Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 12 avril 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2019-04-12

Sur invitation du Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre japonais des Affaires étrangères, Taro Kono, effectuera une visite officielle en Chine du 13 au 15 avril. Au cours de cette visite, le Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Ministre des Affaires étrangères Taro Kono coprésideront le cinquième Dialogue économique de haut niveau entre la Chine et le Japon, auquel assisteront les responsables des départements économiques et d’autres départements des deux pays. Les deux parties assisteront également à la cérémonie d’ouverture de l’Année de la promotion d’échanges entre jeunes Chine-Japon.

Q : Le Bureau du Premier ministre malaisien vient de publier une déclaration selon laquelle, grâce aux efforts concertés des gouvernements et des entreprises de la Malaisie et de la Chine, les entreprises des deux parties ont signé un accord complémentaire qui ouvrira la voie à la reprise du projet de chemin de fer de la côte est de la Malaisie. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : La Chine et la Malaisie sont des voisins qui jouissent d’une amitié traditionnelle et des partenaires importants de coopération. Les deux parties attachent une grande importance à cette amitié et à cette coopération. Les gouvernements des deux pays et leurs entreprises concernées sont toujours restés en communication étroite sur le projet concerné. Nous sommes heureux qu’après des consultations amicales, les deux parties soient parvenues à une solution. Nous espérons que la construction du projet pourra reprendre rapidement afin d’obtenir plus de résultats avantageux pour tous.

Q : Premièrement, certains médias australiens ont récemment accusé la Chine d’intimider le professeur Brady, de l’Université de Canterbury en Nouvelle-Zélande. Ils prétendent que les services de sécurité chinois sont soupçonnés d’être impliqués dans l’affaire de cambriolage dont Brady a été victime. Le 9 avril, la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a déclaré dans une interview que de telles affirmations étaient « complètement fausses » et qu’elle n’avait reçu aucun rapport identifiant l’implication des services de sécurité chinois. Quel est votre commentaire à ce sujet ? Deuxièmement, nous avons noté qu’Alicia Bárcena, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), a déclaré que l’initiative « la Ceinture et la Route » proposée par la Chine était une initiative de coopération internationale clairvoyante. Alors que le deuxième Forum « la Ceinture et la Route » sur la coopération internationale se tiendra bientôt, comment envisagez-vous les perspectives de la participation des organisations internationales à la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » ?

R : Nous avons pris note de ces reportages et des remarques de la Première ministre Ardern. Cela prouve bien que les accusations de certains médias australiens contre la Chine ne sont que des rumeurs sans fondement. De tels stratagèmes visant à discréditer la Chine ne tiennent pas. Toute personne impartiale y portera un jugement responsable. Une fois encore, nous conseillons à certains médias australiens d’honorer l’éthique professionnelle, de cesser de faire des commentaires irresponsables et de contribuer à la promotion de la confiance mutuelle et de l’amitié entre Etats.

En ce qui concerne votre deuxième question, l’adhésion et le soutien à l’initiative « la Ceinture et la Route » sont en train de prédominer dans la communauté internationale. Aujourd’hui, 125 pays et 29 organisations internationales ont signé des documents de coopération dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » avec la Chine. L’articulation effective de l’initiative « la Ceinture et la Route » avec le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations unies a créé une synergie politique pour promouvoir le développement en commun dans le monde.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré à de nombreuses reprises, notamment lors de sa visite en Chine en septembre dernier, que l’ONU soutenait l’initiative « la Ceinture et la Route », et que celle-ci revêtait une grande importance pour l’objectif des Nations unies de réduction de la pauvreté dans le monde. Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, a déclaré que l’initiative « la Ceinture et la Route » était une initiative positive pour l’ONU. Il a dit espérer que la Chine encouragerait davantage de pays à s’engager sur la voie de la prospérité et de la stabilité. Les responsables d’organismes onusiens et d’organisations internationales, y compris le Directeur exécutif du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), ont également salué l’initiative « la Ceinture et la Route ».

Nous sommes prêts à coopérer avec les parties concernées dans le cadre de « la Ceinture et la Route » pour renforcer l’interconnexion régionale, promouvoir la croissance économique mondiale, relever les défis mondiaux et réaliser une prospérité partagée.

Q : Lors de sa rencontre avec le Président de la République de Corée, Moon Jae-in, à la Maison-Blanche, le Président américain Donald Trump a déclaré qu’il était disposé à tenir une troisième réunion avec le dirigeant suprême de la RPDC, Kim Jong-un, et qu’il était ouvert à un plan progressif pour parvenir à la dénucléarisation. Il a également déclaré qu’il avait décidé de ne pas imposer de sanctions supplémentaires à la RPDC, mais de maintenir les sanctions actuelles. Quel est votre commentaire à ce propos ? Deuxième question : le dirigeant suprême de la RPDC, Kim Jong-un, a été réélu Président de la Commission des Affaires d’Etat. Il y a quelques changements de postes au niveau supérieur. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous avons constaté que, lors de sa visite aux Etats-Unis, le Président de la République de Corée, Moon Jae-in, avait échangé des points de vue avec le Président américain Donald Trump sur la situation de la péninsule coréenne. Nous pensons que le fait de maintenir l’élan du dialogue sur la question de la péninsule coréenne pour améliorer la situation et de faire progresser les pourparlers de paix correspond aux intérêts communs de toutes les parties et répond aux aspirations communes de la communauté internationale. Nous l’avons déclaré à maintes reprises et je tiens à le répéter ici. La Chine espère que toutes les parties concernées suivront le bon chemin pour résoudre la question par le dialogue, intensifieront les contacts, prendront des mesures progressives et synchronisées avec un plan global, respecteront et prendront en considération les préoccupations légitimes de chacune des parties, s’efforceront de réduire les divergences et d’élargir le consensus, et travailleront ensemble pour faire avancer la dénucléarisation de la péninsule coréenne et le règlement politique de la question de la péninsule coréenne. Les Etats-Unis ont exprimé la volonté de poursuivre le dialogue et ne pas imposer de nouvelles sanctions. Nous pensons qu’il s’agit d’un message positif. Nous espérons que l’élan du dialogue sur la question de la péninsule coréenne sera maintenu et consolidé.

En ce qui concerne votre deuxième question, vous avez peut-être remarqué que le Président Xi Jinping avait envoyé un message de félicitations à Kim Jong-un pour sa réélection en tant que Président de la Commission des Affaires d’Etat de la RPDC.

Q : En ce qui concerne le projet de chemin de fer de la côte est de la Malaisie, pourriez-vous nous présenter ce que la Chine a pu offrir à la Malaisie pour obtenir cet accord ?

R : Comment je l’ai clairement déclaré, les gouvernements et les entreprises de la Chine et de la Malaisie sont parvenus à un consensus et ont signé un accord dans un esprit de respect mutuel et de consultation sur un pied d’égalité, qui bénéficiera aux deux parties. En ce qui concerne les détails, s’agissant d’une coopération entre entreprises, je vous renvoie aux parties concernées. Vous avez demandé si la Chine a offert quelque chose à la Malaisie en échange de l’accord : il n’y a aucune offre de ce type.

Q : Un coup d’Etat a eu lieu au Soudan. Le Ministère soudanais de la Défense a déclaré que le Président Omar al-Bachir avait été arrêté. Comment la Chine envisage-t-elle la situation au Soudan ?

R : Nous suivons de près l’évolution de la situation au Soudan. Comme vous le savez tous, nous sommes fermement attachés au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. Nous sommes convaincus que la partie soudanaise est capable de bien gérer ses propres affaires intérieures et de maintenir la paix et la stabilité nationales.

La Chine et le Soudan maintiennent des relations amicales, et leurs peuples entretiennent une amitié profonde. Quelle que soit l’évolution de la situation au Soudan, nous continuerons d’œuvrer à maintenir et à développer nos relations d’amitié et de coopération.

Q : L’USS Wasp mène des exercices militaires avec les Philippines en mer de Chine méridionale. Quelle est la réaction du Ministère des Affaires étrangères à cela ?

R : Peut-être que vous n’étiez pas là le jour où j’ai répondu à cette question. La mer de Chine méridionale elle-même est un endroit paisible. Les pays directement concernés de la région cherchent toujours à résoudre ou à gérer les différends par le biais de consultations amicales. Les pays de la région conjuguent leurs efforts pour préserver la paix et la stabilité régionales. Nous espérons que les pays en dehors de la région s’abstiendront de créer des troubles dans les eaux calmes de la mer de Chine méridionale.

Q : La Chine reconnaît-elle le Conseil militaire du Soudan ? Quel rôle entend-elle jouer pour aider à maintenir la stabilité sociale au Soudan ? Avec des investissements importants dans le pays, la Chine craint-elle que ses intérêts soient lésés ?

R : Comme je viens de le dire, et comme vous le savez sans doute, la position de la Chine est très claire : nous ne nous ingérons jamais dans les affaires intérieures des autres pays.

En ce qui concerne la situation actuelle au Soudan, comme je viens de le dire, nous pensons que la partie soudanaise est capable de bien gérer ses propres affaires intérieures et de maintenir la paix et la stabilité nationales. En ce qui concerne les investissements chinois et les autres intérêts de la Chine au Soudan que vous avez mentionnés, je tiens à souligner que, au fil des années, les relations sino-soudanaises ont connu un développement sain et que notre coopération mutuellement bénéfique a profité à nos deux peuples. Nous partageons une amitié profonde. Quelle que soit l’évolution de la situation au Soudan, nous œuvrons à continuer de promouvoir et développer nos relations d’amitié et de coopération.

Q : Il y a plusieurs années, la partie chinoise a qualifié Bachir de « vieil ami ». La Chine craint-elle que son vieil ami ait été destitué par l’armée soudanaise ? La Chine envisage-t-elle d’offrir à son vieil ami un soutien matériel ? De plus, il y a beaucoup de Soudanais qui protestent contre le couvre-feu dans les rues. La situation pourrait être très dangereuse. Quelle est la position de la Chine à ce propos ?

R : En ce qui concerne votre première question, comme je l’ai dit, la Chine et le Soudan entretiennent une amitié traditionnelle. Au cours de nos relations amicales qui durent depuis des décennies, nous avons maintenu des échanges amicaux avec le gouvernement, les divers milieux et le peuple soudanais.

En ce qui concerne votre deuxième question, je voudrais réitérer que nous croyons que la partie soudanaise est capable de bien gérer ses affaires intérieures.

Q : Qu’attendez-vous de la prochaine visite en Chine du Ministre japonais des Affaires étrangères Taro Kono ?

R : La Chine et le Japon sont des voisins importants. Les relations bilatérales entre les deux pays maintiennent la dynamique d’amélioration et de développement. La Chine attache de l’importance à la visite du Ministre des Affaires étrangères Taro Kono en Chine. Le Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, s’entretiendra avec lui et les deux parties échangeront leurs points de vue au sujet des relations sino-japonaises et sur des questions internationales et régionales d’intérêt commun. Ils co-présideront le cinquième Dialogue économique de haut niveau Chine-Japon, au cours duquel une dizaine de responsables de départements gouvernementaux des deux pays mèneront des discussions approfondies sur un large éventail de sujets, notamment les politiques macro-économiques chinoises et japonaises, les relations économiques et commerciales bilatérales, la coopération sur les marchés tiers, et la coopération en matière d’innovation, afin d’explorer davantage de possibilités de coopération.

La Chine est disposée à travailler avec le Japon pour mettre en œuvre les consensus des dirigeants des deux pays sur l’amélioration et le développement des relations sino-japonaises, planifier conjointement les échanges à différents niveaux et la coopération pragmatique dans divers domaines dans le futur, résoudre correctement les questions concernées et promouvoir le développement sain et stable des relations sino-japonaises.

Q : Quel est le commentaire de la Chine à propos de l’arrestation de Julian Assange ?

R : La partie chinoise a pris note des reportages à ce sujet et espère que les parties concernées régleront correctement cette question par le biais de consultations amicales.

Q : Le nouveau Président de la Banque mondiale a appelé jeudi à la vigilance face aux emprunts contractés auprès de la Chine, en raison de l’accumulation importante de dettes, en particulier dans l’ensemble des pays africains. Il a également appelé à plus de transparence dans la coopération entre la Chine et l’Afrique. Quelle est votre réaction à ce propos ?

R : La coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et d’autres pays dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route », y compris celle entre la Chine et les pays africains, que vous avez mentionnée, est réalisée à la lumière du principe d’ouverture et de transparence et sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des avantages mutuels, par le biais de consultations amicales.

Une telle coopération alourdit-elle le fardeau de la dette des partenaires, comme la partie concernée l’a évoqué ? En fait, nous avons déjà répondu à des questions similaires à plusieurs reprises. Je me demande si la partie concernée peut fournir des éléments de preuve solides démontrant que la crise de la dette d’un pays est attribuable à sa coopération avec la Chine. Aucune preuve de ce genre ne nous a jamais été apportée. Au contraire, nous avons présenté de solides preuves qui ont permis de dissiper les doutes des parties concernées et de prouver que les dettes des pays concernés ne sont nullement causées par leur coopération avec la Chine. Les dettes contractées avec certains autres pays ont proportionnellement plus de poids dans les dettes de ces pays africains.

Q : En ce qui concerne Julian Assange, vous venez de dire que la Chine espérait que les parties concernées pourraient résoudre judicieusement cette question. La Chine considère-t-elle que l’extradition de M. Assange vers les Etats-Unis est un bon moyen de résoudre cette question ?

R : Cette question doit être résolue par toutes les parties concernées par le biais de consultations amicales.

Q : En ce qui concerne la signature de l’accord sur le projet de chemin de fer en Malaisie, cela signifie-t-il que la Chine apporte des ajustements aux accords sur l’initiative « la Ceinture et la Route » signés avec les pays concernés ?

R : Je ne comprends pas ce que vous voulez dire en évoquant des ajustements. La Chine développe sa coopération avec les pays concernés dans le cadre de « la Ceinture et la Route » en suivant le principe dit « consultation, synergie et partage ». Sur la base du respect mutuel et des consultations sur un pied d’égalité, nous concluons des accords mutuellement acceptables avec d’autres pays. Il n’y a pas de modèle fixe. C’est aussi le cas avec la Malaisie. Certains pourraient dire qu’il y a eu ces derniers temps des divergences entre la Chine et la Malaisie. Les faits ont maintenant prouvé que les deux parties pouvaient résoudre leurs différends par le biais de consultations amicales.

**************************************************

Le Ministère des Affaires étrangères (MAE) et le Gouvernement municipal de Tianjin organiseront un événement de promotion pour présenter Tianjin au monde le 16 avril à 16h30 dans le bâtiment sud du MAE. L’événement sera placé sous le thème « La Chine dans la nouvelle ère : Tianjin, plein de vigueur, s’ouvre au monde ». Li Hongzhong, Membre du Bureau politique du Comité central du PCC et Secrétaire du Comité du PCC pour la municipalité de Tianjin, participera à l’événement et prononcera un discours. Le Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, donnera une allocution. Le Maire de Tianjin, Zhang Guoqing, fera la promotion de la ville. Les représentants de diplomates étrangers en Chine seront invités à faire des interventions et à échanger avec les invités.

Cet événement promotionnel sera le premier du genre organisé pour une municipalité relevant directement du gouvernement central. Tianjin, l’un des berceaux de l’industrie moderne chinoise, a largement contribué au développement économique et social du pays au cours des 70 dernières années. Au début de la nouvelle ère, Tianjin, à la lumière de nouveaux concepts de développement, approfondit la mise en œuvre de la stratégie de développement coordonné Beijing-Tianjin-Hebei, prend l’initiative de s’intégrer dans l’initiative « la Ceinture et la Route » et s’efforce de construire une métropole ouverte, inclusive et agréable à vivre. L’événement de promotion permettra de présenter l’histoire et la culture inclusive de la ville et de démontrer ses pratiques dans la promotion d’un développement de qualité par l’innovation autonome. Nous nous réjouissons de votre participation active et de votre couverture.

Cet événement de promotion de Tianjin étant ainsi programmé, la conférence de presse régulière du MAE sera suspendue le mardi 16 avril et reprendra le mercredi 17 avril. Entre-temps, vous pourrez envoyer vos questions par télécopie ou par courrier électronique, au Bureau du Porte-parole, comme d’habitude.

Suggest To A Friend
  Print