Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 5 août 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020-08-05

CCTV : Joerg Wuttke, président de la Chambre de Commerce de l'Union européenne en Chine, a déclaré hier lors d'une conférence de presse que « des mesures efficaces ont été prises par la Chine malgré les retombées de l'épidémie de COVID-19. Les entreprises européennes restent pleinement confiantes pour faire des affaires en Chine et espèrent prendre part au développement de la Chine ». Selon une enquête réalisée en juin par la Chambre de Commerce de l'UE en Chine, la Chine reste parmi les trois premières destinations d'investissement pour plus de 60% des entreprises européennes. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons pris note des remarques du responsable de la Chambre de Commerce de l'UE en Chine.

Acteur actif pour la promotion d'une économie mondiale ouverte, la Chine œuvre toujours au développement en maintenant la porte grande ouverte, et travaille à créer un environnement commercial basé sur le marché, la primauté du droit et la coopération internationale pour les entreprises de différents pays, y compris les entreprises européennes. Jusqu'en 2019, l'UE est demeurée le premier partenaire commercial de la Chine pendant 16 années consécutives, avec un volume total d'échanges atteignant le niveau record de 700 milliards de dollars.

Je tiens à souligner que les entreprises étrangères, qu'elles soient européennes ou d'autres régions du monde, sont optimistes quant aux perspectives économiques de la Chine et à l'amélioration de l'environnement des affaires. En tant que grand pays en développement avec une population de 1,4 milliard d'habitants, 900 millions d'actifs et 120 millions d'acteurs sur le marché, la Chine souhaite comme toujours la bienvenue aux entreprises des différents pays, y compris celles d'Europe, et continuera à approfondir fermement la réforme et à élargir l'ouverture, pour créer plus d'opportunités de coopération et de dividendes de développement pour leurs activités en Chine. Les entreprises étrangères, y compris les entreprises européennes, font partie de l'histoire du développement de la Chine, et nous avons la certitude qu'elles continueront de réussir et de se développer dans la coopération gagnant-gagnant en Chine.

Al Jazeera : Une explosion massive a secoué Beyrouth, la capitale du Liban, le 4 août. Au moins 100 personnes ont été tuées et plus de 4 000 blessées. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? La Chine envisage-t-elle d'apporter une assistance au Liban ?

Wang Wenbin : La Chine est profondément choquée et attristée par l'explosion massive au Liban qui a fait bon nombre de victimes et de blessés. Nous exprimons nos profondes condoléances aux familles des victimes et nos sincères sentiments de compassion aux blessés et aux familles endeuillées, et nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.

Nous sommes prêts à apporter une assistance, dans la mesure de notre capacité, pour aider le Liban à gérer judicieusement l'incident et à réaliser son développement national.

AFP : Selon le « Wall Street Journal », les États-Unis et la Chine ont convenu de tenir des négociations économiques et commerciales de haut niveau le 15 août. Pouvez-vous le confirmer ?

Wang Wenbin : Je vous conseille de vous renseigner auprès du département compétent pour les détails concernant l'accord commercial sino-américain.

Phoenix TV : L'Institut américain de Taiwan a annoncé le 5 août que le Secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, allait effectuer une visite à Taiwan à la tête d'une délégation dans les prochains jours. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine s'oppose fermement à tout contact officiel entre les États-Unis et Taiwan. Cette position est constante et claire. La Chine a fait des représentations solennelles auprès de la partie américaine à Beijing et à Washington.

La question de Taiwan est l'une des questions les plus importantes et les plus sensibles dans les relations sino-américaines, dont le principe d'une seule Chine est le fondement politique. Nous exhortons les États-Unis à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints, à cesser tout contact officiel avec Taiwan sous quelque forme que ce soit, à traiter les questions liées à Taiwan de manière prudente et judicieuse, et à ne pas émettre de signaux erronés aux forces de l'« indépendance de Taiwan », pour éviter de nuire gravement aux relations sino-américaines et à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan. Je tiens à souligner que le principe d'une seule Chine est universellement reconnu par la communauté internationale. Toute tentative d'ignorer, de nier ou de défier ce principe est vouée à l'échec.

Associated Press of Pakistan : Aujourd'hui marque le premier anniversaire de l'achèvement des mesures unilatérales prises par l'Inde pour modifier la démographie du Cachemire occupé, qui a permis à l'Inde de commettre des atrocités massives et continues contre les Cachemiris innocents. En outre, la partie indienne a violé à plusieurs reprises l'accord de cessez-le-feu dans cette région et a fait des remarques négatives contre le Pakistan. Les actions susmentionnées de l'Inde constituent une menace pour la paix et la sécurité régionales et internationales. La Chine a toujours soutenu le règlement de la question du Cachemire par des moyens pacifiques conformément à la Charte des Nations Unies. Quelle est la position de la Chine maintenant ?

Wang Wenbin : La Chine suit de près la situation dans la région du Cachemire. Notre position sur la question du Cachemire est constante et claire. Premièrement, la question du Cachemire est un conflit légué par l'histoire entre le Pakistan et l'Inde. Cela est un fait réel déterminé par la Charte des Nations Unies, les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et les accords bilatéraux entre le Pakistan et l'Inde. Deuxièmement, tout changement unilatéral du statu quo dans la région du Cachemire est illégal et invalide. Troisièmement, la question du Cachemire doit être résolue correctement et pacifiquement par le dialogue et la consultation entre les parties concernées.

Le Pakistan et l'Inde sont des voisins qui ne peuvent pas être déplacés. L'entente harmonieuse entre les deux pays correspond aux intérêts fondamentaux des deux parties, et représente l'aspiration commune de la communauté internationale. La Chine espère sincèrement que les deux parties pourront gérer correctement les différends par le dialogue, améliorer les relations et sauvegarder conjointement la paix, la stabilité et le développement des deux pays et de la région.

Shenzhen TV : Selon les médias japonais, au 3 août, le nombre total de militaires américains stationnés au Japon testés positifs au COVID-19 s'est élevé à 270 dans la seule région d'Okinawa. Selon des commentaires, les troupes américaines au Japon n'ont pas respecté les règlements de quarantaine à l'entrée et sont devenues une grande faille dans le système anti-épidémique du Japon. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons noté les reportages concernés. L'abus américain de la juridiction extraterritoriale a amené le virus dans les pays concernés, ce qui est devenu un grand risque réel pour la prévention et le contrôle de l'épidémie dans le monde entier. Un grand pays doit se comporter d'une manière proportionnelle à son statut. Les États-Unis doivent assumer leur responsabilité particulière en tant que grand pays, renforcer sérieusement la discipline de leurs troupes stationnées à l'étranger et coopérer avec les autorités locales pour lutter contre l'épidémie.

China Daily : Le Secrétaire philippin à la Défense, Delfin Lorenzana, a déclaré ces derniers jours que le Président Rodrigo Duterte avait donné l'ordre que les Philippines ne participent plus aux exercices militaires en Mer de Chine méridionale, pour éviter de faire monter les tensions dans la région. Les Philippines resteront déterminées à résoudre les différends concernés par des moyens pacifiques et légaux et espèrent développer les relations amicales avec la Chine. La Chine et les Philippines ont mené beaucoup d'échanges dans les domaines de la lutte contre l'épidémie, des échanges socioculturels et militaires. Nous avons la certitude que les deux pays reprendront progressivement les échanges dans divers domaines une fois la pandémie surmontée. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Cette déclaration reflète une fois de plus la politique étrangère indépendante des Philippines et le souhait commun des pays de la région à poursuivre la paix et le développement. Cela démontre pleinement que la tentative de certains pays non régionaux de semer le trouble et de créer des tensions en Mer de Chine méridionale va à l'encontre de la volonté des pays de la région et est impopulaire.

À présent, la Chine et les pays de l'ASEAN, y compris les Philippines, se concentrent sur la lutte contre l'épidémie et le rétablissement de la croissance économique. Nous avons besoin de solidarité, de coordination, de paix et de stabilité. Grâce aux efforts conjoints de la Chine et des pays de l'ASEAN, le commerce et l'investissement dans les deux sens ont augmenté au premier semestre de cette année, témoignant d'une forte dynamique de développement. Les deux parties ont ouvert une « voie rapide » pour les échanges interpersonnels et une « voie verte » pour la circulation de marchandises, afin de contribuer à la reprise de la production et au fonctionnement régulier des chaînes industrielles et d'approvisionnement. La Chine a confiance dans le travail avec les pays de la région pour relever le défi de l'épidémie, maintenir la dynamique de développement et sauvegarder le bien-être commun des populations de la région.

NHK : Le Secrétaire d'État américain Pompeo a déclaré que les autorités chinoises avaient lancé des mandats d'arrêt contre six résidents en outre-mer, dont un citoyen américain, et qu'il s'agit de la « juridiction au bras long de l'autoritarisme ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Pompeo a fait maintes et maintes fois des remarques et accusations erronées sans fondement sur les questions liées à Hong Kong et sur la décision légitime de la Chine de maintenir la sécurité nationale conformément à la loi. Ses mensonges à motivations politiques n'ont aucun fondement factuel. Nous avons exprimé notre position solennelle à plusieurs reprises.

L'émission de mandats d'arrêt par la police de Hong Kong contre des suspects fait partie de l'application légitime de la loi et est aussi une pratique courante des services de police de différents pays pour lutter contre la criminalité. Aucune force extérieure n'a le droit de faire des remarques irresponsables à ce sujet.

Nous exhortons Pompeo et d'autres politiciens américains à respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à cesser immédiatement de faire des remarques irresponsables et d'interférer de quelque manière que ce soit dans les affaires intérieures de la Chine, y compris les affaires de Hong Kong.

AFP : La BBC a publié aujourd'hui une vidéo montrant quelqu'un qui semble être un Ouïgour. La vidéo a apparemment été tournée dans un centre d'enseignement et de formation au Xinjiang et cet homme se filmait. Comment y réagissez-vous ?

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit. Puisque vous avez mentionné qu'il s'agissait d'une vidéo diffusée par la BBC, cela me rappelle une autre vidéo de la BBC affirmant que le gouvernement chinois a forcé la stérilisation des femmes ouïgoures. Mais les faits ont montré que la vidéo était totalement fausse et était entièrement un mensonge fabriqué de toutes pièces.

Je tiens à souligner que la Chine est un État de droit qui protège les droits et intérêts légitimes des citoyens en vertu de la loi et qui combat les crimes conformément à la loi. Tous sont égaux devant la loi.

Le Xinjiang connaît un développement économique soutenu, une stabilité sociale harmonieuse, une amélioration continue des conditions de vie de la population, une prospérité culturelle sans précédent et une coexistence harmonieuse des religions. Les questions liées au Xinjiang ne concernent pas du tout les droits de l'homme, l'appartenance ethnique ou la religion, mais la lutte contre le terrorisme et le séparatisme, ainsi que la déradicalisation. Le gouvernement de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang combat les crimes violents et terroristes en s'attaquant à leurs causes profondes et en faisant progresser activement la déradicalisation. Ces mesures se sont avérées efficaces. Depuis les trois dernières années, il n'y a pas eu un seul incident de terrorisme violent au Xinjiang. Ces mesures ont permis de sauvegarder au maximum les droits fondamentaux de la population de toutes les ethnies du Xinjiang, y compris leurs droits à la vie, à la santé et au développement, et ont donc été pleinement soutenues et approuvées par la population de toutes les ethnies du Xinjiang.

En ce qui concerne les centres d'enseignement et de formation professionnels du Xinjiang que vous avez mentionnés, je peux vous dire que les droits et libertés de tous les stagiaires ont été pleinement et véritablement garantis au cours de leur formation.

The Global Times : Selon ABC News, la National Foundation for Australia-China Relations, un organisme créé pour renforcer le développement des relations entre les deux pays, a récemment été en proie à un scandale. Parmi les membres du conseil consultatif nommés par le Ministre australien des Affaires étrangères, deux ont été financés par le Département d'État américain, et un est même membre de la secte anti-chinoise Falungong. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai pris note des reportages concernés. Si la partie australienne espérait que cette institution jouerait un rôle positif dans le renforcement de la confiance mutuelle et l'élargissement des échanges et de la coopération avec la Chine, elle n'aurait pas dû permettre à des éléments anti-chinois d'en faire partie. Un tel arrangement va à l'encontre du but initial et de la mission de la Fondation et envoie un grave message erroné au monde extérieur. Nous espérons que la partie australienne rectifiera immédiatement ses fautes, fera preuve de sincérité et contribuera davantage à la confiance mutuelle et à la coopération entre les deux parties, et ne fera pas le contraire.

Nous avons également remarqué que, récemment, les médias ont révélé à plusieurs reprises que certaines institutions et individus australiens qui ont fait entendre leur voix dans des activités anti-chinoises avaient reçu un financement de l'administration américaine. Nous espérons que l'Australie fera face à ces faits, rejettera la pratique du « deux poids deux mesures » et les préjugés idéologiques quant à la soi-disant « ingérence anti-étrangère » et la « transparence de l'influence étrangère », et s'abstiendra de toute manipulation politique et de pratiques sélectives et discriminatoires.

South China Morning Post : Selon des reportages, le Président pakistanais a montré hier une nouvelle carte qui identifie la partie du Cachemire occupée par le Pakistan comme un territoire contesté. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Je viens d'exposer la position de la Chine sur la question du Cachemire et je ne vais pas la répéter.

AFP : Pompeo a déclaré hier qu'il protégerait tous les militants de Hong Kong qui se trouvent actuellement hors de Chine, y compris les militants poursuivis par les autorités chinoises. La Chine a-t-elle protesté auprès de la partie américaine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Comme je viens de le dire, Pompeo a fait maintes et maintes fois des remarques erronées sur les questions liées à Hong Kong. Nous exhortons Pompeo et ses proches à respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à cesser immédiatement de faire des remarques irresponsables et à cesser de s'ingérer de quelque manière que ce soit dans les affaires intérieures de la Chine, y compris les affaires de Hong Kong.

Suggest To A Friend
  Print