous sommes convaincus que cela apportera des bénéfices tangibles aux deux peuples.

Q : Première question, l'armée américaine a déclaré que les travaux de construction menés par la Chine sur l'île Huangyan constituaient un nouvel acte de militarisation. Avez-vous noté ces propos ? Comment y réagissez-vous ? Deuxième question, combien d'aides avez-vous promises à la Gambie pour le rétablissement des relations diplomatiques sino-gambiennes ? Vous avez évoqué la coopération entre les deux pays. Quel type d'aide au développement la Chine accordera-t-elle à la Gambie ?

R : Concernant votre première question, nous avons noté que ces derniers temps, des responsables de l'armée américaine ont fait beaucoup de remarques sur la question de la Mer de Chine méridionale, n'ont cessé de faire des tapages là-dessus et sont allés jusqu'à créer des tensions dans cette zone. Certain pays envoie régulièrement des destroyers et bombardiers, armes offensives avancées, dans la Mer de Chine méridionale, mais ne cesse d'accuser les autres de militariser la région et de s'en prendre à la Chine qui, cependant, mène des constructions légitimes et nécessaires à caractère défensif sur son propre territoire. Nous trouvons cela ridicule et absurde.

Concernant votre deuxième question, comme je l'ai dit tout à l'heure, le rétablissement des relations diplomatiques sino-gambiennes est un aboutissement naturel des choses. Quand la Gambie a fait savoir sa volonté d'y procéder, elle n'a posé aucune condition à la Chine. Au sujet de la coopération sino-gambienne, comme la Gambie est maintenant membre du FOCAC, elle a le droit de participer aux « dix programmes de coopération » entre la Chine et l'Afrique. Nous sommes convaincus que dans ce cadre, la coopération mutuellement bénéfique entre les deux pays est très prometteuse.

Q : Aujourd'hui, le Ministère japonais de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie a publié le résultat de l'examen des manuels scolaires japonais, dans lesquels il est marqué que Diaoyu Dao fait partie du territoire japonais. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine possède la souveraineté inaliénable et incontestable sur Diaoyu Dao et ses îlots affiliés. Cette position est claire et constante.

En ce qui concerne la question des manuels scolaires japonais, je veux dire que c'est au fond la question de savoir si le Japon peut voir et traiter correctement son histoire d'agression. Nous estimons depuis toujours que le Japon doit regarder en face l'histoire, éduquer la jeune génération avec une juste conception de l'histoire et gagner la confiance de ses voisins asiatiques et de la communauté internationale par des actions concrètes.

Q : Ce matin, le Centre d'excellence sur la sécurité nucléaire en Chine a organisé une exposition. Pourriez-vous nous en donner des détails ?

R : Ce matin, le Centre d'excellence sur la sécurité nucléaire en Chine a organisé une exposition. Le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Ma Kai, le Ministre de l'Industrie et de l'Informatisation Miao Yu, le Secrétaire américain à l'Énergie Ernest Moniz et le Directeur général adjoint de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Juan Carlos Lentijo y étaient présents.

Le projet du Centre d'excellence sur la sécurité nucléaire a été lancé en janvier 2011. Les travaux de construction ont été entamés en octobre 2013 et achevés en décembre 2015, un an plus tôt que prévu. Tout au long de ce processus, la Chine et les États-Unis ont eu une étroite coopération. Nous saluons les efforts et la contribution de la partie américaine.

Nous travaillons depuis toujours à renforcer le niveau de sécurité nucléaire en Chine et à promouvoir la coopération internationale en la matière. Lors du 3e Sommet sur la sécurité nucléaire en 2014, le Président Xi Jinping a souligné que le Centre d'excellence sur la sécurité nucléaire contribuerait aux échanges et coopérations sur les technologies de sécurité nucléaire au niveau régional et international. La Chine fera valoir pleinement le rôle de plate-forme de ce centre et en fera le centre d'échange et de formation le plus grand, le mieux équipé et le plus avancé en Asie-Pacifique voire dans le monde entier. Nous serons heureux de voir les autres pays, l'AIEA et les organisations internationales nous rejoindre dans le suivi des actions de ce centre.

Q : Selon des sources d'information, le Président Xi Jinping participera au 4e Sommet sur la sécurité nucléaire qui se tiendra aux États-Unis. Pourriez-vous nous le confirmer ? Avez-vous déjà reçu l'invitation ?

R : La Chine soutient le renforcement de la coopération internationale sur la sécurité nucléaire et l'organisation du 4e Sommet sur la sécurité nucléaire. Concernant la question que vous avez posée, nous allons publier les informations là-dessus en temps opportun.

Suggest To A Friend
  Print