Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 18 décembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019-12-18

Q : Hier, la Chine et la Russie ont présenté au Conseil de Sécurité des Nations Unies un projet de résolution sur la question de la péninsule coréenne, demandant une levée partielle des sanctions imposées à la RPDC. En outre, des reportages indiquent que le représentant spécial américain pour la Corée du Nord Biegun effectuera une visite en Chine demain et après-demain. Quels sujets les responsables chinois et Biegun aborderont-ils ?

R : Nous nous félicitons de la visite du représentant spécial Biegun en Chine pour une communication sur la question de la péninsule coréenne. Des responsables chinois le rencontreront. Nous publierons en temps utile des informations en la matière.

Q : L'administration américaine, en particulier le Département du Commerce, finalise un ensemble de règles visant à limiter les exportations de produits de haute technologie vers la Chine, y compris les technologies liées à l'informatique quantique et à l'impression 3D. Quel est le commentaire de votre Ministère à ce sujet ?

R : J'ai pris note des reportages à ce sujet. La Chine s'oppose fermement à la généralisation par les États-Unis du concept de sécurité nationale, à l'abus des mesures de contrôle des exportations, à l'interférence et à la restriction des échanges et de la coopération normaux entre les entreprises. Nous exhortons les États-Unis à en faire davantage pour promouvoir la confiance mutuelle et la coopération entre la Chine et les États-Unis, et non l'inverse.

Un autre point sur lequel je voudrais insister : la partie américaine ne devrait pas penser que restreindre l'exportation de technologies de pointe vers la Chine peut empêcher l'innovation scientifique et technologique de la Chine et retarder son développement et ses progrès. Certains individus de la partie américaine croient orgueilleusement avoir raison.

Je tiens également à leur dire que toutes les grandes réalisations accomplies depuis la proclamation de la République populaire de Chine il y a 70 ans résultent du travail acharné et des efforts assidus du peuple chinois en comptant sur ses propres forces. Que les États-Unis restreignent, interfèrent, perturbent ou pratiquent l'embargo contre la Chine, cela ne causera pas beaucoup de tracas à la partie chinoise. Ces revers temporaires ne feront que stimuler la sagesse et l'esprit combatif du peuple chinois. Nous avons pleinement confiance en l'avenir de la science, de la technologie, du développement et de la croissance de la Chine.

Q : Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi vient de terminer sa visite dans l'Union européenne (UE), qui était également son deuxième déplacement à Bruxelles cette année. Quel est le commentaire de la Chine au sujet de cette visite et de l'avenir des relations sino-européennes ?

R : Cette année a été une année fructueuse pour les relations sino-européennes. Le Conseiller d'État Wang Yi a effectué sa visite au siège de l'UE peu après l'entrée en fonction officielle de la nouvelle direction de l'UE, et les deux parties ont mené une communication approfondie et envoyé à l'extérieur un signal positif pour l'approfondissement du partenariat stratégique global Chine-UE, la préservation conjointe du multilatéralisme et de l'ordre international pour relever les défis planétaires. Ces signaux correspondent succinctement aux trois points suivants auxquels la Chine est attachée dans le développement des relations avec l'UE.

Premièrement, la Chine est toujours attachée à son attitude envers l'Europe. La Chine envisage toujours l'Europe d'une manière positive et la considère comme un important partenaire et l'une de ses priorités diplomatiques. Nous soutenons fermement le processus d'intégration européenne, l'unité et la croissance de l'UE, et le rôle plus important que l'Europe doit jouer dans les affaires internationales. Il n'y a pas de conflits d'intérêts fondamentaux entre la Chine et l'Europe. Elles sont partenaires pour une coopération mutuellement avantageuse, au lieu d'être concurrents dans un combat à somme nulle. Étant donné que la politique européenne de la Chine a été d'une grande stabilité et continuité, nous avons la certitude que la nouvelle direction de l'UE maintiendra aussi la continuité et le caractère prospectif de sa politique à l'égard de la Chine, et continuera de faire progresser les relations sino-européennes.

Deuxièmement, la Chine est toujours déterminée à faire avancer la coopération pragmatique Chine-UE. Cette année, les deux parties ont signé d'importants accords de coopération dans le domaine de l'aviation civile, terminé les négociations sur l'accord relatif aux indications géographiques (IG) et réalisé des progrès notables dans le renforcement de la connexion de l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route » et de la stratégie d'interconnexion eurasienne de l'UE. Bien que confrontée à une pression économique mondiale baissière aggravée, la coopération économique et commerciale entre la Chine et l'UE a continué de s'accroître en bravant toutes les difficultés. La Chine souhaite travailler avec l'UE pour renforcer la complémentarité de leurs avantages respectifs, favoriser les partenariats pour le développement vert et numérique, ainsi que le libre-échange, afin de contribuer au développement socio-économique et au mieux-être des populations des deux parties.

Troisièmement, la Chine est toujours attachée au renforcement de la coordination Chine-UE dans les affaires mondiales et au maintien du multilatéralisme. Face au contre-courant du protectionnisme et de l'unilatéralisme, la Chine et l'UE, deux forces d'importance majeure dans le monde d'aujourd'hui, ne peuvent absolument pas rester les bras croisés. Au contraire, elles doivent travailler de concert et assumer leurs responsabilités. Elles doivent, en portant haut levé le drapeau du multilatéralisme, renforcer la coordination et la collaboration dans le maintien du libre-échange, l'amélioration de la gouvernance mondiale et la lutte contre le changement climatique, et apporter continuellement au monde de la stabilité, de l'ouverture et de l'énergie positive.

L'année prochaine marquera le 45e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l'UE, occasion pour les deux parties d'organiser une série d'échanges importants. La Chine entend travailler avec l'UE pour assurer le succès d'une série de programmes politiques, faire aboutir la coopération pragmatique bilatérale à davantage de résultats, bien planifier la coopération Chine-UE et toujours porter les partenariats Chine-UE pour la paix, la croissance, la réforme et la civilisation à de nouveaux paliers.

Q : Le Sénat américain a adopté le projet de loi sur l'autorisation de la défense nationale pour le budget 2020, approuvant la création d'une force spatiale. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons pris note du reportage concerné. Cela montre une fois de plus les risques croissants de militarisation de l'espace extra-atmosphérique, qui pourrait devenir un théâtre de guerre ; la Chine en est profondément préoccupée. L'espace extra-atmosphérique est un patrimoine commun de l'humanité tout entière. Assurer l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques et en empêcher la militarisation et la course aux armements est non seulement dans l'intérêt commun de tous les pays, mais relève aussi de la responsabilité commune de tous les pays.

Dans la situation actuelle, la nécessité et l'urgence de conclure la négociation d'un instrument juridique international sur le contrôle des armements dans l'espace extra-atmosphérique se sont encore accrues. Nous espérons que la communauté internationale, en particulier les grandes puissances concernées, adoptera une attitude prudente et responsable pour empêcher l'espace extra-atmosphérique de devenir un nouveau champ de bataille, et travaillera ensemble pour maintenir une paix et une tranquillité durables dans l'espace extra-atmosphérique.

Q : L'année écoulée a été une année de défis pour la Chine à bien des égards, dont les frictions commerciales avec les États-Unis. Et d'un autre côté, beaucoup disent que la Chine a remporté des succès encourageants. Comment qualifieriez-vous les actions diplomatiques chinoises de cette année ?

R : Comme vous êtes en Chine depuis longtemps, vous savez peut-être qu'à la fin de chaque année, nous faisons le point sur les réalisations de l'année qui s'achève et planifions notre travail pour l'année qui commence. Voici une annonce pour notre Ministère. C'est une tradition pour le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi d'accorder une interview aux médias chinois à la fin de l'année pour passer en revue les actions diplomatiques chinoises de l'année qui s'achève et planifier celles à entreprendre pendant l'année qui commence. Veuillez y prêter attention, et je pense que vous entendrez bientôt une réponse faisant autorité de la part du Conseiller d'État Wang Yi.

Q : J'ai une question suite à la conférence de presse de vendredi dernier tenue par la partie chinoise sur l'accord commercial sino-américain de première phase. Les États-Unis ont déclaré que la Chine avait accepté d'acheter 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires pendant les deux prochaines années, dont 40 à 50 milliards de dollars de produits agricoles. La Chine n'a pas encore confirmé cette nouvelle. Pouvez-vous confirmer que cela fait partie de l'accord conclu entre la Chine et les États-Unis ? Aussi, quand aura lieu la signature de l'accord de première phase ? Robert Lighthizer a dit que les deux parties projetaient de le signer en janvier 2020 et que l'accord entrerait en vigueur 30 jours après sa signature. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Les responsables chinois des départements concernés ont répondu à des questions relatives à l'accord commercial sino-américain de la première phase lors de la conférence de presse tenue vendredi soir par le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'État. Ils ont répondu aux questions, y compris à celles que vous venez de poser, soit l'achat supplémentaire par la Chine de produits américains et le moment de la signature de l'accord commercial de première phase.

Des responsables chinois ayant déjà répondu à ces questions, je n'ai rien de plus à ajouter pour le moment.

Question supplémentaire : J'ai posé ces questions lors de la conférence de presse, mais j'ai l'impression que les responsables chinois n'ont pas donné de réponse. Avez-vous des informations plus récentes à nous donner ?

R : Comme je l'ai dit, je n'ai pas de nouvelles plus récentes pour le moment. J'ai vu la diffusion de cette conférence de presse et, si je me souviens bien, les responsables des départements compétents chinois ont répondu à ces questions en fournissant beaucoup d'informations. Je vous conseille de bien relire le communiqué de presse.

Q : Une question sur les sanctions du Conseil de Sécurité de l'ONU contre la Corée du Nord. La Chine demande-t-elle la levée des sanctions contre les travailleurs nord-coréens à l'étranger ?

R : Le projet de résolution sur la question de la péninsule coréenne, distribué hier par la Chine et la Russie au Conseil de Sécurité, contient trois points essentiels, dont l'un sur la levée partielle des sanctions contre la RPDC. Vous pouvez le vérifier. Si je me souviens bien, cela inclut ce qui concerne les travailleurs.

Suggest To A Friend
  Print