Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 10 octobre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-10-10

Q : Le 9 octobre dans l'après-midi, heure locale, la Turquie a lancé une opération militaire dans le nord-est de la Syrie. Le Président turc Erdogan a déclaré sur Twitter que les forces armées turques, conjointement avec l'« armée nationale syrienne », avaient lancé l'Opération Peace Spring contre des terroristes du PKK/YPG et de l'État islamique (EI), afin d'empêcher la création d'un corridor terroriste à la frontière sud de la Turquie, de créer une « zone de sécurité », et d'éliminer les menaces terroristes contre la Turquie. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : La Chine estime toujours que la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Syrie doivent être respectées et préservées. Nous avons noté les préoccupations exprimées par les différentes parties face aux conséquences éventuellement causées par l'action militaire de la Turquie et nous exhortons la partie turque à faire preuve de retenue.

Récemment, un élan favorable au règlement politique du problème syrien a été enregistré. Les parties concernées de la communauté internationale devraient travailler de concert pour créer les conditions favorables à un règlement politique et éviter de compliquer davantage la situation en Syrie.

Q : Le dirigeant américain a commenté le différend entre la NBA et la Chine, disant que l'affaire devrait être réglée par la NBA et la Chine elles-mêmes. Mais dans le même temps, il a également critiqué les entraîneurs des Golden State Warriors et des Spurs, faisant savoir que, par complaisance à l'égard des exigences de la Chine, ils n'osaient que dire du mal des États-Unis, mais pas de la Chine. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : J'ai donné ma réponse sur la question relative à la NBA l'autre jour, je ne la répéterai pas ici. Mais je voudrais insister sur un point : que ce soit en Chine, aux États-Unis ou ailleurs, le respect mutuel est une condition préalable aux échanges et à la coopération.

Q : Hier, le Premier Ministre pakistanais Imran Khan a terminé sa visite en Chine, au cours de laquelle il a eu des rencontres et des entretiens avec les dirigeants chinois dans une atmosphère très cordiale. Il a également rencontré des entrepreneurs chinois et leur a exprimé son souhait d'offrir davantage d'occasions d'investissement aux entreprises chinoises dans le cadre du corridor économique Chine-Pakistan (CPEC). Quelle est votre opinion sur les résultats de sa visite en Chine ?

R : Le Premier Ministre pakistanais Imran Khan a assisté à la cérémonie de clôture de l'Exposition internationale horticole 2019 de Beijing et a effectué une visite de travail en Chine, à laquelle la Chine attache une grande importance. Le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Li Zhanshu ont eu respectivement des rencontres et des entretiens avec le Premier Ministre Imran Khan, pour des échanges de vues approfondis sur les relations bilatérales et les questions d'intérêt commun.

Les deux parties sont convenues de maintenir des échanges fréquents de haut rang, de mener une communication stratégique plus étroite et des coordinations en temps opportun sur des questions d'importance majeure. Elles travailleront à faire progresser la construction du CPEC dans le respect des normes de haut niveau et à en faire un projet de qualité exemplaire dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Elles renforceront la coopération dans les domaines, entre autres, des infrastructures, de l'économie et du commerce, des finances et de la capacité de production. Elles prendront des mesures énergiques pour promouvoir une croissance plus équilibrée du commerce sino-pakistanais afin d'obtenir des avantages réciproques et de réaliser un développement partagé. Les deux parties sont également convenues de renforcer la communication et la coopération au sein de l'ONU et de l'Organisation de coopération de Shanghai et dans d'autres enceintes multilatérales pour préserver ensemble la paix et la stabilité de la région.

Au cours de la visite, les deux parties ont signé de nombreux documents de coopération portant sur les infrastructures, l'application de la loi et la sécurité, la culture, l'éducation et les médias.

La visite du Premier Ministre Imran Khan a permis d'obtenir des résultats fructueux et a donné une nouvelle impulsion à l'inébranlable partenariat stratégique sino-pakistanais.

Q : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré hier que le gouvernement chinois devrait assumer les responsabilités des « persécutions » commises par la Chine au Xinjiang. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Depuis quelque temps, sous prétexte de la religion et des droits de l'homme, les États-Unis ont maintes fois attaqué la politique de la Chine à l'égard du Xinjiang et ont fait des remarques infondées et injustifiées. La Chine exprime son vif mécontentement à ce sujet et s'y oppose fermement.

Comme nous l'avons répété maintes fois, les affaires du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine, les questions liées au Xinjiang concernent la lutte contre la violence, le terrorisme et le séparatisme, mais non les droits de l'homme. Près d'un millier de chefs de missions diplomatiques accréditées en Chine, de responsables d'organisations internationales et de représentants des médias se sont rendus au Xinjiang. Comme ils en ont été témoins, les mesures préventives de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation dans le Xinjiang ont donné des résultats tangibles. Au lieu d'affecter la liberté de croyance religieuse de la population locale, elles ont apporté une importante contribution à la lutte antiterroriste internationale.

Le Xinjiang jouit maintenant de la stabilité politique, de la croissance économique, de la solidarité ethnique et de l'harmonie sociale. Les mensonges fabriqués par des politiciens américains, au lieu de duper le monde, ne feront que révéler leur objectif politique inavouable. Nous leur recommandons d'arrêter d'observer les choses sous une optique tendancieuse, de rejeter la mentalité de la guerre froide, de cesser de noircir et d'attaquer la Chine et de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de la question du Xinjiang.

Q : Hier, Beijing a annoncé sa décision de mettre fin à son jumelage avec la ville de Prague, en République tchèque. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

R : Depuis novembre 2018, les principaux responsables du nouveau conseil municipal de Prague, en faisant fi des normes fondamentales régissant les relations internationales, des consensus de la communauté internationale, et en dépit de la position solennelle de la Chine et de sa vive opposition, ont commis maintes et maintes fois des actes erronés et formulé des remarques déplacées concernant des questions d'importance majeure liées aux intérêts fondamentaux de la Chine, telles que Taiwan et le Tibet. Ils sont intervenus grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine, ont défié ouvertement le jumelage avec la ville de Beijing, ce qui a sérieusement saboté les conditions et la base politiques des échanges entre les deux villes et a produit des conséquences pernicieuses. La municipalité de Beijing a donc annoncé sa décision de mettre fin à son jumelage avec Prague et de suspendre tous les contacts officiels.

Dans le même temps, nous avons remarqué que le Président Zeman et d'autres personnalités clairvoyantes de différents milieux tchèques ont condamné les actes erronés du conseil municipal de Prague. Je voudrais souligner qu'un développement continu du partenariat stratégique sino-tchèque sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des bénéfices réciproques est dans l'intérêt des deux parties. Nous espérons que le conseil municipal de Prague reconnaîtra et corrigera son erreur dans les meilleurs délais et œuvrera à créer des conditions favorables à la reprise des échanges et de la coopération entre les deux parties.

Q : La Chine pense-t-elle que la gouvernance avec succès du Xinjiang doit être attribuée à sa politique à l'égard du Xinjiang ?

R : Comme je viens de le dire, le Xinjiang jouit maintenant d'une bonne situation marquée par la stabilité politique, la croissance économique, la solidarité ethnique et l'harmonie sociale. Les mesures de lutte antiterroriste et de déradicalisation bénéficient du soutien des 25 millions d'habitants de toutes les ethnies du Xinjiang. Les faits ont montré l'efficacité de ces mesures, qui contribuent à la fois à la stabilité dans le Xinjiang et à la lutte antiterroriste internationale.

Q : Récemment, des responsables, des législateurs et des médias américains ont déclaré, au sujet des événements provoqués par les remarques faites par le directeur général des Houston Rockets sur Hong Kong, que la Chine utilisait de plus en plus les perspectives du marché et les moyens commerciaux pour manipuler les entreprises américaines et les forcer à renoncer à leurs valeurs et que les entreprises américaines devraient faire un choix à cet égard. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : Ces dernières années, l'environnement d'investissement pour les entreprises étrangères en Chine s'est amélioré. La Chine a été pendant de nombreuses années consécutives l'une des destinations d'investissement les plus favorisées pour les entreprises des différents pays du monde. Concernant plus précisément les entreprises américaines, selon les dernières statistiques que j'ai consultées, 97% des entreprises américaines interviewées déclarent qu'elles ont réalisé des bénéfices sur le marché chinois et 74% des membres de la Chambre de commerce américaine en Chine envisagent d'accroître leurs investissements en Chine. Est-il possible que toutes ces entreprises américaines aient été forcées de renoncer à leurs valeurs en raison d'une manipulation de la Chine, comme on peut l'entendre dans les remarques de certains Américains ?

Je tiens à souligner que la Chine fera bon accueil, comme par le passé, aux entreprises étrangères, y compris les entreprises américaines, qui investiront en Chine. Nous resterons fidèles à notre politique visant à créer des conditions favorables aux investissements étrangers et à protéger les droits et intérêts légitimes des entreprises étrangères.

Nous participerons également activement aux échanges et aux interactions avec la communauté internationale dans un esprit ouvert et inclusif, sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels. Les institutions et les particuliers étrangers sont les bienvenus en Chine pour des échanges et coopérations.

Q : Selon des sources d'information, Apple a déclaré avoir décidé de retirer du marché une application susceptible d'aider les manifestants de Hong Kong à localiser l'emplacement des policiers. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?

R : J'ai donné une réponse de principe à cette affaire hier et j'ai pris note des derniers développements aujourd'hui. Je dois rappeler que les récentes activités criminelles d'une violence extrême à Hong Kong ont défié la primauté du droit et l'ordre social de Hong Kong, menacé la sécurité des personnes et des biens des habitants de Hong Kong, et compromis la prospérité et la stabilité de la ville. Ces crimes extrêmement violents doivent faire l'objet d'opposition et de résistance, et non de soutien ou de protection.

Q : Selon certains médias, la Chine prévoit une restriction plus sévère des visas pour les citoyens américains liés à des groupes anti-chinois. Pouvez-vous le confirmer ?

R : J'ai donné ma réponse à ce sujet hier. Vous pouvez la rechercher en ligne.

Q : Le nouveau cycle de consultations économiques et commerciales sino-américaines de haut niveau se tiendra prochainement à Washington. Selon des reportages et des analyses, la Chine pourrait être disposée à prendre des mesures spécifiques sans aborder les questions essentielles, telles que l'achat d'une grande quantité de produits agricoles américains, pour que les deux parties puissent parvenir au moins à un accord-cadre afin que les deux pays puissent poursuivre les négociations et conclure un accord final lors de la réunion informelle des dirigeants de l'APEC le mois prochain. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : J'ai déjà donné une réponse de principe l'autre jour concernant le nouveau cycle de consultations économiques et commerciales de haut niveau entre la Chine et les États-Unis. Je vous conseille de vous adresser au département compétent pour plus de détails relatifs aux consultations.

Q : Selon certaines informations, le Président Trump a accepté, avant ce cycle de consultations économiques et commerciales sino-américaines de haut niveau, d'autoriser certaines entreprises américaines à approvisionner Huawei. La Chine acceptera-t-elle un tel geste si cela se révèle vrai ?

R : La Chine a exprimé à plusieurs reprises sa position sur l'utilisation par les États-Unis du pouvoir national pour réprimer Huawei et d'autres entreprises chinoises. Je tiens à réitérer que le comportement des États-Unis est à la fois déplacé et immoral et qu'il va en particulier à l'encontre des « principes de l'économie de marché » que les États-Unis prétendent défendre. La Chine exhorte les États-Unis à mettre fin à la répression et aux sanctions injustifiées à l'encontre de Huawei et d'autres entreprises chinoises, à les traiter de manière juste, équitable et non discriminatoire et à travailler davantage à un développement sain et régulier de la coopération économique et commerciale sino-américaine, et non le contraire.

Q : Le dirigeant chinois effectuera une visite en Inde demain. Pensez-vous que la question du Cachemire sera discutée lors de la rencontre du Président Xi avec le Premier Ministre Modi ? Par ailleurs, le gouvernement indien a accepté d'attribuer à Huawei un spectre de fréquences 5G indien temporaire, et une entreprise indienne a également exprimé son soutien à Huawei. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : La position de la Chine sur la question du Cachemire est constante et claire. Nous publierons des informations sur la deuxième rencontre informelle entre les dirigeants chinois et indien dans les meilleurs délais. Veuillez y prêter attention.

En ce qui concerne votre question sur la 5G, la présence de longue date de Huawei en Inde a largement contribué au développement socioéconomique du pays. En ce qui concerne la participation d'entreprises chinoises au développement de la 5G en Inde, nous pensons que la partie indienne saura porter des jugements et prendre des décisions indépendants et objectifs fondés sur ses intérêts nationaux, et créera un environnement commercial équitable, juste et non discriminatoire envers les entreprises chinoises qui y investissent et qui y exercent des activités.

Q : Une autre question à propos d'Apple. Apple a déclaré avoir retiré de l'AppStore l'application d'informations « Quartz », car cette application va à l'encontre de la loi chinoise. Pourriez-vous nous donner plus d'informations à ce sujet ? En quoi cette application a-t-elle enfreint la loi chinoise ?

R : Je n'ai pas entendu parler de ce que vous dites.

Je voudrais cependant souligner que les entreprises étrangères qui viennent investir et se développent en Chine sont les bienvenues, mais à condition de respecter les lois et règlements chinois, ainsi que les sentiments nationaux du peuple chinois. Cela ne fait aucun doute.

Suggest To A Friend
  Print