Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 13 avril 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020-04-13

Le Premier Ministre Li Keqiang participera au Sommet spécial de l’ASEAN + Chine-Japon-République de Corée (10 + 3) sur la réponse au COVID-19, qui aura lieu le 14 avril sous forme de visioconférence, et sera présidé par le Vietnam en sa qualité de président de l’ASEAN 2020.

CCTV : Selon des reportages, le Ministère russe des Affaires étrangères a affirmé sur Facebook, le 12 avril, que les tentatives de certains pays de rejeter la responsabilité sur autrui s’agissant de l’aggravation de la situation épidémique à l’intérieur de leurs frontières sont préoccupantes, y compris les récentes accusations très médiatisées de dirigeants américains contre l’OMS, ajoutant que la position américaine est non constructive, déplacée et n’aboutira qu’à des résultats contraires. Il a dit que l’OMS agissait, à tous les stades de l’épidémie de COVID-19, dans le cadre de son mandat, en stricte conformité avec les principes directeurs des États membres et sur la base des données scientifiques disponibles. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous estimons que la position russe est objective et équitable. Nous nous en félicitons.

Nous avons déclaré maintes fois que, face à la grave menace que représente le COVID-19 sur l’humanité, la communauté internationale ne pourra gagner la lutte que si elle établit le concept de communauté de destin pour l’humanité, coopère dans la solidarité et déploie des efforts conjugués. Les différents pays devraient transcender les différences idéologiques et se débarrasser de toutes sortes d’accusations et de soupçons infondés, en particulier éviter la politisation de la coopération anti-épidémique et le rejet de la responsabilité sur autrui.

Depuis la survenue de la pandémie, l’OMS, en maintenant une position objective, scientifique et équitable, a rempli activement ses attributions et responsabilités, et a joué un rôle important pour aider les pays à faire face à la pandémie et promouvoir la coopération internationale dans ce domaine. Récemment, le Secrétaire général de l’ONU, les dirigeants d’un grand nombre de pays et des responsables d’organisations internationales ont exprimé leur soutien à l’OMS. L’Assemblée générale de l’ONU a adopté une résolution par consensus, reconnaissant le rôle de l’OMS. Dans sa déclaration, le Sommet spécial des dirigeants du G20 tenu récemment a également souligné son soutien et son engagement à renforcer davantage la responsabilité de l’OMS dans la coordination des actions internationales contre la pandémie, ce qui reflète la position générale de la communauté internationale.

À l’heure actuelle, le COVID-19 se propage dans le monde entier. La communauté internationale doit travailler ensemble pour vaincre cet ennemi commun. La Chine continuera de travailler de concert avec la communauté internationale, y compris la Russie, pour soutenir le rôle moteur continu de l’OMS dans la coopération mondiale contre la pandémie.

Agence de presse Xinhua : Vous venez d’annoncer que le Premier Ministre Li Keqiang assistera au sommet spécial 10 + 3 sur la riposte au COVID-19. Qu’attend la Chine de cette réunion ?

Zhao Lijian : La Chine, le Japon, la République de Corée et les pays de l’ASEAN sont des voisins et amis qui se sont prêté soutien depuis la survenue de l’épidémie de COVID-19. Le Sommet spécial 10 + 3, un événement important qui a lieu en Asie de l’Est après le Sommet spécial du G20 pour répondre au COVID-19, montre la détermination des pays de la région à lutter ensemble contre la pandémie et à maintenir le développement économique de la région.

La Chine espère que les pays 10 + 3 auront un échange de vues approfondi sur la lutte contre la propagation de la pandémie et la poursuite du développement économique, et feront en sorte que des résultats positifs soient obtenus dans le renforcement de la réponse coordonnée à la pandémie, l’amélioration de la coopération dans le secteur de la santé en Asie de l’Est, la promotion de la coopération pragmatique et des échanges économiques et celle de l’intégration économique régionale.

Voice of Vietnam : Que pensez-vous de la coopération anti-pandémie ASEAN-Chine ? Dans quels domaines la Chine espère-t-elle renforcer sa coopération avec l’ASEAN ?

Zhao Lijian : La Chine et les pays membres de l’ASEAN sont des voisins proches amicaux. Nous avons mené une coopération fructueuse dans la lutte contre le COVID-19. Nous garderons un souvenir impérissable de l’assistance fournie par les pays de l’ASEAN après le déclenchement de l’épidémie en Chine. Après avoir remporté une première victoire contre le virus, la Chine, qui ressent profondément les difficultés des pays de l’ASEAN, leur a fourni des matériels médicaux, a envoyé des groupes d’experts médicaux et a aidé ces pays à s’approvisionner en matériels anti-épidémiques en Chine. Tout cela illustre la tradition d’assistance mutuelle entre les deux parties en ces temps difficiles. Nous espérons que les pays de l’ASEAN sortiront vainqueurs du COVID-19 dans les meilleurs délais.

China Daily : Sept sénateurs républicains américains ont adressé une lettre au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, pour s’opposer à l’élection de Jiang Duan, ministre de la mission permanente de la Chine auprès des Nations Unies à Genève, au groupe consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, et ont déclaré que la Chine ne devrait pas occuper une place si importante au Conseil des droits de l’homme en raison de sa « tromperie délibérée » à propos de l’épidémie de COVID-19, et de ses « violations des droits de l’homme » dans le Xinjiang. Ils ont demandé au Secrétaire général Antonio Guterres d’intervenir et de suspendre cette nomination. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a toujours participé activement aux actions du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et des autres institutions multilatérales des droits de l’homme. L’élection de Jiang Duan, ministre de la Mission permanente de la Chine auprès des Nations Unies à Genève et des autres organisations internationales, au groupe consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en tant que représentant des États d’Asie-Pacifique, démontre une fois de plus la reconnaissance par la communauté internationale des progrès de la Chine dans le domaine des droits de l’homme, et de son rôle actif dans les échanges et la coopération internationaux relatifs aux droits de l’homme.

Les États-Unis, avec un bilan affreux en matière de droits de l’homme, se sont retirés du Conseil des droits de l’homme. Mais quelques législateurs américains hostiles à la Chine interviennent dans les règles électorales des institutions onusiennes, critiquent et se mêlent des affaires du Conseil des droits de l’homme et de la situation des droits de l’homme dans d’autres pays. Cela est complètement absurde. Nous recommandons à ces membres du Congrès de travailler sérieusement pour résoudre les problèmes à l’intérieur de leur pays, tels que la discrimination raciale, la prolifération abusive des armes, la violation des droits des enfants migrants, arrêter leurs manœuvres politiques au nom de la pandémie, travailler avec la Chine et le reste de la communauté internationale pour promouvoir la coopération contre la pandémie et prendre des mesures concrètes pour améliorer les droits de l’homme et le bien-être du peuple américain.

China Review News : Un porte-parole du Département d’État américain a déclaré, le 11 avril, qu’il y avait eu des discriminations à l’égard des Africains dans le Guangdong et ailleurs en matière de prévention et de contrôle du COVID-19, précisant qu’il est regrettable mais pas surprenant de voir ce type de xénophobie à l’égard des Africains en Chine. Quiconque observe l’engagement de la Chine dans des projets en Afrique reconnaît ce type de comportement abusif et manipulateur. La Chine n’a jamais tenu ses promesses envers l’Afrique. Et traiter les Africains, en particulier les étudiants, de cette façon pendant l’épidémie en dit long sur la nature du soi-disant « partenariat » entre la Chine et l’Afrique. Quel est le commentaire de la Chine face aux remarques américaines ?

Zhao Lijian : Nous avons noté les remarques du porte-parole du Département d’État américain. Alors que la communauté internationale a un besoin urgent de solidarité pour lutter contre la pandémie, la partie américaine fait des allégations injustifiées dans le but de semer la discorde et d’attiser les troubles. Ce n’est ni moral ni responsable. Nous recommandons aux États-Unis de concentrer leur énergie sur les efforts visant à contenir la propagation du virus dans le pays, car toute tentative de semer la discorde entre les relations d’amitié sino-africaines en profitant de la pandémie est vouée à l’échec.

Dans sa lutte contre le COVID-19, le gouvernement chinois attache une grande importance à la vie et à la santé des ressortissants étrangers en Chine et traite tous les étrangers en Chine sur un pied d’égalité. Nous nous opposons à un traitement différencié vis-à-vis de personnes spécifiques. La Chine et l’Afrique sont de bons amis, de bons partenaires et de bons frères. Aux moments les plus difficiles de la lutte contre le virus en Chine, l’Afrique a apporté un soutien énergique au peuple chinois. Alors que la situation s’aggrave en Afrique, le gouvernement et le peuple chinois sont passés immédiatement à l’action et ont apporté de toute urgence leur aide au continent africain, ce qui a été très apprécié par les pays et les peuples africains. Il n’y a aucun changement dans la politique d’amitié de la Chine envers l’Afrique. Il n’y aura aucun changement non plus dans les sentiments d’amitié des pays et des peuples africains envers la Chine. Il n’y aura jamais de discriminations de notre part envers nos frères africains. En fait, lorsque la Chine se trouvait au moment le plus difficile pour contenir le virus précédemment, sur les plus de 3 000 étudiants africains dans la province du Hubei et la ville de Wuhan, un seul a été infecté puis rapidement guéri, et tous les autres sont restés sains et saufs. Concernant les inquiétudes de certains citoyens africains séjournant dans la province du Guangdong et exprimées par la partie africaine, les autorités locales les ont examinées et ont adopté une série de nouvelles mesures. Je suis sûr que ces questions seront judicieusement résolues grâce aux efforts conjoints des deux parties.

Spoutnik : Le gouvernement chinois a envoyé un groupe d’experts médicaux en Russie le 11 avril pour aider à combattre le COVID-19. Nous avons remarqué qu’il en avait envoyé un au Kazakhstan plus tôt. La Chine envisage-t-elle d’envoyer des groupes d’experts médicaux dans d’autres pays ? Pouvez-vous nous indiquer un calendrier précis ? Qu’est-ce que la Chine prend en considération lorsqu’elle envoie des groupes d’experts ?

Zhao Lijian : Merci de votre intérêt pour la coopération internationale menée par la Chine pour lutter contre la pandémie. Après la survenue du COVID-19, la Chine, à la demande des gouvernements concernés et compte tenu de la situation épidémique et des besoins sur le terrain, a envoyé des groupes d’experts médicaux dans plusieurs pays, dont l’Italie, la Serbie, le Cambodge, le Pakistan, les Philippines, le Myanmar et le Kazakhstan. Les experts chinois ont partagé leurs expériences avec les personnels soignants médicaux de ces pays, les ont aidés à améliorer les capacités de prévention, de contrôle, de diagnostic et de traitement, et ont renforcé la confiance pour vaincre ensemble la pandémie. Leur travail a été salué par les gouvernements et les peuples de tous les pays d’accueil. Comme vous l’avez mentionné, un groupe d’experts vient de partir pour la Russie.

À l’avenir, tout en menant à bien la prévention et le contrôle du COVID-19 dans le pays, nous continuerons à envoyer des groupes d’experts médicaux en tenant compte de facteurs tels que la volonté des pays concernés, le développement de la situation épidémique et leurs besoins de contrôle.

RIA Novosti : Selon des reportages, 60 citoyens chinois arrivant à Shanghai par avion en provenance de Russie vendredi dernier ont été infectés par le nouveau coronavirus. À notre connaissance, il n’y avait pas de vols réguliers entre la Chine et la Russie pendant plus de 10 jours. Ce vol avait-il été spécialement prévu pour venir chercher ces citoyens chinois ? Selon des médias chinois, le vol était opéré par Aeroflot, pouvez-vous le confirmer ? D’autres vols similaires sont-ils prévus ?

Zhao Lijian : Pour autant que je sache, à ce jour, il y a encore des vols réguliers entre Beijing, Shanghai et Moscou. Nous continuerons de travailler avec la partie russe pour contenir la propagation du COVID-19.

Reuters : Selon des reportages, le G20 projette de suspendre l’obligation pour les pays à faible revenu de rembourser les prêts bilatéraux, pour les aider à faire face à l’épidémie. Pouvez-vous le confirmer ? La Chine adhère-t-elle à ce projet ?

Zhao Lijian : Je ne dispose pas d’informations à ce sujet pour le moment. Si vous êtes intéressé, je me renseignerai auprès de mes collègues en charge des affaires liées au G20 et je vous en informerai plus tard.

Les questions suivantes ont été posées après la conférence de presse.

Q : Un éditorial publié par Yomiuri Shimbun au Japon le 12 avril a affirmé que le régime du gouvernement chinois et du PCC étaient à l’origine du « malheur causé par l’homme » relatif à la propagation de la pandémie et que la Chine refusait d’admettre ses erreurs dans la réponse à la pandémie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : L’article de Yomiuri Shimbun, au mépris des faits, a attaqué avec malveillance le gouvernement chinois et le Parti communiste chinois. Par son ignorance, ses préjugés et son arrogance contre la Chine, il a induit gravement en erreur l’opinion internationale, y compris celle du public japonais, à l’égard de la Chine. Il a complètement transgressé le moindre respect de l’éthique professionnelle du journalisme, des normes morales et de la conscience fondamentale de l’humanité. La partie chinoise n’accepte absolument pas ces calomnies et ce dénigrement, et a effectué des représentations solennelles auprès du responsable du journal.

Je tiens à souligner que la Chine a fait d’énormes sacrifices pour combattre le COVID-19. Les mesures que nous avons prises ont gagné le soutien et l’approbation de tous les Chinois. Les premiers résultats que nous avions obtenus ont permis de faire gagner un temps précieux et d’offrir des expériences aux autres pays. C’est un fait incontestable reconnu par l’ensemble de la communauté internationale et que personne ne peut nier.

Face à ce défi commun à l’humanité tout entière, la coopération est plus importante que jamais, plutôt que de se lancer des attaques. Nous exhortons sérieusement la partie concernée au Japon à corriger immédiatement son erreur, à assumer réellement ses responsabilités sociales et à jouer un rôle constructif dans la promotion de la coopération sino-japonaise contre la pandémie et de l’amélioration des relations bilatérales.

Q : Des chefs de missions diplomatiques africaines en Chine ont récemment déclaré que la Chine avait pris des mesures impératives telles que le test et le confinement des Africains dans la prévention et le contrôle de l’épidémie. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ? La Chine craint-elle que les relations sino-africaines soient compromises par cela ?

Zhao Lijian : Hier soir, j’ai publié une déclaration écrite sur la prévention et le contrôle de l’épidémie dans le Guangdong concernant les ressortissants africains. Ce matin, le Ministre assistant des Affaires étrangères Chen Xiaodong a rencontré des chefs de missions diplomatiques africaines en Chine. Les départements du Guangdong ont également tenu une conférence de presse, déclarant qu’ils attachent une grande importance aux préoccupations des amis africains, et qu’ils adopteront une série de mesures, en fonction de la procédure anti-épidémique, pour optimiser l’observation médicale et la gestion sanitaire relatives aux ressortissants étrangers, mettre en œuvre le principe de traitement sans différenciation, et fournir davantage de services de santé publique et d’orientations sanitaires adaptés aux ressortissants étrangers ; ils prendront de nouvelles mesures pour le placement des ressortissants africains en difficulté ; ils mettront en place un mécanisme de communication efficace avec les consulats généraux des pays étrangers à Guangzhou ; ils s’opposent fermement à tout propos ou acte raciste et discriminatoire.

Lors de la réunion tenue ce matin, le Ministre assistant des Affaires étrangères Chen Xiaodong a présenté la position et les activités accomplies par le gouvernement chinois, réitéré la politique amicale de la Chine envers l’Afrique et souligné que l’amitié indissoluble sino-africaine s’est profondément enracinée dans les esprits en Chine et en Afrique. Après l’arrivée du COVID 19, la Chine et l’Afrique, unies comme toujours, s’efforcent de surmonter les difficultés. La Chine continuera à accroître son soutien à l’Afrique dans la mesure de ses capacités et à travailler avec l’Afrique pour lutter contre l’épidémie afin de remporter la victoire finale.

Les chefs de missions diplomatiques africaines ont indiqué que le grand succès réalisé par le gouvernement et le peuple chinois dans la lutte contre l’épidémie a apporté expérience, confiance et espoir au monde entier pour combattre la pandémie. Ils ont remercié la Chine d’avoir bien pris soin des ressortissants africains en Chine et d’avoir apporté de l’assistance à l’Afrique tout en surmontant ses propres difficultés dans la lutte contre l’épidémie, ce qui, selon eux, démontre pleinement l’amitié fraternelle entre le peuple chinois et les peuples africains, qui partagent heurs et malheurs dans les difficultés. Ils ont trouvé que l’exposé du Ministre assistant Chen Xiaodong sur la position de la Chine, bien réconfortant, était très utile pour améliorer la compréhension mutuelle et consolider l’amitié sino-africaine. Ils ont dit qu’ils présenteraient immédiatement des rapports fidèles et complets à leurs gouvernements et transmettraient le message aux ressortissants de leurs pays dans le Guangdong, pour agir de concert avec la Chine afin d’exhorter leurs ressortissants en Chine à se conformer aux lois et règlements chinois relatifs à la prévention et au contrôle de l’épidémie. Les chefs de missions diplomatiques africaines ont également souligné que l’Afrique et la Chine sont de bons frères et de bons partenaires, et que les problèmes qui sont apparus dans le Guangdong sont des affaires entre frères, qui peuvent sans aucun doute être réglées à l’amiable. Aucune force extérieure, quels que soient son intention ou ses moyens, ne pourra arrêter le développement des relations amicales Afrique-Chine.

Suggest To A Friend
  Print