Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 17 mars 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020-03-17

Je voudrais tout d'abord vous communiquer les derniers chiffres. Selon les statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, le 16 mars entre 00h00 et 24h00, 930 patients sont sortis guéris de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine. Le 16 mars à minuit, 68 679 guérisons ont été signalées au total dans la partie continentale de la Chine.

Dans l'après-midi du 18 mars, des experts chinois et des fonctionnaires des départements de la santé et des douanes de la Chine partageront des informations sur la lutte contre le COVID-19 et échangeront des expériences en matière de prévention et de contrôle de cette épidémie dans le cadre d'une vidéoconférence avec des fonctionnaires et des spécialistes de la santé du Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies (CDC africain) et de plus de 20 pays africains. Nous publierons en temps voulu les informations concernant la réunion.

L'Afrique connaît une situation de lutte contre l'épidémie de plus en plus sérieuse, car des cas de COVID-19 ont été confirmés dans de nombreux pays africains. Un certain nombre d'entre eux ont demandé l'aide de la Chine et se sont déclarés prêts à apprendre de l'expérience chinoise. La Chine et l'Afrique sont de bons amis, de bons partenaires et de bons frères. Nous nous soutenons et nous nous entraidons depuis longtemps. Depuis le déclenchement du COVID-19 en Chine, les pays et les organisations régionales africains nous ont exprimé et apporté leur soutien par divers moyens. De nombreux gouvernements, entreprises et organisations civiles africains ont fait don d'argent et de matériel à la Chine, ce qui démontre pleinement notre amitié fraternelle en période d'adversité.

Maintenant, la situation de prévention et de contrôle de l'épidémie s'améliore constamment en Chine. Tout en poursuivant sa lutte contre le virus dans le pays, la Chine soutiendra et aidera les pays et les organisations régionales africains dans la limite de ses moyens. Nous avons livré un lot de réactifs de test aux pays africains via le CDC africain et des fournitures d'urgence à ceux touchés par le COVID-19. Nos équipes médicales les accompagnent également dans la lutte contre l'épidémie sur le continent. Les entreprises et les organisations civiles chinoises ont également fourni des fournitures de lutte contre l'épidémie dont les pays africains avaient un besoin urgent.

Dans la prochaine étape, nous continuerons d'offrir une aide dans la limite de nos moyens, en fonction des besoins des pays africains. En travaillant avec la partie africaine, nous continuerons de mettre en œuvre nos objectifs dans le secteur de la santé dans le cadre du Forum sur la Coopération sino-africaine, en améliorant la capacité du CDC africain et en renforçant les capacités des pays africains en matière de prévention et de lutte contre les maladies.

Q : Le Conseiller commercial de la Maison Blanche, Peter Navarro, a déclaré le 16 mars que la Maison Blanche préparait un décret présidentiel pour aider à transférer les chaînes d'approvisionnement médical de la Chine et d'autres pays vers les Etats-Unis, afin de réduire la dépendance des Etats-Unis à l'égard des médicaments étrangers. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : A l'ère de la mondialisation, les intérêts de tous les pays sont étroitement liés. La formation et le développement de chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales sont le résultat des forces du marché et des choix des entreprises. En tant que tel, il est irréaliste et déraisonnable d'essayer de couper les chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales ou même de prôner les théories du « transfert » ou du « découplage ».

Une telle tentative n'est en aucun cas la panacée pour la pandémie, et encore moins une solution viable aux problèmes intérieurs auxquels les Etats-Unis sont confrontés. Cela ne fera que causer plus de dommages au peuple américain.

En tant que plus grand producteur mondial de combinaisons de protection et de masques médicaux, la Chine occupe une place importante dans les chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales de matériel médical et de prévention des épidémies. La situation de prévention et de contrôle de l'épidémie en Chine affiche une tendance positive, la reprise du développement économique et social s'accélère et la capacité de production de matériel médical et de prévention des épidémies se redresse et s'améliore rapidement. Cela fournit non seulement un soutien et des garanties pour le fonctionnement sûr et stable des chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales de matériel médical et de prévention des épidémies, mais offre également un soutien et une aide à la lutte mondiale contre le COVID-19.

Nous n'oublierons jamais l'aide et le soutien sincères que nous avons reçus de la communauté internationale pendant la période la plus difficile. A l'heure actuelle, avec la propagation de l'épidémie dans le monde entier, certains pays sont confrontés à une pénurie de fournitures médicales pour la prévention et le contrôle de l'épidémie, et espèrent recevoir de l'aide ou acheter du matériel de la part de la Chine. Tout en déployant tous ses efforts pour lutter contre l'épidémie dans le pays, la Chine a fourni et fournit des fournitures médicales de première nécessité à des dizaines de pays et d'organisations régionales dans le besoin, dont le Pakistan, le Laos, la Thaïlande, l'Iran, la République de Corée, le Japon, l'Italie et l'Union africaine. Nous encourageons et soutenons également les fabricants chinois d'équipements médicaux, de médicaments et de matériel de protection pour augmenter la production afin de répondre aux besoins d'approvisionnement commercial étrangers tout en garantissant l'approvisionnement national, ce qui constitue une autre contribution à la lutte mondiale contre la pandémie.

Je tiens à souligner une fois de plus qu'en ce moment où des efforts concertés sont plus que jamais nécessaires, aucun pays ne peut affronter seul le COVID-19. C'est seulement en conjuguant nos efforts pour surmonter les difficultés que nous pourrons vaincre la pandémie le plus tôt possible.

Q : Le Président serbe, Aleksandar Vučić, a déclaré dans un discours télévisé le 15 mars que son pays ne pouvait que demander l'aide de la Chine, alors que l'UE a interdit les exportations de médicaments et d'équipements médicaux vers des pays non membres. La Serbie a demandé de l'aide à la Chine. La Chine fournira-t-elle de l'aide à la Serbie ?

R : En tant que partenaires stratégiques globaux, la Chine et la Serbie partagent une amitié indéfectible à toute épreuve. Le partage des heurs et malheurs et le soutien mutuel sont toujours le thème central des relations sino-serbes. Nous n'oublierons jamais le soutien et l'aide que le gouvernement et le peuple serbes nous ont prêtés de diverses manières, à un moment clé où le peuple chinois mettait tout en œuvre pour lutter contre le COVID-19. Aujourd'hui, le peuple serbe est également confronté aux défis de l'épidémie. Nous sommes fermement solidaires et luttons avec le peuple serbe. Nous fournirons des combinaisons de protection, des masques, des respirateurs et d'autres fournitures et enverrons une équipe d'experts médicaux pour partager notre expérience et notre pratique en matière de diagnostic et de traitement.

La Chine et la Serbie sont de bons frères, de bons partenaires, de bons amis et de bons camarades. Le virus ne connaît pas de frontière, mais fait ressortir le meilleur de la nature humaine. Face aux difficultés et à l'épidémie, la Chine et la Serbie sont étroitement solidaires pour surmonter les difficultés, ce qui est une incarnation de la construction par la Chine et la Serbie d'une communauté de destin. La Chine est prête à travailler avec la communauté internationale, y compris la Serbie, pour vaincre le COVID-19 et préserver conjointement la sécurité sanitaire publique régionale et mondiale.

Q : Hier, dans son tweet, le Président américain Trump a appelé le nouveau coronavirus « virus chinois ». Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Certains politiciens américains ont récemment établi un lien entre le nouveau coronavirus et la Chine. Nous exprimons notre vive indignation et notre ferme opposition à une telle stigmatisation.

L'Organisation mondiale de la Santé et la communauté internationale s'opposent clairement à la stigmatisation via l'association du virus avec des pays et régions spécifiques. Nous exhortons les Etats-Unis à corriger immédiatement leurs erreurs et à cesser de lancer des accusations injustifiées contre la Chine.

Alors que le COVID-19 a éclaté et se propage dans de nombreux endroits à travers le monde, l'urgence est que la communauté internationale mène activement la coopération en matière de lutte contre la pandémie. Les Etats-Unis doivent d'abord mener à bien leurs propres affaires, tout en jouant un rôle constructif dans la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie et dans la préservation de la sécurité sanitaire publique mondiale.

Q : Dans un article publié sur le site Web du Département d'Etat américain, le Secrétaire d'Etat adjoint Christopher Ford a écrit que la stratégie de « fusion militaro-civile » de la Chine avait détourné des technologies de pointe acquises par des voies civiles, commerciales et universitaires à des fins militaires, ce qui pose un défi pour la sécurité nationale et une menace pour la sécurité mondiale. Il a demandé aux entreprises privées et aux établissements universitaires américains de se sensibiliser à ces risques et a appelé tous les pays à rester vigilants à cet égard. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine prend note des remarques de ce fonctionnaire américain. Nous exprimons notre vif mécontentement et nous nous opposons fermement au battage et à la diffamation répétés des Etats-Unis concernant la politique d'intégration militaro-civile de la Chine.

Il est conforme à la pratique internationale de promouvoir le développement intégré des secteurs militaire et civil. Les Etats-Unis ne font pas exception. Pour autant que je sache, le Département de la Défense et les forces armées des Etats-Unis mènent une coopération sous diverses formes avec des universités, des institutions de recherche scientifique et des entreprises privées américaines. Certaines multinationales américaines sont en soi une « fusion militaro-civile », car leurs activités commerciales et leurs produits couvrent les secteurs militaire et civil.

La politique d'intégration militaro-civile de la Chine vise à intégrer efficacement les ressources militaires et civiles, à promouvoir de façon coordonnée le développement économique et social et le développement de la défense nationale, et à bénéficier au public avec des progrès scientifiques et technologiques. Cette politique est juste et irréprochable. Il n'y a pas de soi-disant « vol » ou de « détournement » de technologies étrangères. Certains fonctionnaires américains, au mépris des faits, ont dénaturé la politique d'intégration militaro-civile de la Chine et cherchent à imposer un embargo technologique à la Chine sous ce prétexte, perturbant et entravant ainsi la coopération économique, commerciale et technologique normale entre la Chine et d'autres pays. Cette pratique, teintée de la mentalité de la guerre froide, contrevient à l'esprit de coopération internationale et à la tendance de l'époque. Elle sape les intérêts de la Chine, des Etats-Unis et les intérêts communs de tous.

Quant à l'affirmation américaine selon laquelle la Chine représenterait une menace pour la sécurité mondiale, je voudrais souligner que, selon une enquête du Pew Research Center en février de l'année dernière, 45% des personnes interrogées pensent que les Etats-Unis constituent une grave menace pour le monde. Récemment, certains médias, experts et universitaires américains ont déclaré que le pays faisant peser la plus grande menace géopolitique sur les Etats-Unis était justement les Etats-Unis eux-mêmes.

La Chine exhorte les Etats-Unis à adopter une attitude responsable, à mettre un terme à leurs accusations malveillantes et à leurs calomnies délibérées contre la Chine, à considérer de manière objective la politique d'intégration militaro-civile de la Chine et à redoubler d'efforts pour promouvoir au lieu de saper les relations sino-américaines et la coopération internationale.

Q : Dans leur téléconférence d'hier, les dirigeants du G7 ont proposé des efforts collectifs pour lutter contre le COVID-19. Alors que la Chine ne fait pas partie du groupe, espère-t-elle participer à leurs efforts ?

R : Il n'y a pas longtemps, l'OMS a qualifié le COVID-19 de pandémie, un défi auquel sont confrontés tous les êtres humains. Dans un esprit ouvert, transparent et responsable, la Chine continuera à maintenir une communication et une coopération étroites avec l'OMS et la communauté internationale dans la lutte contre le COVID-19.

Il y a quelques jours, j'ai exposé les cinq principales démarches de la Chine pour participer activement à la coopération internationale en matière de lutte contre le COVID-19. Je ne les répéterai pas ici. Face à la pandémie, nous pensons que la communauté internationale doit rester unie et œuvrer de concert pour vaincre le virus et remettre l'économie mondiale sur les rails dans les meilleurs délais.

Suggest To A Friend
  Print