Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Déclaration de la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying au sujet des propos tenus par certaines personnalités au cours du Dialogue de Shangri-La
2016-06-04

Q : Le Secrétaire à la Défense américain Ashton Carter et le Ministre japonais de la Défense Nakatani Gen ont tenu des propos sur la question de la Mer de Chine méridionale lors du Dialogue de Shangri-La le 4 juin et fait des accusations infondées contre la Chine. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : La partie chinoise a noté les propos tenus par les responsables de la défense des États-Unis et du Japon, dont la plupart sont des vieilles rhétoriques. En fermant les yeux sur la réalité fondamentale et en pointant du doigt arbitrairement les activités de construction légitimes menées par la Chine sur ses îles et atolls, ils accusent la Chine d'être responsable des problèmes de sécurité régionale alors qu'elle en est victime et ils cherchent à semer la discorde entre la Chine et les autres pays de la région. La Chine s'y oppose fermement et la délégation chinoise participant au Dialogue a clairement exposé la position de la Chine. Je voudrais souligner ici les points suivants :

Premièrement, la Chine a la souveraineté incontestable sur les îles Nansha et les eaux adjacentes et cela repose sur des fondements historiques et juridiques solides. La Chine n'a jamais reconnu ni ne reconnaîtra jamais le soi-disant « statut quo » découlant de l'occupation illégale par certains pays de territoires chinois. Les pays hors de la région doivent tenir leur engagement et s'abstenir de commenter à tort et à travers sur la question de la souveraineté territoriale.

Deuxièmement, les activités de construction concernées ont été menées par la Chine sur le sol chinois et ne violent nullement le droit international. En revanche, ce qui appelle la vigilance des pays de la région, ce sont les agissements et les vraies intentions de certains pays qui déploient ces dernières années d'importants armements et équipements avancés en Asie-Pacifique.

Troisièmement, l'introduction unilatérale par les Philippines de l'arbitrage concernant la Mer de Chine méridionale n'a pas pour but de régler les différends mais de nier la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en Mer de Chine méridionale. Cet arbitrage porte gravement atteinte au sérieux et à l'intégrité de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM) et constitue un abus et une violation du droit international. La Chine a, dès le début, exprimé sa position de non-acceptation et de non-participation vis-à-vis de l'arbitrage.

Quatrièmement, pour parler d'un ordre fondé sur des règles, la Chine a signé dès 2002 avec les pays de l'ASEAN la Déclaration sur la conduite des Parties en Mer de Chine méridionale (DOC). La DOC est une règle régionale que toutes les parties sont tenues d'observer.

Q : Dans son allocution prononcée à l'ouverture du Dialogue de Shangri-La le 3 juin, le Premier Ministre thaïlandais Prayuth Chanocha a déclaré que les questions maritimes ne devaient pas être un « jeu à somme nulle » et que les pays de la région devaient transcender leurs différends en matière de frontières maritimes pour chercher à renforcer leur coopération par des moyens mutuellement avantageux et gagnant-gagnant. Le Ministre indonésien de la Défense Jenderal Ryamizard Ryacudu a déclaré en marge du Dialogue qu'il fallait adopter une vue d'ensemble sur la Charte des Nations Unies, la CNUDM, la DOC ainsi que le contexte historique et régler étape par étape les différends concernés en Mer de Chine méridionale. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Nous avons pris note de ces déclarations. La Chine est toujours d'avis que les questions liées à la souveraineté territoriale et à la délimitation maritime en Mer de Chine méridionale doivent être réglées pacifiquement par voie de négociation entre les parties directement concernées dans le respect des faits historiques et conformément au droit international. La Chine salue et soutient l' « approche de double voie » proposée par les pays de l'ASEAN en vue de régler adéquatement la question de la Mer de Chine méridionale, qui consiste en le règlement des différends par des négociations et des consultations entre les pays directement concernés et la préservation conjointe par la Chine et les pays de l'ASEAN de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale.

La Chine préconise depuis toujours l'idée d'une sécurité régionale commune, inclusive, coopérative et durable pour tracer une voie de sécurité régionale caractérisée par la construction conjointe, le partage et le gagnant-gagnant. À l'heure actuelle où les pays de la région sont confrontés aux défis de sécurité maritime non conventionnels plus aigus, les différentes parties doivent renforcer leur coopération pragmatique en mer et répondre ensemble et adéquatement à ces défis pour maintenir la paix et la stabilité maritimes dans la région.

Suggest To A Friend
  Print