Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 21 avril tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016-04-21

Q : Fin 2015, la Chine et le Viet Nam ont officiellement lancé des opérations d’exploration maritime conjointes dans les eaux à l’extérieur du golfe Beibu, et elles seraient bientôt terminées. Pourriez-vous le confirmer et nous en présenter des informations ?

R : Comme vous l’avez indiqué, conformément au consensus dégagé par les dirigeants des deux Partis et des deux pays, la Chine et le Viet Nam ont lancé officiellement, le 19 décembre 2015, des opérations d’exploration maritime conjointes dans les eaux à l’extérieur du golfe Beibu. Actuellement, les deux parties ont bien accompli leurs missions et rentreront très prochainement dans le golfe, une cérémonie aura lieu le 23 avril à Guangzhou pour célébrer la fin des opérations conjointes.

Le bon déroulement de ces opérations, qui est une parfaite illustration de l’esprit de coopération des deux pays pour traiter adéquatement leurs divergences maritimes, permettra de renforcer la paix, l’amitié et la coopération en mer, d’accroître la confiance politique mutuelle et de créer des conditions nécessaires à la recherche d’une solution fondamentale et durable aux questions relatives à la mer. Les eaux à l’extérieur du golfe Beibu sont riches en ressources naturelles, et l’exploration conjointe permettra aux deux parties de mieux connaître cette zone, d’améliorer le niveau de leur coopération scientifique maritime et de jeter une base solide à l’exploitation commune et aux négociations de délimitation relatives à ces eaux.

Pour la prochaine étape, les deux parties resteront en étroite collaboration pour concrétiser effectivement le consensus des dirigeants des deux Partis et des deux pays, promouvoir activement l’exploitation commune dans les eaux à l’extérieur du golfe Beibu et faire avancer les négociations de délimitation concernées.

Q : Pas mal de candidats à l’élection présidentielle aux Philippines ont fait savoir leur intention de dialoguer avec la Chine sur la coopération économique et commerciale en cas d’élection, malgré les différends maritimes entre les deux pays. Selon le candidat Rodrigo Duterte, il serait prêt à mettre de côté les différends, si la Chine aidait son pays à construire des chemins de fer ou d’autres infrastructures. Quelle est votre position là-dessus ? Êtes-vous optimiste quant à l’amélioration des relations sino-philippines après l’arrivée d’un nouveau président aux Philippines ?

R : Les Philippines et la Chine sont pays voisins proches séparés par un bras de mer. Il est tout à fait naturel qu’ils développent entre eux des relations d’amitié et de coopération, ce qui est dans l’intérêt des deux peuples. Cependant, pour des raisons connues de tous, les relations sino-philippines sont en grave difficulté ces dernières années. Nous notons qu’aux Philippines, certaines personnalités se demandent aussi si les politiques appliquées dans leur pays durant ces dernières années correspondaient aux intérêts du peuple philippin. En ce qui concerne la Chine, nous accordons une grande importance à nos relations avec les Philippines, et nous espérons que le nouveau gouvernement philippin pourra adopter une politique positive et raisonnable envers la Chine, gérer adéquatement les différends concernés et améliorer les relations sino-philippines par des actes concrets.

Q : Aujourd’hui, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a fait déposer un arbre rituel « masakaki » au sanctuaire Yasukuni. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

R : Le sanctuaire Yasukuni honore des criminels de guerre de classe A directement responsables de la guerre d’agression déclenchée par le Japon durant la Seconde Guerre mondiale. La position de la Chine sur la question du sanctuaire Yasukuni est constante et claire, nous exhortons la partie japonaise à regarder en face le passé d’agression et à y réfléchir profondément, à rompre avec le militarisme et à gagner la confiance des pays voisins asiatiques et de la communauté internationale par des actes concrets.

Q : À notre connaissance, la Chine et la République de Corée tiendront bientôt à Beijing la première session du groupe de travail sur la délimitation maritime. Veuillez le confirmer et nous en dire plus.

R : Conformément au consensus dégagé lors de la première réunion des délégations chargées de négociations gouvernementales sur la délimitation maritime entre la Chine et la République de Corée, tenue en décembre 2015 à Séoul, les deux parties sont convenues d’organiser la première session du groupe de travail le 22 avril à Beijing, pour échanger sur les questions relatives à la délimitation maritime.

Régler de manière équitable et rationnelle la question de la délimitation maritime par négociation et consultation revêt une grande importance pour la préservation de la tranquillité et de la stabilité dans les eaux séparant la Chine et la République de Corée et la consolidation et le développement de leurs relations d’amitié et de coopération. Cela illustre pleinement la position et l’idée de la Chine de régler toujours les différends par négociation et consultation avec les pays directement concernés dans le respect des faits historiques et en vertu du droit international. Nous espérons que nos deux pays pourront régler équitablement et rationnellement la question du chevauchement des revendications sur les droits et intérêts maritimes par voie de consultation amicale, de manière à donner un bon exemple au règlement des questions similaires entre les pays de la région.

Q : Le représentant spécial du Département d’État américain pour la politique de la RPDC Sung Kim sera à Beijing cette semaine pour rencontrer son homologue chinois. Pourriez-vous nous en donner quelques éléments ?

R : Le représentant spécial du Département d’État américain pour la politique de la RPDC Sung Kim est arrivé aujourd’hui à Beijing. Le représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la péninsule coréenne Wu Dawei aura des échanges de vues avec lui sur la situation dans la péninsule coréenne.

Q : L’opposition syrienne, le « Haut Comité des négociations » a décidé de suspendre sa participation aux pourparlers de paix à Genève. Pensez-vous que les pourparlers de paix à Genève entrent dans une impasse ? Quel rôle la Chine jouera-t-elle dans la promotion du règlement politique de la question syrienne ?

R : Les différentes parties ont déployé de durs efforts pour le lancement du nouveau tour des pourparlers de paix sur la question syrienne à Genève, et nous sommes préoccupés par les difficultés que rencontrent actuellement les pourparlers. Le règlement politique représente la seule issue réaliste de la crise syrienne. La Chine soutient la promotion du processus des pourparlers de paix à Genève conformément aux dispositions des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et au consensus de la réunion des ministres des affaires étrangères du Groupe de soutien international à la Syrie, et appuie les efforts de médiation de l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU Staffan de Mistura. Nous appelons toutes les parties syriennes à continuer à participer de manière constructive aux pourparlers de paix à Genève sans fixer de conditions préalables. Que les pourparlers de paix se poursuivent et aboutissent, cela correspond aux intérêts fondamentaux de la Syrie et de son peuple. L’Envoyé spécial du gouvernement chinois sur la question syrienne Xie Xiaoyan est actuellement en visite dans les pays de la région concernés. La Chine continuera à jouer son rôle pour la promotion du règlement politique de la question syrienne.

Q : Le 20 avril, la 19e réunion des représentants spéciaux sur la question frontalière sino-indienne a eu lieu à Beijing. Pourriez-vous nous en donner des informations ?

R : La 19e réunion des représentants spéciaux sur la question frontalière sino-indienne s’est tenue le 20 avril à Beijing. Le Représentant spécial de la Chine et Conseiller d’État Yang Jiechi a eu des discussions étendues, approfondies et franches avec le Représentant spécial de l’Inde et Conseiller à la Sécurité nationale Ajit Doval sur la question frontalière, les relations bilatérales, les dossiers régionaux et internationaux, ainsi que d’autres questions d’intérêt commun. Le Représentant spécial Ajit Doval a également transmis à la partie chinoise les salutations du Premier Ministre Narendra Modi au Président Xi Jinping et au Premier Ministre Li Keqiang. Cet après-midi, il sera reçu par le Premier Ministre Li Keqiang.

L’Agence de presse Xinhua a déjà fait un reportage bien détaillé sur la réunion. J’aimerais indiquer que la réunion des représentants spéciaux est un canal important pour régler la question frontalière léguée par l’histoire entre la Chine et l’Inde. Cette réunion a permis aux deux parties de renforcer leur confiance mutuelle et d’élargir leur convergence de vues. Elle revêt une importance significative pour promouvoir le règlement de la question frontalière, maintenir la paix et la tranquillité dans les zones frontalières et préserver le développement sain et régulier des relations sino-indiennes.

Suggest To A Friend
  Print