Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 27 août 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-08-27

Q : La déclaration commune du G7 « réaffirme l'existence et l'importance de la déclaration sino-britannique de 1984 sur Hong Kong et appelle à éviter les violences ». Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

R : Nous sommes vivement mécontents et nous opposons fermement à de tels commentaires injustifiés dans la déclaration commune du G7. Comme nous l'avons souligné à maintes reprises, les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n'a le droit d'y intervenir.

Les manifestations et les activités violentes persistent depuis plus de deux mois et ont gravement porté atteinte à l'Etat de droit, à l'ordre social, à l'économie, au bien-être de la population et à l'image internationale de Hong Kong. Personne ne chérit plus la prospérité et la stabilité de la RAS que le peuple chinois, y compris les habitants de Hong Kong. Nous allons gérer nos propres affaires correctement. Je voudrais dire ceci aux membres du G7 : ne vous mêlez plus de ce qui ne vous regarde pas avec de mauvaises intentions.

En ce qui concerne la Déclaration commune sino-britannique, je voudrais réaffirmer que son objectif ultime et son contenu essentiel sont d'assurer que Hong Kong soit rétrocédé à la Chine et que la Chine reprenne l'exercice de sa souveraineté sur Hong Kong. Avec le retour de Hong Kong au sein de la mère patrie, le gouvernement chinois exerce sa juridiction conformément à la Constitution et à la Loi fondamentale. En vertu du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales, aucun pays ni aucune organisation n'a le droit d'utiliser la déclaration comme prétexte pour s'immiscer dans les affaires de Hong Kong.

Q : Le gouvernement australien a déclaré aujourd'hui que l'écrivain australien Yang Jun avait été officiellement arrêté en Chine pour présomption d'espionnage et que ce dernier était détenu dans de « mauvaises conditions ». Voyez-vous les remarques du gouvernement australien comme une tentative d'ingérence dans les affaires intérieures de la Chine ?

R : Avec l'approbation du parquet, le Bureau de la sûreté de l'Etat de Beijing a arrêté le 23 août le ressortissant australien Yang Jun, pour présomption d'espionnage. Le procès est toujours en cours. L'organe de la sûreté de l'Etat traite l'affaire conformément à la loi et garantit pleinement les droits de Yang. Ce dernier est en bonne santé.

La Chine est vivement mécontente face à la déclaration australienne sur cette affaire. Je voudrais réitérer que la Chine est un Etat de droit. L'Australie doit respecter la souveraineté judiciaire de la Chine et ne pas s'immiscer de quelque manière que ce soit dans le traitement de l'affaire par la Chine conformément à la loi.

Q : La Ministre australienne des Affaires étrangères a déclaré aujourd'hui aux médias que rien ne permettait de prétendre que Yang Jun espionnait pour le gouvernement australien. Pourriez-vous expliquer pourquoi il a été arrêté dans cette affaire ?

R : Comme je viens de le dire, avec l'approbation du parquet, le Bureau de la sûreté de l'Etat de Beijing a arrêté le 23 août le ressortissant australien Yang Jun, pour présomption d'espionnage. La Chine est un Etat de droit. L'organe de la sûreté de l'Etat traite l'affaire conformément à la loi. L'Australie doit respecter la souveraineté judiciaire de la Chine et ne pas s'immiscer de quelque manière que ce soit dans le traitement de l'affaire par la Chine conformément à la loi.

Q : Hier, vous avez dit que vous n'étiez pas au courant des appels téléphoniques mentionnés par le Président Trump entre les équipes de négociations commerciales chinoise et américaine au cours du week-end. Avez-vous quelque chose à nous indiquer aujourd'hui à ce sujet ?

R : J'ai déjà répondu à une question similaire hier.

Premièrement, je ne suis pas au courant des deux appels téléphoniques du week-end dont les Etats-Unis ont parlé.

Deuxièmement, les différends entre la Chine et les États-Unis dans les domaines économique et commercial doivent être résolus par le dialogue et les consultations. En fait, les deux parties ont tenu 12 cycles de consultations de haut niveau et les deux équipes sont restées en contact. Malheureusement, les Etats-Unis ont récemment décidé d'ajouter de nouveaux droits de douane sur les produits chinois. Cette pratique visant à exercer une pression extrême n'est pas du tout constructive, car elle nuira à autrui autant qu'aux Etats-Unis eux-mêmes.

Troisièmement, nous espérons que les Etats-Unis resteront calmes, reviendront à la raison et mettront immédiatement fin à leurs pratiques erronées afin de créer les conditions nécessaires à des consultations bilatérales fondées sur le respect mutuel, l'égalité et le bénéfice mutuel.

Q : Le sommet du G7 s'est achevé hier avec une déclaration commune. En ce qui concerne le dossier nucléaire iranien, le G7 s'est mis d'accord sur deux objectifs : s'assurer que l'Iran n'obtiendrait jamais d'arme nucléaire et promouvoir la paix et la stabilité dans la région. Le Président français Macron a déclaré que le Président iranien Rouhani s'était dit disposé à rencontrer le Président Trump. Le Président Trump a déclaré qu'il accepterait certainement une telle réunion « dans de bonnes circonstances ». Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous notons les reportages concernés et les dernières remarques des parties concernées sur la tenue d'un dialogue. La Chine insiste depuis toujours sur le fait que le dialogue et les consultations sont la seule approche correcte, tandis que la confrontation et le conflit ne mèneront nulle part. En ce qui concerne la question du nucléaire iranien, la Chine préconise toujours la désescalade par le dialogue et la communication. Nous avons fait de grands efforts pour sauver le Plan d'action global conjoint (PAGC).

Le Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'est entretenu hier à Beijing avec le Ministre iranien des Affaires étrangères Zarif. Le Conseiller d'Etat a déclaré que la Chine soutenait tous les efforts propices au maintien du PAGC et comprenait les demandes légitimes de l'Iran, estimant que l'Iran a droit à des bénéfices raisonnables en poursuivant la mise en œuvre du PAGC.

La Chine continuera de travailler avec les parties concernées pour maintenir et mettre en œuvre le PAGC et promouvoir le règlement politique de la question du nucléaire iranien afin de jouer un rôle constructif dans l'atténuation des tensions dans la région du Golfe.

Q : Le Pentagone a déclaré hier que la Chine procédait à des ingérences coercitives dans les activités pétrolières et gazières dans les eaux revendiquées par le Vietnam en mer de Chine méridionale, et a accusé Beijing d'utiliser des tactiques d'intimidation. Pourriez-vous nous dire ce que fait le navire de recherche chinois et pourquoi il est si proche de la côte vietnamienne en mer de Chine méridionale ?

R : La Chine défend toujours et met en pratique le droit international et l'ordre international. Depuis longtemps, elle exerce ses droits légitimes en vertu du droit international dans la région concernée et préserve la paix, la stabilité et l'ordre régionaux.

La vérité sur la question maritime entre la Chine et le Vietnam est très claire. Cependant, les Etats-Unis ont maintes fois fait des commentaires déplacés sur cette question et formulé des critiques injustifiées contre la Chine. Ceci fait fi des faits et confond le noir et le blanc. Nous nous y opposons fermement et exhortons les Etats-Unis à mettre un terme à ces spéculations malveillantes et à jouer plutôt un rôle positif et constructif dans les affaires régionales et internationales.

Q : Selon les médias, un étudiant chinois âgé de 20 ans qui étudiait à Sydney a été enlevé la semaine dernière et une rançon a été demandée en bitcoins. Pourriez-vous confirmer cela ? Et quelle est la réponse de la Chine à cela ?

R : Je ne suis pas au courant de cela et je vais essayer d'obtenir plus d'informations pour vous.

Q : Lors de la conférence de presse du G7, le Président Trump a déclaré hier que la Chine était sincère et souhaitait conclure un accord commercial avec les Etats-Unis. Est-ce un bon signe ? Et avez-vous des informations sur la date prévue du prochain cycle de négociations ?

R : Comme je viens de le dire, la Chine soutient toujours que les différends entre la Chine et les Etats-Unis dans les domaines économique et commercial doivent être résolus par le dialogue et les consultations. Les deux parties ont tenu 12 cycles de consultations de haut niveau et les deux équipes sont restées en contact. Malheureusement, les Etats-Unis ont récemment décidé d'ajouter de nouveaux droits de douane sur les produits chinois. Cette pratique visant à exercer une pression extrême n'est pas du tout constructive, car elle nuira à autrui autant qu'aux Etats-Unis eux-mêmes.

Nous espérons que les Etats-Unis resteront calmes, reviendront à la raison et mettront immédiatement fin à leurs pratiques erronées afin de créer les conditions nécessaires à des consultations bilatérales fondées sur le respect mutuel, l'égalité et le bénéfice mutuel.

Suggest To A Friend
  Print