Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 18 avril 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016-04-18

Sur l'invitation du Représentant spécial du gouvernement chinois pour les questions frontalières sino-indiennes et Conseiller d'État Yang Jiechi, le Représentant spécial du gouvernement indien et Conseiller indien à la Sécurité nationale Ajit Doval viendra à Beijing les 20 et 21 avril pour la 19e Rencontre des Représentants spéciaux chinois et indien pour les questions frontalières.

La Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le problème mondial de la drogue se tiendra du 19 au 21 avril au siège de l'ONU à New York, aux États-Unis. Le Conseiller d'État, Directeur général de la Commission nationale de contrôle des stupéfiants et Ministre de la Sécurité publique Guo Shengkun y participera à la tête de la délégation chinoise.

Cette session extraordinaire de l'Assemblée générale de l'ONU aura pour but d'évaluer exhaustivement les acquis du contrôle international des stupéfiants et les défis auxquels il est confronté, et de planifier les moyens efficace pour faire face au problème mondial de la drogue.

Q : Des suspects d'escroquerie par téléphone rapatriés la semaine dernière par le gouvernement malaisien à Taiwan ont été libérés par les autorités Taiwanaises. Est-ce que la partie continentale de Chine en est mécontente ? Avez-vous protesté à la partie malaisienne ?

R : Vous avez sans doute pris note de la déclaration faite le week-end dernier par le porte-parole du Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d'État au sujet de cette question.

Par ailleurs, je voudrais souligner que le principe d'une seule Chine constitue un préalable politique important pour le développement des relations de la Chine avec les autres pays. Actuellement, les relations sino-malaisiennes ont connu un développement global dans divers domaines. Nous sommes sûrs qu'une coopération efficace entre les deux pays dans les domaines sécuritaires, notamment celui de la lutte contre la criminalité transfrontalière, est dans l'intérêt fondamental des deux parties.

Q : Le gouvernement japonais a publié récemment son Livre bleu diplomatique 2016 dans lequel il a accusé la Chine de mener des travaux de construction sur des îles concernées pour des visées militaires, et condamné les navires chinois qui étaient entrés dans les eaux adjacentes de Diaoyu Dao. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine possède la souveraineté incontestable sur Diaoyu Dao, ses îles affiliées, les île Nansha et les eaux adjacentes. Déterminée à préserver sa souverainté territoriale et ses droits et intérêts maritimes, la Chine œuvre à un règlement adéquat des différends à travers les consultations amicales avec les pays directement concernés.

Nous avons noté aussi qu'il a été dit dans le Livre bleu diplomatique que des relations sino-japonaises stables bénéficiaient à la paix et à la stabilité en Asie-Pacifique. Si le Japon souhaite vraiment stabiliser les relations sino-japonaises et préserver la paix dans la région, il devra agir et s'exprimer dans le même sens, y compris cesser de faire du tapage autour des questions maritimes et de tenir des propos irresponsables, afin d'éviter toute nouvelle perturbation aux relations sino-japonaises et à la situation régionale.

Q : Selon le Ministère chinois de la Défense, un avion militaire chinois a attéri dimanche dernier à Yongxing Dao des îles Nansha. Est-ce qu'il s'agit du premier avion militaire chinois qui a attéri à Yongxing Dao ?

R : L'Armée populaire de libération de Chine a toujours fait valoir la bonne tradition de fournir des aides d'urgence aux civils en cas d'urgence. Sur le territoire chinois, ce que vous avec évoqué n'a rien d'étonnant.

Q : Le week-end dernier, un séisme violent a secoué l'Équateur, faisant plus de 200 morts et blessés. La Chine va-t-elle fournir de l'aide humanitaire à la partie équatorienne ?

R : Très préoccupée par le séisme qui a frappé l'Équateur et causé de lourdes pertes humaines et matérielles, la Chine exprime ses profondes condoléances aux victimes et sa sympathie sincère à la population sinistrée. Nous sommes convaincus que le peuple équatorien pourra certainement surmonter les difficultés, vaincre la catastrophe et reconstruire rapidement le pays. Je tiens à souligner que le gouvernement chinois suit de très près la situation pour vérifier s'il y a des ressortissants chinois morts ou blessés dans le séisme et veille sur leur sécurité. Jusqu'à présent, aucun ressortissant chinois n'est porté mort ou blessé. Le Ministère chinois des Affaires étrangères, l'Ambassade de Chine en Équateur et le Consulat général de Chine à Guayaquil continueront à suivre de près l'évolution de la situation et apporteront de l'aide aux ressortissants chinois en Équateur en temps utile.

Sur la question de savoir si nous accorderons de l'aide à l'Équateur, nous sommes actuellement en communication étroite avec le gouvernement équatorien sur ce sujet et nous fournirons de l'assistance nécessaire au gouvernement et au peuple équatoriens selon leurs besoins.

Q : Nous avons noté les intéractions fréquentes entre la Chine et l'Inde ces derniers temps. Tout à l'heure, vous avez annoncé la visite prochaine du Conseiller indien à la Sécurité nationale en Chine. Le Ministre indien de la Défense est actuellement en visite à Beijing. Et le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi recontrera à Moscou son homologue indien. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : En réalité, la Chine et l'Inde maintiennent toujours des échanges étroits de haut niveau. Les intéractions fréquentes de haut niveau sino-indiennes que vous avez évoquées reflètent en effet le développement sain, régulier et dynamique des relations sino-indiennes à l'heure actuelle. Elles illustrent bel et bien l'approfondissement de la confiance politique mutuelle, le renforcement continu de la coopération et des échanges dans divers domaines ainsi que le développement des concertation et collaboration efficaces dans les affaires internationales et régionales. Malgré quelques divergences que vous avez sans doute notées et auxquelles certains médias portent un grand intérêt, la Chine et l'Inde ont toutes les deux la volonté de gérer et résoudre efficacement les problèmes concernés à travers les négociations et les consultations amicales.

Je tiens à souligner que la Chine et l'Inde sont les deux plus grands pays en développement du monde, deux économies émergentes importantes, et deux forces de poids dans le monde multipolaire. Le maintien de leurs relations amicales et étroites est non seulement dans l'intérêt des deux pays, mais aussi favorable à la paix et à la stabilité dans la région et dans le monde. Nous entendons œuvrer ensemble avec la partie indienne à faire progresser sans cesse le partenariat stratégique sino-indien tourné vers la paix et la prospérité.

Q : Hier, un député du parlement brésilien a demandé le lancement du processus de destitution de la Présidente Dilma Rousseff. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Grand pays d'Amérique latine et pays émergent important, le Brésil est aussi un partenaire stratégique global important de la Chine. Nous suivons de très près l'évolution de la situation au Brésil, et espérons que les Brésiliens des différents milieux pourront bien gérer la situation actuelle complexe et maintenir la stabilité politique et le développement socio-économique du pays.

Q : Les autorités taiwanaises ont invité récemment des experts en droit international et en géographie naturelle à visiter Taiping Dao des îles Nansha de Chine. Le dirigeant de Taiwan Ma Ying-jeou a réaffirmé que les îles Mer de Chine méridionales faisaient partie du territoire chinois et qu'il faillait interpréter la ligne discontinue conformément au principe du « droit intertemporel », c'est-à-dire l'interpréter selon le droit international de l'époque sur la démarcation maritime et non la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer qui n'était entrée en vigueur que des dizaines d'années plus tard. D'après lui, il est très difficile de régler les différends en recourant à l'arbitrage par une tierce partie, et il faut trouver une solution à travers des négociations. Quels sont vos commentaires à cet égard ?

R : Comme je viens de le dire, la Chine possède la souveraineté incontestable sur les îles Nansha, y compris Taiping Dao, et les eaux adjacentes. La souveraineté et les droits et intérêts concernés de la Chine en Mer de Chine méridionale se sont formés au cours d'une longue histoire et ont des fondements historiques et juridiques solides.

Dans le monde, le règlement définitif des problèmes territoriaux, quels que soient les mécanismes ou processus concernés, y compris le recours à une tierce partie, doit se baser sur la volonté des États concernés et déboucher sur un accord conclu par les parties prenantes à travers les négociations.

Par ailleurs, je tiens à souligner que les Chinois des deux rives du détroit ont des positions similaires sur les questions concernées et assument ensemble la noble mission de préserver le patrimoine de la nation chinoise.

Q : La semaine dernière, le gouvernement costaricain a annoncé l'annulation d'un projet d'investissement de China National Petroleum Corporation (CNPC) au Costa Rica, un des plus grands projets d'investissement chinois en Amérique latine. Quel sont les commentaires du gouvernement chinois sur ce sujet ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. La Chine est attachée à ses realtions d'amitié avec le Costa Rica. Ces dernières années, le développement des relations sino-costaricaines affiche un bon dynamisme. Nous espérons que les entreprises concernées des deux pays continueront de renforcer leur communication sur les problèmes survenus dans leur coopération et pourront comprendre les préoccupations de l'autre partie pour trouver une solution adéquate à travers des consultations.

Suggest To A Friend
  Print