Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 3 avril 2020 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2020-04-03

CCTV : Samuel Brownback, Ambassadeur itinérant pour la liberté religieuse internationale du Département d’Etat américain, a déclaré lors d’un briefing le 2 avril que la Chine emprisonnait un grand nombre de personnes pour leurs croyances religieuses, dont un million de musulmans. Il a appelé la partie chinoise à libérer ces « prisonniers religieux » en détention en cette période de pandémie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : M. Brownback est également un expert en fabrication de rumeurs. Son affirmation selon laquelle la Chine aurait emprisonné un grand nombre de personnes pour leurs croyances religieuses, dont un million de musulmans dans le Xinjiang, est pure invention et ne pourrait être plus éloignée de la vérité.

Grâce aux efforts opiniâtres, le peuple chinois a obtenu des résultats positifs dans la lutte contre l’épidémie, a efficacement protégé la santé et la sécurité de tous les Chinois, y compris ceux qui pratiquent l’islam, et a apporté d’importantes contributions à la sécurité sanitaire mondiale. Cela est universellement reconnu, mais une poignée de politiciens américains, tels que M. Brownback, ne veulent tout simplement pas ou ont peur de regarder ce fait en face.

Le gouvernement chinois protège la liberté de croyance religieuse de ses citoyens conformément à la loi, et les Chinois de tous les groupes ethniques jouissent de la pleine liberté de croyance religieuse. Il n’y a pas de soi-disant « prisonniers religieux » en Chine, et encore moins « un million de musulmans du Xinjiang en détention ». En même temps, en tant qu’Etat de droit, la Chine ne permettra jamais à quiconque de se livrer à des activités illégales et criminelles au nom de la religion. A l’heure actuelle, la Chine compte près de 200 millions de croyants, dont plus de 20 millions sont musulmans. Il y a plus de 380 000 membres du clergé, quelque 5 500 organisations religieuses et plus de 140 000 lieux d’activités religieuses enregistrés conformément à la loi. Le Xinjiang compte 24 400 mosquées, soit une pour 530 musulmans. Quelques politiciens américains et occidentaux peuvent répéter leurs mensonges mille fois, mais il est impossible de modifier ces faits.

Les pandémies sont un défi commun à l’humanité, indépendamment des frontières nationales ou des groupes ethniques. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que les différents pays auront une chance de gagner la bataille contre les pandémies. Nous exhortons M. Brownback et ses semblables à cesser de manipuler les questions politiques sous le prétexte de la pandémie, à cesser de diffamer et de salir la Chine ainsi que de saper la coopération entre la Chine et les Etats-Unis dans la lutte contre la pandémie, et à se concentrer plutôt sur la réponse à la situation aux Etats-Unis et la prise en charge des patients américains.

Beijing Media Network : Il y a eu de nouveaux développements dans la situation en Afghanistan. Les équipes techniques du gouvernement et des Talibans ont eu des discussions sur la libération des prisonniers à Kaboul et ont enregistré des progrès. Le gouvernement a publié une liste de participants aux pourparlers intra-afghans, qui a obtenu le consentement des principales parties en Afghanistan, mais pas des Talibans. Le Secrétaire général de l’ONU, M. Guterres, a appelé à un cessez-le-feu mondial pour se concentrer sur la lutte contre la pandémie de COVID-19. On pense généralement que cela s’applique également à la question afghane. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La Chine salue les dialogues significatifs et fructueux entre le gouvernement afghan et les Talibans. Nous prenons note du consensus entre les différentes parties en Afghanistan sur la formation de l’équipe de négociation ainsi que des réserves des Talibans. Nous espérons que tous les éléments importants de l’accord de paix américano-taliban pourront être mis en œuvre de manière régulière, notamment le retrait des troupes, la réduction de la violence, la libération des prisonniers et les négociations intra-afghanes.

La Chine soutient fermement le processus de paix et de réconciliation large et inclusif « dirigé et pris en charge par les Afghans ». Nous soutenons tous les efforts propices à un règlement politique de la question afghane. Nous appelons toutes les parties en Afghanistan à donner la priorité aux intérêts du pays et du peuple, à répondre à l’initiative du Secrétaire général Guterres et aux aspirations de la communauté internationale, et à mettre fin aux conflits et aux affrontements. Nous espérons qu’elles démarreront rapidement des pourparlers intra-afghans, régleront les divergences par le dialogue et la consultation, prendront les dispositions politiques et sécuritaires appropriées pour l’avenir et travailleront ensemble pour la paix et la stabilité dans le pays.

La Chine est prête à travailler avec les parties concernées et la communauté internationale pour continuer à jouer un rôle constructif dans la promotion du processus de paix et de réconciliation en Afghanistan.

CNN : Un nombre croissant de reportages ont récemment été publiés dans les médias chinois sur des étrangers en Chine violant les réglementations locales sur la prévention des épidémies. Selon les statistiques, avant que la Chine n’annonce la suspension d’entrée des étrangers titulaires d’un visa ou d’un permis de séjour chinois en cours de validité, 90% de ceux qui venaient en Chine étaient des citoyens chinois. Ce que j’ai appris de mes interviews, c’est que la plupart des étrangers qui sont venus ici pendant cette période ont observé les réglementations chinoises sur la prévention des épidémies. On craint que les mesures de prévention des épidémies de la Chine ne ciblent de plus en plus les étrangers. Y aura-t-il une immunité pour les diplomates étrangers ? En outre, certains endroits en Chine, y compris Beijing, ont fait des discriminations à l’encontre des étrangers, comme le refus de les recevoir dans des services. Le Ministère des Affaires étrangères travaille-t-il avec d’autres départements pour résoudre ce problème ?

Hua Chunying : A l’heure actuelle, la Chine est confrontée à la tâche ardue de « prévenir les cas importés de l’étranger et le rebond des cas indigènes ». Compte tenu de la propagation actuelle de la pandémie à l’échelle mondiale, les experts suggèrent tous de réduire les déplacements non nécessaires pour prévenir le risque d’infection croisée, tant pour la sécurité sanitaire publique que pour la santé personnelle. C’est également la recommandation de l’OMS et une mesure de prévention adoptée par tous les pays.

Tout le monde est égal devant le virus. Les diplomates jouissent de l’immunité en raison de leurs fonctions, mais le virus ne le sait pas. Vous avez dit qu’après la réduction des vols internationaux, la plupart des personnes revenant de l’étranger étaient des Chinois. Mais à ma connaissance, il y a eu des cas confirmés parmi les diplomates étrangers qui sont retournés en Chine. Au cours de la semaine dernière, parmi les 84 diplomates étrangers qui sont retournés en Chine via 12 points d’entrée, 66% avaient eu des contacts étroits avec des patients infectés. Les départements concernés et les gouvernements locaux, y compris le gouvernement municipal de Beijing, ont récemment mis en place des mesures de quarantaine strictes à l’entrée, ce qui crée des inconvénients pour les diplomates étrangers revenant en Chine. Par conséquent, compte tenu des impératifs relatifs à la situation actuelle de prévention et de contrôle et à la sécurité du personnel diplomatique et consulaire étranger en Chine, nous suggérons que toutes les missions diplomatiques suspendent pour le moment les retours ou les rotations de personnel. Il s’agit uniquement de prévention et de contrôle de l’épidémie. Il est inutile de surinterpréter cela.

Ces mesures de prévention et de contrôle prises par le gouvernement chinois et les diverses localités s’appliquent autant aux citoyens chinois qu’aux ressortissants étrangers. Ces mesures ne seront pas appliquées de manière plus stricte ou moins rigoureuse simplement parce qu’il s’agit de ressortissants étrangers. C’est pour assurer la sécurité de tous. Je pense que la majorité des ressortissants étrangers en Chine, la communauté diplomatique en particulier, fera preuve de compréhension et agira en coordination.

Beijing Daily : Une lettre ouverte au peuple américain de 100 savants chinois a été publiée dans The Diplomat le 2 avril, appelant à la solidarité et à la coopération mondiales pour vaincre le COVID-19, un ennemi commun de l’humanité. Les savants ont écrit que l’effort pour vaincre le virus et neutraliser son impact ne serait rien de moins qu’une guerre mondiale longue et ardue, et les différents pays devraient travailler ensemble, plutôt que de se plaindre, de se rejeter la responsabilité et de s’accuser mutuellement. Avez-vous des commentaires à faire sur cette lettre ouverte ?

Hua Chunying : J’ai noté de nombreuses réponses positives à cette lettre de la part d’hommes politiques étrangers. J’ai moi-même retweeté cette lettre ouverte.

Comme cette lettre ouverte l’écrit, la pandémie de COVID-19 est sans précédent. La Chine, comme les autres pays touchés, est victime du virus. Tous les pays doivent maintenir la solidarité et la coopération pour remporter la victoire finale dans la lutte contre cette pandémie et protéger la vie et la santé de tous les peuples du monde. Nous espérons et accueillons davantage de voix rationnelles, calmes et positives en ce moment, en particulier du côté américain.

China Daily : Selon un article paru sur le site Web du Bureau des programmes d’information internationale du Département d’Etat américain, de nombreux organes d’information officiels chinois travaillent pour diffuser la propagande du Parti communiste chinois (PCC) dans le monde, et c’est ainsi que le Secrétaire d’Etat Michael R. Pompeo a ordonné au Département d’Etat de limiter le nombre d’employés chinois que cinq médias chinois pourraient avoir aux Etats-Unis. L’article a également déclaré que le PCC avait l’intention de contrôler la population chinoise et d’influencer l’opinion mondiale. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Hua Chunying : Le Département d’Etat américain essaie juste de trouver des prétextes pour ses actes de discrimination et d’expulsion de 60 journalistes chinois et tente de semer la discorde entre le Parti communiste chinois et le peuple chinois.

Depuis le jour même où la Chine et les Etats-Unis ont établi des relations diplomatiques, il y a 41 ans, les Etats-Unis savent très bien que la Chine est un pays socialiste dirigé par le PCC. Il est extrêmement injuste et insensé d’imposer des restrictions et de créer délibérément des difficultés aux journalistes chinois simplement parce qu’ils viennent d’un pays socialiste dirigé par le PCC. La Chine ne place aucun média professionnel américain dans une catégorie différente en raison de son orientation partisane. Par exemple, nous ne disons pas que CNN est un média professionnel parce qu’il est en désaccord avec le parti au pouvoir, et nous ne disons pas que Fox News n’est pas un vrai média en raison de sa proximité avec les républicains. Nous faisons nos jugements en fonction de leur capacité à faire des reportages factuels, justes, objectifs et précis, et non de leurs préférences politiques ou idéologiques. Les Etats-Unis ne devraient pas opprimer gratuitement les médias chinois en fonction de préjugés idéologiques.

En raison de leur comportement consistant à semer la discorde, les Etats-Unis ont suscité l’indignation de tous les Chinois. C’est sous la direction du PCC que le peuple chinois a obtenu l’indépendance, la liberté et la libération, a fait d’énormes progrès dans le développement national et a sorti plus de 800 millions de personnes de la pauvreté. Face à la propagation du COVID-19, le PCC et le gouvernement chinois ont placé la vie et la santé du peuple par-dessus tout et n’ont laissé aucun patient de côté. Toutes les personnes infectées ont été testées et traitées gratuitement dans les meilleurs délais. Nos efforts ardus ont donné des résultats remarquables en deux mois, et la vie et la santé de 1,4 milliard de Chinois ont été protégées dans la mesure du possible. Comme le PCC s’est engagé à servir le peuple de tout cœur, son taux de soutien national est depuis de nombreuses années en tête des sondages d’opinion menés par des entreprises de sondages bien connues.

L’année 2021 marquera le 100e anniversaire de la fondation du PCC. Il y a maintenant plus de 90 millions de membres au PCC, soit environ 27% de la population totale des Etats-Unis. Un si grand nombre de membres du Parti, avec leur famille, leurs proches et leurs amis, constituent des liens indissociables entre le Parti et le peuple. Le PCC vient du peuple et sert le peuple. Certains politiciens américains, dont certains du Département d’Etat, ont beau tenter de semer la discorde entre le PCC et le peuple chinois. Voici un bon conseil : à la lumière de la situation actuelle, pourquoi ne pas vous concentrer d’abord sur vos propres affaires ?

Agence de presse Xinhua : Certains, dans les pays occidentaux, disent que la Chine transforme la pandémie de COVID-19 en une arme géopolitique pour accroître son influence. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Hua Chunying : Cette pandémie est en effet une guerre qui nous a pris par surprise. En combattant dans une bataille intense, quelqu’un pense-t-il aux récompenses qu’il obtiendra après la guerre ? En Chine, nous faisons de notre mieux pour protéger la vie et la santé du peuple chinois au moindre coût, tout en contribuant autant que possible à la lutte contre la pandémie dans les autres pays touchés.

Nous aimerions partager les bonnes pratiques et l’expérience de la Chine avec les autres pays, mais nous ne les transformerons en aucune sorte d’arme ou d’outil géopolitique. En outre, le leadership ne se gagne pas en se vantant ou en se disputant. Si certaines idées, pratiques et expériences utiles de la Chine peuvent apporter une contribution positive à la sécurité et à la gouvernance de la santé publique mondiale, c’est ce que nous devons faire en tant que grand pays responsable.

RIA Novosti : Le gouvernement chinois a fait don de 25,5 tonnes de fournitures à la Russie, dont des masques chirurgicaux et des combinaisons de protection. Ces fournitures sont arrivées à Moscou le 2 avril. Pourriez-vous fournir plus de détails ? Une photo parue sur le compte Wechat de l’Ambassade de Chine en Russie montre un avion russe transportant les fournitures. Pourriez-vous confirmer cela et partager davantage sur la coopération sino-russe dans la lutte contre la pandémie ?

Hua Chunying : Tout d’abord, je voudrais remercier les journalistes russes et leurs médias. Depuis l’apparition de l’épidémie, vous avez fait un grand nombre de reportages objectifs qui ont précisément couvert la réponse efficace du gouvernement chinois à l’épidémie, faisant preuve de professionnalisme et de dévouement. C’est également une incarnation de l’amitié entre le peuple chinois et le peuple russe.

En tant que partenaires stratégiques globaux de coordination, la Chine et la Russie se montrent toujours compréhensives l’une envers l’autre et se prêtent mutuellement soutien. Nous n’oublierons pas que le gouvernement et le peuple russes nous ont apporté en premier des fournitures médicales de première nécessité dans les moments les plus difficiles de notre lutte contre l’épidémie. Je me souviens des reportages des médias chinois sur l’avion spécial en provenance de Russie partant sans se faire remarquer après avoir déchargé 23 tonnes de fournitures médicales importantes. Hier, les 25,5 tonnes de fournitures que la Chine a offertes à la Russie sont arrivées à Moscou. J’ai vu des photos montrant les mots « Le virus sera vaincu et la victoire sera la nôtre ! » sur les colis.

Quiconque s’intéresse à l’histoire se souviendra de la façon dont les Russes ont remporté la célèbre Bataille de Moscou en 1941 pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y a un dicton dans l’Armée rouge soviétique : « Nous ne pouvons pas battre en retraite, car Moscou est juste derrière nous ». Face à l’épidémie de COVID-19, le gouvernement chinois n’a jamais battu en retraite, car derrière lui se trouvent la sécurité et la santé de 1,4 milliard de Chinois. Avec des efforts ardus, nous avons gagné notre « Bataille de Moscou ». Comme l’a déclaré le Secrétaire général Guterres, « le COVID-19 est le plus grand test auquel nous ayons été confrontés depuis la fondation des Nations unies ». La communauté internationale a besoin de solidarité, de coopération, de confiance et de science. Ce sont nos armes pour gagner cette « Bataille de Moscou » contre le virus. La Chine est prête à travailler avec la Russie pour renforcer davantage la coordination bilatérale et mondiale et faciliter le travail de l’ONU et de l’OMS afin de vaincre la pandémie dès que possible. Je suis convaincue que la victoire sera la nôtre. L’humanité triomphera.

En ce qui concerne la coopération entre la Chine et la Russie dans la lutte contre la pandémie, hormis l’assistance du gouvernement chinois, la partie russe a également acheté un lot de fournitures à la Chine. Nous continuerons d’offrir commodité et assistance aux futurs achats russes de fournitures médicales.

AFP : Certains fonctionnaires français ont accusé les Etats-Unis d’avoir détourné des masques que la France avait commandés à la Chine. Ils disent que ces masques ont été achetés par les Etats-Unis alors qu’ils attendaient d’être chargés dans des avions en Chine. La Chine a-t-elle des détails sur cet incident ?

Hua Chunying : Je suis désolée, je ne suis pas au courant des détails. Si vous voulez une confirmation et des détails, il convient de vous informer auprès de la partie américaine.

Cependant, après avoir vu les reportages concernés, je souhaite juste que les fabricants chinois puissent avoir une plus grande capacité à fabriquer suffisamment de masques pour satisfaire la demande de tous les pays. En fait, ils travaillent jour et nuit pour approvisionner tous les pays de fournitures de lutte contre la pandémie, et nous continuerons à déployer tous les efforts possibles à cet égard.

The Paper : Les sénateurs républicains américains Cotton et Hawley ont présenté un projet de loi nommé d’après Li Wenliang, qui permet au Président Trump de révoquer les visas des fonctionnaires des gouvernements étrangers qui « dissimulent ou déforment délibérément » des informations sur une urgence de santé publique. Certains ont également suggéré que le Président Trump remette la médaille de la Liberté à Li Wenliang. Quel est votre commentaire à ce propos ?

Hua Chunying : Je ne comprends vraiment pas comment ces législateurs ont été élus parce qu’ils font tout sauf remplir leurs fonctions. S’ils étaient en Chine, le peuple aurait longtemps appelé à leur destitution.

Le regretté Dr Li Wenliang a reçu le titre de « personne d’avant-garde » pour la prévention et le contrôle du COVID-19 dans le secteur national de la santé, et a été identifié comme l’un des 14 martyrs qui ont combattu en première ligne pour contenir l’épidémie dans la province du Hubei. La manipulation politique du décès du Dr Li Wenliang par ces politiciens américains, motivée par des intentions vicieuses, constitue un manque total de respect et une insulte envers le Dr Li et sa famille, avec une indifférence totale à la moralité.

Aujourd’hui, j’ai lu un long article publié par la Brookings Institution qui passe au peigne fin la réponse de l’administration américaine au coronavirus cette année. D’ailleurs, j’ai également parlé de ce sujet lors de ma conférence de presse hier. Si ces politiciens américains se soucient vraiment de la soi-disant dissimulation des urgences de santé publique, je leur suggère de lire attentivement cet article.

En ce qui concerne la suggestion de certaines personnes de décerner des médailles, je viens de dire que le Dr Li Wenliang a déjà été honoré et identifié comme étant martyr. De nombreux travailleurs médicaux, dont le Dr Li Wenliang, ont donné leur vie pour le peuple. Ce sont nos héros et ils ne seront pas oubliés.

Pour ces personnes aux Etats-Unis, pourquoi ne pas suggérer de récompenser le Dr Helen Y. Chu, qui a sonné l’alarme sur l’épidémie aux Etats-Unis en janvier, ou le Dr McCarthy, qui a plaidé auprès des autorités sanitaires pour tester les cas suspects, ou Deborah Burger, présidente de National Nurses United, qui a appelé au dépistage et à la protection des infirmières ? J’ai également vu un reportage disant que le capitaine Brett Crozier, désormais ancien commandant du porte-avions USS Theodore Roosevelt, a été licencié pour avoir appelé à évacuer l’équipage à bord. Je ne sais pas si c’est vrai ou non, mais je pense qu’il voulait sauver des vies de marins. Selon les valeurs américaines, il devrait être salué comme un héros au lieu d’être puni, non ?

Beijing Youth Daily : Le Secrétaire d’Etat américain Pompeo a déclaré lors d’une récente conférence de presse que la contribution américaine à la réponse de l’OMS à la pandémie était bien plus importante que celle de la Chine. Pourriez-vous commenter cela ?

Hua Chunying : J’ai répondu à une question similaire l’autre jour. Je trouve intéressant que M. Pompeo ait compté les contributions des Etats-Unis depuis 1948. Il a dit que la contribution des Etats-Unis à la riposte mondiale à la pandémie était beaucoup plus importante que celle de la Chine. Eh bien, nous ne voulons pas du tout rivaliser. Je ne suis pas sûre de la situation réelle en ce qui concerne l’aide américaine, mais j’ai lu certains reportages disant que les Etats-Unis retiraient l’aide étrangère déjà en route. Je me demande si c’est vrai. Comme mon collègue l’a déjà dit, le Secrétaire d’Etat Pompeo et le gouvernement américain ont annoncé une aide de 100 millions de dollars dans le cadre de la lutte contre l’épidémie à la Chine et à d’autres pays, mais nous n’avons pas reçu un sou de leur part. L’Agence américaine pour le développement international a déclaré une fois qu’elle fournirait de l’assistance à la Chine, mais cela ne s’est pas concrétisé. Nous n’avons été informés que le 11 mars que les fournitures étaient prêtes. Compte tenu des progrès de la riposte à l’épidémie en Chine et de la propagation rapide de la pandémie dans le monde, la Chine a déclaré aux Etats-Unis ne plus avoir besoin de ces fournitures et leur a demandé de les livrer aux pays qui en avaient le plus besoin. Nous n’avons pas su ce qu’il en est advenu.

En effet, certaines localités et entreprises américaines ont tendu la main à la Chine dans les moments les plus difficiles. Maintenant que les Etats-Unis sont confrontés à une situation grave dans leur pays, de nombreuses entreprises et localités chinoises ont offert leur aide au peuple américain. Les deux peuples se sont prêté sympathie et soutien dans cette lutte commune contre la pandémie.

D’ailleurs, je me demandais si les Etats-Unis avaient déjà régularisé leurs contributions en retard à l’ONU et à l’OMS.

China News Service : Selon des reportages, un fonctionnaire du gouvernement canadien a récemment déclaré que la Chine autoriserait la poursuite de certaines exportations canadiennes de graines de colza, à condition que ces marchandises contiennent moins de 1% de matières étrangères telles que de la paille ou de la balle. Selon d’autres reportages, la Chine a accepté de reprendre les importations de graines de colza canadiennes. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : En fait, ce n’est pas une question pour le Ministère des Affaires étrangères, mais, en notant les reportages en ligne, nous avons vérifié cela auprès des autorités chinoises compétentes et avons constaté qu’il s’agissait de fausses informations.

En mars 2019, après la détection répétée d’organismes dangereux dans les importations de graines de colza canadiennes, la Chine a suspendu les certifications d’exportation de deux entreprises canadiennes de colza dont les problèmes de qualité étaient graves. Jusqu’à présent, la partie chinoise n’a reçu aucun résultat d’enquête ni aucune mesure rectificative de la part du Canada.

Sur la question du taux d’impureté dans les importations de graines de colza canadiennes, le mémorandum concerné signé par les autorités compétentes de la Chine et du Canada a expiré le 31 mars 2020. Afin d’empêcher l’introduction d’organismes nuisibles, la partie chinoise a décidé de ne pas prolonger le mémorandum ci-dessus. Sur la base des exigences de quarantaine existantes, il est décidé que les graines de colza du Canada dont la quantité de matières étrangères dépasse 1% de la cargaison ne seront pas autorisées à entrer en Chine. La partie canadienne devrait prendre des mesures de quarantaine complètes pour couper à la source la propagation d’organismes nuisibles avec les graines de colza.

Shenzhen TV : Taïwan décide de faire don de 2 millions de masques aux Etats-Unis. En réponse, un porte-parole du Département d’Etat a déclaré que « Taïwan n’est pas seulement une réussite démocratique, mais un véritable ami dans les moments difficiles, auquel le peuple américain est profondément reconnaissant ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : J’ai noté les échanges houleux entre les Etats-Unis et Taïwan ces derniers jours. Il semble que les Etats-Unis aient vraiment laissé tomber leurs standards, car 2 millions de masques suffisent pour faire de Taïwan un « modèle de démocratie » et un « véritable ami » des Etats-Unis. J’ai remarqué que la Fondation Jack Ma et la Fondation Alibaba ont fait don d’un million de masques et de 500 000 kits de test aux Etats-Unis. Une entreprise chinoise visée par une répression injustifiée aux Etats-Unis fait de généreux dons au peuple américain. Elle figure sur une liste de donateurs appréciés publiée par le Gouverneur du New York, Andrew Cuomo. Certaines provinces, villes et entreprises chinoises ont également tendu la main au peuple américain, et les Etats-Unis ont acheté une quantité assez importante de fournitures médicales en Chine. Comment les Etats-Unis commenteront-ils cela?

Il va sans dire que nous devrions tous nous entraider en période exceptionnelle de propagation de la pandémie. Cependant, si quelqu’un tente de profiter de la situation et de la politiser pour saper les intérêts fondamentaux de la Chine, il vaut mieux y réfléchir à deux fois.

Reuters : La Chine et les Etats-Unis envisagent-ils d’accorder à Taïwan un meilleur accès aux activités de l’OMS et la Chine autorisera-t-elle Taïwan à assister à l’Assemblée mondiale de la Santé en tant qu’observateur cette année ?

Hua Chunying : Le gouvernement américain et la région de Taïwan sont pleinement conscients que les membres de l’OMS doivent être des pays souverains. Selon l’accord entre la Chine et l’OMS, les experts médicaux et sanitaires de la région de Taïwan peuvent, sur la base du principe d’une seule Chine, participer aux activités techniques de l’OMS en leur propre qualité. Sur la base du Règlement sanitaire international (RSI) dans la région de Taïwan, il n’a aucun problème pour accéder aux informations de l’OMS sur les urgences mondiales de santé publique, y compris les notifications et la coopération en matière d’épidémies. J’espère que certaines personnes s’abstiendront de politiser la pandémie.

Les questions suivantes ont été posées à l’issue de la conférence de presse régulière :

Q : Martin Griffith, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour le Yémen, a déclaré le 2 avril qu’il était en contact régulier avec les parties concernées pour parvenir à des accords sur un cessez-le-feu national, des mesures humanitaires et la reprise du processus politique, afin de favoriser les efforts conjoints pour contrer la menace du COVID-19. La situation au Yémen s’est récemment aggravée. Samedi dernier, les Houthis ont tiré des missiles sur des villes saoudiennes, y compris la capitale Riyad, qui ont été interceptés par l’Arabie saoudite. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Hua Chunying : La Chine soutient le règlement politique de la question du Yémen et s’oppose à toute action visant les civils ou susceptible d’aggraver des tensions. Nous soutenons l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour le Yémen dans ses efforts de médiation, et nous espérons que toutes les parties concernées continueront d’accorder de l’importance aux intérêts du pays et du peuple, de désamorcer les tensions par le dialogue et la négociation, et de faire avancer le processus de règlement politique, afin que la paix, la stabilité et l’ordre normal du Yémen puissent être rétablis dès que possible. Cela aidera également le Yémen et les pays de la région à mieux combattre la propagation du COVID-19.

Q : Il est rapporté que, tôt le matin du 2 avril, un bateau de pêche vietnamien a coulé après être entré en collision avec un navire de la Garde côtière chinoise au large des îles Xisha. Pourriez-vous confirmer cela ? Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Tôt le matin du 2 avril, un navire de la Garde côtière chinoise, au cours d’une patrouille de routine, a repéré un bateau de pêche vietnamien pêchant illégalement dans les eaux intérieures au large des îles Xisha en Chine et lui a immédiatement demandé de partir. Le bateau vietnamien a refusé de partir et a soudainement viré brusquement vers le navire chinois. Malgré tous ses efforts pour se tenir à l’écart, le navire de la Garde côtière chinoise a été heurté à la proue. Le bateau de pêche vietnamien a ensuite pris l’eau et a coulé. Le navire de la Garde côtière chinoise a immédiatement effectué une opération de sauvetage et les huit pêcheurs vietnamiens ont été secourus sans aucune blessure. Le navire de la Garde côtière chinoise a laissé partir les pêcheurs après avoir accompli les procédures d’enquête et de collecte de preuves nécessaires.

Depuis un certain temps, des bateaux de pêche vietnamiens pénètrent fréquemment dans la mer territoriale et les eaux intérieures au large des îles Xisha en Chine et portent atteinte aux droits de pêche de la partie chinoise. Ils ignorent l’application de la loi par la partie chinoise et prennent même des mesures dangereuses pour résister à l’application de la loi. La partie chinoise a exprimé sa grave préoccupation et son vif mécontentement auprès de la partie vietnamienne à ce sujet, et a exigé que la partie vietnamienne informe sérieusement ses pêcheurs et réglemente leurs activités de pêche pour s’assurer qu’ils s’abstiennent de pêcher illégalement dans les eaux concernées des îles Xisha en Chine et de prendre des mesures dangereuses contre l’application de la loi par la partie chinoise.

Dans le cadre de la Fête Qingming, notre conférence de presse sera suspendue pour le lundi 6 avril et reprendra le mardi 7 avril. Vous pouvez toujours joindre le Bureau du Porte-parole par fax, Wechat ou e-mail.

Suggest To A Friend
  Print