Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 28 août 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-08-28

Q : Pouvez-vous nous dire pourquoi la Chine a refusé la demande d'un navire de la marine américaine d'effectuer une visite à Qingdao, ce que l'armée américaine a annoncé il y a quelques heures ?

R : Je ne suis pas au courant de cela et je vous conseille de vous adresser à l'armée chinoise.

Q : Récemment, l'administration américaine a affirmé à plusieurs reprises que la Chine n'avait pas pris de mesures efficaces pour faire cesser l'entrée du fentanyl aux États-Unis et que la Chine était la principale source de substances similaires au fentanyl aux États-Unis. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

R : Le gouvernement chinois attache une grande importance à la lutte contre la drogue. Il adopte une attitude de tolérance zéro à l'égard de la drogue et applique strictement la politique anti-drogue. Le gouvernement chinois exerce un contrôle strict sur les substances à base de fentanyl et a annoncé successivement la gestion de 25 types de substances à base de fentanyl et 2 types de ses précurseurs, ce qui dépasse le nombre de variétés réglementées par l'ONU. Le 1er mai 2019, la Chine a commencé à pratiquer la gestion complète des substances à base de fentanyl. Cela montre la détermination du gouvernement chinois de protéger la vie et la santé de la population chinoise, ainsi que son sens de la responsabilité en participant à la lutte mondiale contre la drogue afin de maintenir la sécurité et la stabilité mondiales.

Après la mise en œuvre officielle de la gestion complète des substances du fentanyl, la partie chinoise a fait tout son possible pour faire avancer le travail concerné, y compris l'étude et l'élaboration de documents juridiques, l'organisation d'un contrôle national visant à détecter les produits à base de fentanyl et des opérations spéciales contre la vente en ligne de substances de type fentanyl. Les entreprises logistiques sont appelées à respecter les trois règles suivantes : la livraison sous les vrais noms des expéditeurs, la vérification des articles contenus dans les colis et le contrôle de sécurité par des appareils, ainsi que l'intensification du contrôle des colis internationaux à haut risque à la douane, la construction accélérée de laboratoires d'études sur la drogue, la sensibilisation et la formation renforcées en la matière pour assurer une mise en œuvre efficace de toutes les mesures.

Récemment, nous avons remporté des progrès significatifs dans ce domaine. Depuis le début de l'année, les départements chinois chargés de l'application de la loi sur la lutte antidrogue n'ont pas trouvé de cas criminel de fabrication, de vente et de trafic illégaux de fentanyl. Selon les données fournies par le Département américain de la Justice, au cours du premier trimestre de cette année, l'US Customs and Border Protection n'a saisi que 0,29 kg de substances similaires au fentanyl dans 12 cas, soit une baisse de 93% et de 99% par rapport à la même période de l'année précédente. Au deuxième trimestre, 5 kilos ont été saisis dans 4 cas, soit 97% et 78% de moins par rapport à l'année précédente.

L'accusation américaine selon laquelle la Chine est la principale source de substances similaires au fentanyl est infondée et fausse. Les médicaments de type fentanyl produits légalement dans les usines chinoises ne sont jamais exportés aux États-Unis. Les départements chinois chargés de l'application de la loi ont saisi des cas de traitement et de vente illicites de fentanyl aux États-Unis. Avec des collusions illégales domestiques et internationales, ces substances, sous forme déguisée ou cachée, en quantité très limitée, ont été exportées aux États-Unis dans des colis internationaux. La prolifération abusive de fentanyl aux États-Unis est principalement due à l'abus généralisé d'analgésiques sur ordonnance dans le pays : les Américains, qui représentent 5% de la population mondiale, consomment 80% des opioïdes de la planète. Si les États-Unis veulent vraiment résoudre leur problème de fentanyl au niveau national, ils doivent bien régler leurs propres affaires.

La fabrication, la vente et l'abus de substances analogues au fentanyl constituent un problème mondial qui doit être résolu conjointement par tous les pays. Les États-Unis doivent respecter les faits, considérer les efforts de la Chine de manière objective et cesser de rejeter les blâmes sur autrui. Ils devraient renforcer la réglementation chez eux pour traiter efficacement la fabrication, la vente et le trafic de ces substances. Le gouvernement chinois est prêt à approfondir sa coopération avec les États-Unis et d'autres pays afin de faire progresser la gestion conjointe de ces substances et de résoudre le problème de leur utilisation abusive.

Q : Le Ministre australien des Affaires étrangères Payne a fait une déclaration au sujet de l'arrestation formelle du citoyen australien Yang Jun, accusé d'espionnage. Nous avons noté que vous aviez exprimé la position de la Chine hier. Les médias australiens suivent cette affaire avec un vif intérêt et il y a de nombreux reportages et suppositions. Avez-vous de nouveaux commentaires à faire à ce sujet ?

R : J'ai déjà exposé la position de la Chine hier. Le traitement de l'affaire se poursuit. L'organe chinois de la sûreté nationale traite l'affaire conformément à la loi et garantit pleinement les droits de Yang Jun. Les remarques de certains Australiens sont infondées et irresponsables.

Je tiens à réitérer que la Chine est un État de droit. Nous exhortons la partie australienne à respecter réellement la souveraineté judiciaire de la Chine, à cesser de faire du tapage et de faire pression sur la Chine, et à s'abstenir d'intervenir, sous quelque forme que ce soit, dans le traitement de l'affaire par la Chine en vertu de la loi.

Q : Des médias disent que des employés mexicains chargés de l'application de la loi avaient récemment saisi, dans le plus grand port du pays, plus de 23 tonnes de fentanyl en provenance de la Chine à destination des États-Unis. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?

R : Nous avons noté les reportages concernés. Les départements compétents chinois, attachant une grande attention à cela, ont immédiatement entamé une enquête et contacté les parties américaine et mexicaine pour vérification. Les deux pays ont confirmé que les produits en question n'étaient pas du fentanyl. Les départements compétents chinois chargés de la lutte contre la drogue enquêtent et vérifient l'affaire sans tarder. Toutes les entreprises et tous les individus reconnus coupables seront punis conformément à la loi. Nous vous informerons à temps des résultats de notre enquête.

Q : L'Australie s'efforce de contrer l'influence étrangère dans ses universités en créant un groupe de travail spécial chargé de protéger les recherches dans les domaines sensibles, la cybersécurité et la liberté d'expression. Beaucoup de personnes affirment que cette action australienne vise principalement l'infiltration et l'influence de la Chine. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

R : Nous avions déjà répondu à des questions similaires à maintes reprises. L'assertion de « l'infiltration » de la Chine en Australie et d'autres remarques similaires sont purement montées de toutes pièces, avec des intentions malveillantes.

La coopération pragmatique et les échanges socioculturels entre la Chine et l'Australie, fondés sur la confiance mutuelle et les avantages réciproques, ont renforcé la compréhension mutuelle entre les deux pays et correspondent aux intérêts des deux pays et des deux peuples. La politisation de la coopération éducative et les obstacles créés artificiellement sont impopulaires, et ne sont favorables à aucune des deux parties. Nous espérons que la partie australienne envisagera de manière objective la coopération sino-australienne dans différents domaines, attachera un grand prix aux résultats de la coopération entre les deux parties et agira davantage dans l'intérêt de l'amitié et de la confiance mutuelles entre la Chine et l'Australie.

Q : Avant de commencer sa visite en Ukraine, le conseiller du président américain pour les affaires de sécurité nationale, Bolton, a déclaré aux médias que la Chine cherchait une expansion économique dans le monde entier à travers l'initiative « la Ceinture et la Route » et d'autres investissements attractifs, et qu'il informerait les amis et partenaires des États-Unis des risques représentés par ces investissements. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous nous opposons fermement à la tentative de M. Bolton de noircir la coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » et de semer la discorde entre la Chine et d'autres pays. Mais franchement, nous ne trouvons rien de surprenant à cela.

Contrairement à l'idée de « l'Amérique d'abord » poursuivie par certains Américains, la Chine mène la coopération avec plus de 160 pays et organisations internationales, y compris l'Ukraine, dans le cadre de l'initiative de « la Ceinture et la Route » et a toujours adhéré au principe de concertation, synergie et partage et obtenu sans cesse des résultats gagnant-gagnant. Je pense que la plupart des pays du monde peuvent faire des choix politiques qui correspondent à leurs propres intérêts sur la base de faits réels et de manière indépendante.

Suggest To A Friend
  Print