Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 19 novembre 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-11-19

Q : Le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré le 18 novembre lors d'une conférence de presse que les Etats-Unis étaient gravement préoccupés par l'aggravation des troubles politiques et de la violence à Hong Kong. Le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong assume la responsabilité première et la violence d'une quelconque partie est inacceptable. La Chine doit honorer ses promesses de libertés envers la population de Hong Kong, telles qu'elles sont inscrites dans la Déclaration commune sino-britannique. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Le sabotage et les crimes commis par des criminels violents à Hong Kong se sont intensifiés ces derniers jours, ce qui met en danger la vie et les biens des Hongkongais, bafoue l'Etat de droit et l'ordre social, sape la stabilité et la prospérité de la ville et défie le seuil de tolérance du principe « un pays, deux systèmes ». Tout cela a plongé Hong Kong dans une situation extrêmement dangereuse.

Mettre fin à la violence et au chaos et rétablir l'ordre constituent la tâche la plus urgente de Hong Kong à l'heure actuelle. Le gouvernement central soutient fermement le gouvernement de la RAS de Hong Kong dirigé par le chef de l'exécutif pour gouverner conformément à la loi, la police de Hong Kong dans l'application stricte de la loi et l'organe judiciaire de Hong Kong dans ses efforts visant à traduire les criminels en justice conformément à la loi.

Les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n'a le droit de s'y immiscer. Les remarques récentes des Etats-Unis sur Hong Kong, bien qu'impartiales en apparence, révèlent en réalité leurs intentions cachées de tenter de se mêler des affaires de Hong Kong ainsi que leur pratique du « deux poids, deux mesures » pour les crimes violents. Entretenir la confusion entre les mesures prises par la police de Hong Kong pour mettre fin à la violence et au chaos et les crimes violents des forces radicales est une profanation de l'Etat de droit et des droits de l'Homme.

En ce qui concerne les soi-disant promesses de la Chine dans la Déclaration commune sino-britannique, je voudrais indiquer clairement ceci : avec la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, les droits et obligations concernant la partie britannique énoncés dans la Déclaration commune sino-britannique ont tous été respectés. Les Etats-Unis ne disposent d'aucun fondement juridique et ne sont pas non plus en mesure d'invoquer la Déclaration commune sino-britannique pour s'immiscer dans les affaires de Hong Kong.

Nous exhortons les Etats-Unis à respecter réellement la souveraineté de la Chine, à cesser de faire des remarques irresponsables, à cesser de tolérer et d'encourager les crimes violents de manière déguisée, à cesser de se mêler des affaires de Hong Kong et de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine.

Je tiens à souligner que le gouvernement chinois est déterminé à protéger la souveraineté, la sécurité nationale et les intérêts de développement du pays, à mettre en œuvre la politique « un pays, deux systèmes » et à s'opposer à toute ingérence d'une quelconque force étrangère dans les affaires de Hong Kong.

Q : Le 18 novembre, le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré que l'établissement de colonies de peuplement israéliennes n'était pas contraire au droit international et que le fait de prétendre que l'établissement de colonies de peuplement violait le droit international ne faisait pas avancer la cause de la paix. Les Etats-Unis ne préjugent pas du statut ultime de la Cisjordanie ni ne sapent la perspective de la « solution à deux Etats ». Ce n'est pas un feu vert pour la construction de nouvelles colonies. Israël a salué et apprécié ces propos de la partie américaine, alors que la présidence palestinienne et l'Union européenne les ont rejetés dans leurs déclarations. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La question des colonies de peuplement est l'un des sujets majeurs dans les négociations entre la Palestine et Israël concernant le statut ultime. Selon la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies, il est contraire au droit international d'établir des colonies de peuplement dans les territoires occupés de la Palestine, y compris Jérusalem-Est. Au vu de la situation sérieuse entre la Palestine et Israël, la Chine appelle les Etats-Unis à assumer leurs responsabilités, à faire des efforts constructifs, à éviter d'aggraver la confrontation et à s'abstenir de compliquer davantage la question de la Palestine.

Q : Le Secrétaire américain à la Défense Mark Esper a déclaré lors d'une réunion avec ses homologues de l'ASEAN que les activités de la Chine en mer de Chine méridionale constituaient une menace pour les autres pays et que l'ASEAN ne pouvait permettre à la Chine de manipuler le Code de conduite en mer de Chine méridionale. L'armée américaine a mené cette année les plus fréquentes opérations de « liberté de navigation » en mer de Chine méridionale au cours des 25 dernières années, ce qui revêt une importance particulière dans le contexte des activités de militarisation menées par la Chine dans la région. Quel est le commentaire de la Chine sur ces remarques ?

R : Depuis longtemps, les Etats-Unis tentent de perturber la situation en mer de Chine méridionale et de saper la paix et la stabilité dans la région en fomentant des troubles et en semant la discorde. Les pays de la région en sont bien conscients.

Grâce aux efforts conjugués de la Chine et des pays de l'ASEAN, la situation en mer de Chine méridionale est généralement stable et s'inscrit dans une tendance d'amélioration, et la liberté de navigation ne pose aucun problème. Lors du 22e Sommet Chine-ASEAN qui s'est tenu récemment, toutes les parties ont été satisfaites et inspirées par les progrès réalisés dans les négociations du Code de conduite en mer de Chine méridionale. La Chine est prête à travailler avec les pays de l'ASEAN pour surmonter les perturbations et faire progresser les consultations selon le calendrier fixé sur la base d'une concertation d'égal à égal. La Chine et les pays de l'ASEAN ont la confiance, la sagesse et la capacité de faire de la mer de Chine méridionale un océan de paix, d'amitié et de coopération, et de maintenir durables la paix et la stabilité dans la région.

Toutefois, comme le dit le proverbe chinois, « l'arbre préfère le calme mais le vent ne cesse de souffler ». Sous le prétexte de la « liberté de navigation », les Etats-Unis ont fréquemment envoyé des navires et des avions militaires dans cette région pour effectuer des actes de provocation dans les eaux territoriales d'autres pays ou des exercices militaires conjoints visant à démontrer leur force. L'intrusion délibérée des Etats-Unis est à l'origine des tensions dans la situation en mer de Chine méridionale et leur tentative de semer la discorde constitue une menace pour la paix et la stabilité régionales.

Nous exhortons les Etats-Unis à saisir l'élan positif et la tendance à l'amélioration dans la situation régionale, à respecter et à soutenir les efforts des pays de la région pour préserver la stabilité régionale, à mettre fin aux pratiques peu constructives, irresponsables et impopulaires et à cesser de perturber et de saper la paix, la stabilité et la coopération mutuellement bénéfique en mer de Chine méridionale.

Q : Hier, un tribunal de Hong Kong a prononcé une décision selon laquelle l'interdiction des masques n'était pas compatible avec la Loi fondamentale. Etant donné la déclaration de l'APN de ce matin, la Chine a-t-elle l'intention de publier une interprétation de la Loi fondamentale ? Et si oui, cela va-t-il entrer en conflit avec le principe « un pays, deux systèmes » ?

R : Je crois que vous comprenez qu'il ne s'agit pas d'une affaire diplomatique. Les porte-parole de la Commission des Affaires législatives du Comité permanent de l'APN et du Bureau des Affaires de Hong Kong et de Macao du Conseil des Affaires d'Etat ont publié des déclarations sur cette décision. Ils ont clairement indiqué la position du gouvernement central à ce sujet.

Q : Les Etats-Unis ont offert lundi une nouvelle période de licence de 90 jours à Huawei, lui permettant de continuer à travailler avec ses homologues américains. Le gouvernement chinois fait-il quelque chose pour créer des conditions favorables à Huawei ? S'agit-il d'un sujet de discussion majeur dans les consultations économiques et commerciales sino-américaines, voire d'une condition préalable à la signature d'un accord de phase I ?

R : En ce qui concerne la prolongation de la période de licence, Huawei a déjà donné une réponse. Nous avons également énoncé notre position à plusieurs reprises auparavant. Nous exhortons les Etats-Unis à cesser d'abuser du concept de sécurité nationale et des mesures de contrôle des exportations, de pratiquer la discrimination contre des entreprises ciblées d'autres pays, et de politiser les questions économiques et commerciales.

Vous avez également demandé si le gouvernement chinois avait fait quelque chose pour créer des conditions favorables à Huawei ou à d'autres sociétés chinoises. Je peux vous dire clairement que nous ne demandons aux gouvernements étrangers aucune faveur pour les entreprises chinoises, mais un traitement d'égal à égal pour elles, y compris Huawei.

En ce qui concerne les consultations économiques et commerciales sino-américaines, il n'y a pas si longtemps, les chefs des deux équipes ont eu une conversation téléphonique. D'après ce que je sais, les deux parties restent toujours en contact étroit.

Suggest To A Friend
  Print