Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 1er avril 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016-04-01

Q : Hier, l'agence de notation Standard & Poor's a abaissé à « négative » contre « stable » sa perspective d'évolution de la notation souveraine de la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : À l'heure actuelle, l'économie chinoise est entrée dans une nouvelle normalité et est en cours de transformation et de montée en gamme. Les fondamentaux de l'économie chinoise pour soutenir un développement régulier de long terme demeurent inchangés. Avec une croissance de 6,9% l'année dernière, la Chine reste toujours une force motrice importante de la croissance mondiale. Par ailleurs, des progrès substantiels ont été enregistrés dans la restructuration économique. La consommation contribue à 66,4% à la croissance économique et dépasse l'investissement pour devenir le principal moteur. Le service représente plus de 50% du PIB. Cela illustre une amélioration continue de la qualité de la croissance économique chinoise.

Nous sommes convaincus qu'avec l'approfondissement de la réforme, la formation de nouveaux moteurs et la montée en gamme des moteurs traditionnels, l'économie chinoise maintiendra une dynamique de développement régulier, stable et sain et contribuera davantage à la reprise et au développement de l'économie mondiale. Nous espérons que l'agence concernée pourra connaître de manière globale l'économie chinoise et en tirer une conclusion objective.

Q : Lors des récentes manœuvres militaires conjointes menées par les États-Unis et les Philippines, la partie américaine a utilisé pour la première fois des lance-roquettes. La Chine pense-t-elle que cela lui posera de plus grandes menaces en Mer de Chine méridionale ?

R : Nous espérons que la coopération militaire entre les pays concernés pourra contribuer à la paix, à la stabilité et au développement dans la région, et non le contraire.

Q : Les États-Unis et certains pays de la région sont très inquiets de l'escalade de la tension en Mer de Chine méridionale. Les journalistes étrangers auront-ils l'opportunité de se rendre sur les îles et atolls concernés de la Chine ?

R : La situation en Mer de Chine méridionale est stable dans son ensemble. La Chine défend fermement sa souveraineté et ses droits en Mer de Chine méridionale et œuvre à régler les différends concernés par voie de dialogue et de négociation et à préserver la paix et la stabilité dans la région ensemble avec les pays de l'ASEAN. Nous espérons que les pays hors de la région pourront respecter les efforts de la Chine et des pays de l'ASEAN, jouer un rôle plus constructif et se garder de créer de nouvelles tensions dans la région.

Concernant votre question sur la visite, le Ministre Wang Yi en a fait une déclaration claire lors de sa conférence de presse le 8 mars dernier. Nous inviterons en temps opportun les journalistes étrangers à visiter des îles et atolls.

Q : Hier, le Président syrien Bachar al-Assad a fait savoir dans une interview accordée à RIA Novosti qu'il n'avait aucun problème avec une élection anticipée et que l'élaboration d'une nouvelle constitution pourrait commencer à partir du mois d'août. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : À l'heure actuelle, grâce aux efforts conjugués de la communauté internationale, l'accord de cessation des hostilités en Syrie a été mis en œuvre dans son ensemble et les pourparlers de paix entre le gouvernement et l'opposition syriens ont été relancés à Genève. Une opportunité s'offre devant le processus de règlement politique de la question syrienne.

La Chine estime que le processus de règlement politique de la question syrienne doit être conduit par le peuple syrien et qu'il faut trouver, à travers des dialogues et des négociations, une solution acceptée par tous et qui prenne en compte les préoccupations de toutes les parties.

Le gouvernement chinois a récemment nommé l'Ambassadeur Xie Xiaoyan Envoyé spécial pour la question syrienne. Nous entendons travailler ensemble avec la communauté internationale à continuer de jouer un rôle constructif pour faire avancer le règlement politique de la question syrienne.

Q : Premièrement, la question de Huangyan Dao a-t-elle été abordée lors de l'entretien entre le Président Xi Jinping et le Président Barack Obama hier ? Deuxièmement, est-ce que les deux parties ont parlé d'un éventuel établissement par la Chine d'une zone d'identification de défense aérienne (ZIDA) au-dessus de la Mer de Chine méridionale ?

R : La délégation chinoise a publié un communiqué de presse sur l'entretien entre le Président Xi Jinping et le Président Barack Obama. Concernant la question de la Mer de Chine méridionale, le Président Xi Jinping a indiqué que la Chine était résolue à défendre sa souveraineté et ses droits et intérêts en Mer de Chine méridionale, à préserver la paix et la stabilité dans cette région et à régler les différends de manière pacifique à travers les consultations et les négociations directes avec les pays concernés. La Chine respecte et défend la liberté de navigation et de survol dont jouissent les pays au regard du droit international. Cependant, elle n'accepte aucun acte portant atteinte à sa souveraineté et ses intérêts sécuritaires sous le prétexte de la liberté de navigation. Nous espérons que la partie américaine pourra honorer ses engagements de ne pas prendre parti quant aux questions liées à la souveraineté et aux différends territoriaux et jouer un rôle constructif pour préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Sur la question de la ZIDA en Mer de Chine méridionale, la Chine a expliqué sa position à maintes reprises. La Chine a le droit d'établir une ZIDA et cela n'a rien à voir avec les différends sur la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes. L'établissement ou non d'une ZIDA en Mer de Chine méridionale par la Chine dépend de la menace sur la sécurité aérienne, du degré de la menace et des autres facteurs. Comme je viens de l'indiquer, la situation en Mer de Chine méridionale est actuellement stable dans son ensemble. Nous espérons que les pays hors de la région pourront soutenir les efforts de la Chine et des pays de l'ASEAN pour préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Il y a quelques jours, certain officiel du Département américain de la Défense a dit que l'établissement par la Chine d'une ZIDA n'était pas fondé au regard du droit international. Je tiens à indiquer que ce n'est pas la Chine, mais les États-Unis, qui ont été le premier pays à établir une ZIDA. Alors, je voudrais demander l'établissement par les États-Unis d'une ZIDA est fondé sur quoi au regard du droit international ?

Q : Le Premier Ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe effectuera une visite en Chine. Quels sont les accords que signeront les deux parties ?

R : Le Premier Ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe viendra en visite officielle en Chine. Les dirigeants chinois auront des entretiens avec lui. La Chine et Sri Lanka sont voisins amis et leur coopération mutuellement avantageuse a apporté des bénéfices tangibles aux deux parties. Nous entendons saisir l'occasion offerte par la visite en Chine du Premier Ministre Ranil Wickremesinghe et travailler ensemble avec la partie sri-lankaise à consolider l'amitié traditionnelle et à approfondir la coopération pragmatique dans de divers domaines, de sorte à faire accéder à un nouveau palier le partenariat de coopération stratégique basé sur l'entraide sincère et l'amitié perpétuelle entre les deux pays.

Q : Premièrement, selon des médias indiens, la Chine a bloqué pour raison technique la proposition indienne à l'ONU d'inclure Masood Azhar, auteur présumé de l'attentat à la base aérienne dans le Pendjab de l'Inde, dans la liste relative aux sanctions. Quels est votre commentaire là-dessus ? Deuxièmement, le Premier Ministre indien Narendra Modi a déclaré au Sommet sur la sécurité nucléaire que les différents pays devaient s'unir devant le terrorisme et se garder de penser que le terrorisme était un problème des autres et que « leurs » terroristes n'étaient pas les « miens ». Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Concernant votre première question, la Chine s'oppose au terrorisme sous toutes ses formes, soutient le rôle central de coordinateur que joue l'ONU dans la coopération internationale antiterroriste et y participe activement. Elle traite depuis toujours l'inscription sur la liste du Comité 1267 de manière juste sur la base des faits, des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et des autres règles de procédures. La Chine reste toujours en contact avec les autres parties concernées sur cette question.

Concernant votre deuxième question, la Chine s'oppose aux « deux poids deux mesures » dans la lutte antiterroriste. Les différentes parties doivent renforcer leurs échanges et coordination pour former une synergie. La Chine entend travailler ensemble avec la communauté internationale, y compris l'Inde, à répondre aux menaces terroristes pour préserver la paix et la sécurité dans le monde.

Q : Une fondation américaine a récemment décerné un prix à Dolkun Isa, chef du « Congrès mondial ouïghour ». Le Ministère chinois des Affaires étrangères a présenté ses protestations au Département d'État américain. Pourriez-vous le confirmer ? Est-ce une autre preuve de l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Chine ?

R : Recherché en vertu d'une « notice rouge » d'Interpol et de la police chinoise, Dolkun Isa est soupçonné d'avoir organisé et perpétré en Asie centrale et sur le territoire chinois de multiples explosions, pillages, meurtres et autres crimes graves ainsi que des activités terroristes violentes, et de soutenir les actes de terrorisme des organisations terroristes comme le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » et des terroristes du « Turkestan oriental » en leur fournissant financement et formation.

Le terrorisme défie les principes fondamentaux de la civilisation, de la morale, de l'État de droit et des droits de l'homme de l'être humain. L'attribution par l'organisation concernée d'un prix à un terroriste comme Dolkun Isa, qui a commis de nombreux crimes, profane et blasphème les droits de l'homme et l'État de droit. La Chine s'oppose fermement aux « deux poids deux mesures » dans la lutte antiterroriste.

Q : Le chef de la délégation chinoise pour les Pourparlers à Six Wu Dawei effectuera une visite au Japon en avril. Pourriez-vous le confirmer ? Quel est l'objectif principal de sa visite au Japon ?

R : Le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la péninsule coréenne Wu Dawei effectuera une visite au Japon dans la première décade du mois d'avril pour avoir des échanges avec la partie japonaise sur la reprise des Pourparlers à Six.

Q : Durant la visite en Chine du Premier Ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe, les deux parties parleront-elles du projet de la ville portuaire de Colombo ? Pourriez-vous présenter l'avancement de ce projet ?

R : Ces dernières années, la Chine et Sri Lanka ont mené plusieurs grands projets de coopération, ce qui a permis de promouvoir le développement socio-économique à Sri Lanka. Les conditions sont déjà réunies pour relancer les travaux du projet dont vous avez parlé. Nous espérons que ce projet sera mis en chantier rapidement pour apporter des bénéfices au peuple sri-lankais.

Q : Le Président syrien Bachar al-Assad a fait savoir que la plupart des Kurdes de Syrie voulaient une région fédérale au lieu d'un pays unifié. Comment la Chine voit-elle l'intégrité territoriale de la Syrie ?

R : La Chine se prononce toujours pour la préservation de l'indépendance, de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Syrie. Nous espérons que les parties en conflit en Syrie pourront travailler dans le même sens, rechercher un terrain d'entente en surmontant les divergences et trouver la solution à la question syrienne par voie de dialogue et de négociation.

Cette année, la fête de Qingming tombe le lundi 4 avril. La conférence de presse de notre ministère sera donc suspendue et reprendra le mardi 5 avril. Le bureau du porte-parole répondra à vos appels si vous avez de questions à poser.

Suggest To A Friend
  Print