Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 21 février 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-02-21

Q : Le Congrès mondial du mobile se tiendra la semaine prochaine à Barcelone, où la technologie 5G sera un sujet brûlant. Nous savons que, depuis un certain temps, des discussions ont lieu sur la participation des entreprises chinoises à la construction du réseau 5G dans les pays concernés. Certains pensent que les produits et équipements des entreprises chinoises devraient être exclus du développement du réseau 5G parce qu'ils entraîneraient des risques sécuritaires. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La technologie de communications mobiles 5G, une technologie de pointe, ne devrait pas appartenir exclusivement à un ou quelques pays, mais représente un enjeu pour le développement de l'économie mondiale, les intérêts des différents pays et le progrès de la civilisation humaine.

La technologie 5G doit sa naissance aux échanges et à la coopération entre différents pays face à la vague croissante de la mondialisation. C'est un résultat de l'innovation technologique de pointe de la communauté internationale. Sa chaîne industrielle mondiale, sa chaîne d'approvisionnement et sa chaîne de valeur sont hautement intégrées et ne peuvent pas être scindées ou séparées artificiellement, sinon la coopération multilatérale mutuellement avantageuse et bénéfique pour tous sera affectée, l'environnement commercial ouvert et inclusif sera perturbé, et les règles internationales équitables et non discriminatoires seront compromises.

À l'ère de la mondialisation, aucun pays ne peut se développer en s'isolant du monde, et le développement et l'application d'aucune technologie ne sont possibles sans coopération. Poursuivant le principe de concertation, de synergie et de partage, la Chine travaillera de concert avec les différentes parties, en saisissant les énormes opportunités de développement offertes par la nouvelle révolution technologique, pour intensifier les échanges et la coopération dans les domaines scientifique et technologique, y compris la technologie 5G, s'employer à réaliser un développement partagé et le gagnant-gagnant, et contribuer activement au bien-être de l'humanité tout entière.

Pendant ce processus, nous espérons que tous les pays pourront prendre des décisions basées sur leurs propres jugements indépendants et qui correspondent à leurs propres intérêts et qui s'adaptent au courant de l'époque.

Q : Hier, le Président Poutine a annoncé, dans son discours, qu'une relation équitable et mutuellement avantageuse entre la Russie et la Chine constitue un facteur important de stabilisation dans les affaires internationales et la sécurité en Eurasie. De plus, cette relation donne un exemple à suivre pour la coopération économique efficace. Quel est votre commentaire sur la déclaration du Président Poutine ?

R : La Chine félicite vivement le Président Poutine pour son évaluation positive des relations sino-russes. Ces dernières années, sous la conduite stratégique du Président Xi Jinping et du Président Poutine, des progrès tangibles ont été accomplis dans le partenariat stratégique global de coordination sino-russe, ce qui non seulement a produit des résultats fructueux dans le cadre de la coopération bilatérale, mais également a donné une forte énergie positive à la stabilité stratégique mondiale. L'année dernière, les échanges bilatéraux sino-russes ont dépassé le cap des 100 milliards de dollars, et la coopération pragmatique dans différents domaines a été renforcée et améliorée, ce qui a profité aux deux pays et aux deux peuples. Cette année marque le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Russie. Les deux parties saisiront cette opportunité pour continuer à approfondir leur coordination stratégique globale, à œuvrer ensemble pour faire aboutir les relations bilatérales à un plus grand développement, et à contribuer davantage au bien-être des deux peuples ainsi qu'à la sécurité et à la stabilité du monde.

Q : Selon Reuters, les exportations de charbon australien vers la Chine ont été bloquées lors du dédouanement dans des ports chinois, et le port de Dalian a déclaré que la Chine ne recevrait plus de charbon. Pouvez-vous présenter des informations y relatives ? Est-ce que cela est lié aux tensions récentes entre la Chine et l'Australie causées par la 5G ou d'autres problèmes ?

R : Vous dites « coal (charbon) », pas « cow (vache) », n'est-ce pas ? (Le journaliste répond en souriant : « Oui, coal. »)

Selon les documents dont je dispose, les douanes chinoises contrôlent et analysent les risques liés à la sécurité et à la qualité du charbon importé conformément aux lois et règlements en vigueur, et procèdent aux tests et examens appropriés dans le but de mieux protéger les droits et intérêts légitimes des importateurs chinois et de protéger l'environnement.

Q : Le Nigéria organisera des élections présidentielle et législatives ce samedi. Samedi dernier, la Commission électorale nationale indépendante a annoncé sa décision de reporter les élections d'une semaine, ce qui a suscité une grande attention de la communauté internationale. Quel est votre commentaire sur les élections au Nigéria ?

R : Nous avons noté la situation concernée. La partie chinoise espère et croit que les élections présidentielle et législatives du Nigéria se dérouleront dans d'heureuses conditions.

Je tiens à souligner que le Nigéria est un pays important en Afrique. La paix, la stabilité et le développement du Nigéria sont conformes aux intérêts du peuple nigérian, de la région et de l'Afrique en général. La Chine poursuit toujours le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. Nous avons la certitude que le gouvernement et le peuple nigérians sont capables de gérer les affaires liées aux élections.

Q : L'ancien Premier Ministre néo-zélandais Shipley a nié avoir écrit un article chantant les louanges de la Chine pour Le Quotidien du Peuple. Pensez-vous que cet article a été truqué ? Et quelle est votre réaction à la déclaration de Shipley à ce sujet ?

R : J'ai lu des reportages à ce sujet dans les médias, mais je ne connais pas les détails. Je vous conseille de vous renseigner auprès des médias chinois concernés si vous voulez en savoir plus à ce sujet.

Q : Vous venez d'évoquer le fait que la Chine a fait des tests du charbon importé, mais il semble que cela vise spécialement l'Australie. La Chine est-elle préoccupée par le charbon australien ? En outre, le China Daily a rapporté que le Premier Ministre australien Morrison avait laissé entendre que la cyberattaque contre le parlement australien provenait probablement de Chine. Est-ce que ces deux questions sont liées d'une manière ou d'une autre ?

R : En ce qui concerne votre question sur le test du charbon importé, comme je l'ai dit tout à l'heure, les douanes chinoises surveillent et analysent les risques liés à la sécurité du charbon importé conformément à la législation et aux réglementations, et prennent les mesures de contrôle et d'inspection nécessaires. Je crois que c'est une pratique tout à fait normale.

Quant à votre question sur la soi-disant cyberattaque, j'y ai répondu il y a quelques jours. Je peux répéter ma réponse si vous en avez besoin. (Le journaliste a acquiescé.)

Le cyberespace étant un espace hautement virtuel avec de multiples acteurs dont les comportements sont difficiles à retracer, il importe de présenter suffisamment de preuves pour enquêter sur les événements survenant sur le réseau et déterminer leur nature ; il ne faut pas faire de pronostics sans fondement et imposer des étiquettes sur autrui. Tous les membres de la communauté internationale doivent préserver la cybersécurité, car il s'agit d'un problème mondial qui concerne les intérêts communs de tous les pays. La Chine appelle la communauté internationale à répondre aux menaces de cybersécurité par les dialogues et la coopération, sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels.

Je voudrais profiter de cette occasion pour ajouter quelques mots sur les relations sino-australiennes. Comme nous l'avons souligné à maintes reprises, une relation saine et stable entre la Chine et l'Australie correspond aux intérêts communs des deux pays et des deux peuples. Nous espérons que l'Australie agira dans le même sens que nous pour faire progresser les relations bilatérales sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels.

Q : Neuf pays membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies ont appelé à convoquer une réunion pour traiter la crise des réfugiés Rohingya. Mais des diplomates affirment que la Chine s'y opposerait. Quelle est la position de la Chine sur cette question ?

R : Je ne suis pas au courant des derniers développements au Conseil de Sécurité des Nations Unies dont vous avez parlé. Vous venez de dire que certains pays s'attendent à une opposition de la Chine, n'est-ce pas ? (Le journaliste hoche la tête pour marquer son approbation.)

Ce que je peux vous dire, c'est que, en ce qui concerne la situation de Rakhine au Myanmar, il est impératif à l'heure actuelle que toutes les parties aident le Myanmar et le Bangladesh à rapatrier rapidement les premiers habitants déplacés, ce qui, je pense, aidera les deux parties à établir une confiance mutuelle et à créer une dynamique favorable au règlement de la question concernée. La communauté internationale doit jouer un rôle constructif à cet égard. Voilà notre position constante.

Q : Pouvez-vous nous présenter le dernier état d'avancement de la visite du prince héritier saoudien en Chine et des détails sur les accords éventuellement signés entre les deux pays ?

R : J'ai répondu à cette question plusieurs fois ces derniers jours. Autant que je sache, les principales activités sont prévues pour demain : des dirigeants chinois rencontreront le prince héritier Mohammad. Nous publierons plus d'informations en temps opportun.

Avez-vous besoin que je répète encore une fois ma réponse précédente ?

(Le journaliste : Je voulais juste savoir s'il y a de nouvelles informations. Je peux attendre jusqu'à demain.)

Q : Le Président américain Donald Trump a déclaré qu'il envisage d'assouplir les sanctions imposées à la RPDC si celle-ci prend des mesures significatives en matière de dénucléarisation. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine soutient toujours la RPDC et les États-Unis pour maintenir le dialogue et déployer des efforts dans le même sens. Nous espérons que le deuxième sommet entre la RPDC et les États-Unis se tiendra avec succès et donnera des résultats positifs pour fournir une nouvelle impulsion à la réalisation de la dénucléarisation et d'une paix durable dans la péninsule coréenne.

La Chine estime toujours que les parties concernées doivent mettre en œuvre de manière intégrale et précise les résolutions du Conseil de Sécurité relatives à la RPDC. L'application de sanctions et la promotion d'un règlement politique sont toutes deux d'importance égale dans les résolutions du Conseil de Sécurité, qui ne doivent être appliquées de manière partielle ou sélective. Dans les circonstances actuelles, la Chine estime qu'il est nécessaire que le Conseil de Sécurité envisage de tenir des discussions sur les clauses réversibles de ses résolutions et de soutenir le processus de règlement politique par des actions concrètes.

Q : Concernant la deuxième rencontre entre les dirigeants des Etats-Unis et de la RPDC, il a été rapporté que le dirigeant nord-coréen traverserait la Chine en train pour se rendre au Vietnam. Avez-vous des informations à ce sujet ?

R : Je n'ai pas d'informations à ce sujet.

Q : Selon un reportage de Reuters, les négociations économiques et commerciales sino-américaines sont entrées dans une phase d'élaboration de six mémorandums d'entente et d'une liste en dix points pour traiter le problème du déficit commercial. Cette information est-elle exacte ? Pouvez-vous nous dire quelque chose à ce sujet ?

R : Au cours du 6e tour de consultations économiques et commerciales de haut niveau entre la Chine et les États-Unis, qui s'est tenu récemment à Beijing, les deux parties sont parvenues à un consensus de principe sur les principales questions et ont tenu des consultations sur les mémorandums d'entente relatives aux questions économiques et commerciales bilatérales.

Toutefois, comme je ne connais pas les détails de ce tour de consultations, je vous conseille de vous renseigner auprès des départements compétents chinois.

Le Ministère des Affaires étrangères et le gouvernement populaire de la province du Shanxi organiseront une séance de présentation sur le thème « La Chine à l'ère nouvelle : Nouvelle transformation pour un nouvel avenir partagé du Shanxi », le 25 février, à 15h30, dans le bâtiment sud. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi y prononcera un discours. Le secrétaire du Comité du PCC pour le Shanxi, Luo Huining, et le gouverneur provincial, Lou Yangsheng, prononceront des allocutions pour présenter la province. Des représentants de diplomates étrangers accrédités en Chine seront invités à prendre la parole et à dialoguer avec les invités.

En tant qu'un des berceaux de la nation chinoise, le Shanxi possède une longue histoire, de riches ressources et une culture brillante. En tant que base importante des ressources de la Chine, le Shanxi a apporté une contribution importante au développement socio-économique de la Chine. Dans la nouvelle ère, le Shanxi travaillera, en adhérant à un nouveau concept de développement, à transformer son mode de croissance, en s'intégrant activement à la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » et en explorant de nouveaux horizons pour s'ouvrir sur l'extérieur au titre de province intérieure. Cette séance d'information sera l'occasion de présenter l'histoire et la culture du Shanxi, les belles perspectives de transformation du mode de développement pour la recherche d'un développement de haute qualité et d'un nouvel avenir partagé avec le monde. Elle servira de plate-forme pour permettre aux différentes parties de mieux connaître le Shanxi et d'élargir la coopération avec lui. Vous êtes les bienvenus pour participer à la séance d'information et faire des reportages à ce sujet.

En raison de l'organisation de la séance d'information sur le Shanxi, notre conférence de presse sera suspendue lundi 25 février et reprendra mardi 26 février. Pendant ce temps, le bureau du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères répondra à vos questions par fax et par e-mail, comme d'habitude.

Suggest To A Friend
  Print