Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 16 mai 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2019-05-16

Q : Hier, le gouvernement néerlandais a publié un « document de politique chinoise », affirmant que même si la Chine est un partenaire important, les Pays-Bas devraient être plus critiques à l'égard de la Chine. Comment la Chine voit-elle le rapport des Pays-Bas ? Cela aura-t-il des conséquences sur les relations entre la Chine et les Pays-Bas ?

R : Par principe, la Chine estime que le développement de bonnes relations interétatiques dans l'intérêt commun réciproque doit compter sur le renforcement de la confiance mutuelle, l'élargissement des consensus et de la coopération. Les efforts visant à faire progresser les relations bilatérales ne devraient pas être influencés à propos de tout et de rien par des rumeurs ou des troubles externes.

Nous avons pris note du « document de politique chinoise » publié par le gouvernement néerlandais. Les Pays-Bas sont l'un des partenaires les plus importants de la Chine dans l'UE. La coopération sino-néerlandaise, toujours placée au centre des relations entre les deux pays, a apporté des avantages tangibles aux deux peuples. La Chine attache une grande importance au développement de ses relations avec les Pays-Bas et entend continuer à travailler avec la partie néerlandaise pour une coopération de haute qualité basée sur le respect mutuel et un esprit gagnant-gagnant. Nous espérons sincèrement que les Pays-Bas pourront envisager le développement de la Chine de manière objective et équitable et travailler avec elle pour maintenir et favoriser un développement sain et stable des relations sino-néerlandaises pour le mieux-être des deux peuples.

Q : Quelle est l'opinion de la Chine sur la décision du Département du Commerce américain concernant Huawei ? Cela est-il une étape de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis ?

R : Parlez-vous de la décision du Département du Commerce américain d'inscrire Huawei et ses filiales sur sa soi-disant « liste des entités » ?

Le journaliste précise : Oui.

R : Autant que je sache, le Ministère chinois du Commerce exposera probablement cet après-midi la position de la Chine concernant la décision du Département du Commerce américain.

La Chine a pris note de la décision américaine. Nous demandons aux entreprises chinoises de respecter les lois et réglementations en matière de contrôle des exportations et de remplir leurs obligations internationales. Nous demandons aux entreprises chinoises de respecter les lois et politiques locales lors de leurs activités à l'étranger.

Mais en même temps, nous nous opposons fermement aux sanctions unilatérales de tout pays sur les entités chinoises conformément à ses lois nationales, et à l'abus des mesures de contrôle des exportations en généralisant de manière excessive l'idée de la « sécurité nationale ». Nous exhortons les États-Unis à mettre fin à leurs pratiques erronées, à créer les conditions favorables au commerce et à la coopération entre les entreprises des deux pays, pour ne pas nuire davantage aux relations économiques et commerciales bilatérales. La Chine prendra les mesures nécessaires pour protéger les droits et intérêts légitimes de ses entreprises.

Q : Le sous-secrétaire d'État américain Andrea Thompson a déclaré, lors d'une audition devant le Congrès, que la Chine a mobilisé beaucoup de ressources pour moderniser ses forces nucléaires. Compte tenu de la situation sécuritaire actuelle, les États-Unis devraient encourager la Chine à rejoindre le nouveau traité START pour éviter une restriction des États-Unis par le biais du traité alors que la Chine en tire profit. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous avons déjà répondu maintes fois à des questions similaires. Ce n'est pas la première fois qu'un haut responsable américain dit qu'il est temps pour les États-Unis de mener des négociations avec la Chine sur le désarmement nucléaire et le contrôle des armes nucléaires. Franchement, j'ai remarqué que bon nombre d'experts internationaux en contrôle des armements ont des doutes à ce sujet : les États-Unis tentent-ils de porter leur arsenal nucléaire au niveau chinois, ou de porter les forces nucléaires chinoises à leur niveau ? Dans mes souvenirs, c'étaient en général des experts américains en la matière qui posaient ce genre de questions.

La Chine est toujours d'avis que le pays qui possède le plus grand arsenal nucléaire devrait s'acquitter de ses responsabilités spéciales et primordiales en matière de désarmement nucléaire, continuer la mise en application et la prolongation du traité de désarmement bilatéral, et réduire considérablement ses armes nucléaires de manière vérifiable et irréversible. C'est un consensus de la communauté internationale. Les États-Unis ne devraient pas se dérober à leurs responsabilités en prenant d'autres pays comme excuse.

La Chine poursuit inébranlablement la voie du développement pacifique et sa politique de défense de nature défensive. Ses investissements dans le secteur de la défense sont relativement modérés et les forces nucléaires ont toujours été au niveau minimum requis par le maintien de la sécurité nationale, avec une différence d'ordre de grandeur par rapport aux États-Unis et à la Russie. La situation est complètement différente. Notre attitude est très claire sur ce point : la Chine ne participera à aucune négociation en vue d'un accord trilatéral sur le désarmement nucléaire.

En ce qui concerne le problème de la transparence soulevé par la personne concernée du côté américain, si vous comparez la Chine avec le pays concerné, vous verrez que la Chine ne participe à aucune course aux armements nucléaires, n'accorde de bouclier nucléaire à aucun pays, ne déploie d'armes nucléaires dans aucun pays, honore toujours ses engagements de ne jamais utiliser d'armes nucléaires en premier et de les utiliser dans des pays sans armes nucléaires et des régions exemptes d'armes nucléaires. Cela constitue en soi la transparence la plus significative et une grande contribution à la paix et à la sécurité internationales. Nous espérons que les États-Unis pourront prendre les mêmes engagements. La Chine a toujours encouragé les pays du P5 à intensifier le dialogue sur les stratégies et les politiques nucléaires, ce qui est l'un des plus importants consensus auxquels les pays du P5 ont abouti lors de leur réunion de janvier 2019 à Beijing.

Je tiens à réitérer que, engagée dans le multilatéralisme, la Chine honore ses responsabilités et ses engagements internationaux et participe activement à la gouvernance mondiale sur la sécurité. Dans un esprit responsable et constructif, nous continuerons de travailler avec la communauté internationale pour la promotion de la paix et de la stabilité dans le monde.

Q : Nous avons noté que, lors de la Conférence du dialogue sur les civilisations asiatiques, de nombreux délégués ont vivement critiqué l'assertion du « choc des civilisations » et certains autres ont dénoncé le point de vue sous-jacent selon lequel une civilisation donnée est supérieure à une autre. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : En fait, le soi-disant « choc des civilisations » a été rejeté depuis longtemps par le milieu des études sur les relations internationales. Cependant, même si la société humaine a progressé là où elle se trouve aujourd'hui, certaines personnes prônent encore des idées telles que la prétendue supériorité de certaines civilisations et le « choc des civilisations », ce qui a choqué toute la communauté internationale, et le monde doit être vigilant à cet égard.

Comme le Président Xi Jinping l'a souligné dans son discours prononcé hier à la cérémonie d'ouverture de la Conférence du dialogue sur les civilisations asiatiques, s'il existe des couleurs de peau différentes, des langues différentes et des civilisations différentes, il n'est pas question de supériorité ou d'infériorité. Il est stupide de penser qu'on est d'une meilleure race ou civilisation et de vouloir transformer une autre civilisation, voire la remplacer, et agir de cette manière aurait des conséquences catastrophiques.

Comme vous l'avez dit, ce que le Président Xi Jinping a affirmé a été vivement reconnu par les participants de différents pays à la conférence. Ils conviennent que les civilisations sont toutes égales et qu'aucune civilisation ne peut en remplacer une autre, ni regarder les autres de haut. Nous devrions respecter la différence, l'indépendance et la diversité des civilisations. Le Président grec Pavlopoulos a clairement indiqué que le soi-disant « choc des civilisations » annoncé par certains était une grave erreur, et qu'il ne devrait pas y avoir et qu'il n'y aura pas de conflit et de confrontation entre les véritables civilisations.

La Chine soutient toujours que seul le renforcement des échanges, du dialogue et de l'inspiration mutuelle entre les civilisations permet de réaliser une paix durable dans le monde, ainsi que la prospérité et le progrès de l'humanité. Construire une communauté de destin pour l'humanité est la bonne voie à suivre.

Q : Selon les informations annoncées par le porte-parole du Chef d'État nigérian, lors de sa rencontre avec les chefs d'entreprises chinoises, le Président Buhari a remercié la Chine pour son assistance sincère et son véritable soutien, qui ont grandement amélioré les infrastructures du pays. Le porte-parole du président a également fait savoir que les entreprises chinoises contribuent à construire des chemins de fer, des autoroutes et des ports au Nigéria en créant près de 40 000 emplois sur place. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Ayant pris note des reportages concernés, nous apprécions la prise de position du Président Buhari. Nous nous réjouissons de voir que le soutien et l'assistance de la Chine ont joué un rôle actif pour améliorer les conditions de vie de la population nigériane et promouvoir le développement socio-économique du pays.

Le Nigéria est le pays en développement avec la plus nombreuse population d'Afrique, et la Chine est le plus grand pays en développement du monde. La coopération entre la Chine et le Nigéria est une coopération Sud-Sud, fraternelle et menée sur un pied d'égalité. Très attachée à ses relations avec le Nigéria, la Chine est prête à créer plus de synergie avec les stratégies du Nigéria pour obtenir de meilleurs résultats bénéfiques pour les deux pays.

Q : Le gouvernement canadien a déclaré que les Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor avaient été officiellement arrêtés par la Chine. Quand est-ce que cela a eu lieu ? Où ont-ils été transférés ? Quelle est la réponse du gouvernement chinois à la déclaration canadienne affirmant que le Canada condamne vivement leur arrestation arbitraire et demande à la Chine de libérer immédiatement les deux Canadiens ?

R : S'agissant de votre première question, Michael Kovrig, accusé d'espionner des secrets d'État et des renseignements pour l'étranger, et Michael Spavo, accusé de voler et fournir illégalement des secrets d'État à l'étranger, ont été arrêtés ces derniers jours conformément à la loi et avec l'approbation du parquet chinois.

En ce qui concerne votre deuxième question, je dois avertir sévèrement la partie canadienne que, comme nous l'avons déjà dit maintes fois, la Chine a pris des mesures contraignantes à l'encontre de ces deux Canadiens conformément à la loi, et que le parquet chinois a approuvé leur arrestation en vertu de la loi. La Chine agit toujours en conformité avec la loi et nous espérons que le Canada ne tiendra pas de propos déplacés sur le traitement des affaires par la Chine conformément à la loi.

Q : Quand Michael Kovrig et Michael Spavor ont-ils été arrêtés ? Pour quels crimes plus précisément ? Pouvez-vous nous dire où ils sont actuellement ?

R : S'agissant de votre deuxième question, Michael Kovrig, soupçonné de collecter en secret des secrets d'État et des renseignements pour les forces étrangères, et Michael Spavor, soupçonné de vol et de fourniture illégale de secrets d'État à des forces étrangères, ont été arrêtés en vertu de la loi.

Pour ce qui est de votre première question, à ma connaissance, l'arrestation a eu lieu ces derniers jours.

Sur votre troisième question, je n'ai rien à vous indiquer pour le moment.

Q : Pouvez-vous confirmer s'ils ont été accusés formellement ?

R : Comme je viens de le dire, Michael Kovrig, soupçonné de recueillir des secrets d'État et des renseignements pour des forces étrangères, et Michael Spavor, soupçonné de voler et de fournir illégalement des secrets d'État à des forces étrangères, ont été arrêtés conformément à la loi.

Q : Vous venez d'annoncer que la Chine prendrait des mesures pour protéger les intérêts légitimes des entreprises chinoises. Pouvez-vous nous dire de quelles mesures il s'agit ?

R : Mon collègue du Ministère du Commerce répondra à cette question lors de sa conférence de presse d'aujourd'hui. Comme vous le constatez, la Chine demande à toutes ses entreprises, y compris Huawei, de respecter les lois et réglementations locales lors de la coopération avec l'étranger dans le commerce et les investissements. Mais si les entreprises chinoises sont traitées injustement, nous avons naturellement le droit de prendre les mesures nécessaires pour protéger leurs droits et intérêts légitimes.

Q : Le Secrétaire américain au Trésor Mnuchin a déclaré le 15 mai que la Chine et les États-Unis avaient engagé des discussions constructives lors du 11e tour de négociations économiques et commerciales de haut niveau. Le représentant américain au commerce Lighthizer et lui viendront probablement à Beijing dans les prochains jours pour poursuivre les négociations. La Chine a-t-elle lancé une invitation à la partie américaine ?

R : La Chine soutient le dialogue et les consultations face aux différends dans les affaires internationales. En ce qui concerne les problèmes surgis dans les relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis, nous estimons également que le dialogue est le bon chemin à prendre pour résoudre les questions. Comme vous l'avez peut-être remarqué, la Chine a toujours montré une attitude constructive, même si les consultations ont rencontré des difficultés pendant les négociations commerciales précédentes, quand les États-Unis sont allés maintes fois à l'encontre des règles prévues pour les consultations.

Je dois souligner qu'il faut faire preuve de sincérité pour donner du sens à une consultation. À en juger par ce que les États-Unis ont fait lors de négociations précédentes, il y a deux choses que nous devons souligner. Premièrement, il faut respecter les principes, soit le respect mutuel, l'égalité et les bénéfices mutuels. Deuxièmement, il faut traduire les paroles en actes concrets, au lieu d'agir comme bon leur semble.

Q : Maintenant que Michael Kovrig et Michael Spavor ont été officiellement inculpés, ont-ils eu accès à un avocat ?

R : Nous l'avons dit depuis le début, et aujourd'hui je peux vous redire de manière responsable que leurs droits et intérêts légitimes sont pleinement garantis, car l'organe judiciaire chinois traite les affaires conformément à la loi.

Q : Juste une autre question sur l'affaire Huawei. Comment le gouvernement chinois voit-il cela dans le contexte des frictions commerciales sino-américaines ? Vous avez mentionné que c'est le Département américain du Commerce qui avait pris la décision. Mais le décret ayant été signé par le Président américain est-il considéré par la Chine comme une escalade de la guerre commerciale ?

R : Je vous ai expliqué la position de la Chine sur les activités des entreprises chinoises à l'étranger. Comme nous l'avons dit, nous nous opposons à tout acte de tout pays visant à prendre des mesures discriminatoires et injustes à l'encontre des entreprises d'autres pays en abusant la raison de la « sécurité nationale ». Si cela a lieu, la Chine prendra bien sûr les mesures nécessaires pour protéger ses droits et intérêts légitimes.

En ce qui concerne la façon dont la Chine envisage le décret américain, votre question montre clairement que personne ne le considère comme un geste constructif et amical.

Q : Il y a eu des suppositions selon lesquelles l'action des États-Unis pourrait causer des dommages à Huawei. La Chine est-elle préoccupée par cela ?

R : Le gouvernement chinois se soucie bien sûr des droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises. Nous prendrons les mesures nécessaires pour protéger leurs droits et intérêts légitimes.

Q : Encore une question sur Huawei. Beaucoup de gens craignent que la Chine prenne des contre-mesures, par exemple en ciblant certaines entreprises américaines en Chine. La Chine envisage-t-elle de faire cela ?

R : Comme je l'ai déjà dit, le gouvernement chinois prendra les mesures nécessaires pour protéger les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises.

Quant aux entreprises étrangères implantées en Chine, elles n'ont pas à s'inquiéter du tout si elles respectent la loi. Mais je dois souligner que les relations commerciales et d'investissements entre les pays doivent être fondées sur l'égalité, les bénéfices mutuels et le respect mutuel.

Suggest To A Friend
  Print