Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 21 janvier 2019 tenue par la porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying
2019-01-21

Sur invitation du Conseiller diplomatique du Président de la République française, Philippe Etienne, et du Ministre des Affaires étrangères de la République italienne, Enzo Moavero Milanesi, le Conseiller d'Etat chinois et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi se rendra en France du 23 au 26 janvier 2019, où il organisera la 18e Consultation des coordinateurs du Dialogue stratégique Chine-France, et effectuera une visite en Italie, où il présidera la 9e réunion conjointe du Comité gouvernemental Chine-Italie.

Q : La semaine dernière, le deuxième Dialogue financier de haut niveau Chine-Allemagne s'est tenu à Beijing. Pourriez-vous nous présenter les résultats obtenus lors de ce dialogue ?

R : Liu He, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois et Vice-Premier ministre chinois, et Olaf Scholz, Vice-Chancelier allemand et Ministre des Finances, ont co-présidé le 18 janvier à Beijing le deuxième Dialogue financier de haut niveau Chine-Allemagne. Il s'agit du premier dialogue de haut niveau dans le domaine financier entre la Chine et l'Allemagne depuis la formation de leurs nouveaux gouvernements. S'axant autour du thème « Elargir l'ouverture réciproque et approfondir la coopération pragmatique pour porter les relations financières sino-allemandes à un nouveau palier », les deux parties ont abordé des sujets tels que la conjoncture et les politiques macro-économiques actuelles et la gouvernance de l'économie mondiale, la coopération stratégique sino-allemande, la coopération et la régulation financières, en obtenant une série de résultats fructueux et pragmatiques, et en parvenant à de nombreux consensus.

Lors de ce cycle de dialogue, les deux parties ont réitéré le renforcement de la coordination des politiques macro-économiques, le soutien au système commercial multilatéral basé sur les règles et centré sur l'Organisation mondiale du commerce, et la promotion de l'amélioration de la gouvernance de l'économie internationale, afin de contribuer à bâtir une économie mondiale ouverte et à stimuler la croissance de l'économie mondiale. Les deux parties ont consenti à intensifier leur coopération stratégique, à soutenir l'articulation de l'initiative « la Ceinture et la Route » à la stratégie visant à relier l'Europe à l'Asie et à la planification des infrastructures européennes, ainsi qu'à multiplier leur coopération pragmatique sur les marchés tiers. Durant ce dialogue, les deux parties ont signé le Mémorandum d'entente sur la coopération entre les banques centrales de Chine et d'Allemagne, la Lettre d'intention sur la coopération sino-allemande en matière de supervision bancaire, et le Mémorandum d'entente sur la coopération sino-allemande en matière de supervision des valeurs à terme.

Ce dialogue a permis d'émettre un message positif : la Chine et l'Allemagne œuvrent ensemble pour défendre le multilatéralisme et la mondialisation économique. Il a permis d'accroître la compréhension et la confiance mutuelle entre les deux parties, d'élargir le consensus sur la recherche d'intérêts communs et de faire progresser la coopération pragmatique dans le domaine financier. Je suis convaincu que ce dialogue jouera un important rôle d'impulsion dans le développement du partenariat stratégique tous azimuts sino-allemand.

Q : Selon les médias canadiens, suivant l'avis du Bureau du Québec à Shanghai, le Maire de Québec Régis Labeaume a annulé son voyage en Chine prévu en mars prochain. Selon le reportage qui citait une source bien informée, si M. Labeaume avait effectué sa visite comme prévu, il lui aurait été difficile de rencontrer ses homologues chinois. Est-ce que la partie chinoise peut le confirmer ? Selon un autre reportage, le Bureau de Premier ministre canadien a déclaré dans un communiqué que, lors de son entretien téléphonique avec la Chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre Justin Trudeau avait remercié la partie allemande d'avoir soutenu ouvertement la partie canadienne. Lors de son entretien téléphonique avec son homologue singapourien Lee Hsien Loong, M. Trudeau a évoqué l'incident controversé entre le Canada et la Chine. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : Concernant votre première question, la partie chinoise n'était pas au courant du programme de la visite en Chine de la partie canadienne concernée. Nous soutenons depuis toujours les échanges, aussi bien entre les collectivités décentralisées qu'entre les personnalités de divers milieux chinois et canadiens.

Concernant votre deuxième question, nous avons pris note des reportages concernés. La pratique de la partie canadienne nous a fait penser à une expression idiomatique chinoise : donner le change sur sa puissance.

Tout d'abord, la partie canadienne a pratiqué la « diplomatie du microphone » dans l'idée de gagner la sympathie de certains pays pour qu'ils prennent son parti. Cela ne peut pas changer la nature de l'incident, ni contribuer à résoudre la question. Ensuite, la partie canadienne a remercié certains soi-disant « alliés » pour l'avoir soutenu ouvertement. Mais nous avons remarqué que la partie allemande citée par la partie canadienne n'avait jamais diffusé d'information y relative. Donc, je ne sais pas d'où vient « le soutien ouvert de l'Allemagne », comme l'a prétendu la partie canadienne. Par ailleurs, la partie canadienne a également évoqué Singapour. Nous avons remarqué que, selon le reportage, la partie singapourienne a déclaré que tous les pays devaient suivre les procédures juridiques régulières en traitant les affaires impliquant des citoyens étrangers. Elle a raison en s'exprimant ainsi, car c'est justement à la lumière de l'esprit du droit et conformément aux procédures juridiques que la partie chinoise a traité l'affaire concernée. Nous souhaitons que la partie canadienne puisse agir ainsi. Je voudrais inviter, encore une fois, la partie canadienne à remédier à ses pratiques erronées, à respecter l'esprit de droit, à respecter la justice et la souveraineté de la Chine, et à cesser de s'exprimer de manière irresponsable.

Q : Selon les médias, un fonctionnaire américain a récemment averti Israël en vue de la suppression des projets d'investissement chinois, notamment du projet du port de Haïfa, pour des raisons de craintes liées à cybersécurité et à l'espionnage. Un fonctionnaire israélien, qui souhaitait garder l'anonymat, a répondu que l'alerte de sécurité contre la Chine était juste une blague. Si la Chine avait voulu recueillir des renseignements, il lui aurait suffi de louer un appartement à Haïfa plutôt que d'investir dans un port. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce propos ?

R : J'ai pris note des reportages concernés. Ces derniers temps, la partie américaine a abusé la notion de « sécurité nationale » pour diffamer et réprimer les activités commerciales normales d'entreprises chinoises. Sur cette question, la partie américaine ignore constamment les faits, s'alarmant au moindre bruit. Même ses alliés trouvent cela ridicule. Pensez-vous que la partie chinoise a toujours à faire un commentaire à ce sujet ?

Q : L'Ambassadeur de Chine au Canada, Lu Shaye, a déclaré lors d'une interview accordée la semaine dernière que, si le Canada bloquait la technologie 5G de Huawei, il y aurait des conséquences pour le Canada. Quel est votre commentaire à ce propos ? Pourquoi la partie chinoise a-t-elle alerté un autre gouvernement sur les conséquences de sa prise de décision ?

R : Avez-vous bien lu l'interview de l'Ambassadeur Lu Shaye ? A mon avis, il ne voulait pas dire que la partie chinoise avait l'intention de s'immiscer dans la prise de décision du gouvernement canadien. Nous savons tous que Huawei est un fournisseur de premier plan dans le domaine de la technologie 5G. Il est certain que celui qui ne coopère pas avec Huawei subira des pertes.

Q : Selon les médias, ce matin, le Service de presse des forces de défense israéliennes a déclaré qu'Israël avait mené la nuit dernière des attaques contre des bases militaires iraniennes en Syrie. Après que la Syrie a attaqué les avions militaires israéliens, ses installations de défense aérienne ont également été bombardées par Israël. Il s'agit de l'attaque la plus puissante depuis le mois de mai 2018. Quel est votre commentaire à ce propos ? Cela impactera-t-il la situation régionale ?

R : Nous avons noté les reportages concernés. La partie chinoise préconise depuis toujours que l'intégrité territoriale et la souveraineté de la Syrie doivent être respectées et sauvegardées. Actuellement, le règlement politique de la question de la Syrie observe une bonne tendance. Les parties concernées doivent éviter toute action susceptible de provoquer l'escalade des tensions, et jouer un rôle constructif dans la promotion du règlement politique de la question de la Syrie, afin de maintenir ensemble la paix et la stabilité régionales.

Q : Selon les médias, le Président sud-africain Cyril Ramaphosa, le Président kenyan Uhuru Kenyatta, le Président tanzanien Joseph Magufuli, le Président burundais Pierre Nkurunziza et la Communauté de développement d'Afrique australe ont félicité Félix Tshisekedi pour son élection en tant que Président de la République démocratique du Congo (RDC). Selon un porte-parole de l'Union européenne, les résultats de la présidentielle ne sont pas encore unanimement confirmés, et toutes les parties doivent s'abstenir de toute action susceptible de conduire à la violence. Le candidat à la présidentielle congolaise Martin Fayulu a déclaré dans un communiqué qu'il n'accepterait pas la décision rendue par la Cour constitutionnelle et qu'il était le seul président légitime de la RDC. Il a appelé au peuple congolais à mener des manifestations pacifiques. Quel est le commentaire de la partie chinoise à propos de cela ?

R : La partie chinoise a noté que la Cour constitutionnelle de la RDC avait annoncé les résultats définitifs de la présidentielle. Le bon déroulement de la présidentielle constitue un grand événement majeur dans la vie politique de la RDC. Le gouvernement et le peuple de la RDC ont fait de grands efforts pour cela et ont fait preuve de sagesse et de capacité. La partie chinoise s'en est félicitée. La partie chinoise respecte le choix fait par le peuple de la RDC et félicite M. Tshisekedi pour son élection. La partie chinoise souhaite que toutes les parties concernées de la RDC continuent d'œuvrer pour promouvoir la paix, la stabilité et le développement du pays, et que toutes les parties de l'extérieur créent activement des conditions favorables à cela.

Q : CNN vient de publier un reportage en citant les « expériences personnelles » d'une Ouïgoure nommée Mihrigul Tursun. Cette femme avait également raconté ses « expériences » similaires en tant que témoin lors d'une séance d'audition du Comité exécutif du Congrès américain sur la Chine tenue le 28 novembre 2018. Par ailleurs, des sénateurs américains, dont Marco Rubio, ont de nouveau proposé le projet de loi sur la politique des droits de l'Homme des Ouïghours au Congrès américain. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : Y a-t-il des journalistes de CNN présents ici aujourd'hui ? (Non)

J'ai également vu le récent reportage de CNN. Vendredi dernier, le 18 janvier, nous avons reçu les questions posées par CNN par courrier électronique. CNN a dit avoir récemment interviewé une femme ouïghoure, Mihrigul Tursun. Celle-ci a prétendu qu'un de ses fils était décédé à l'Hôpital des enfants d'Urumqi en 2015 et qu'elle avait assisté au décès de neuf femmes ouïghoures alors qu'elle était détenue dans la prison d'Urumqi. CNN espérait que nous pourrions répondre à cela. Après avoir reçu les questions, nous y avons attaché une grande importance et avons immédiatement vérifié les informations pertinentes auprès des départements concernés de la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Mais évidemment, CNN n'était pas disposée à attendre le résultat de la vérification et a publié le reportage en question le week-end.

Puisque vous avez évoqué cette question, je voudrais saisir cette occasion pour clarifier les faits. Selon les informations que nous avons reçues de la part des départements concernés du Xinjiang qui ont procédé à une vérification minutieuse de cette question, je souhaite faire les clarifications suivantes.

Premièrement, la femme ouïghoure nommée Mihrigul Tursun, évoquée dans le reportage de CNN, habitait dans le district de Qiemo dans la préfecture autonome mongole de Bayingol au Xinjiang. En août 2010, elle s'est mariée avec un Iranien en Chine. En janvier 2012, elle a fait un enregistrement de mariage avec un Egyptien en Egypte. Selon les informations fournies par Mihrigul elle-même, en avril 2015, elle aurait donné naissance à trois enfants en Egypte, à savoir Muezi, Ailinna et Muaizi. En octobre 2015, Muezi et Ailinna se sont fait inscrire sur les registres d'état civil en Chine. En mars 2018, le mari égyptien de Mihrigul a déclaré au Bureau de la sécurité publique du district de Qiemo que Mihrigul avait acquis la nationalité égyptienne. Après avoir sollicité l'opinion de Mihrigul et reçu sa demande d'annulation de la nationalité chinoise, le Bureau de la sécurité publique du district de Qiemo a rayé le 2 avril Mihrigul, Muezi et Ailinna des registres d'état civil. Mihrigul et son mari ont quitté la Chine le 22 avril avec ses deux enfants Muezi et Ailinna, tous munis de passeports égyptiens.

Deuxièmement, le 21 avril 2017, Mihrigul a été arrêtée par le Bureau de la sécurité publique du district de Qiemo, étant soupçonnée d'incitation à la haine ethnique et à la discrimination. Au cours de cette période, il a été découvert qu'elle avait une maladie infectieuse. Sur le plan humanitaire, le Bureau de la sécurité publique du district de Qiemo a mis fin le 10 mai 2017 aux mesures obligatoires à son encontre. Hormis vingt jours de détention criminelle, Mihrigul était totalement libre pendant son séjour en Chine. Selon les documents y relatifs, entre 2010 et 2017, Mihrigul a fait onze voyages entre la Chine et l'Egypte, les Emirats arabes unis, la Thaïlande et la Turquie.

Bref, Mihrigul n'a jamais été détenue par la police à Urumqi. Elle n'a pas non plus été emprisonnée ni a reçu de formation pénitentiaire dans aucun centre de formation professionnelle. J'ignore sur quelle base elle a prétendu avoir assisté au décès de neuf femmes pendant sa détention, et avoir été détenue par la police dans une cellule peuplée de plus de 50 femmes, lors de l'entretien avec CNN et lors de la séance d'audition au Congrès américain !

Troisièmement, selon nos vérifications, Muezi, l'un des fils de Mihrigul, a été emmené par Mihrigul elle-même et sa famille à l'Hôpital des enfants de Urumqi pour être hospitalisé, à cause d'une pneumonie, d'une hydrocéphalie et d'une hernie inguinale indirecte droite, respectivement du 14 au 19 janvier, du 6 au 12 mai et du 4 au 8 novembre 2016. En avril 2018, Mihrigul et son mari ont quitté la Chine avec leur fils Muezi, muni d'un passeport égyptien.

Quant à l'autre fils de Mihrigul, Muaizi, il ne s'est pas fait inscrire sur les registres d'état civil en Chine. En janvier 2016, Muaizi a été emmené par Mihrigul de Chine en Turquie et laissé aux bons soins de la cousine aînée de son mari, Samar. Nous ne sommes pas au courant de ce qui s'est passé ensuite, mais Mihrigul elle-même doit être très claire à ce sujet.

Par conséquent, l'affirmation de Mihrigul, selon laquelle l'un de ses fils serait décédé à l'Hôpital des enfants d'Urumqi et qu'elle n'aurait pas été informée du motif de l'hospitalisation de son fils, telle que rapportée par CNN, ne correspond pas aux faits et est un mensonge fabriqué avec des arrière-pensées malveillantes.

Voilà ce que nous avons appris des départements concernés du Xinjiang. Ce sont des faits concernant Mihrigul. De plus, je tiens à souligner les deux points suivants.

Premièrement, le respect de la vérité est la ligne directrice des reportages dans les médias. Vous vous souvenez peut-être encore du scandale de Claas Relotius, un reporter connu de chez Der Spiegel, qui a été révélé à la fin de l'année dernière. Il s'est avéré que les sources citées dans plusieurs de ses reportages primés sur la Syrie étaient purement fabriquées. Récemment, les reportages de certains médias occidentaux concernant le Xinjiang semblent avoir cité de nombreuses sources portant des noms exacts, mais il a ensuite été prouvé que ces personnes n'existaient pas ou que ce qui avait été cité n'était pas vrai. Ce reportage publié par CNN n'est que le dernier exemple à cet égard. Nous espérons que les médias concernés pourront strictement observer l'éthique professionnelle de la presse, chérir leur crédibilité et s'abstenir de citer de fausses informations ou des histoires inventées.

Deuxièmement, Mihrigul a raconté ses soi-disant « expériences » en tant que témoin lors d'une séance d'audition du Comité exécutif du Congrès américain sur la Chine tenue le 28 novembre 2018, ce qui est devenu une base importante pour des sénateurs, dont Rubio, afin de proposer et promouvoir le projet de loi sur la politique des droits de l'Homme des Ouïghours. Les membres du Congrès américain ont proféré des accusations injustifiées et diffamé le gouvernement chinois et les politiques ethniques de la Chine sur la base d'une histoire inventée par une menteuse. Nous ne pouvons en aucun cas accepter cela. Nous exhortons les membres du Congrès américain concernés à respecter les faits fondamentaux, à abandonner les préjugés idéologiques et la mentalité de la Guerre froide, et à cesser de diffamer les politiques de la Chine en matière de religion et de gouvernance du Xinjiang. En ce qui concerne ce genre de farce, une fois suffit, sinon la crédibilité de ces sénateurs et des Etats-Unis s'en trouvera réduite.

Q : Ri Su Yong, Membre du Bureau politique et Ministre du Département international du Comité central du Parti du Travail de Corée dirigera une troupe d'art en Chine. Avez-vous plus de détails, comme la date, le lieu et le nom de la troupe d'art ?

R : Le Département international du Comité central du PCC a déjà publié les informations y relatives. Sur invitation du Département international du Comité central du PCC, Ri Su Yong, Membre du Bureau politique, Vice-Président et Ministre du Département international du Comité central du Parti du Travail de Corée, dirigera une troupe d'art en Chine pour une tournée à partir du 23 janvier. En ce qui concerne les détails de cette visite, je n'ai pour le moment aucune information à vous fournir.

Q : Certains intellectuels et fonctionnaires occidentaux ont fait part de leurs préoccupations selon lesquelles l'arrestation des Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor avait créé un effet dissuasif qui affecterait les échanges et la compréhension entre la Chine et les autres pays. Quelle est la réponse de la Chine ?

R : Je me demande qui sont ces intellectuels et fonctionnaires occidentaux et ce qu'ils savent de la situation réelle concernant les cas des deux citoyens canadiens. Ce que la partie chinoise a dit est très clair. Les citoyens canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor étaient soupçonnés de mener des activités portant atteinte à la sécurité nationale de la Chine ; les départements concernés chinois ont alors pris des mesures impératives à leur encontre, conformément à la loi.

Notre attitude vis-à-vis des échanges sino-étrangers est claire. Nous invitons les citoyens étrangers à venir en Chine pour mener des échanges amicaux normaux. Tant qu'ils respectent les lois et les règlements chinois, il n'y a pas de quoi s'inquiéter.

Q : L'explosion d'un pipeline, survenue le soir du 18 janvier (heure locale) dans l'état de Hidalgo, au centre du Mexique, a fait 79 morts et 75 blessés. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : La partie chinoise a noté que l'explosion du pipeline survenue au centre du Mexique a fait de nombreuses victimes. Nous sommes profondément attristés par cela. Le Président Xi Jinping a adressé à la première heure un message au Président Lopez afin d'exprimer ses plus sincères condoléances aux victimes et sa sincère sympathie aux familles des victimes et aux blessés. Le Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a adressé un message de condoléances au Ministre des Affaires étrangères du Mexique, Marcelo Ebrard.

La Chine reste en contact avec la partie mexicaine et se tient prête à offrir l'assistance nécessaire le cas échéant.

Q : Juste pour clarifier la question sur l'Ambassadeur chinois Lu Shaye. Vous disiez que le Canada subirait des conséquences commerciales s'il n'utilisait pas la technologie 5G de Huawei. Le gouvernement chinois ne menace-t-il pas le Canada de conséquences politiques, diplomatiques ou autres, s'il prend cette décision ?

R : Vous êtes très intéressé par cette question, mais avez-vous entendu une quelconque menace du gouvernement chinois ? Ce sont des fonctionnaires canadiens qui se sont fait constamment entendre avec des menaces, pas la Chine. Nous n'avons jamais menacé quiconque. Nous ne faisons que raisonner avec la partie canadienne.

En effet, l'état actuel des relations sino-canadiennes a inévitablement eu un impact considérable sur les échanges et la coopération bilatéraux. Nous ne souhaitions pas voir cela, mais la responsabilité ne nous incombe pas.

Suggest To A Friend
  Print