Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 12 avril 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016-04-12

Q : Selon des sources d’information, le Premier Ministre du Cambodge Hun Sen a fait savoir hier que le pays pourrait être gravement affecté par la sécheresse et l’empiétement de l’eau de mer si le niveau du fleuve Mékong restait toujours bas. Nous avons noté que la Chine avait annoncé un projet d’adduction d’eau en urgence vers les pays en aval du fleuve Lancang-Mékong du 15 mars au 10 avril. L’opération est-elle terminée ?

R : Sur la demande des pays en aval du fleuve Lancang-Mékong, la Chine a réalisé, après un ajustement scientifique en amont, une adduction d’eau d’urgence via sa centrale hydraulique de Jinghong vers les pays en aval du fleuve du 15 mars au 10 avril malgré ses propres difficultés, ce qui a contribué à atténuer la sécheresse dans les pays concernés et a été hautement apprécié par ces pays et l’ensemble de la communauté internationale.

Compte tenu de la nécessité continuelle de lutter contre la sécheresse par les pays en aval du fleuve, la Chine a décidé de poursuivre l’opération à partir d’hier, le 11 avril, jusqu’à la fin de la période sèche et la quantité de l’adduction d’eau sera réajustée en fonction de la quantité d’eau en amont et des besoins réels des pays riverains. C’est un arrangement spécial que nous avons fait en tenant pleinement compte des intérêts des pays en aval.

Dans le même temps, je voudrais souligner que l’opération d’adduction d’eau à deux reprises par la Chine montre pleinement l’importance des installations hydrauliques nécessaires pour les pays riverains afin d’atténuer les conséquences des inondations et de la sécheresse. La Chine entend continuer à renforcer la coopération avec les différents pays riverains du fleuve Lancang-Mékong dans la lutte contre les événements climatiques extrêmes et la protection et l’utilisation communes des cours d’eau transfrontaliers.

Q : Concernant le dossier des Taiwanais rapatriés du Kenya à la partie continentale de la Chine, la partie taiwanaise a fait remarquer qu’il s’agit d’un rapatriement forcé par la police kenyane. Pourquoi ont-ils été rapatriés ?

R : L’attachement au principe d’une seule Chine est un préalable important et une base indispensable pour le développement des relations entre la Chine et les différents pays du monde. Nous apprécions hautement l’attachement constant du gouvernement kenyan au principe d’une seule Chine. S’agissant de cette affaire entre les deux rives du détroit que vous avez mentionnée, veuillez vous renseigner auprès du Bureau du Conseil des Affaires d’État pour les affaires de Taiwan.

Q : Aujourd’hui, deux frégates de la Force d’autodéfense japonaise ont fait pour la première fois escale à la baie de Cam Ranh au Viet Nam, qui se trouve assez proche des îles Xisha et des îles Nansha dont la Chine revendique la souveraineté. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Toute coopération normale entre deux pays quelconques est irréprochable. Mais si cette coopération vise une partie tierce, notamment la Chine, et compromet la paix et la stabilité dans la région, nous devons certainement afficher notre position. Vous avez établi un lien entre ces deux choses dans votre question, je ne sais pas s’il s’agit de votre imagination ou d’une insinuation d’autres parties.

Q : Selon des sources d’information, les Philippines ont récemment envoyé, par plusieurs avions de transport, une grande quantité de matériaux à Zhongye Dao, pour relancer les travaux de mise à niveau de l’aéroport sur l’île. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Les îles Nansha font partie intégrante du territoire chinois. Et Zhongye Dao est une partie des îles Nansha.

Depuis les années 1970, les Philippines, en violant le droit international, dont la Charte des Nations Unies, et les normes fondamentales régissant les relations internationales, ont occupé illégalement et par la force certains îles et atolls des îles Nansha de Chine, dont Zhongye Dao, et n’a cessé d’y entreprendre des travaux de construction et déployer des armes. Aujourd’hui, d’un côté, les Philippines ne cessent de dire que l’arbitrage forcé qu’elles ont initié unilatéralement ne vise pas à régler le soi-disant problème de la souveraineté territoriale, et annoncent avec l’air d’un bon apôtre la suspension des travaux sur Zhongye Dao, et de l’autre, elles poursuivent sans aucun scrupule les travaux de mise à niveau de l’aéroport et d’autres installations sur Zhongye Dao des îles Nansha de Chine qu’elles occupent illégalement, cherchant à élargir l’occupation illégale du territoire chinois et de la « légaliser » par la sentence d’un tribunal arbitral. Cela met en plein jour la duplicité des Philippines dans les paroles comme dans les actions et prouve pleinement que l’arbitrage initié unilatéralement par les Philippines n’est qu’une provocation politique sous le couvert de la loi.

À l’heure actuelle, la situation en Mer de Chine méridionale reste stable dans son ensemble. La Chine travaille avec la plupart des pays de l’ASEAN à régler adéquatement la question de la Mer de Chine méridionale par une approche de double voie, à mettre en œuvre de manière intégrale et effective la Déclaration sur la conduite des Parties en Mer de Chine méridionale (DOC) et à promouvoir activement les consultations sur un Code de conduite en Mer de Chine méridionale (COC), afin de préserver ensemble la paix et la stabilité dans la région.

La Chine exhorte une fois de plus les Philippines à respecter la souveraineté et les intérêts territoriaux de la Chine, à observer scrupuleusement le droit international, dont la Charte des Nations Unies, les normes fondamentales régissant les relations internationales ainsi que la DOC, à arrêter tout acte violant la souveraineté et les intérêts territoriaux de la Chine, et à revenir au plus tôt sur la voie correcte d’un règlement adéquat des différends à travers les négociations bilatérales.

Q : Première question, selon des sources d’information, le Ministre indien de la Défense Manohar Parrikar effectuera une visite en Chine la semaine prochaine. Veuillez nous en présenter des précisions. Deuxième question, selon des médias indiens, le Conseiller indien à la Sécurité nationale Ajit Doval se rendra également en Chine par la suite pour tenir ensemble avec la parie chinoise la rencontre entre les représentants spéciaux sur la question de la frontière sino-indienne. Veuillez nous en donner plus de détails.

R : Le porte-parole du Ministère de la Défense nationale a présenté la prochaine visite en Chine du Ministre indien de la Défense Manohar Parrikar. Selon le consensus établi entre les deux parties, le Ministre indien de la Défense Manohar Parrikar effectuera une visite en Chine d’ici fin de l’année. Ce sera l’occasion pour les deux parties d’échanger des vues sur la coopération entre les deux armées et d’autres sujets. Autant que je sache, les autorités de défense des deux pays sont en étroitement consultation au sujet de cette visite. Je vous conseille de vous renseigner auprès du Ministre de la Défense nationale pour plus d’informations.

S’agissant de votre question sur la visite du Conseiller indien à la Sécurité nationale Ajit Doval et la tenue de la rencontre entre les représentants spéciaux sur la question de la frontière sino-indienne, qui est un mécanisme très important, les parties chinoise et indienne sont en étroite communication là-dessus, et nous publierons les informations y relatives dès que possible.

Q : Hier, le Ministère des Affaires étrangères a signé avec la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) des Nations Unies un accord de coopération sur l’initiative « Ceinture et Route ». Veuillez nous donner une présentation là-dessus.

R : Hier, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et la Secrétaire exécutive de la CESAP Shamshad Akhtar, qui est en visite en Chine sur invitation, ont signé à Beijing la Lettre d’intention relative à la promotion de l’interconnexion régionale et de l’initiative « Ceinture et Route » entre le Ministère chinois des Affaires étrangères et la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) des Nations Unies, qui souligne que les deux parties travailleront ensemble à planifier les actions concrètes pour favoriser l’interconnexion et l’initiative « Ceinture et Route », promouvoir la création des synergies entre les politiques des différents pays riverains et la coopération pragmatique entre eux. Cette lettre d’intention, qui est le premier document de coopération signé entre la Chine et une organisation internationale autour de l’initiative « Ceinture et Route », vise à élargir le consensus sur la coopération dans le cadre de cette initiative, à intensifier la communication et à approfondir la coopération pragmatique.

Ici, je voudrais également indiquer que, depuis le lancement de l’initiative « Ceinture et Route », plus de 30 pays ont signé des accords de coopération avec la Chine autour de cette initiative. L’idée de cette coopération a gagné le bon accueil et le soutien d’un nombre croissant de pays et d’organisations internationales. Les différentes parties voient leur convergence sur la coopération s’élargir sans cesse, leurs échanges gagner toujours en profondeur et leur coopération pragmatique donner progressivement des fruits. L’initiative « Ceinture et Route » se fait chaque jour davantage une plate-forme importante pour la coopération multipartite et gagnant-gagnant.

Q : Une compagnie pétrolière indonésienne a annoncé aujourd’hui qu’elle intensifierait l’exploitation pétrolière dans les eaux le long de la frontière maritime entre la Chine et l’Indonésie. Avez-vous noté cela ? Craignez-vous que cela n’exacerbe les différends sur les revendications de la souveraineté en Mer de Chine méridionale entre la Chine et l’Indonésie ?

R : Je dois d’abord vérifier ce que vous venez de dire, car je ne dispose d’aucune information là-dessus.

Et il n’y a pas de différends territoriaux entre la Chine et l’Indonésie. De temps en temps, des divergences sont apparues sur certains dossiers, mais les deux parties restent en contact à travers des canaux efficaces.

Q : On suppose que le Premier Ministre australien, lors de sa visite en Chine cette semaine, lancerait un avertissement à la partie chinoise pour ses actions en Mer de Chine méridionale susceptibles de porter atteinte à ses relations économiques avec les pays environnants et à son propre développement et exhorterait la Chine à améliorer les relations avec ses pays voisins, car les revendications par la Chine de sa souveraineté en Mer de Chine méridionale ont tendu ses relations avec les pays voisins. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Je ne sais pas qui a « supposé » cela. Je voudrais souligner que ce sera le premier déplacement en Chine du Premier Ministre australien Malcolm Turnbull depuis sa prise de fonctions et la première visite de haut niveau entre la Chine et l’Australie de cette année. Durant cette visite, les dirigeants des deux parties procéderont à des échanges de vues amples et approfondis sur les relations bilatérales, la coopération pragmatique dans les différents domaines, ainsi que les questions internationales et régionales d’intérêt commun. Selon les informations dont je dispose, le Premier Ministre Malcolm Turnbull viendra cette fois à la tête d’une délégation de 1 000 représentants du milieu d’affaires. Nous avons toutes les raisons de croire que la visite donnera une nouvelle impulsion au développement du partenariat stratégique global sino-australien.

Concernant la question de la Mer de Chine méridionale que vous avez mentionnée, comme le disent souvent les Chinois, « l’homme médiocre se crée à lui-même des ennuis ». À l’heure actuelle, la Mer de Chine méridionale ne fait face à aucun problème majeur, et certains différends ont été bien gérés par une approche de double voie. Nous espérons que la paix et la stabilité dans la région et notre aspiration à un développement pacifique ne seront pas perturbées.

Suggest To A Friend
  Print