Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 29 juin 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016-06-29

Sur l'invitation du Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang, le Premier Ministre de la République hellénique Alexis Tsipras se rendra en visite officielle en Chine du 2 au 6 juillet.

Sur l'invitation du Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang, le Premier Ministre de l'État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée Peter O'Neill se rendra en visite officielle en Chine du 5 au 10 juillet.

Q : Selon des sources d'information, le Président du Parti du Peuple cambodgien et Premier Ministre du Cambodge Hun Sen a présenté le 28 juin sa position sur la question de la Mer de Chine méridionale, soulignant l'opposition du Parti du Peuple cambodgien à la publication par l'ASEAN d'une déclaration sur l'arbitrage initié par les Philippines sur la Mer de Chine méridionale, et appelant les pays hors de la région à mettre fin à leur ingérence dans la question de la Mer de Chine méridionale et les pays concernés à mettre en œuvre correctement l'esprit énoncé dans la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires à cet égard ?

R : Nous apprécions hautement la position objective et impartiale prise par le Premier Ministre Hun Sen et le Parti du Peuple cambodgien sur la question de la Mer de Chine méridionale. Cette prise de position démontre une fois encore que la tentative de certains pays d'utiliser l'arbitrage initié par les Philippines sur la Mer de Chine méridionale pour semer la discorde entre la Chine et l'ASEAN et saboter la paix et la stabilité régionales est impopulaire et sera vouée à l'échec.

Q : La nuit dernière, l'aéroport international Atatürk d'Istanbul a été frappé par un grave attentat-suicide terroriste, faisant de nombreux morts et blessés. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Y a-t-il des ressortissants chinois parmi les victimes ?

R : La Chine condamne fermement cet attentat terroriste qui vise la population civile. Nous nous opposons au terrorisme sous toutes ses formes, et nous appelons la communauté internationale à renforcer la coordination et la coopération dans la lutte anti-terroriste pour préserver la paix et la stabilité régionales. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a déjà envoyé un message de sympathie à son homologue turc Mevlüt Çavuşoğlu.

Selon les informations du Consulat général de Chine à Istanbul, jusqu'à présent, aucun ressortissant chinois n'a été signalé parmi les victimes. Au moment des explosions, environ 90 ressortissants chinois se trouvaient à l'aéroport. Le Consulat général a déjà pris contact avec les Chinois bloqués à l'aéroport, qui sont tous en sécurité, et leur portera activement assistance.

Étant donné la grave situation sécuritaire en Turquie, le Ministère chinois des Affaires étrangères et l'Ambassade de Chine en Turquie appellent une fois encore les citoyens chinois à la prudence quant aux projets de voyage en Turquie dans les jours qui viennent. Les ressortissants chinois qui se trouvent en Turquie ont à maintenir une haute vigilance et à renforcer les mesures de prévention et d'urgence.

Q : Selon des sources, la Chine n'octroie plus de visa touristique de 10 ans aux Canadiens nés à Hong Kong. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Premièrement, conformément à l'arrangement de réciprocité sur les visas conclu le 28 février 2015 entre le Ministère chinois des Affaires étrangères et l'Ambassade du Canada en Chine, à partir du 9 mars 2015, les deux parties octroient réciproquement aux citoyens de l'autre des visas multi-entrées d'une durée de 10 ans au plus sous réserve de la validité du passeport pour visite d'affaires, touristique ou familiale. La Chine applique toujours strictement cet arrangement de réciprocité.

Deuxièmement, concernant la délivrance de papiers par l'Ambassade et les Consulats de Chine au Canada aux ressortissants chinois de Hong Kong, les récents reportages sur le réajustement ou le durcissement de la politique chinoise ne sont pas vrais. Nous tenons depuis toujours à traiter les demandes de papiers déposées par les Chinois de Hong Kong sur la base de la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine, de la Loi de la République populaire de Chine sur la nationalité et des Notes d'interprétation du Comité permanent de l'APN sur l'application de la Loi de la République populaire de Chine sur la nationalité dans la Région administrative spéciale de Hong Kong. Les papiers à délivrer dépendent des informations personnelles des candidats et des dossiers qu'ils déposent. Depuis le recouvrement par le gouvernement chinois de la souveraineté sur Hong Kong, le Ministère chinois des Affaires étrangères demande toujours aux ambassades et aux consulats de Chine à l'étranger de fournir pleinement des services et de l'assistance aux Chinois de Hong Kong, afin de faciliter leur voyage, leur travail et leur séjour partout dans le monde.

Q : Quel sera l'impact de l'annonce de démission faite par le Premier Ministre britannique David Cameron sur les relations sino-britanniques ?

R : Les relations sino-britanniques connaissent une bonne dynamique de développement dans leur ensemble. Nous entendons travailler ensemble avec le Royaume-Uni pour bien préserver et développer les relations entre les deux pays.

Q : Récemment, la Commission des droits de l'homme du Parti conservateur du Royaume-Uni a publié un rapport, dans lequel elle a fait des critiques irresponsables sur la situation des droits de l'homme en Chine. Comment y réagissez-vous ?

R : Les progrès fulgurants dans le domaine des droits de l'homme en Chine ont été rendus possibles par le peuple chinois lui-même. Et c'est lui seul qui a le droit de dire comment vont les droits de l'homme en Chine. Nous avons noté que le soi-disant rapport publié par un nombre infime de parlementaires du Parti conservateur du Royaume-Uni, plein de préjugés, déformait et critiquait la situation des droits de l'homme en Chine au mépris de la réalité. Cela ne vaut pas la peine de le réfuter. Nous exhortons ces parlementaires à ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine sous quelque forme que ce soit. Au contraire, ils doivent préserver le développement des relations sino-britanniques par des actes concrets.

Q (posée après la conférence de presse) : Selon des sources, le candidat républicain à la Maison blanche Donald Trump a affirmé le 28 juin qu'une fois élu Président des États-Unis, il classerait la Chine dans la liste des pays manipulateurs des taux de change et imposerait des droits de douane punitifs aux produits chinois importés aux États-Unis. Comment y réagissez-vous ?

R : La coopération économique et commerciale entre la Chine et les États-Unis constitue le stabilisateur et l'impulseur pour leurs relations bilatérales. Elle est par nature mutuellement avantageuse. Le déséquilibre commercial entre les deux pays n'est pas dû au taux de change du yuan RMB. Nous espérons que les personnalités américaines concernées pourront voir les relations économiques et commerciales Chine-États-Unis de manière objective et raisonnable, et agir davantage en faveur de la confiance mutuelle et de la coopération entre les deux parties pour préserver ensemble le développement sain et régulier des relations économiques et commerciales sino-américaines, ce qui correspond aux intérêts communs des deux parties.

Suggest To A Friend
  Print