Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 23 mai 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2019-05-23

À l'invitation du Président de la République sud-africaine Cyril Ramaphosa, Hao Mingjin, l'envoyé spécial du Président Xi Jinping, Vice-Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale et Président du Comité central de l'Association pour la construction démocratique de Chine, assistera le 25 mai à la cérémonie d'investiture du Président Cyril Ramaphosa à Tshwane, capitale administrative de l'Afrique du Sud.

À l'invitation du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères de la République de Cuba, Bruno Eduardo Rodríguez Parrilla, effectuera une visite officielle en Chine du 28 au 30 mai.

À l'invitation du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Vice-Premier Ministre cambodgien et Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Prak Sokhonn effectuera une visite officielle en Chine du 30 mai au 1er juin.

Q : Récemment, il a été rapporté à plusieurs reprises que des entreprises étrangères « interrompaient leurs offres » à Huawei en raison de restrictions imposées par l'administration américaine. Au début, des sociétés de télécommunications du Royaume-Uni, du Japon et d'autres pays avaient mis fin à leur coopération avec Huawei ou l'avaient retardée. Mais hier, nous avons appris que le groupe allemand Infineon et le groupe japonais Panasonic avaient publié des déclarations clarifiant les rumeurs qui les concernaient, annonçant qu'ils n'avaient pas cessé d'approvisionner Huawei. L'opérateur britannique de télécommunications EE a également rappelé qu'il continuerait à utiliser le matériel Huawei dans sa construction 5G. Un porte-parole de Huawei a déclaré que certains partenaires internationaux font face à la pression politique des États-Unis, mais que Huawei est pleinement confiant dans les moyens pour surmonter les difficultés et réaliser le développement durable. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Vous avez peut-être pris note de la récente interview du fondateur de Huawei, M. Ren Zhengfei, qui a gagné de nombreux éloges en Chine comme à l'étranger. Avec son ouverture, sa détermination et sa magnanimité, Huawei a montré au monde que la largeur d'esprit détermine l'immensité du monde.

Les éclaircissements apportés par certains des partenaires de Huawei, comme vous l'avez mentionné, montrent une fois de plus qu'aucune entreprise ne fera fi de ses propres intérêts pour suivre aveuglément les manœuvres politiques égoïstes d'un autre pays. En effet, la plupart des pays du monde gardent un souvenir vivace de ce qu'Alstom avait subi et restent très vigilants quant à la pratique de l'administration américaine qui, en mobilisant le pouvoir de l'État, avait opprimé les entreprises étrangères, perturbé les activités du marché et contrecarré la coopération mutuellement bénéfique entre les autres pays.

La Chine continuera de soutenir les entreprises technologiques chinoises, dont Huawei, dans l'approfondissement de la coopération internationale, ce qui leur permettra non seulement d'obtenir des résultats bénéfiques pour tous, mais aussi de contribuer au progrès technologique et au développement économique dans le monde. Je voudrais le réaffirmer, nous espérons que tous les pays du monde continueront à créer un environnement des affaires juste, équitable, stable et prévisible pour la coopération avec les entreprises chinoises en matière d'investissement et d'exploitation. Je suis certain que cela correspond également à leurs propres intérêts fondamentaux et à long terme.

Q : Vous avez dit que l'envoyé spécial du Président Xi Jinping se rendrait en Afrique du Sud pour la cérémonie d'investiture du Président Ramaphosa. Quel est le commentaire de la Chine sur l'élection de M. Ramaphosa à la présidence ?

R : La Chine exprime ses sincères félicitations à M. Ramaphosa pour son élection à la présidence sud-africaine. Le Président Xi Jinping lui a adressé une lettre de félicitations. Nous pensons que, sous la direction du Président Ramaphosa et du Congrès national africain, le peuple sud-africain réalisera de nouveaux progrès dans son développement national.

L'Afrique du Sud est un partenaire stratégique global de la Chine. Très attachée à ses relations avec l'Afrique du Sud, la Chine entend travailler de concert avec le nouveau gouvernement de l'Afrique du Sud pour approfondir les échanges et la coopération d'amitié entre les deux pays dans divers domaines pour le mieux-être des deux pays et des deux peuples.

Q : Première question, des responsables tanzaniens ont déclaré qu'un important projet de port soutenu par la Chine était bloqué, et ont accusé la partie chinoise de traitement injuste. La partie chinoise en est-elle au courant ? Et quel est votre commentaire face à ces accusations ? Deuxième question, selon des informations américaines, deux navires de guerre américains ont traversé le détroit de Taiwan mercredi. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Concernant votre première question, j'ai lu des reportages à ce sujet. Vous savez peut-être que le retard en matière d'infrastructures et le manque de fonds constituent le principal « goulot d'étranglement » du développement indépendant de l'Afrique. En tant qu'amie et partenaire des pays africains, la Chine a fait de son mieux pour mener une coopération en matière d'infrastructures, d'investissement et de financement avec l'Afrique. Nous avons également mené des études de faisabilité pour assurer les rendements socio-économiques et le développement durable des projets. Le gouvernement chinois continuera à aider les entreprises chinoises à participer à la construction d'infrastructures, notamment au projet de port en Tanzanie que vous avez mentionné, conformément aux principes du marché.

S'agissant de votre deuxième question, la partie chinoise a surveillé de près les navires de guerre américains qui ont traversé le détroit de Taiwan, et a exprimé ses préoccupations à la partie américaine. La question de Taiwan est ce qu'il y a de plus important et de plus sensible dans les relations sino-américaines. Nous exhortons les États-Unis à respecter le principe d'une seule Chine et les stipulations des trois communiqués conjoints sino-américains, et à traiter prudemment et correctement les questions liées à Taiwan afin d'éviter tout impact négatif sur les relations entre la Chine et les États-Unis, ainsi que sur la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Q : Selon plusieurs reportages ces derniers temps, les entreprises chinoises de haute technologie, telles que Huawei, Dajiang (DJI) et Hikvision, sont toutes confrontées à des mesures restrictives imposées par les États-Unis quant à la fourniture de technologies, ce qui est largement considéré comme une tentative de pression sur la Chine. Dans le même temps, le Secrétaire américain au Trésor, Mnoutchine, a déclaré que les États-Unis étaient ouverts au nouveau tour de négociations et espéraient que les deux pays reviendraient autour de la table. Dans les circonstances actuelles, comment la Chine envisage-t-elle la probabilité de poursuivre les consultations ?

R : Nous avons noté des reportages à ce sujet. Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, notre porte est grande ouverte pour des discussions. Mais il faut faire preuve de sincérité pour donner du sens à une consultation. Un bon accord doit être basé sur le respect mutuel, l'égalité et les avantages mutuels. Nous espérons que les États-Unis auront une attitude sérieuse pour le « retour à la table des négociations ».

Les États-Unis, à des fins politiques, ont utilisé leur pouvoir national pour réprimer des entreprises technologiques chinoises sans raison, ce qui a eu de graves répercussions sur les progrès technologiques et la coopération au niveau mondial, et a nui aux intérêts des entreprises des pays concernés. Cet agissement américain n'aura pas l'approbation et le soutien de la communauté internationale, et nuira à la création d'une atmosphère et d'un environnement favorables aux consultations.

Q : Selon des médias, le sénateur américain Marco Rubio envisage de proposer jeudi un projet de loi sur les sanctions concernant la Mer de Chine méridionale et la Mer de Chine orientale, visant à sanctionner les entreprises et individus chinois participant à des activités de construction en Mer de Chine méridionale. Quelle est la réaction de la Chine à ce sujet ?

R : Concernant le prétendu projet de loi d'un certain Américain, la position de la Chine sur la question liée à la Mer de Chine méridionale et à la Mer de Chine orientale est constante et claire. Les activités de construction par la Chine en Mer de Chine méridionale sur son territoire sont une affaire qui relève entièrement de sa souveraineté. Le projet de loi que vous avez mentionné va à l'encontre du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales. La Chine s'y oppose fermement. Nous exhortons les États-Unis à s'abstenir de faire avancer l'examen du projet de loi, afin d'éviter de nouvelles perturbations aux relations sino-américaines.

Q : Le Ministre pakistanais des Affaires étrangères Qureshi a rencontré le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi en marge de la réunion du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l'OCS à Bichkek. Ils ont procédé à un échange de vues sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun. Avez-vous plus d'informations à nous présenter ?

R : Hier, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré le Ministre pakistanais des Affaires étrangères Qureshi, en marge de la réunion du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l'OCS à Bichkek. Nous avons publié un communiqué de presse à ce sujet.

Lors de la rencontre, les deux parties ont affirmé que le partenariat de coopération stratégique à toute épreuve entre la Chine et le Pakistan avait été approfondi et élargi dans la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route ». Elles ont également convenu de bien mettre en œuvre l'important consensus auquel les deux dirigeants étaient parvenus lors de la présence du Premier Ministre Imran Khan au deuxième forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale tenu en Chine, pour multiplier les échanges de haut niveau et approfondir la coopération bilatérale, afin de faire progresser les relations sino-pakistanaises dans un contexte international complexe et instable.

En effet, comme vous l'avez dit, les deux parties ont également discuté en profondeur d'importantes questions internationales et régionales d'intérêt commun. Elles ont décidé, par exemple, dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, de renforcer la coopération aux niveaux bilatéral et multilatéral. Les deux Ministres des Affaires étrangères ont également échangé des vues de manière approfondie sur la question afghane et ont dégagé un grand nombre d'importants consensus sur les moyens de mieux préserver la paix et la stabilité dans la région.

***

Pour des raisons d'emploi du temps, notre conférence de presse du vendredi 24 mai commencera à 14h00, soit plus tôt que d'habitude, au même endroit.

Suggest To A Friend
  Print