Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 23 juin 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020-06-23

Agence de presse Xinhua : Le 22 juin, le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies a adopté une deuxième résolution parrainée par la Chine, également intitulée « Promouvoir une coopération mutuellement bénéfique dans le domaine des droits de l'Homme ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le 22 juin, le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies a adopté pour la deuxième fois une résolution présentée par la Chine et intitulée « Promouvoir une coopération mutuellement bénéfique dans le domaine des droits de l'Homme », après qu'une résolution similaire avait été adoptée en 2018. La résolution appelle les pays à maintenir le multilatéralisme, à bâtir un nouveau type de relations internationales caractérisées par le respect mutuel, l'équité, la justice et la coopération mutuellement bénéfique, et à bâtir une communauté de destin pour l'humanité. Elle appelle également tous les pays à engager un dialogue et une coopération sincères dans le domaine des droits de l'Homme, à partager les bonnes pratiques et l'expérience en matière de promotion et de protection des droits de l'Homme, et à renforcer l'assistance technique et l'amélioration des capacités en matière de droits de l'Homme pour réaliser une coopération gagnant-gagnant.

La Chine espère qu'une atmosphère de coopération gagnant-gagnant pourra être favorisée au sein du Conseil des droits de l'Homme et que l'objectif commun de tous les pays de promouvoir et de protéger les droits de l'Homme sera atteint à travers un dialogue et une coopération constructifs. De nombreux pays ont estimé que l'appel de la Chine au maintien du multilatéralisme et à la coopération gagnant-gagnant dans le domaine des droits de l'Homme revêtait une signification importante. Cela reflète l'aspiration commune des pays en développement et répond à la tendance générale de la gouvernance mondiale des droits de l'Homme.

La pandémie de Covid-19 sévissant à travers le monde nous rappelle que toute l'humanité forme une communauté de destin. Nous ne pouvons relever les défis mondiaux qu'en renforçant la coopération internationale. La Chine est prête à travailler avec la communauté internationale pour pratiquer le multilatéralisme afin de mieux promouvoir et protéger les droits de l'Homme et améliorer le bien-être de tous.

Global Times : Les Etats-Unis et la Russie ont tenu un nouveau cycle de dialogue sur la maîtrise des armements le 22 juin à Vienne. L'envoyé spécial du président américain pour le contrôle des armements, Marshall Billingslea, a publié sur Twitter une photo de drapeaux nationaux chinois sur des sièges vides autour de la table de négociation, déclarant : « Le dialogue de Vienne est sur le point de commencer. La Chine est absente. La Chine se cache toujours derrière "La Grande Muraille du Secret" quant au développement de ses forces nucléaires et tant d'autres choses. » Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a maintes fois exprimé sa position consistant à s'opposer aux négociations trilatérales sur la maîtrise des armements. Je ne la répéterai pas ici.

La partie américaine essaie d'attirer l'attention de cette façon. Cela est peu sérieux, peu professionnel et peu attrayant. Nous exhortons les Etats-Unis à cesser de jouer des tours aussi ennuyeux, à répondre sérieusement à l'appel de la Russie à la prolongation du nouveau traité START, et à mener des discussions sérieuses et sincères avec la Russie à ce sujet. Je pense que cela est également l'aspiration commune de la communauté internationale.

Par ailleurs, le motif des « drapeaux chinois » mis sur la table de négociation par la partie américaine comprend des erreurs évidentes. Nous espérons que certaines personnes aux Etats-Unis pourront faire leur devoir et améliorer leur culture générale pour éviter de devenir la risée.

CNR : Le 15 juin, un rapport intitulé « L'origine de la pandémie de Covid-19 et les rôles du Parti communiste chinois et de l'Organisation mondiale de la Santé » a été publié par le républicain en chef du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Michael McCaul, qui dirige également le Groupe de travail sur la Chine du Parti républicain. Le rapport comprend une chronologie des événements clés concernant le Covid-19 depuis la fin de 2019, montrant prétendument comment le Parti communiste chinois a dissimulé l'épidémie et le rôle joué par l'OMS dans le processus. Le rapport appelle une enquête internationale sur la dissimulation initiale de la Chine et demande la démission du Directeur général Tedros. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Ce soi-disant rapport d'un certain membre du Congrès américain répand de la désinformation, dans le but de salir la Chine et d'éluder la responsabilité du gouvernement américain pour sa réponse incompétente à l'épidémie. Ce n'est rien d'autre qu'une farce maladroite dirigée par les forces hostiles à la Chine aux Etats-Unis. Les différentes rumeurs qu'ils ont diffusées ont été mises au jour par le livre blanc intitulé « Combattre le Covid-19 : la Chine en action » et le document « Les allégations mensongères américaines contre la Chine sur le Covid-19 et la réalité des faits » publiés par la partie chinoise.

J'aimerais prendre un peu de temps pour passer en revue certaines dates importantes du début de l'épidémie.

Le 27 décembre 2019, l'Hôpital de médecine traditionnelle chinoise et occidentale intégrée du Hubei a signalé des cas de pneumonie de cause inconnue au Centre de prévention et de contrôle des maladies de l'arrondissement de Jianghan de la ville de Wuhan. Le 30 décembre, la Commission municipale de la Santé de Wuhan a publié un avis urgent sur le traitement des patients atteints de pneumonie de cause inconnue. Le 31 décembre, la Commission nationale de la Santé a envoyé un groupe de travail et une équipe d'experts à Wuhan afin de montrer la voie à suivre pour répondre à la situation. Le 1er janvier 2020, la Commission nationale de la Santé a mis en place un groupe dirigeant sur la réponse à la maladie. Le 3 janvier, la Chine a commencé à communiquer régulièrement les informations sur l'épidémie à l'OMS ainsi qu'à d'autres pays et régions, y compris les Etats-Unis. Le 7 janvier, le CDC chinois et d'autres institutions de recherche ont isolé la souche du nouveau coronavirus. Le 9 janvier, la Chine a informé l'OMS des résultats de l'identification pathologique. Le 12 janvier, la Chine a soumis la séquence du génome du nouveau coronavirus à l'Initiative mondiale pour le partage de toutes les données sur la grippe (GISAID) afin de partager les informations avec la communauté internationale.

La province du Hubei a commencé à publier les informations sur l'épidémie sur son site officiel à partir du 31 décembre 2019. A partir du 21 janvier 2020, la Commission nationale de la Santé publie quotidiennement les informations de la veille sur son site web. Du 16 au 24 février, une mission conjointe d'experts OMS-Chine a effectué sa visite sur le terrain à Beijing, dans le Sichuan, dans le Guangdong et à Wuhan, convenant que les mesures décisives, énergiques et opportunes du gouvernement chinois ont empêché des centaines de milliers de personnes d'être infectées.

Je tiens à souligner que le nouveau coronavirus est un virus inédit. Il faut un processus pour l'identifier et l'étudier. Ce processus est loin d'être terminé. Tel est le consensus de la communauté internationale. Après avoir tiré les premières conclusions, nous avons informé les parties concernées le plus tôt possible, montrant un fort sens des responsabilités. La réponse de la Chine est transparente, avec des faits évidents et des données claires. Elle résistera à l'épreuve du temps et de l'histoire.

Pour conclure, nous espérons que certains politiciens américains respecteront la science et les faits, cesseront d'attaquer et de salir la Chine gratuitement, canaliseront les efforts vers l'amélioration de la prévention et du contrôle de l'épidémie dans le pays pour protéger la vie et la santé des Américains, et joueront un rôle constructif dans la réponse mondiale concertée au virus.

The Paper : Selon des reportages, des sources de l'armée indienne ont déclaré le 22 juin qu'une réunion de 11 heures au niveau de commandant d'armée s'était tenue entre l'Inde et la Chine. Les deux parties ont échangé des vues sur la situation actuelle dans la zone frontalière. Pourriez-vous confirmer cela et offrir plus d'informations ?

Zhao Lijian : Le 22 juin, les troupes frontalières chinoises et indiennes ont tenu une deuxième réunion au niveau de commandant d'armée dans la zone frontalière. Il s'agit également de la première réunion de ce genre après l'incident de la vallée de Galwan le 15 juin. La tenue de la réunion montre que les deux parties espèrent gérer correctement les divergences, gérer et atténuer la situation par le dialogue et la consultation. Au cours de la réunion, les deux parties, sur la base de la première réunion au niveau de commandant d'armée, ont procédé à un échange de vues approfondi et franc sur les problèmes saillants dans la gestion et le contrôle des frontières et ont convenu de prendre les mesures nécessaires pour atténuer la situation. Les deux parties ont convenu de maintenir le dialogue et de travailler ensemble pour la paix et la tranquillité dans les zones frontalières.

Reuters : L'armée indienne a déclaré que les deux parties ont convenu de désengager les troupes dans les zones contestées. Pourriez-vous confirmer cela ?

Zhao Lijian : Les mesures pertinentes sont coordonnées et organisées par les troupes frontalières des deux pays sur le terrain. Je n'ai aucune autre information à vous communiquer.

BBC : Pourriez-vous nous donner le nombre de soldats chinois qui ont été tués ou blessés dans l'incident ?

Zhao Lijian : Comme je l'ai dit hier, la Chine et l'Inde résolvent le problème sur le terrain par les voies militaires et diplomatiques. En ce qui concerne les reportages des médias indiens citant des fonctionnaires indiens selon lesquels au moins 40 soldats chinois ont été tués, je peux vous dire de manière responsable qu'il s'agit de fausses informations.

Beijing Daily : Le 22 juin, le Secrétaire d'Etat américain Pompeo a déclaré que les Etats-Unis étaient extrêmement préoccupés par la décision de la Chine de poursuivre officiellement les citoyens canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor. Les accusations de la partie chinoise sont motivées par des considérations politiques. Les Etats-Unis se tiennent aux côtés du Canada, appelant la partie chinoise à libérer immédiatement ces deux personnes et s'opposant au recours à ces détentions injustifiées pour contraindre le Canada. Le Premier ministre canadien Trudeau a également condamné la « détention arbitraire de citoyens canadiens » par la Chine, déclarant que la Chine ne devait pas punir les Canadiens pour une décision du système judiciaire indépendant du Canada dans l'affaire Meng Wanzhou. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je ne sais pas comment les Etats-Unis et le Canada peuvent être aussi flagrants et présomptueux en parlant de « motivation politique », de « détention injustifiée » et de « détention arbitraire ». C'est plutôt à eux que ces qualificatifs pourraient convenir.

Sous prétexte de la sécurité nationale, les Etats-Unis ont abusé du pouvoir d'Etat et ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour opprimer Huawei. L'incident relatif à Meng Wanzhou est un incident politique grave, comme le prouve un rapport du Service canadien du renseignement de sécurité récemment divulgué par un tribunal canadien.

Si « l'indépendance judiciaire » justifie la détention arbitraire de Meng Wanzhou par les Etats-Unis et le Canada, pourquoi les deux pays interviennent-ils dans le traitement indépendant des affaires par les organes judiciaires chinois ? Notre perception des politiciens américains et canadiens atteint un nouveau creux en raison de cette pratique effrontée du « deux poids, deux mesures ».

Shenzhen TV : Le 17 juin, The American Prospect a publié un long reportage sur le financement des groupes de réflexion américains par les autorités de Taïwan. Il a révélé que l'Institut Hudson, le Center for Strategic and International Studies, la Brookings Institution, le Center for American Progress et le Center for a New American Security ont reçu un financement des autorités de Taïwan et ont produit des articles prônant les ventes d'armes et les accords commerciaux avec Taïwan. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J'ai pris note des reportages concernés et vous devriez poser la question à ces groupes de réflexion américains.

Je tiens à souligner que le principe d'une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines et le consensus universel de la communauté internationale. La Chine s'oppose fermement aux liens militaires américains avec Taïwan, aux ventes d'armes américaines à Taïwan et à la signature de tout accord commercial ayant une implication sur la souveraineté entre les Etats-Unis et Taïwan. Les Etats-Unis devraient respecter le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, et gérer prudemment et correctement les questions liées à Taïwan pour éviter de nuire aux relations sino-américaines ainsi qu'à la paix et à la stabilité entre les deux rives du détroit. Les groupes de réflexion américains concernés devraient mener leurs études de manière juste et objective et faire entendre des voix plus raisonnables.

China Daily : Le 23 juin, les résultats du deuxième tour de l'élection présidentielle de Kiribati montrent que le Président sortant Taneti Maamau a remporté un nouveau mandat. La Chine a-t-elle un commentaire à faire ?

Zhao Lijian : La Chine adresse ses félicitations pour le bon déroulement de l'élection présidentielle à Kiribati, et au Président Maamau pour sa réélection. Nous sommes convaincus que, sous la direction du Président Maamau, le gouvernement et le peuple de Kiribati réaliseront de nouveaux progrès dans le développement national.

Depuis la reprise des relations diplomatiques en septembre 2019, la Chine et Kiribati ont maintenu une forte dynamique de croissance dans les relations bilatérales, menant une coopération fructueuse dans divers domaines et apportant des avantages tangibles aux deux peuples. Cela montre que le principe d'une seule Chine correspond à la tendance générale et à la volonté du peuple.

La Chine attache une grande importance au développement des relations avec Kiribati. Nous sommes prêts à travailler avec le gouvernement de Kiribati dans son nouveau mandat pour approfondir les échanges et la coopération dans divers domaines, renforcer l'amitié entre les peuples, élever les relations sino-kiribatiennes à de nouveaux sommets et apporter plus d'avantages aux peuples des deux pays.

Bloomberg News : Ma première question concerne l'entretien que le Conseiller commercial de la Maison Blanche, Navarro, a accordé à Fox News aujourd'hui. Il a déclaré que l'accord commercial avec la Chine était terminé. Mais le Président Trump a twitté que l'accord était entièrement intact. Pourriez-vous clarifier l'état actuel de l'accord commercial de phase I ? Est-il toujours en vigueur ? Les négociations de phase II vont-elles se poursuivre comme prévu ? La Chine tient-elle les promesses qu'elle a faites dans l'accord commercial ? Ma deuxième question concerne la visioconférence des Ministres des Affaires étrangères Chine-Russie-Inde. Aura-t-elle lieu ? Qui représentera la Chine ? Quels résultats la Chine espère-t-elle de cette réunion ?

Zhao Lijian : Les remarques du politicien américain que vous avez mentionné sont simplement sans fondement et absurdes. Il ne cesse de mentir et n'a aucune crédibilité.

Concernant votre question sur l'accord commercial sino-américain, la position de la Chine est cohérente et claire. Je vous renvoie aux autorités compétentes pour les questions spécifiques qui vous intéressent.

En ce qui concerne la visioconférence Chine-Russie-Inde, s'il y a de nouvelles informations, nous les publierons en temps opportun.

BBC : Navarro a déclaré que les Etats-Unis n'ont appris l'existence du nouveau coronavirus que lors de la signature de l'accord commercial de phase I, mais la partie chinoise avait déjà envoyé des centaines de milliers de personnes aux Etats-Unis pour propager ce virus. De toute évidence, il laisse entendre qu'il s'agit d'une action délibérée de la Chine pour propager le virus aux Etats-Unis. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les remarques du politicien américain que vous avez mentionnées sont simplement sans fondement et absurdes. La réponse, je crois, va de soi. Ne perdons pas notre temps avec cela.

AFP : Selon des reportages, la visioconférence des Ministres des Affaires étrangères Chine-Russie-Inde aidera à atténuer la tension à la frontière sino-indienne. La question des frontières est-elle à l'ordre du jour ?

Zhao Lijian : Comme je viens de le dire, s'il y a quelque chose de nouveau, nous vous tiendrons au courant. Veuillez suivre cela.

CNS : La porte-parole du Département d'Etat américain a annoncé le 22 juin que China Central Television, China News Service, le Quotidien du Peuple et le Global Times étaient désignés aux Etats-Unis comme « missions étrangères ». Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

Zhao Lijian : C'est la deuxième fois que les Etats-Unis désignent des médias chinois aux Etats-Unis comme « missions étrangères ». Cela est une nouvelle preuve de l'oppression politique flagrante des Etats-Unis à l'encontre des médias chinois. Cela perturbera gravement le fonctionnement normal des médias chinois aux Etats-Unis et exposera davantage l'hypocrisie de la soi-disant liberté de la presse et d'expression aux Etats-Unis.

Nous exhortons instamment les Etats-Unis à rejeter la mentalité de la guerre froide et les préjugés idéologiques, et à mettre immédiatement un terme à ces actes erronés qui nuisent autant à autrui qu'à eux-mêmes. Sinon, la Chine sera obligée d'apporter les réponses nécessaires.

BBC : La désignation américaine affecte-t-elle les demandes de visa des journalistes chinois ? Comme le nombre de fois qu'ils peuvent entrer et sortir du pays et le type de personnes qu'ils peuvent rencontrer ?

Zhao Lijian : Cela aura un impact sérieux sur les activités normales de reportage des médias chinois aux Etats-Unis. Si vous jetez un coup d'œil à cette affaire, vous constaterez que leur désignation en tant que « mission étrangère » n'est pas symbolique, mais annonce une série de mesures : remplir des formulaires, enregistrer, déclarer des biens, rapporter toutes sortes d'informations. Vous pouvez consulter le site web américain concerné pour en savoir plus. Ce n'est pas la première fois que les Etats-Unis désignent des médias chinois aux Etats-Unis comme « missions étrangères ».

Suggest To A Friend
  Print