Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 15 novembre 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-11-15

Le Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat, Li Keqiang, tiendra le 21 novembre la quatrième table ronde à Beijing avec le Président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, la Directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, le Directeur général adjoint de l'Organisation mondiale du commerce, Alan Wolff, le Directeur général de l'Organisation internationale du Travail, Guy Ryder, le Secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques, Angel Gurria, et le Président du Conseil de stabilité financière, Randal Quarles. Ils aborderont des sujets tels que la situation économique mondiale, la coordination des politiques macro-économiques, la stimulation de la croissance économique chinoise avec une ouverture de plus haut niveau et la promotion de la réforme de la gouvernance économique mondiale.

Placée sous le thème « Promouvoir une croissance économique mondiale ouverte, stable et de grande qualité », cette table ronde se concentrera sur trois sujets, à savoir les perspectives de l'économie mondiale et les réponses à y apporter, les efforts constants de la Chine pour améliorer le climat des affaires et promouvoir une ouverture de plus haut niveau, ainsi que la promotion de la réforme de la gouvernance économique mondiale. Le Premier ministre Li et les responsables des institutions économiques internationales tiendront une conférence de presse conjointe à l'issue de la réunion.

Depuis 2016, la table ronde « 1 + 6 » a été organisée avec succès à trois reprises. Elle a joué un rôle positif dans le renforcement de la communication politique entre le gouvernement chinois et les principales institutions économiques internationales. À l'heure actuelle, la croissance économique mondiale ralentit, la situation internationale connaît des changements complexes et profonds, et les facteurs d'instabilité et d'incertitude sont en nette augmentation. Dans ce contexte, la Chine s'attend à un échange de vues approfondi sur les questions majeures d'intérêt commun avec les autres parties participant au dialogue. Nous espérons envoyer un message positif sur le soutien au multilatéralisme, l'amélioration de la gouvernance économique mondiale et la promotion d'une croissance économique mondiale forte, durable, équilibrée et inclusive. Nous espérons également obtenir des suggestions sur l'économie chinoise de la part des organisations internationales. Nous continuerons également à améliorer le climat des affaires et à promouvoir une ouverture de plus haut niveau afin de réaliser un développement de grande qualité.

Q : Le sommet de Brasilia des BRICS s'est achevé hier. La Chine avait précédemment indiqué que de nombreux pays espéraient que les pays BRICS indiqueraient la voie à suivre dans un monde en rapide mutation et renforceraient la confiance de la communauté internationale, qui est préoccupée. Pensez-vous que ce sommet des BRICS a atteint cet objectif ?

R : Le 11e Sommet des BRICS a été clôturé avec succès à Brasilia hier. Les dirigeants des pays BRICS ont procédé à un échange de vues approfondi sur la coopération des BRICS et de grands problèmes internationaux d'intérêt commun, parvenant à un large consensus et obtenant des résultats positifs. En résumé, ce sommet a envoyé quatre messages clairs.

Premièrement, soutenir le multilatéralisme. Les questions internationales doivent être gérées par toutes les parties prenantes par le biais de consultations, et non par un ou plusieurs pays. Voilà l'essentiel du multilatéralisme. Au cours de ce sommet, toutes les parties s'engagent à démontrer le sens des responsabilités des pays BRICS, à défendre et à mettre en pratique le multilatéralisme, à défendre le système international centré sur les Nations unies, à accroître la représentation et le droit à la parole des marchés émergents et des pays en développement dans la gouvernance mondiale, à faire preuve d'un esprit pionnier dans la réforme du système de gouvernance mondiale et à faire progresser l'ordre international dans un sens plus équitable et plus raisonnable.

Deuxièmement, s'opposer au protectionnisme. Toutes les parties ont réaffirmé qu'elles maintiendraient le système commercial multilatéral centré sur l'OMC et préserveraient un environnement commercial juste, équitable et non discriminatoire, en appelant tous les membres de l'OMC à s'abstenir de prendre des mesures unilatérales et protectionnistes. Toutes les parties se sont engagées à faire du développement une priorité essentielle du cadre de la politique macro-économique mondiale, à aider les pays en développement à mieux s'intégrer dans la chaîne de valeur et la chaîne industrielle mondiales et à construire une économie mondiale ouverte.

Troisièmement, s'opposer à l'ingérence étrangère. Toutes les parties ont réaffirmé qu'elles défendaient les buts et principes de la Charte des Nations unies et l'ordre international fondé sur le droit international, soutenaient le choix indépendant de la voie de développement de chaque pays, garantissaient le respect mutuel de leur souveraineté et s'opposaient aux ingérences étrangères et aux violations du droit international. Elles ont souligné que les différends devaient être réglés par le dialogue et qu'elles joueraient un rôle plus important dans la sauvegarde de la sécurité et de la stabilité stratégiques internationales.

Quatrièmement, renforcer la solidarité et la coopération au sein des BRICS. Toutes les parties ont démontré leur détermination à rechercher un développement commun par le biais d'efforts communs. Elles ont réaffirmé leur volonté de mettre en valeur l'esprit des BRICS, caractérisé par l'ouverture, l'inclusivité et la coopération gagnant-gagnant, de resserrer les liens d'amitié traditionnels entre les cinq pays, de renforcer les mécanismes de coopération des BRICS, d'approfondir la coopération dans les trois domaines phares, à savoir la coopération économique, commerciale et financière, la coopération politique et de sécurité ainsi que les échanges culturels et humains, d'œuvrer à de nouveaux progrès dans le partenariat BRICS sur la nouvelle révolution industrielle et de stimuler le développement économique de qualité des pays BRICS.

Ce sommet ajoute de la stabilité à la situation internationale à un moment critique, indique la voie à suivre pour le système international en profonde transformation, insuffle une énergie positive à la communauté internationale qui est préoccupée et donne un nouvel élan à l'intensification de la coopération pragmatique des BRICS. Nous espérons que les pays BRICS uniront leurs efforts pour bâtir une deuxième « décennie d'or », contribuant davantage à la paix et au développement dans le monde et à la construction d'une communauté de destin pour l'humanité.

Q : Un organisme consultatif du Congrès américain suggère dans un rapport publié hier que le Congrès suspende le statut économique spécial de Hong Kong si la Chine décidait d'envoyer des troupes à Hong Kong. Le rapport suggère également que les Etats-Unis accordent davantage de soutien à Taïwan. Quel est le commentaire de la Chine au sujet de ce rapport ?

R : Le comité que vous avez mentionné est toujours imbu de préjugés contre la Chine. Ses rapports sont rarement basés sur des faits. Je ne vois aucun intérêt à commenter ce rapport.

Q : Selon les médias, le professeur Nobu Iwatani de l'Université d'Hokkaido, détenu en Chine, a été libéré et renvoyé au Japon. Pourriez-vous révéler plus de détails ?

R : Selon les informations dont je dispose, les autorités chinoises de la sécurité nationale ont saisi des documents contenant les secrets d'Etat chinois rassemblés par Nobu Iwatani dans son hôtel lors d'une opération le 8 septembre. Une enquête judiciaire a ensuite été ouverte. Au cours de cette enquête, il a avoué avoir recueilli une grande quantité de documents contenant des secrets d'Etat chinois, y compris ceux saisis lors de l'opération et d'autres acquis plus tôt. Les faits sont clairs et les preuves incontestables. Son comportement a violé le Code pénal de la République populaire de Chine et la Loi de la République populaire de Chine contre l'espionnage. Il a avoué sans détour ses actes criminels, exprimé ses remords et était disposé à se faire sanctionner.

Conformément aux dispositions légales applicables, la partie chinoise l'a réprimandé, lui a ordonné de se repentir par écrit et a décidé de le libérer sous caution. Il a quitté la Chine pour le Japon aujourd'hui.

Je tiens à souligner que, au cours de l'enquête, dans le strict respect de la Convention de Vienne sur les relations consulaires, de l'Accord consulaire sur les relations consulaires entre la Chine et le Japon et des dispositions légales applicables, la partie chinoise a informé l'Ambassade du Japon en Chine en temps voulu et a arrangé des visites consulaires, garantissant pleinement les droits de Nobu Iwatani en tant que suspect.

Q : Selon les médias, le Ministre indien de la Défense, Singh, a visité hier Tawang, dans l'« Arunachal Pradesh ». Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Le gouvernement chinois n'a jamais reconnu le prétendu « Arunachal Pradesh ». Nous nous opposons fermement aux activités des dirigeants et hauts fonctionnaires indiens dans cette région.

Nous exhortons la partie indienne à respecter les intérêts et les préoccupations de la Chine, à arrêter de prendre des mesures susceptibles de compliquer le problème des frontières et à maintenir la paix et la tranquillité dans la région frontalière par des actions concrètes.

Q : Le président chinois va-t-il faire une escale en Espagne et y rencontrer des dirigeants espagnols ?

R : Nous avons publié des informations sur la visite du Président Xi. Je n'ai rien de plus à vous communiquer pour le moment.

En ce qui concerne les relations sino-espagnoles, elles bénéficient actuellement d'une bonne dynamique de développement avec des échanges fréquents de haut niveau et une confiance politique mutuelle solide. La visite d'Etat du Président Xi en Espagne à la fin de l'année dernière a ouvert un nouveau chapitre des relations bilatérales. La Chine attache une grande importance aux relations avec l'Espagne et est disposée à coopérer avec elle pour mettre en œuvre le consensus important de nos dirigeants, renforcer la synergie des stratégies de développement et la coopération pragmatique dans divers domaines dans le cadre de « la Ceinture et la Route » et faire progresser davantage le partenariat stratégique global Chine-Espagne.

Q : Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, a fait part de ses inquiétudes quant à un coup d'Etat dans son pays, alors que Sam Rainsy, le principal dirigeant de l'opposition, menaçait de rentrer au Cambodge après des années d'exil. De nombreux pays espéraient que le Cambodge permette à Sam Rainsy de revenir dans le pays pour rétablir la démocratie. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. C'est une affaire intérieure du Cambodge et la Chine adhère au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. Nous sommes convaincus que le gouvernement et le peuple cambodgiens ont la sagesse et la capacité de gérer correctement les problèmes nationaux. En tant que bon ami, la Chine espère voir un Cambodge pacifique et stable dans l'unité nationale, avec des progrès économiques et des moyens de subsistance améliorés. Nous pensons que cela sert les intérêts fondamentaux et à long terme du peuple cambodgien.

Q : La Secrétaire à la Justice de Hong Kong, Teresa Cheng, a été assaillie par un groupe de personnes masquées alors qu'elle assistait à un événement à Londres le 14 novembre. Elle a été blessée après avoir été poussée et être tombée au sol. Avez-vous des commentaires à faire à ce propos ?

R : Nous exprimons notre vive indignation et notre vive condamnation de l'attaque contre la Secrétaire à la Justice de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong, Teresa Cheng, perpétrée à Londres par un groupe d'éléments antichinois qui cherchent à perturber Hong Kong. L'Ambassade de Chine au Royaume-Uni a immédiatement envoyé du personnel sur les lieux pour apporter de l'assistance et a demandé à la partie britannique de prendre immédiatement des mesures de sécurité pour la Secrétaire Cheng. L'Ambassadeur Liu Xiaoming lui rendra visite à l'hôpital où elle est soignée pour ses blessures.

Les faits ont prouvé que les éléments antichinois qui cherchent à perturber Hong Kong ne sont qu'un groupe de criminels violents ayant franchi le seuil de tolérance du droit et de la société. Ces attaques flagrantes contre des fonctionnaires du gouvernement de la RAS de Hong Kong doivent cesser et être sévèrement punies. Si on laissait faire les intéressés, ils saperaient gravement la stabilité et la prospérité de Hong Kong et causeraient de graves perturbations et dommages à la communauté internationale, y compris au Royaume-Uni.

Je dois souligner que cette attaque effroyable perpétrée à Londres est le résultat immédiat des agissements de certains politiciens britanniques depuis un certain temps. Ils confondent le vrai et le faux, soutiennent les éléments antichinois qui cherchent à déstabiliser Hong Kong et soutiennent leurs actes de violence et criminels de manière ouverte ou dissimulée. Si le Royaume-Uni ne change pas de cap et continue de jeter l'huile sur le feu, il finira par se brûler.

Nous demandons que le Royaume-Uni ouvre immédiatement une enquête approfondie sur cet incident, ne ménage aucun effort pour appréhender les coupables, les traduire en justice et assurer la sécurité et la dignité de tous les Chinois au Royaume-Uni. Nous exhortons le Royaume-Uni à faire preuve de prudence sur les questions liées à Hong Kong et à cesser d'envoyer des messages erronés, de semer la discorde, de se mêler des affaires de Hong Kong et de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine.

Je dois souligner encore une fois que mettre fin à la violence et au chaos et rétablir l'ordre est la tâche la plus urgente, le consensus le plus large et l'appel le plus puissant à Hong Kong à ce stade. Le gouvernement central soutient fermement le gouvernement de la RAS de Hong Kong dirigé par le chef de l'exécutif pour gouverner conformément à la loi, la police de Hong Kong dans l'application stricte de la loi et l'organe judiciaire de Hong Kong dans ses efforts visant à traduire les criminels violents en justice conformément à la loi.

Q : Citant des sources du gouvernement afghan, les médias afghans ont déclaré que des pourparlers de paix intra-afghans se dérouleraient à Beijing la semaine prochaine. Pourriez-vous confirmer cela ?

R : J'ai répondu à des questions similaires à plusieurs reprises.

La Chine soutient fermement le processus de paix et de réconciliation global et inclusif « dirigé et pris en charge par les Afghans ». Nous soutenons le dialogue constructif entre toutes les parties en Afghanistan, y compris le gouvernement et les talibans. Nous sommes prêts, dans le respect de la volonté de toutes les parties en Afghanistan, à fournir une plate-forme pour leur dialogue et leurs échanges et à faciliter le processus de paix et de réconciliation dans le pays.

Nous sommes actuellement en communication avec toutes les parties afghanes pour l'organisation de la réunion intra-afghane en Chine.

Suggest To A Friend
  Print