Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 28 avril 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016-04-28

Q : Des officiels des États-Unis disent que la Chine aurait renforcé des mesures de surveillance dans la zone à proximité de Huangyan Dao et supposent que la Chine entreprenne des travaux de poldérisation sur Huangyan Dao. À partir du 19 avril, les forces aériennes américaines envoient des avions militaires comme A-10 patrouiller dans l’« espace aérien international » près de Huangyan Dao. Quels sont vos commentaires là-dessus ? La Chine envisage-t-elle des travaux de poldérisation sur Huangyan Dao ?

R : J’ai noté dans certains médias une multiplication des conjectures sur les actions possibles que prendra la Chine sur Huangyan Dao ces derniers temps. Est-ce le signe de l’inquiétude de certaines personnes ?

Je tiens à réaffirmer que Huangyan Dao fait partie intégrante du territoire chinois. Entreprendre ou non une action dans Huangyan Dao, cela relève de la souveraineté de la Chine. La Chine a la confiance et la capacité de préserver de toute atteinte sa souveraineté et ses droits et intérêts légitimes.

Q : Certains membres du Congrès américain déclarent que les « opérations de liberté de navigation » effectuées par les États-Unis en Mer de Chine méridionale doivent être de routine. Selon eux, l’envoi des patrouilles tous les trois mois dans ces eaux « n’est point suffisant pour donner un message fort à la Chine ». Comment y réagissez-vous ?

R : Nous avons noté les reportages concernés. Mais nous avons noté en même temps que l’armée américaine exagère intentionnellement, selon certaines opinions aux États-Unis, la soi-disant menace chinoise en Mer de Chine méridionale. Par exemple, le magazine américain National Interest a fait savoir récemment que l’inquiétude américaine à l’égard des conséquences de la revendication de souveraineté de la Chine en Mer de Chine méridionale sur le trafic commercial international dans la région est infondée et que les activités de la Chine dans cette zone n’ont pas porté atteinte à la sécurité nationale des États-Unis. L’armée américaine a envoyé un porte-avions en Mer de Chine méridionale pour démonstration de force. Un groupe aéronaval a un coût d’acquisition de 13 milliards de dollars US et un coût d’opération de 6,5 millions de dollars US par jour, alors que la dette publique américaine dépasse 19 000 milliards de dollars US. Les « opérations de liberté de navigation » en Mer de Chine méridionale boostées par certains aux États-Unis ont-elles le soutien des contribuables américains ?

Je tiens à réaffirmer que la Chine respecte et soutient depuis toujours une véritable liberté de navigation conformément au droit international, mais s’oppose résolument à tout acte portant atteinte à la souveraineté et aux intérêts de sécurité de la Chine sous le prétexte de la liberté de navigation.

Suggest To A Friend
  Print