Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 8 octobre 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-10-08

Q : Nous avons noté que, pendant la Fête nationale chinoise, le Président russe Poutine a fait des commentaires positifs sur les relations entre la Chine et la Russie, sur leur coopération dans divers domaines et sur le développement de la Chine lors du forum annuel Valdaï. Il a hautement apprécié ses relations avec le Président Xi. La Porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Zakharova, a exprimé ses félicitations en chinois à l'occasion du 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine et de l'établissement des relations diplomatiques sino-russes. Mme Kulikova, titulaire de la Médaille de l'amitié et première vice-présidente de l'Association d'amitié Chine-Russie, a déclaré : « S'il y avait une prochaine vie, je contribuerais toujours à l'amitié Russie-Chine ». Comment appréciez-vous ces remarques de la partie russe ?

R : Nous venons de célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine (RPC) et nous remercions les dirigeants et le peuple russes de nous avoir adressé leurs sincères et merveilleux vœux. Dans le même temps, les deux parties célèbrent également le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-russes. Les chefs d'Etat, les Premiers ministres ainsi que les Ministres des Affaires étrangères de nos deux pays ont échangé des messages de félicitations, et diverses activités sont organisées par nos deux peuples. Demain, l'Association du peuple chinois pour l'amitié avec l'étranger, le Comité sino-russe pour l'amitié, la paix et le développement et l'Association d'amitié Chine-Russie organiseront d'autres activités de célébration. En fait, les dates concomitantes des anniversaires de la fondation de la RPC et de l'établissement des relations diplomatiques sino-russes ainsi que le fait de les célébrer ensemble témoignent de la particularité et du haut niveau de nos relations.

Nous sommes convaincus que, sous la direction du Président Xi et du Président Poutine et avec le soutien et la participation des deux peuples, les relations sino-russes, qui ont résisté à de dures épreuves au cours des sept dernières décennies, connaîtront certainement un plus grand développement dans la nouvelle ère, obtiendront plus de résultats et offriront plus d'avantages aux peuples de la Chine, de la Russie et du monde.

Q : La semaine dernière, le Président russe Poutine a déclaré que Moscou aidait la Chine à mettre en place son propre système d'alerte précoce antimissile, ce qui augmenterait considérablement les capacités de défense de la Chine. Pourriez-vous confirmer cela et fournir plus de détails ?

R : Je ne suis pas au courant des détails dont vous avez parlé. Si cela vous intéresse, vous pouvez vous informer auprès de l'armée.

Conformément au principe d'égalité, de confiance mutuelle et de bénéfices réciproques, la Chine et la Russie entretiennent des échanges et coopérations normaux dans des domaines tels que les technologies militaires et la défense. Ces échanges et coopérations correspondent aux intérêts des deux pays, ne visent aucune tierce partie et contribuent à la paix et à la stabilité régionales et internationales.

Q : Le 7 octobre, le Département américain du Commerce a publié une déclaration pour placer le Département de la Sécurité publique de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, ses 18 organismes subordonnés, le Bureau de la Sécurité publique du Corps de production et de construction du Xinjiang et huit entreprises chinoises, dont HikVision, sur la liste des entités. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : En se servant des droits de l'Homme comme prétexte, les Etats-Unis ont placé le Département de la Sécurité publique de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, ses 18 organismes subordonnés, le Bureau de la Sécurité publique du Corps de production et de construction du Xinjiang et huit entreprises chinoises sur la liste des entités, en imposant des restrictions d'exportation à leur encontre. Cet acte viole gravement les normes fondamentales régissant les relations internationales, s'immisce dans les affaires intérieures de la Chine et sape les intérêts de la Chine. La Chine exprime son vif mécontentement à cet égard et s'oppose fermement à cela.

Je dois souligner que les affaires du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine et qu'aucun pays n'a le droit de s'y immiscer. Il n'existe point de soi-disant problème des droits de l'Homme au Xinjiang, comme le prétendent les Etats-Unis. Les accusations des Etats-Unis ne sont que des prétextes inventés pour s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine. Les mesures de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation prises dans le Xinjiang visent à éradiquer le sol fertile de l'extrémisme et du terrorisme. Elles sont conformes aux lois chinoises et aux pratiques internationales et sont soutenues par les 25 millions d'habitants de divers groupes ethniques du Xinjiang. Elles constituent également la contribution de la Chine au monde en matière de lutte contre le terrorisme. Les accusations des Etats-Unis ne sont rien d'autre que des propos absurdes qui déforment les faits, ce qui ne fait que révéler l'intention malveillante du pays d'entraver les efforts de lutte contre le terrorisme dans le Xinjiang ainsi que la stabilité et le développement de la Chine.

Nous exhortons les Etats-Unis à corriger leurs erreurs immédiatement, à annuler cette décision et à cesser leur ingérence dans les affaires intérieures de la Chine. Nous continuerons de prendre des mesures résolues et énergiques pour protéger notre souveraineté, notre sécurité et nos intérêts en matière de développement.

Q : La RPDC a déclaré le week-end dernier que les consultations de travail avec les Etats-Unis avaient échoué. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine a suivi de près les consultations de travail entre la RPDC et les Etats-Unis et a pris note des déclarations des deux parties. La dénucléarisation et la paix durable dans la péninsule coréenne constituent la tendance irréversible ainsi que les attentes et le consensus de la communauté internationale. Des décennies de hauts et de bas dans la situation de la péninsule coréenne montrent que le dialogue et la consultation sont la solution fondamentale. Nous espérons que la RPDC et les Etats-Unis resteront patients, iront dans le même sens, rechercheront des moyens de répondre aux préoccupations de chacun par le dialogue et les consultations, et feront en sorte que le processus de dénucléarisation et de règlement politique progresse sur la bonne voie. La Chine est prête à jouer un rôle constructif à cette fin.

Q : Il n'y a pas si longtemps, le directeur général des Houston Rockets a fait des remarques erronées sur Hong Kong et, tout à l'heure, CCTV a annoncé sa décision de ne pas diffuser de matchs de la NBA. Par contre, certains Américains s'opposent à ce que la NBA présente ses excuses. La Chine utilise-t-elle son influence dans le monde des affaires pour menacer les profits afin de manipuler la liberté d'expression ?

R : Comme vous le voyez dans les médias, le Consulat général de Chine à Houston a déposé des représentations solennelles auprès des Houston Rockets pour les propos erronés tenus par la personne concernée. La Chinese Basketball Association et les partenaires chinois des Houston Rockets ont fait des déclarations à ce sujet. Je crois que la position de la Chine à ce sujet ne pourrait être plus claire. Je vous suggère également de faire attention à la réaction du public chinois.

Mener les échanges et la coopération avec la Chine sans avoir la moindre idée de l'opinion publique ici ? Cela ne fonctionnera pas.

Q : Beaucoup des entreprises placées par le Département américain du Commerce sur la liste des entités sont de grandes entreprises employant plusieurs milliers de personnes. Quel impact pensez-vous que ces sanctions américaines auront et quelle sera la réaction de la Chine ?

R : Je viens de présenter la position et l'attitude de la Chine à ce sujet. J'aimerais souligner qu'en prenant cette mesure, les Etats-Unis enfreignent les normes fondamentales régissant les relations internationales, s'immiscent dans les affaires intérieures de la Chine et portent atteinte aux intérêts de la Chine. Nous exprimons notre vif mécontentement et nous opposons fermement à cela. Nous continuerons de prendre des mesures résolues et énergiques pour protéger notre souveraineté, notre sécurité et nos intérêts en matière de développement.

Q : La Chine a publié hier une information selon laquelle le Premier ministre des îles Salomon, Manasseh Sogavare, se rendrait en Chine. Pourriez-vous nous indiquer les principaux arrangements pour cette visite ? La Chine et les îles Salomon viennent d'établir des relations diplomatiques, quelle importance particulière cette visite a-t-elle ?

R : La Chine et les îles Salomon ont officiellement établi leurs relations diplomatiques le 21 septembre, ouvrant ainsi un nouveau chapitre des relations bilatérales. La visite officielle du Premier ministre Manasseh Sogavare en Chine sera la première visite en Chine des dirigeants des îles Salomon depuis l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. En tant que telle, elle est importante pour les relations bilatérales dans de nouvelles circonstances. Lors de sa visite, le Président Xi Jinping le rencontrera et le Premier ministre Li Keqiang s'entretiendra avec lui. Les deux parties procéderont à un échange de vues sur les relations entre la Chine et les îles Salomon et sur d'autres questions d'intérêt commun.

Les îles Salomon sont un pays important de la région insulaire du Pacifique. Les échanges amicaux entre nos deux peuples remontent à loin dans l'histoire. La Chine est désormais le plus grand partenaire commercial des îles Salomon. Ayant une grande complémentarité, nos deux pays ont un potentiel de coopération énorme. L'établissement des relations diplomatiques a ouvert la voie aux échanges amicaux et à la coopération entre les deux pays. La Chine est prête à travailler avec les îles Salomon, en saisissant l'occasion de la visite du Premier ministre Sogavare, pour accroître la confiance politique mutuelle, approfondir la coopération mutuellement bénéfique et renforcer la communication et la coordination dans les affaires régionales et internationales afin de faire progresser les relations entre la Chine et les îles Salomon et d'œuvrer pour le bien-être de nos peuples.

Q : La cérémonie de clôture de l'Exposition internationale d'horticulture 2019 aura lieu demain à Beijing. Y aura-t-il des leaders étrangers assistant aux événements concernés ?

R : L'Exposition internationale d'horticulture 2019 de Beijing, qui aura duré 162 jours, se clôturera avec succès. La cérémonie de clôture, événement majeur et touche finale de cette exposition, aura lieu le 9 octobre au soir. Le Premier Ministre des îles Salomon, Manasseh Sogavare, le Premier Ministre du Pakistan, Imran Khan, le Premier Vice-Premier Ministre du Kirghizistan, Kubatbek Boronov, le Vice-Premier Ministre de l'Azerbaïdjan, Hajibala Abutalybov, et le Vice-Premier Ministre du Cambodge, Hor Namhong, assisteront à des événements concernés.

Q : Le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, est en visite en Chine. Cette visite a lieu quelques jours avant la visite du Président Xi en Inde. Comment voyez-vous le lien entre les deux visites ? Selon les médias pakistanais, la question du Cachemire sera évoquée par le Premier ministre pakistanais lors de sa visite en Chine. Avez-vous un commentaire à faire à ce propos ?

R : La position de la Chine sur la question du Cachemire est cohérente et claire. Nous espérons que l'Inde et le Pakistan intensifieront le dialogue sur leurs différends, y compris la question du Cachemire, afin d'accroître leur confiance mutuelle et d'améliorer leurs relations. Ceci correspond aux intérêts communs de l'Inde et du Pakistan et représente les attentes communes des pays de la région et de la communauté internationale.

Question suivante : Je voudrais savoir quel est le lien entre la visite du Premier ministre Imran Khan en Chine et la visite du Président Xi en Inde.

R : Nous avons déjà publié des informations sur la visite du Premier ministre Imran Khan en Chine. La Chine attache une grande importance à la visite du Premier ministre Imran Khan. Le Président Xi Jinping, le Premier ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Li Zhanshu s'entretiendront avec lui pour procéder à un échange de vues approfondi sur les relations bilatérales et les questions d'intérêt commun. Une série de documents de coopération sera signée par les départements concernés des deux pays. Durant sa visite, le Premier ministre Imran Khan assistera également à la cérémonie de clôture de l'Exposition internationale d'horticulture.

La Chine et le Pakistan sont des partenaires stratégiques de tout temps, avec une tradition d'échanges fréquents et de communication étroite entre les dirigeants des deux pays. À l'heure actuelle, notre confiance mutuelle stratégique est solide et la coopération pragmatique dans divers domaines progresse rapidement, de nouveaux progrès dans la construction du Couloir économique sino-pakistanais (CPEC) apportent plus d'avantages aux deux peuples. La Chine attend des résultats positifs de cette visite pour donner un nouvel élan aux relations sino-pakistanaises.

En ce qui concerne les échanges de haut niveau entre la Chine et l'Inde, je voudrais dire que la Chine et l'Inde sont des voisins importants, de grands pays en développement et les principaux marchés émergents. Depuis la rencontre entre les dirigeants des deux pays à Wuhan l'année dernière, les relations sino-indiennes ont poursuivi une bonne dynamique de développement. Les deux parties ont régulièrement fait progresser leur coopération dans divers domaines et géré correctement les divergences et les problèmes sensibles.

Il existe une tradition d'échanges de haut niveau entre les dirigeants chinois et indiens. Nous sommes en communication sur les échanges bilatéraux de haut niveau dans les prochaines étapes. Les deux parties doivent travailler ensemble pour créer une atmosphère et un environnement favorables aux échanges de haut niveau. Nous publierons les informations concernées en temps voulu. Veuillez continuer à les suivre.

Q : En ce qui concerne la décision du Département américain du Commerce sur les entités chinoises, cela affectera-t-il négativement les négociations commerciales de cette semaine ?

R : Le Ministère chinois du Commerce a publié des informations à ce sujet ce matin. Sur invitation de la partie américaine, Liu He, membre du Bureau politique du Comité central du PCC, vice-Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat et chef de la partie chinoise du dialogue économique global sino-américain, dirigera une délégation à Washington pour tenir, avec le Représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le Secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, un nouveau cycle de consultations économiques et commerciales de haut niveau entre la Chine et les Etats-Unis, les 10 et 11 octobre.

Je tiens à souligner que la position de la Chine concernant les consultations économiques et commerciales avec les Etats-Unis est cohérente et claire. Nous espérons que les Etats-Unis iront dans le même sens que la Chine et conjugueront leurs efforts pour faire progresser les consultations sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels.

Q : Selon des reportages, un porte-parole du Ministère irakien de l'Intérieur a déclaré le 6 octobre que les récents troubles dans le pays avaient fait 104 morts et plus de 6 000 blessés. Les manifestants ont incendié 51 bâtiments publics et huit quartiers généraux de partis politiques. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine suit de près la situation en Irak. Nous sommes convaincus que le gouvernement et le peuple irakiens ont la sagesse et la capacité pour gérer la situation, rétablir l'ordre social et instaurer une paix et une stabilité durables dans les meilleurs délais.

Q : Le Président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi lors de la réunion annuelle du Club de discussions Valdaï que la Russie proposait de créer une organisation chargée de résoudre la crise dans la région du Golfe. Il a dit que, hormis les pays de la région du Golfe, la Russie, la Chine, les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Inde et d'autres pays intéressés devraient être des pays observateurs au sein de cette organisation. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Je ne peux offrir qu'une réponse de principe, avant de rechercher plus d'informations sur votre question.

La Chine suit de près la situation complexe et sensible dans la région du Golfe. Préserver la paix et la stabilité dans la région sert les intérêts communs de la communauté internationale. La Chine se félicite de toutes les propositions et de tous les efforts diplomatiques propices à désamorcer la situation dans la région du Golfe. Nous souhaitons également rester en communication avec toutes les parties concernées.

Q : Selon les médias taïwanais, le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le vice-Premier ministre Taro Aso ont respectivement adressé des messages de félicitations au « Bureau économique et culturel de Taïwan à Fukuoka (Japon) » à l'occasion de son événement de célébration, et ont appelé Taïwan « République de Chine ». Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous avons constaté que le gouvernement japonais avait déclaré ouvertement qu'il s'agissait de fausses informations et réitéré son engagement en faveur de la Déclaration commune de 1972 entre la Chine et le Japon sur les questions concernant Taïwan.

Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde. Le gouvernement de la République populaire de Chine est l'unique gouvernement légal représentant toute la Chine. Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois.

Je conseille à certaines personnes à Taïwan d'arrêter de fanfaronner, sinon elles ne feront que s'attirer des humiliations. Ce ne serait pas bien de recevoir une gifle.

Q : Ma première question concerne encore la NBA. Au cours des derniers jours, le directeur général des Houston Rockets s'est excusé auprès de la Chine et des fans chinois, d'autres dirigeants du groupe Houston Rockets ont présenté des excuses à la Chine et aux fans chinois, et des explications ont été données par la NBA. Aujourd'hui, comme nous le constatons, CCTV a annoncé suspendre temporairement la diffusion de la NBA. J'aimerais demander, du point de vue de la Chine, quelle perspective aura la NBA en Chine et, si elle veut revenir à la situation normale, ce qu'elle doit faire. Ma deuxième question concerne South Park. Il a été rapporté que les épisodes de cette série sont maintenant indisponibles sur les sites Web chinois de vidéos. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Sur votre première question, j'ai déjà répondu tout à l'heure. Je voudrais souligner ceci : ceux qui s'engagent dans les échanges et la coopération avec la Chine, comment peuvent-ils les faire fonctionner sans connaître l'opinion publique chinoise ? La NBA mène des échanges et une coopération avec la Chine depuis longtemps. Elle sait mieux que quiconque ce qu'elle devra dire et faire.

Concernant votre deuxième question, je ne suis pas au courant de cela.

Q : Une question sur la NBA. Pourriez-vous préciser qui, selon vous, est le responsable ? Est-ce l'individu, l'équipe ou la NBA ? Et quelle est selon vous la sanction appropriée du point de vue de la Chine ?

R : Comme je viens de le dire, la condition préalable aux échanges et à la coopération avec la Chine est de connaître l'opinion publique chinoise. Sinon, il sera impossible de réaliser certaines choses.

En ce qui concerne ce que la NBA devra dire et faire, je pense qu'elle le sait mieux que quiconque.

Q : Je voudrais poser une question sur la liste noire du Département américain du Commerce. Par le passé, lorsque le Département américain du Commerce avait placé des entreprises chinoises sur la liste, la Chine avait répondu en suggérant qu'elle pourrait riposter. La Chine prendra-t-elle des contre-mesures en réponse à la dernière action américaine ? Deuxième question, pourriez-vous nous fournir les derniers développements sur la Liste des entités peu fiables de la Chine ?

R : Comme je viens de le dire, nous exhortons la partie américaine à corriger immédiatement ses pratiques erronées, à annuler sa décision et à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine. La Chine continuera de prendre des mesures fermes et énergiques pour défendre résolument sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts en matière de développement.

En ce qui concerne les éventuelles contre-mesures, les attendez-vous ? (Le journaliste a ri.) Veuillez continuer à suivre ce sujet.

En ce qui concerne la Liste des entités peu fiables, le Porte-parole du Ministère chinois du Commerce a déclaré il n'y a pas si longtemps que ce mécanisme était soumis à des procédures internes et serait bientôt rendu public. Je vous renvoie au Ministère du Commerce pour plus d'informations.

Q : Les Etats-Unis et la Chine font tous deux face à de nombreux défis, notamment l'escalade des manifestations et de la violence à Hong Kong pour la Chine, l'enquête pour impeachment de l'administration Trump et les sanctions imposées par la partie américaine à des entreprises chinoises. Pour le prochain cycle de négociations commerciales, quelle partie prendra selon vous le dessus, la Chine ou les Etats-Unis ?

R : Comme nous l'avons souligné à maintes reprises, la nature de la coopération économique et commerciale sino-américaine est mutuellement bénéfique, et il en va de même pour les consultations économiques et commerciales sino-américaines. Il est naturel que nous ayons des divergences et des frictions, mais l'essentiel est de les résoudre correctement par le dialogue et les consultations sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels. Chercher à prendre le dessus n'est pas l'attitude juste pour résoudre les problèmes ; la bonne approche consiste à travailler ensemble dans la même direction.

Q : On le sait, les technologies et les équipements de surveillance sont largement utilisés dans les « camps de rééducation » du Xinjiang et dans la société en général. La Chine comprend-elle les préoccupations de nombreux pays sur l'oppression des droits des minorités musulmanes dans la région ?

R : Vous n'avez pas assisté à notre conférence de presse depuis un certain temps, n'est-ce pas ? (Le journaliste a fait un signe de tête.)

Je dois faire part de votre erreur. Vous travaillez en Chine depuis longtemps et avez entendu à maintes reprises les commentaires des porte-parole du Ministère des Affaires étrangères à propos du Xinjiang. Comment se fait-il que vous utilisiez encore l'expression « camps de rééducation » ? Vous auriez dû connaître son nom correct. Si vous ne pouvez même pas trouver le bon nom, comment pouvez-vous faire des reportages objectifs et impartiaux ?

Les mesures prises par la Chine dans le Xinjiang sont des mesures préventives de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation, ce qui n'a rien à voir avec les droits de l'Homme ou les religions. Vous avez dit que de nombreux pays se disent préoccupés ; en réalité, il s'agit seulement d'une poignée de pays, qui ont des préjugés contre le développement de la Chine. En réalité, davantage de pays soutiennent ces mesures prises par la Chine dans le Xinjiang. Leurs représentants invités à visiter le Xinjiang ont apprécié ce qu'ils ont vu. Je vous conseille de lire attentivement les reportages dans les médias. Si vous ne trouvez pas ces reportages, vous pouvez lire les transcriptions de la conférence de presse correspondante sur le site Web du Ministère des Affaires étrangères, où vous trouverez des informations détaillées. Nous pouvons en parler si vous avez encore des doutes après les avoir lues.

Q : Première question, selon des reportages, le chef de l'armée pakistanaise, le général Bajwa, est également en visite en Chine avec le Premier ministre pakistanais. Pourriez-vous confirmer cela ? Si oui, avez-vous des détails sur son programme, par exemple, les réunions prévues avec les fonctionnaires chinois ? Deuxième question, vous avez également dit qu'il y aurait des échanges de haut niveau entre l'Inde et la Chine. Quand la Chine prévoit-elle d'annoncer cela ?

R : Le Premier ministre Imran Khan est actuellement en visite en Chine. Il assistera à la cérémonie de clôture de l'Exposition internationale d'horticulture. La Chine publiera des informations sur la visite en temps voulu.

En ce qui concerne votre deuxième question, comme je l'ai également dit tout à l'heure, il existe une tradition d'échanges de haut niveau entre les dirigeants chinois et indiens. Depuis un certain temps, nous avons maintenu une communication sur les échanges bilatéraux de haut niveau dans les prochaines étapes. La Chine publiera des informations concernées en temps voulu.

Q : Encore une question sur la NBA. Les directeurs d'équipes sportives étrangères pourront-ils toujours exprimer leurs opinions politiques dans leur propre pays sans crainte de conséquences ?

R : Qu'ils expriment leurs opinions, c'est leur affaire. Mais comme je l'ai dit, lors des échanges et de la coopération avec la Chine, on doit connaître l'opinion publique du pays. Sinon, comment ces échanges et cette coopération peuvent-ils se poursuivre ?

Q : Récemment, la Sixième Commission et la Première Commission de l'Assemblée générale des Nations unies ont été obligées de suspendre leur travail, du fait que les Etats-Unis ont refusé d'accorder des visas aux diplomates de Russie, d'Iran, de Cuba et de certains autres pays. La partie russe a proposé de transférer la Première Commission de New York dans une ville d'un autre pays. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : En tant qu'hôte du siège des Nations unies, les Etats-Unis ont l'obligation internationale de délivrer des visas et d'offrir d'autres types de facilités aux représentants étrangers assistant aux réunions des Nations unies.

Q : La RPDC a effectué le 2 octobre un test du missile balistique Pukguksong-3 lancé sous l'eau. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine a pris note de cette situation. Nous sommes attachés depuis toujours à la paix, à la stabilité et à la dénucléarisation dans la péninsule, ainsi qu'au règlement du problème par le dialogue et les consultations. La situation dans la péninsule est à un stade critique. La Chine appelle les parties concernées à chérir les améliorations durement acquises de la situation, à promouvoir davantage le dialogue, à apaiser les tensions et à déployer des efforts concertés en faveur de la dénucléarisation dans la péninsule et de la paix et de la stabilité durables de la péninsule et de la région.

Suggest To A Friend
  Print