Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 13 novembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-11-13

Q : Le Président de la Commission des relations extérieures du Sénat américain a déclaré hier qu'il souhaitait que le Sénat adopte le projet de loi visant à soutenir les manifestants à Hong Kong. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La partie chinoise a exprimé à plusieurs reprises sa position solennelle à la suite de l'examen du projet de loi relatif à Hong Kong par le Congrès américain. Nous avons également effectué une démarche officielle auprès de la partie américaine.

Je tiens à souligner une fois de plus que les problèmes qui se posent à Hong Kong ne concernent nullement les droits de l'homme ou la démocratie ; il s'agit plutôt de lutter contre la violence et le chaos, de rétablir l'ordre et de respecter la légalité. Le membre du Congrès américain en question, en fermant les yeux devant les infractions flagrantes commises par les manifestants de Hong Kong, notamment les actes de violence, de saccage et de destruction par incendie, renforce ouvertement l'arrogance des forces radicales et des criminels violents dans le but de compromettre la stabilité et la prospérité de Hong Kong et d'endiguer le développement de la Chine. Nous nous y opposons fermement.

Les États-Unis ont des intérêts importants à Hong Kong. Si le projet de loi concerné est adopté, non seulement les intérêts de la Chine et les relations bilatérales seront lésés, mais également les intérêts des États-Unis. La Chine prendra des mesures énergiques contre toute décision erronée des États-Unis pour défendre résolument sa souveraineté, et ses intérêts en matière de sécurité et de développement.

Je tiens à réitérer que Hong Kong appartient à la Chine et que les affaires de Hong Kong sont des affaires purement intérieures de la Chine dans lesquelles aucune force étrangère ne sera autorisée à intervenir. Nous exhortons les États-Unis à évaluer clairement la situation et à s'arrêter pile devant un péril. Les États-Unis doivent immédiatement cesser de poursuivre l'examen du projet de loi concerné, cesser de soutenir les infractions violentes et cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine en utilisant la question liée à Hong Kong.

Q : Encore une question sur Hong Kong. L'UE a appelé hier à une enquête approfondie sur la violence, l'emploi de la force et les causes profondes des manifestations. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : Le Bureau des affaires de Hong Kong et de Macao relevant du Conseil des Affaires d'État, le Bureau de liaison du gouvernement populaire central dans la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) et le chef de l'exécutif de la Région administrative spéciale ont déjà réagi aux dernières activités perturbatrices et aux actes criminels commis par des criminels violents à Hong Kong. Les infractions continues de violence à grande échelle ont plongé Hong Kong dans une situation extrêmement dangereuse. Comme le dit le chef de l'exécutif Carrie Lam, les actes des émeutiers ont dépassé de loin leurs prétendues revendications. Ils se sont placés à l'opposé de la population.

Je tiens à souligner que l'urgence à Hong Kong est de mettre fin à la violence et de rétablir l'ordre. Le gouvernement central soutient fermement le gouvernement de la Région administrative spéciale, la police et l'organe judiciaire dans la prise de mesures énergiques pour punir sévèrement les agissements criminels, protéger la vie et les biens des habitants de Hong Kong et rétablir la tranquillité et la stabilité à Hong Kong.

Je voudrais également réitérer que les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine, dans lesquelles aucun gouvernement étranger, organisation ou individu n'a le droit d'intervenir. Nous exhortons les parties concernées à respecter scrupuleusement le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à cesser immédiatement de faire des remarques irresponsables et à cesser de s'immiscer, sous quelque forme que ce soit, dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine.

Q : Une organisation du « Turkestan oriental » basée aux États-Unis a déclaré hier que plusieurs « camps de concentration » destinés à incarcérer des Ouïghours et des habitants d'autres ethnies minoritaires avaient été découverts au Xinjiang. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Les organisations du « Turkestan oriental » basées à l'étranger se sont engagées depuis longtemps dans des activités compromettant la sécurité nationale de la Chine, et cherchent à séparer le Xinjiang de la Chine. Leurs remarques sont infondées.

Depuis 2015, la Chine a publié sept livres blancs sur la lutte antiterroriste et la déradicalisation ainsi que l'enseignement et la formation professionnels dans le Xinjiang, décrivant de manière détaillée et claire les différentes questions liées au Xinjiang. Les mesures de lutte antiterroriste et de déradicalisation ont donné des résultats tangibles, aucun incident terroriste violent n'ayant été commis depuis trois ans. Les mesures politiques adoptées par le gouvernement ont gagné le soutien sans réserve des habitants des différentes ethnies.

Le maintien de la stabilité, de la prospérité, de l'unité ethnique et de l'harmonie sociale au Xinjiang est connu de tous. Tous les mensonges seront balayés par les faits.

Suggest To A Friend
  Print