Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 11 mars 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020-03-11

Je voudrais tout d'abord partager quelques chiffres avec vous. Selon les statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, 1 578 patients guéris sont sortis de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine le 10 mars de 0 h à 24 h, ce qui porte le nombre total de patients sortis de l'hôpital à 61 475 au 10 mars à 24 h.

Q : L'épidémie de COVID-19 se propage rapidement dans de nombreux endroits à travers le monde. Selon le Directeur général de l'OMS, le Dr Tedros, la menace que le coronavirus déclenche une pandémie mondiale est désormais bien réelle. Face à une situation de plus en plus grave dans le monde, que fera la Chine pour aider à renforcer la lutte internationale contre l'épidémie ?

R : Grâce aux efforts conjugués et acharnés du peuple chinois, la situation en Chine s'améliore, les efforts de prévention et de contrôle se traduisent par d'importants progrès. Dans le même temps, l'épidémie a éclaté dans de nombreux endroits du monde et tend à se propager, et certains pays sont gravement touchés. Dans un tel contexte, il est d'autant plus important et urgent que tous les pays renforcent la communication et la coopération pour lutter conjointement contre l'épidémie et sauvegarder la sécurité sanitaire régionale et internationale. La Chine entend faire tout son possible pour contribuer à la lutte contre le COVID-19 au niveau mondial tout en poursuivant la prévention et le contrôle dans le pays.

Premièrement, intensifier la communication et la coordination avec l'OMS et la communauté internationale. L'échange d'informations est un maillon important de la lutte contre l'épidémie menée par la communauté internationale. Après l'apparition de l'épidémie, la Chine a partagé très vite la séquence génétique du nouveau coronavirus avec l'OMS et a informé les autres pays en temps opportun de la situation épidémique. Nous continuerons, toujours dans un esprit ouvert, transparent et hautement responsable envers la sécurité sanitaire publique mondiale et le bien-être des populations, à partager les informations avec l'OMS et la communauté internationale. Nous nous efforcerons également de renforcer la coordination et la coopération avec les différentes parties pour faire avancer la prévention et le contrôle synergiques aux niveaux régional et mondial afin d'endiguer la propagation du virus.

Deuxièmement, continuer à échanger et partager les expériences avec d'autres pays. Jusqu'à présent, nous avons publié sept versions de solutions diagnostiques et thérapeutiques sur le COVID-19 et six versions de solutions sur la prévention et le contrôle, qui ont toutes été traduites en plusieurs langues étrangères. Nous souhaitons les échanger et partager avec les différents pays du monde. Jusqu'à présent, nous avons organisé des vidéoconférences avec l'UE, l'ASEAN, l'UA, la Communauté des Caraïbes, l'OCS, les îles du Pacifique Sud, le Turkménistan, l'Azerbaïdjan, la Moldavie, la Géorgie et d'autres pays, pour échanger les expériences en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie. Nous continuerons à renforcer les échanges et l'inspiration mutuelle sous différentes formes avec les pays et les organisations internationales concernés, et à renforcer conjointement la capacité à préserver la sécurité sanitaire régionale et mondiale.

Troisièmement, envoyer des équipes de médecins spécialistes dans les pays et régions qui en ont besoin. La Société de la Croix-Rouge de Chine a envoyé des experts en Iran et en Irak, où ils ont mené un travail intensif et ont été salués à l'unanimité par les autorités locales et les populations. Nous envisageons d'envoyer des experts médicaux en Italie et nous sommes prêts à aider de cette manière d'autres pays dans le besoin.

Quatrièmement, fournir des médicaments et d'autres matériels à la communauté internationale. L'humanité brille malgré le nuage sombre de l'épidémie. La Chine a décidé de faire un don de 20 millions de dollars à l'OMS, et a fourni aux pays concernés des masques, des médicaments, des combinaisons de protection et d'autres matériels, sans compter l'exportation d'équipements et de matériels médicaux à ceux qui en ont un besoin urgent. Les gouvernements locaux et les organisations populaires de Chine ont également tendu la main à d'autres pays pour les aider. La Chine souhaite, tout en s'efforçant de lutter contre l'épidémie dans le pays et surmontant les difficultés qu'elle-même a rencontrées, offrir autant d'aide que possible aux pays dans le besoin.

Cinquièmement, intensifier la coopération avec la communauté internationale dans le domaine de la science et de la technologie. Nous entendons coopérer avec d'autres pays en matière de médicaments, de vaccins et de réactifs de détection, apporter la sagesse et les propositions de la Chine pour vaincre le coronavirus à l'échelle mondiale.

La Chine contribuera à la lutte mondiale dans ces cinq domaines. Nous travaillerons de concert avec la communauté internationale, en faisant preuve de solidarité et d'entraide pour remporter la victoire finale de la lutte contre l'épidémie.

Q : La semaine dernière, votre collègue a déclaré que si des cas confirmés du nouveau coronavirus avaient été découverts pour la première fois en Chine, son origine n'était pas forcément en Chine. Avez-vous une idée d'où le virus vient ?

R : L'origine du virus ne peut être déterminée que par la science. Nous devons nous appuyer sur des opinions scientifiques et professionnelles. Nous espérons que les parties concernées ne s'en serviront pas pour faire du tapage ou stigmatiser d'autres pays, car cela n'aidera pas la communauté internationale à travailler ensemble pour lutter contre l'épidémie.

Q : Hier, les Ministres des Affaires étrangères de la Chine, de la France, de la Russie, du Royaume-Uni et des États-Unis ont publié une déclaration commune sur le Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Ils ont réaffirmé leur attachement aux dispositions du TNP, mais ont également souligné que son succès n'était pas préétabli et que son avenir était plein d'incertitude. Comment voyez-vous le rôle du traité et la future coopération entre les cinq pays ?

R : Hier, les chefs de la diplomatie de la Chine, de la France, de la Russie, du Royaume-Uni et des États-Unis ont publié une déclaration commune, exprimant leur soutien politique au TNP, réaffirmant leur attachement aux obligations découlant du traité et démontrant leur volonté commune de sauvegarder et de renforcer le mécanisme du traité.

Le TNP est la pierre angulaire du régime international de désarmement et de non-prolifération nucléaires et une partie importante du système de sécurité internationale de l'après-guerre. Depuis sa conclusion il y a un demi-siècle, il a joué un rôle efficace dans la promotion du désarmement nucléaire, la prévention de la prolifération nucléaire et la promotion de l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques. En cette année qui marque le 50e anniversaire de son entrée en vigueur, la 10e conférence d'examen du traité se tiendra le mois prochain. Promouvoir les trois piliers du traité, à savoir le désarmement nucléaire, la non-prolifération nucléaire et l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques, et assigner au traité l'importance qui fait époque de maintenir la paix internationale et de promouvoir le progrès de l'humanité sont des missions importantes que les États parties doivent assumer.

À présent, les facteurs d'incertitude et d'instabilité se multiplient dans la situation internationale, l'unilatéralisme gagne du terrain, ce qui entraîne beaucoup de conséquences négatives sur la sécurité stratégique planétaire ; l'efficacité et l'autorité du TNP sont également contestées. Les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité, en tant qu'États dotés d'armes nucléaires au sens du TNP, assument d'importantes responsabilités à l'égard de la paix et de la sécurité mondiales. La Chine espère que les cinq pays poursuivront l'esprit de collaboration illustré dans cette déclaration commune, saisiront l'occasion offerte par la prochaine conférence d'examen pour intensifier la coordination et la coopération, et maintenir le régime international de contrôle des armements et l'ordre mondial fondé sur le droit international. Nous continuerons à travailler sans relâche pour atteindre cet objectif.

Q : La Douma d'État russe a adopté un projet de loi sur l'amendement de la Constitution autorisant les présidents en exercice et les anciens présidents à se présenter à l'élection présidentielle de 2024. Un référendum sur le projet de loi aura lieu le 22 avril. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons noté que la Russie travaillait à favoriser l'amendement de la Constitution et qu'un référendum aurait lieu le mois prochain. En tant que partenaire stratégique global de coordination de la Russie dans la nouvelle ère, la Chine espère, et en a la certitude, que la Russie maintiendra la stabilité sociale et le développement économique. Nous continuerons à respecter et à soutenir la Russie dans la poursuite d'une voie de développement conforme à ses réalités nationales, et à soutenir le mode de gouvernance de l'État choisi indépendamment par le peuple russe. Nous entendons travailler de concert avec la partie russe pour accomplir la tâche essentielle de mise en œuvre du consensus dégagé par les deux Chefs d'État et approfondir la coordination stratégique globale et la coopération mutuellement avantageuse entre les deux parties pour apporter plus de bonheur aux deux peuples.

Q : Les différents pays ont adopté des mesures de restriction en réponse à la propagation du COVID-19 dans le monde. La Chine craint-elle que les chaînes industrielle et d'approvisionnement ne quittent le pays ? Craint-elle la rupture des chaînes industrielle et d'approvisionnement mondiales ?

R : Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, l'impact de l'épidémie du COVID-19 sur l'économie chinoise est temporaire et limité. Les fondamentaux de l'économie chinoise restent favorables, bien orientés sur le long terme, tout comme les facteurs qui soutiennent un développement de qualité de l'économie chinoise. La communauté internationale est toujours confiante dans les perspectives économiques de la Chine. La Chine possède le système du secteur manufacturier le plus grand, le plus diversifié et le mieux équipé du monde, ce qui lui donne une place importante dans la chaîne industrielle et les chaînes d'approvisionnement mondiales. La communauté internationale a toujours confiance dans les perspectives économiques de la Chine et la résilience de ses chaînes industrielle et d'approvisionnement. Nous n'avons vu aucun déplacement majeur des chaînes industrielle et d'approvisionnement de la Chine vers d'autres pays à cause de l'épidémie.

Tout en luttant contre l'épidémie, la Chine a également déployé des efforts coordonnés en matière de développement économique et social. Au fur et à mesure de l'amélioration de la prévention et du contrôle dans le pays, les principaux secteurs et entreprises, y compris des entreprises à capitaux étrangers, reprennent progressivement le travail et la production, la production sociale et le fonctionnement de l'économie reviennent progressivement à la normale, ce qui procure un soutien et une garantie au maintien de la stabilité et de la sécurité de la chaîne industrielle et des chaînes d'approvisionnement. Cela démontre une fois de plus la force et le sens des responsabilités de la Chine.

L'époque de la mondialisation signifie que les intérêts des différents pays s'entremêlent profondément, et que la chaîne industrielle et les chaînes d'approvisionnement s'imbriquent étroitement. Face à l'épidémie, il n'est ni réaliste ni raisonnable de tenter de couper artificiellement la chaîne industrielle et les chaînes d'approvisionnement mondiales, voire de vanter leur « transfert » et leur « découplage ».

À présent, tout le monde discute des perspectives de développement de l'économie mondiale sous le choc de l'épidémie. Je pense que cela dépend surtout de l'ampleur et de la durée de la propagation de l'épidémie, et de la façon dont les pays du monde réagiront. En temps de crise, la communauté internationale doit travailler de concert pour vaincre l'épidémie dans les meilleurs délais, reprendre les échanges et la coopération normaux entre les pays et ramener l'économie mondiale sur la voie d'un développement normal.

Q : Le sénateur démocrate des États-Unis, Bob Menendez, a appelé hier le Département américain du Commerce à prendre des mesures contre le « travail forcé » dans le Xinjiang, en particulier en ce qui concerne certaines entreprises américaines qui continuent d'acheter dans la région. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

R : La Chine est un État de droit. Conformément à la Loi sur le travail, la Loi sur le contrat de travail, et aux règlements administratifs pertinents, tous les employés des entreprises, quels que soient leur origine ethnique, leur race, leur sexe ou leur croyance religieuse, signent des contrats de travail avec leur employeur sur la base du principe de l'égalité, du libre consentement et du consensus, et reçoivent la rémunération correspondante. Les droits et intérêts légitimes des citoyens de toutes les ethnies du Xinjiang en matière de travail sont protégés en vertu de la loi. Le « travail forcé » allégué par certaines personnes dans des intentions malveillantes n'existe pas.

Nous espérons que certaines personnes aux États-Unis pourront cesser d'observer les choses sous une optique tendancieuse, envisager la coopération économique et commerciale normale entre les entreprises chinoises et américaines dans une perspective objective et rationnelle, arrêter la manipulation politique et agir davantage pour favoriser la confiance mutuelle et la coopération entre la Chine et les États-Unis, et non le contraire.

Q : Le Premier Ministre du gouvernement soudanais de transition Hamdok a connu un attentat à la bombe visant son convoi le 9 mars dans la capitale Khartoum. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous sommes bouleversés par l'attaque visant le convoi du Premier Ministre Hamdok. Nous nous opposons au terrorisme sous toutes les formes et le condamnons vivement. Nous soutenons fermement le Soudan dans ses efforts pour faire avancer le processus de transition politique et maintenir la sécurité et la stabilité nationales.

Q : La partie chinoise a tenu hier une vidéoconférence sur le COVID-19 avec des experts médicaux des pays insulaires du Pacifique. Pouvez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ?

R : J'ai partagé des informations sur la vidéoconférence lors de la conférence d'hier. Un communiqué de presse a également été publié après la fin de notre conférence. Je vais juste vous donner un bref aperçu ici.

La vidéoconférence, qui a duré deux heures hier après-midi, a réuni plus de 100 fonctionnaires et experts médicaux de Chine et des pays insulaires du Pacifique.

Les experts chinois ont évoqué la pathologie du nouveau coronavirus, sa transmission, son évolution épidémique, sa prévention et son contrôle ainsi que son traitement clinique. Ils ont répondu à des dizaines de questions sur la virologie, la protection du personnel soignant, la prévention et le contrôle ciblés, l'inspection et la quarantaine à l'entrée, les médicaments thérapeutiques et la recherche et le développement de vaccins. Après des échanges approfondis, il a été convenu d'améliorer la communication et d'approfondir la coopération pour lutter contre l'épidémie.

La partie chinoise a souligné, lors de la vidéoconférence, que sous la conduite personnelle du Président Xi Jinping, la situation en Chine commence à s'améliorer, le travail et la vie reprennent leur ordre normal de manière accélérée. En tant que pays en développement, la Chine ressent profondément les difficultés auxquelles font face les pays insulaires du Pacifique concernant la prévention et le contrôle de l'épidémie. Les pays insulaires nous tiennent à cœur. Nous sommes prêts à leur fournir le soutien et l'assistance nécessaires dans la mesure de nos possibilités en fonction de l'évolution de la situation.

Les responsables et les experts des pays insulaires du Pacifique présents à la vidéoconférence ont indiqué que la Chine a apporté une grande contribution à la sécurité sanitaire publique mondiale et que les expériences de la Chine ont établi une norme et un exemple pour les pays insulaires. Le déplacement du Président Xi Jinping à Wuhan a émis un message positif à la communauté internationale, celui d'une victoire certaine. Ils ont remercié la Chine pour son initiative de tenir la vidéoconférence, qui leur a apporté une aide opportune et importante pour bien mener la prévention et le contrôle de l'épidémie dans les pays insulaires.

Suggest To A Friend
  Print