Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 15 février 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-02-15

À l'invitation de Han Zheng, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC et Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État, Mohammed Bin Salman Al Saud, le prince héritier, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense du Royaume d'Arabie saoudite, effectuera une visite en Chine les 21 et 22 février. Le Vice-Premier Ministre Han Zheng coprésidera avec le prince héritier Mohammed la troisième réunion du Comité mixte de haut niveau Chine-Arabie saoudite.

À l'invitation du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, Mahamoud Ali Youssouf, le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République de Djibouti, effectuera une visite officielle en Chine du 19 au 21 février.

À l'invitation du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères du Kirghizistan, Chingiz Aidarbekov, effectuera une visite officielle en Chine du 19 au 23 février.

Q : Pouvez-vous nous présenter le dernier état d'avancement des consultations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis ? Pouvez-vous nous dire si les deux pays publieront une déclaration commune, un accord ou un mémorandum d'entente tout de suite après la fin des négociations ?

R : Soyez patient et attendez encore un peu. La réponse sera bientôt révélée.

Q : Vous venez d'annoncer que le prince héritier Mohammed, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense du Royaume d'Arabie saoudite, viendra en Chine. Pourriez-vous nous donner le programme de sa visite et nous dire quelles sont les attentes de la Chine pour cette visite ?

R : Pendant la visite du prince héritier Mohammed, le Président Xi Jinping et le Vice-Premier Ministre Han Zheng le rencontreront respectivement. Le Vice-Premier Ministre Han Zheng coprésidera avec le prince héritier Mohammed la troisième réunion du Comité mixte de haut niveau Chine-Arabie saoudite. Les deux parties vont signer une série d'accords de coopération.

Au cours des dernières années, le partenariat stratégique global entre la Chine et l'Arabie saoudite a maintenu une dynamique de développement vigoureuse avec un renforcement continu de la confiance politique mutuelle, une coopération pragmatique fructueuse dans des domaines tels que l'énergie, les infrastructures, l'aérospatiale et les satellites, et une intensification des liens socioculturels.

Nous espérons que cette visite permettra de consolider le partenariat stratégique global entre la Chine et l'Arabie saoudite, de renforcer la connexion des stratégies de développement des deux pays, d'approfondir la coopération dans divers secteurs dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » et de procéder à un échange de vues approfondi sur les questions internationales et régionales d'intérêt commun, afin de faire progresser les relations entre la Chine et l'Arabie saoudite.

Q : L'attentat terroriste qui a eu lieu au Cachemire hier a tué 45 membres des forces de sécurité indiennes. C'est l'une des pires attaques terroristes de la région. Le Jaish-e-Mohammed, basé au Pakistan, a revendiqué l'attentat. L'Inde a appelé tous les pays à inscrire cette organisation et son chef sur la liste des individus et des entités visés par les mesures de sanctions du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Et maintenant, des voix se font entendre en Inde, déclarant que la Chine n'en fait pas assez sur la question de l'inscription de Masoud Azhar, chef du Jaish-e-Mohammed. Pensez-vous que, si l'Inde présentait une nouvelle demande cette année, la Chine reverrait sa décision ?

R : Nous avons pris note des informations pertinentes et nous sommes profondément bouleversés par cet attentat. Nous exprimons notre profonde sympathie et nos condoléances aux blessés et aux familles des victimes. La Chine s'oppose fermement au terrorisme sous toutes ses formes et le condamne vivement ; elle espère que les pays concernés de la région pourront conjuguer leurs efforts pour lutter contre le terrorisme et préserver la paix et la sécurité régionales.

En ce qui concerne les noms de certaines organisations et personnes sur la liste du Comité 1267 du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui vous intéresse, ledit Comité a défini des normes précises pour les procédures d'inscription des organisations ou des individus terroristes. Le Jaish-e-Mohammed, qui a revendiqué cette attaque, figure sur la liste des individus et des entités visés par les mesures de sanctions du Conseil de Sécurité. La Chine continuera de traiter la question de la liste concernée de manière constructive et responsable.

Q : La rencontre des dirigeants chinois et indien à Wuhan a conduit à une amélioration des relations entre les deux pays. Étant donné que les relations bilatérales ont évolué après le sommet de Wuhan, pensez-vous que la Chine proposera d'adopter une position différente et pouvons-nous nous attendre à un résultat différent cette année ?

R : Je vous ai déjà donné une réponse. La Chine a agi de manière constructive et responsable face à la question de l'inscription. Le Jaish-e-Mohammed, qui est une organisation terroriste, figure déjà sur la liste des individus et des entités visés par les mesures de sanctions du Conseil de Sécurité.

En ce qui concerne le cas en question, la Chine a participé aux délibérations de manière objective, impartiale et professionnelle, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité des Nations Unies et au règlement intérieur du Comité 1267 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Nous continuerons à le faire et resterons en contact sur cette question avec toutes les parties, y compris l'Inde.

Q : L'événement « Année du tourisme 2019 Chine-Nouvelle-Zélande » prévu cette semaine aurait été reporté. La Chine aurait également lancé des avertissements aux touristes chinois partant pour la Nouvelle-Zélande. La Première Ministre de Nouvelle-Zélande déclare qu'elle attend toujours une approbation finale pour se rendre en Chine. Pouvez-vous nous dire quelles sont les relations actuelles entre la Chine et la Nouvelle-Zélande ? Est-il vrai que la Chine a lancé des avertissements aux touristes chinois prêts à partir pour la Nouvelle-Zélande ?

R : Autant que je sache, la Chine et la Nouvelle-Zélande sont en train de communiquer sur les dispositions prises pour l'Année du tourisme 2019 Chine-Nouvelle-Zélande.

En ce qui concerne des avertissements de la Chine demandant à ses citoyens de ne pas aller en Nouvelle-Zélande, où avez-vous obtenu cette information et comment en êtes-vous arrivé à cette conclusion ?

Journaliste : Dans un article écrit en anglais dans le Global Times, cette semaine. Certaines personnes ayant lu ce reportage pensent que le gouvernement chinois demande aux touristes chinois de ne pas aller en Nouvelle-Zélande.

R : Je n'ai pas lu cet article du Global Times. De façon générale, nous ne commentons pas les propos de la presse, des think tanks, des experts ou des chercheurs. Vous devez savoir que c'est nous qui représentons la position officielle du gouvernement chinois, mais pas un journal chinois.

Autant que je sache, les missions diplomatiques et consulaires de Chine en Nouvelle-Zélande ont publié, en tout, trois avis de sécurité ces derniers temps. Le dernier a été rendu public le 8 février par le consulat général de Chine à Christchurch au sujet de feux de brousse massifs sur l'île du sud de la Nouvelle-Zélande. Les deux autres ont été annoncés par l'ambassade de Chine en Nouvelle-Zélande, le 14 janvier, à l'inention des touristes chinois partant pour la Nouvelle-Zélande pendant les vacances de la Fête du Printemps, et par le consulat général de Chine à Christchurch, le 7 décembre 2018, rappelant aux touristes chinois et aux Chinois d'outre-mer de prendre des mesures de précaution contre les vols. Je ne pense pas que ces avis puissent être interprétés comme une mise en garde. Ceux qui insistent pour une telle interprétation font manifestement du tapage, soit pour peu de choses, soit à des fins inavouables.

En ce qui concerne les relations entre la Chine et la Nouvelle-Zélande, le développement sain et stable des relations bilatérales est dans l'intérêt commun des deux pays et des deux peuples. La Chine est prête à travailler avec la Nouvelle-Zélande, sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des bénéfices réciproques, pour obtenir de nouveaux progrès dans les relations bilatérales.

S'agissant de la visite du dirigeant néo-zélandais en Chine, la Chine attache de l'importance aux échanges avec la Nouvelle-Zélande à tous les niveaux, y compris au sommet. Les deux parties sont en contact sur les affaires concernées.

Q : La Chine envisage-t-elle de continuer à recourir à son siège au Conseil de Sécurité des Nations Unies pour bloquer la tentative de l'Inde d'inscrire le chef du Jaish-e-Mohammed sur la liste ?

R : J'ai déjà répondu à cette question. Le Comité 1267 du Conseil de Sécurité des Nations Unies a défini des normes précises pour les procédures d'inscription des organisations ou individus terroristes. La Chine continuera de traiter la question de la liste concernée de manière constructive et responsable. Nous resterons également en contact étroit avec toutes les parties concernées sur cette question.

Q : Le Groupe d'observateurs militaires des Nations Unies en Inde et au Pakistan est chargé de surveiller les violations de la ligne de contrôle par les deux parties au Cachemire, mais l'Inde n'autorise pas ce groupe à travailler du côté de la région sous contrôle indien. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons réaffirmé à maintes reprises qu'en tant que pays importants d'Asie du Sud, le Pakistan et l'Inde devraient résoudre judicieusement ce problème par les dialogues et les consultations. Nous espérons également que les pays concernés de la région conjugueront leurs efforts pour lutter contre le terrorisme et préserver la paix et la sécurité régionales.

Q : Concernant la visite du Ministre kirghiz des Affaires étrangères en Chine, pourriez-vous nous en dire plus sur les dispositions prises pour sa visite, ainsi que sur les attentes de la partie chinoise ?

R : Il s'agit de la première visite officielle du Ministre des Affaires étrangères Aidarbekov en Chine. Lors de cette visite, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'entretiendra avec lui. Les deux parties échangeront leurs points de vue sur les relations bilatérales, la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », l'Organisation de la Coopération de Shanghai et d'autres questions d'intérêt commun.

La Chine et le Kirghizistan sont voisins amicaux et partenaires stratégiques globaux. Au cours des 27 dernières années depuis l'établissement de leurs relations diplomatiques, la Chine et le Kirghizistan ont maintenu un élan favorable au développement de leurs relations. Les deux parties entretiennent des échanges étroits de haut niveau, une confiance politique mutuelle consolidée et une coopération fructueuse dans le cadre de « la Ceinture et la Route ». Nous pensons que la visite du Ministre des Affaires étrangères Aidarbekov contribuera à faire progresser les relations et la coopération bilatérales dans divers domaines.

Q : Selon la presse britannique, le gouvernement chinois a annulé une série de négociations commerciales avec le Royaume-Uni à la suite d'un discours du Ministre de la Défense britannique. Est-ce vrai ? Si oui, pourriez-vous nous expliquer la situation ?

R : Je n'ai pas entendu parler de cela.

Q : Le Président vénézuélien Maduro a déclaré dans une interview qu'il espérait viser les marchés asiatiques comme destinations principales pour le pétrole vénézuélien, citant notamment le soutien continu de la Chine. Par ailleurs, le Président colombien a déclaré que le rôle de la Chine en Amérique latine serait renforcé si elle reconnaissait le chef de l'opposition vénézuélienne. La Chine a-t-elle une réponse à ces commentaires ?

R : Le Venezuela est un partenaire important de la Chine en matière de coopération économique et commerciale en Amérique latine, et des entreprises des deux pays exercent des activités reposant sur les principes d'égalité, d'avantages mutuels, de développement commun et de règles commerciales. La Chine poursuivra ses échanges et sa coopération avec le Venezuela afin de mieux travailler au bien-être de nos deux peuples.

En ce qui concerne votre question sur la situation au Venezuela, la Chine a toujours appelé à œuvrer pour faciliter le dialogue dans le cadre de la Charte des Nations Unies et promouvoir les dialogues et les consultations entre les parties concernées au Venezuela pour une solution politique.

Q : Selon des informations, You Xiaorong, une scientifique américaine née en Chine, a été arrêtée pour avoir prétendument volé des secrets commerciaux à Coca-Cola. Son but était de créer une société en Chine pour concurrencer des sociétés américaines et remporter le prix chinois « Mille talents ». Quel est votre commentaire sur cette affaire ?

R : Je ne suis pas au courant de cela. Je verrai si je peux obtenir des informations à vous transmettre.

Q : Le Ministre vénézuélien des Affaires étrangères a déclaré qu'un groupe de soutien nouvellement formé pour le gouvernement de Maduro, y compris la Chine, prendra des mesures dans les prochains jours pour « sensibiliser le public aux dangers auxquels le peuple vénézuélien est confronté ». Est-ce que vous pouvez présenter des détails sur ces actions et indiquer si le rôle de la Chine dans ce groupe de soutien signifie qu'elle ne reconnaît toujours pas le chef de l'opposition Guaido ?

R : La Chine a toujours soutenu les efforts du gouvernement vénézuélien visant à défendre la souveraineté, l'indépendance et la stabilité nationales et a toujours appelé les différentes parties à soutenir le gouvernement et l'opposition vénézuéliens dans la recherche d'une solution politique par le dialogue pacifique, dans le cadre de la Constitution vénézuélienne. Nous sommes d'avis que tous les pays doivent défendre les buts et principes de la Charte des Nations Unies et s'abstenir de toute ingérence dans les affaires intérieures des autres pays.

Q : Vous venez de dire que la réponse serait révélée bientôt sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines. Voulez-vous dire que c'est aujourd'hui ?

R : Soyez patient. J'attends aussi des informations plus précises.

Q : Nous avons appris qu'un employé de la société japonaise Itochu avait été arrêté par les autorités de sécurité chinoises. Pouvez-vous confirmer cela et partager des informations avec nous ?

R : Si je me souviens bien, vous avez posé cette question hier. (Le journaliste acquiesce d'un signe de tête.)

La Chine a pris des mesures en conformité avec la loi s'agissant de ce citoyen japonais soupçonné de violer la loi chinoise. La Chine maintient une communication consulaire avec la partie japonaise conformément à l'accord consulaire sino-japonais, et fournit l'assistance nécessaire pour permettre à la partie japonaise de remplir son service consulaire. Je vous invite à vous renseigner auprès des autorités compétentes pour les détails de cette affaire. Dans le même temps, j'espère que le Japon pourra rappeler à ses citoyens l'importance de respecter les lois et règlements chinois et de ne pas pratiquer d'activités criminelles en Chine.

Q : La Suède a confirmé que son ambassadeur en Chine fait l'objet d'une enquête pour sa participation présumée à une réunion non autorisée avec des hommes d'affaires chinois ayant affirmé qu'ils agissaient au nom du gouvernement chinois dans l'affaire Gui Minhai. La Chine envisage-t-elle d'enquêter sur ce cas ?

R : L'ambassade de Chine en Suède a répondu à cette question.

Suggest To A Friend
  Print