Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 13 juin 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016-06-13

Sur l'invitation du Président de la République de Serbie Tomislav Nikolic, du Président de la République de Pologne Andrzej Duda et du Président de la République d'Ouzbékistan Islom Karimov, le Président Xi Jinping effectuera une visite d'État dans ces trois pays du 17 au 22 juin.

Sur l'invitation du Président de la République d'Ouzbékistan Islom Karimov, le Président Xi Jinping participera à la 16e réunion du Conseil des Chefs d'État des États membres de l'Organisation de Coopération de Shanghai qui se tiendra les 23 et 24 juin à Tachkent, en Ouzbékistan.

Q : La réunion spéciale des Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays de l'ASEAN se tiendra demain au Yunnan. Pourquoi cette réunion spéciale ? La question de la Mer de Chine méridionale fera-t-elle l'objet des discussions ? Quelles sont les attentes de la Chine sur cette réunion ?

R : Cette année marque le 25e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue entre la Chine et l'ASEAN. C'est une année charnière pour le développement de leurs relations. Cette réunion est un arrangement particulier en plus des rencontres annuelles entre la Chine et l'ASEAN. Elle montre pleinement l'attachement et les attentes de la Chine et des pays de l'ASEAN vis-à-vis du développement des relations entre eux.

Cette réunion a pour but de passer en revue l'histoire du développement des relations Chine-ASEAN, d'en tirer des expériences, de planifier ces relations dans l'avenir, et de préparer le sommet célébrant le 25e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue Chine-ASEAN qui aura lieu en septembre. Lors de cette réunion, nous entendons engager des échanges de vues approfondis avec les pays de l'ASEAN sur les relations Chine-ASEAN, la mise en œuvre globale et efficace de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale, la montée en gamme de la coopération Chine-ASEAN et la préservation de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Q : Selon des sources d'information, dimanche dernier, 15 Philippins et un Américain se sont rendus à Huangyan Dao et ont tenté d'y planter le drapeau national philippin. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Comme nous l'avons répété à maintes reprises, Huangyan Dao fait partie intégrante du territoire chinois. Nous exhortons les Philippines à respecter la souveraineté de la Chine et à se garder de tout acte de provocation.

Q : Selon la liste des résultats publiée à l'issue du 8e Dialogue stratégique et économique sino-américain, le 2e dialogue de haut niveau sino-américain sur la lutte contre la cybercriminalité et les affaires y relatives aura lieu le 14 juin à Beijing. Veuillez nous en donner plus d'informations. Le Secrétaire d'État américain John Kerry a récemment fait savoir que la présente session du dialogue stratégique et économique était la session la plus fructueuse parmi toutes celles auxquelles il avait participé. Comment y réagissez-vous ?

R : Comme vous l'avez constaté, à l'issue des discussions très animées et pragmatiques lors du 8e Dialogue stratégique et économique sino-américain et du 7e tour de Consultations de haut niveau sino-américaines sur les échanges humains de la semaine dernière, plus de 300 résultats concrets ont été obtenus, dont 120 sur le plan stratégique, une soixantaine sur le plan économique et 158 sur le plan des échanges humains. Il s'agit là d'une illustration concrète du développement sans cesse des relations sino-américaines.

Un des résultats des travaux : les deux parties ont décidé de continuer à mettre en œuvre les principes directeurs de la lutte contre la cybercriminalité et des questions y relatives sur la base du premier dialogue de haut niveau sino-américain en la matière tenu en décembre dernier, et de lutter conjointement contre les actes malveillants sur internet, y compris le piratage informatique. J'ai la certitude que grâce aux efforts conjugués des deux parties, le dialogue de haut niveau concerné sera couronné de succès.

Vous avez mentionné les remarques du Secrétaire d'État américain John Kerry et d'autres officiels américains sur le 8e Dialogue stratégique et économique sino-américain et le 7e tour de Consultations de haut niveau sino-américaines sur les échanges humains. Nous les trouvons pertinentes et nous les apprécions. La Chine et les États-Unis entretiennent des communications étroites sur les questions d'actualité internationales et les grands dossiers dans les relations bilatérales, et travaillent sans cesse à obtenir des consensus et à les concrétiser, voilà un processus qui incarne les efforts conjoints des deux pays visant à promouvoir les relations bilatérales. Cela correspond aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples et répond aux aspirations communes de la communauté internationale.

Q : Le Premier Ministre indien Narendra Modi vient d'effectuer une visite aux États-Unis. Durant sa visite, il a eu des échanges avec le Président américain Barack Obama sur beaucoup de sujets. Contrairement au passé, la déclaration conjointe des deux pays n'a pas évoqué cette fois-ci la question de la Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Hier, le Ministère chinois des Affaires étrangères a publié une déclaration sur l'élargissement du Groupe des Fournisseurs Nucléaires (GFN). Pensez-vous que l'Inde et le Pakistan seront admis au GFN lors de sa Réunion plénière annuelle le 24 juin ?

R : Concernant votre première question, la position de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale est très claire. Au fond, cette question n'implique que la Chine et quelques pays de l'ASEAN. Ce sont les pays de l'ASEAN qui ont avancé en premier l'approche « à double voie » comme une piste pour régler cette question, à savoir les différends liés à la Mer de Chine méridionale doivent être réglés par la Chine et les parties directement concernées sur la base du respect des faits historiques et du droit international et par voie de négociations directes, et dans le même temps, la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale doivent être préservées par les pays de la région. Telle est notre position de principe sur la question de la Mer de Chine méridionale. Nous espérons que toutes les parties non concernées pourront la respecter.

Nous avons aussi noté que dans la déclaration conjointe Inde-États-Unis publiée lors de la visite du Premier Ministre indien Narendra Modi aux États-Unis, n'a pas été évoquée la question de la Mer de Chine méridionale. L'Inde pratique toujours une politique extérieure d'indépendance, vous le voyez mieux que moi peut-être. Nous croyons que c'est un choix indépendant de l'Inde partant de ses propres intérêts.

Concernant votre deuxième question au sujet du GFN, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a déjà donné la réponse aux médias indiens. Lors de la réunion du GFN qui vient de se terminer, il n'a été évoqué l'adhésion d'aucun pays. Le Président du GFN a aussi fait savoir que ce sujet ne figurait sur aucun programme. Seule une question d'intérêt commun a fait l'objet des discussions, à savoir comment faire face à la volonté d'adhérer au GFN des pays non-signataires du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Des discussions amples et nécessaires sur ce sujet sont toujours en cours au sein du GFN.

Q : Selon des sources d'information, la Chine cherche à devenir membre à part entière de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Veuillez nous le confirmer.

R : Ce matin, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Wang Chao a rencontré le Directeur général de l'OIM William Lacy Swing en visite en Chine, et lui a remis la demande d'adhésion signée par le Ministre Wang Yi. Le Directeur général William Lacy Swing a vivement salué et hautement apprécié cette initiative.

L'OIM est la plus importante organisation intergouvernementale dans le domaine de la migration. Depuis que la Chine est devenue obsevateur de l'OIM en 2001, les deux parties ont mené d'importantes coopérations pragmatiques notamment sur le renforcement des capacités de gestion des migrations et la protection consulaire à l'étranger. L'OIM a porté assistance aux ressortissants chinois bloqués en Syrie et en Micronésie. La Chine est un pays très peuplé avec un grand nombre de migrants. Une fois devenue membre de l'OIM, elle jouera un rôle plus important dans le domaine de la migration avec la sagesse chinoise et travaillera à promouvoir la coopération internationale en la matière.

Q : Selon des sources d'information, Pedro Pablo Kuczynski, candidat des Péruviens pour le changement, a remporté les élections présidentielles au Pérou le 9 juin. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Quels seront les impacts du résultat de l'élection sur les relations sino-péruviennes ?

R : La Chine félicite Pedro Pablo Kuczynski pour son élection au poste du Président péruvien.

Le Pérou est un pays important de l'Amérique latine. Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pérou il y a 45 ans, les relations sino-péruviennes ont connu un grand développement, avec de fréquents échanges de haut niveau, une coopération pragmatique fructueuse dans tous les domaines et de bonnes communications et concertations dans les affaires internationales et régionales.

Très attachée à ses relations avec le Pérou, la Chine entend travailler ensemble avec lui pour renforcer davantage les échanges et coopérations amicaux dans tous les domaines, de sorte à faire progresser sans cesse le partenariat stratégique global sino-péruvien.

Q : Le sommet de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) aura lieu fin juin. Les discussions sur la demande d'adhésion de l'Inde et du Pakistan à l'OCS sont toujours en cours. Cela deviendra-t-il réalité lors de ce sommet ? Par ailleurs, comment réagissez-vous à l'adhésion de l'Inde au Régime de contrôle de la technologie des missiles (MTCR) ?

R : Concernant la 16e réunion du Conseil des Chefs d'État des États membres de l'OCS qui se tiendra à Tachkent, nous organiserons bientôt un point de presse pour vous communiquer les informations détaillées. Concernant l'adhésion de l'Inde et du Pakistan à l'OCS, je ne peux pas prévoir les résultats de la réunion. Mais je peux vous dire qu'il s'agit en effet d'un sujet important à discuter lors de ce sommet. Les Chefs d'État des États membres engageront des discussions approfondies là-dessus et feront avancer l'élargissement de l'OCS à pas assurés.

Concernant votre deuxième question, nous sommes toujours favorables au renforcement des régimes internationaux de contrôle des exportations contre la prolifération. C'est un fait incontestable.

Q : Samedi dernier, au moins 50 personnes ont été tuées lors d'une fusillade dans une boîte de nuit à Orlando, en Floride, aux États-Unis. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous sommes profondément bouleversés par cette attaque. Nous avons noté que l'administration américaine et les autres parties concernées étaient en train de vérifier les choses et notamment de déterminer la nature de l'attentat. Quoi qu'il en soit, la Chine condamne tout acte terroriste violent contre les civils innocents.

Le 13 juin, suite à l'attaque meurtrière à Orlando, le Président Xi Jinping a adressé un message au Président américain Barack Obama pour exrpimer, au nom du gouvernement et du peuple chinois, sa profonde compassion et sa sincère solidarité au Président Barack Obama et aux gouvernement et peuple américains, ainsi que ses condoléances attristées aux victimes. Le Premier Ministre Li Keqiang a aussi présenté sa sympathie à la partie américaine.

En ce moment difficile, le peuple chinois réaffirme sa solidarité avec le peuple américain. D'après les missions diplomatiques chinoises aux États-Unis, jusqu'à présent, aucun citoyen chinois n'a été rapporté mort ou blessé dans cette attaque.

Une question a été posée après la conférence : Récemment, des navires militaires chinois et japonais se sont pénétrés dans la zone contiguë de Diaoyu Dao. Le Japon a exprimé sa protestation à la Chine sur ce sujet. Est-ce que la Chine a aussi protesté auprès de la partie japonaise ?

Lu Kang : La position de la Chine sur la question de Diaoyu Dao est constante et claire. La Chine a déjà fait des représentations solennelles auprès du Japon, l'exhortant à cesser tout acte et parole provocateurs susceptibles de nuire à la souveraineté de la Chine, afin d'éviter de nouveaux problèmes aux relations sino-japonaises.

Suggest To A Friend
  Print