Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 17 octobre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-10-17

Le Forum sur le développement énergétique à bas carbone de Taiyuan 2019 se tiendra du 22 au 24 octobre à Taiyuan, dans la province du Shanxi. Han Zheng, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC et Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État, assistera à la cérémonie d'ouverture du Forum et à d'autres activités.

Q : Selon des reportages, deux Américains, Jacob Harlan et Alyssa Petersen, ont été mis en détention dans le Jiangsu le mois dernier. Le Ministère chinois des Affaires étrangères peut-il confirmer s'ils ont été officiellement accusés d'avoir aidé d'autres personnes à franchir illégalement la frontière, et donner plus de détails à ce sujet ?

R : Comme les autorités compétentes nous l'ont indiqué, le 27 et le 29 septembre dernier, l'autorité de la sécurité publique de la province du Jiangsu a pris, en vertu de la loi, des mesures coercitives de détention pénale et de libération sous caution à l'encontre des citoyens américains Alyssa Petersen et Jacob Harlan, suspects d'organiser le passage illégal de la frontière pour d'autres personnes. Le département chargé du traitement de l'affaire en a informé en temps utile le consulat général des États-Unis à Shanghai et a pris des dispositions pour que les agents consulaires américains effectuent des visites consulaires et protègent les droits et intérêts légitimes des deux Américains concernés.

Q : Une partie des responsables du gouvernement japonais ont visité le sanctuaire Yasukuni aujourd'hui. Le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a envoyé des offrandes rituelles, bien qu'il ne soit pas allé au sanctuaire. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : Nous avons noté l'évolution négative du Japon quant à la question du sanctuaire Yasukuni, et nous avons fait des représentations solennelles auprès de la partie japonaise. Je tiens à souligner que le sanctuaire Yasukuni, où sont honorés 14 criminels de guerre de classe A coupables de la guerre d'agression concernée, est un outil spirituel et un symbole de la guerre d'agression déclenchée par les militaristes japonais. L'acte de certains responsables politiques japonais montre à nouveau l'attitude erronée du pays à l'égard de son histoire d'agression. Nous exhortons la partie japonaise à honorer fidèlement ses déclarations et ses engagements consistant à faire face à son histoire d'agression et à procéder à un examen de conscience, pour regagner la confiance de ses voisins asiatiques et du monde entier par des actions concrètes.

Q : Encore une question sur la détention de deux Américains. Pouvez-vous nous dire si cela est lié à l'état actuel des relations sino-américaines ?

R : Je ne vois pas de lien entre cette affaire et les relations sino-américaines actuelles.

Q : Un politicien norvégien a proposé la candidature de tous les Hongkongais au prix Nobel de la paix 2020. Quelle serait la réaction de la partie chinoise si les Hongkongais remportaient le prix l'année prochaine ?

R : Les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine, aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n'a le droit d'y intervenir. Nous exhortons l'individu concerné à faire preuve de prudence dans ses propos et ses actes avec une attitude objective et équitable, et à cesser de s'immiscer dans les affaires de Hong Kong et les autres affaires intérieures de la Chine sous quelque forme que ce soit.

Q : Selon des médias, les États-Unis ont demandé aux diplomates chinois accrédités dans le pays d'avertir obligatoirement le Département d'État américain avant de rencontrer les officiels des autorités locales. Selon la partie américaine, il s'agit d'une mesure réciproque. La partie chinoise estime-t-elle que cette décision est réciproque par rapport à la réglementation chinoise à l'égard des diplomates américains accrédités en Chine ?

R : Le Département d'État américain a formulé une demande exceptionnelle aux diplomates chinois en poste aux États-Unis, qui y exercent leurs activités officielles normales, et a dressé artificiellement un obstacle. La partie chinoise a exprimé son opposition à ce sujet et a déjà fait des représentations solennelles auprès des États-Unis.

La Chine soutient toujours les activités officielles normales des diplomates américains en Chine et y accorde les commodités nécessaires. L'affirmation américaine selon laquelle la Chine restreint les activités des diplomates américains ne tient pas debout.

Nous exhortons les États-Unis à corriger leur erreur, à retirer leur décision et à fournir soutien et commodités aux diplomates chinois accrédités aux États-Unis dans leur travail, au lieu de dresser des obstacles artificiels.

Q : Selon des reportages, les services de renseignements australiens ont déclaré avoir besoin de davantage de ressources pour enquêter sur les tentatives chinoises d'immixtion dans les affaires intérieures de l'Australie. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

R : Comme nous le soulignons depuis toujours, la Chine applique le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. C'est ce que nous disons et ce que nous faisons. La prétendue « ingérence de la Chine dans les affaires intérieures de l'Australie » n'est qu'un piètre artifice monté et joué par une poignée d'individus en Australie, dans le but d'atteindre leur objectif politique inavouable.

Je voudrais réitérer que la Chine développe toujours ses relations avec les autres pays sur la base des principes du respect mutuel et de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres parties. Une relation sino-australienne saine et stable est dans l'intérêt fondamental des deux pays et des deux peuples. Nous espérons que la partie australienne travaillera dans le même sens que la Chine et contribuera davantage à la confiance mutuelle et à la coopération entre les deux pays.

Q : Le New York Times a fait savoir qu'une société chinoise avait obtenu, à la suite de la conclusion d'un accord avec les Îles Salomon le mois dernier, des « droits exclusifs de développement » pour l'île de Tulagi. Pouvez-vous confirmer cela et partager plus de détails à ce sujet ?

R : Je ne suis pas au courant de ce que vous dites. Ce que je peux dire, c'est que le gouvernement chinois encourage toujours les entreprises chinoises à mener des coopérations à l'étranger conformément aux principes du marché et aux règles internationales, et dans le respect des lois locales.

Q : Une question sur les négociations commerciales sino-américaines. Le Secrétaire américain au Trésor, Mnuchin, a déclaré qu'il était prêt à venir en Chine pour procéder à des consultations sur un « accord de la première étape » avant une éventuelle rencontre entre le Président Trump et le dirigeant chinois le mois prochain. La Chine va-t-elle inviter une délégation commerciale américaine à faire des consultations en Chine ?

R : J'ai déjà répondu à des questions sur l'économie et le commerce sino-américains à plusieurs reprises. Nous espérons que les États-Unis déploieront des efforts dans le même sens que la Chine, régleront de manière appropriée les préoccupations réciproques, conformément au principe et à la direction définis par les deux Chefs d'État et sur la base de l'égalité et du respect mutuel, pour promouvoir un développement sain et régulier des relations économiques et commerciales entre les deux pays. Quant aux détails des consultations qui vous intéressent, je vous conseille de vous renseigner auprès du Ministère chinois du Commerce.

Suggest To A Friend
  Print