Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 14 septembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020-09-14

Agence de presse Xinhua : Comment la Chine considère-t-elle la visite du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi en Russie ? Quels consensus les deux parties ont-elles dégagés ? Quels signaux cette visite a-t-elle émis dans la situation actuelle ?

Wang Wenbin : Sous la conduite stratégique du Président Xi Jinping et du Président Poutine, les relations sino-russes ont résisté à l'épreuve de la pandémie et des aléas internationaux, et sont devenues plus matures, plus stables, plus dynamiques et plus résilientes. Pendant sa visite en Russie, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a eu des échanges approfondis avec le Ministre des Affaires étrangères Lavrov sur les relations bilatérales et les questions régionales et internationales d'intérêt commun. Les deux parties sont parvenues à un consensus important et ont publié une déclaration commune, éclaircissant la position commune des deux parties sur les défis planétaires et envoyant un signal fort montrant que la Chine et la Russie soutiennent le multilatéralisme, l'autorité du droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales.

La pandémie de COVID-19 a accéléré les changements inédits depuis cent ans dans le monde, et la communauté internationale est confrontée à des épreuves historiques entre le multilatéralisme et l'unilatéralisme, la coopération et la confrontation. La Chine et la Russie se soutiennent fermement dans les affaires internationales, préservant conjointement le rôle central de l'ONU et défendant fermement le multilatéralisme, l'équité et la justice internationales, ce qui est d'une grande importance pour maintenir l'équilibre stratégique international et la stabilité, ainsi que pour rejeter l'unilatéralisme et les pratiques d'intimidation.

La Chine continuera de travailler avec la Russie pour bien maintenir, consolider et faire progresser les relations bilatérales, approfondir sans discontinuer la confiance politique mutuelle et la coordination stratégique, planifier les échanges et la coopération dans différents domaines, et devenir des partisans de la coopération anti-épidémique internationale, des modèles de la coexistence harmonieuse des grands pays, des leaders des technologies de pointe et des défenseurs de l'équité et de la justice internationales.

Agence de presse du Moyen-Orient : Israël et Bahreïn ont convenu, vendredi dernier, d'établir des relations diplomatiques. Un accord similaire a été conclu entre Israël et les Émirats arabes unis il y a un mois. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine a pris note des reportages à ce sujet. Nous sommes heureux de voir la mise en application de mesures qui contribuent à apaiser les tensions au Moyen-Orient et à promouvoir la paix et la stabilité régionales. Nous espérons que les parties concernées pourront faire des efforts concrets pour ramener rapidement la question palestinienne sur la voie du dialogue et de la négociation sur un pied d'égalité.

La position de la Chine sur la question palestinienne est constante et claire. Nous continuerons d'appuyer fermement le peuple palestinien dans ses efforts visant à recouvrer ses droits légitimes et établir un État indépendant. La Chine continuera à jouer un rôle positif et constructif à cette fin.

NHK : Première question, Yoshihide Suga est élu à la tête du Parti libéral démocrate du Japon et s'apprête à devenir le prochain Premier Ministre japonais. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, ByteDance aurait rejeté l'achat par Microsoft et décidé de vendre les activités américaines de TikTok à Oracle. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Troisièmement, les familles de 12 militants « pro-démocratie » de Hong Kong détenus par les autorités chinoises ont déclaré que les demandes de visite présentées par leurs avocats avaient été rejetées. Le Secrétaire d'État américain Pompeo a également exprimé des préoccupations à ce sujet. Le Ministère chinois des Affaires étrangères est-il au courant de cela et quel est son commentaire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Sur votre première question, nous avons noté le résultat de l'élection du Président du Parti libéral démocrate, et nous félicitons M. Yoshihide Suga pour son élection à la tête du Parti libéral démocrate. Nous sommes prêts à travailler avec le nouveau dirigeant japonais pour continuer à respecter scrupuleusement les principes et l'esprit définis dans les quatre documents politiques sino-japonais, approfondir la coopération bilatérale contre la pandémie et pour le développement socio-économique, et améliorer continuellement les relations sino-japonaises.

Concernant votre deuxième question, la Chine a exprimé clairement sa position sur TikTok à plusieurs reprises. La « chasse » contre TikTok aux États-Unis est typiquement une « transaction coercitive gouvernementale ». D'une part, certains politiciens américains prônent la prétendue équité, la réciprocité et la construction d'un « réseau propre ». D'autre part, sans aucune preuve, ils abusent du pouvoir de l'État sous le prétexte de la sécurité nationale pour réprimer et contraindre les entreprises non américaines qui se trouvent en avance dans un domaine particulier. Cela révèle pleinement leur véritable intention de s'emparer du bien d'autrui de force ou par escroquerie et leur intimidation économique. La Chine s'y oppose résolument, et soutiendra fermement les entreprises concernées dans la sauvegarde de leurs droits et intérêts légitimes, dans le respect des règles économiques et commerciales internationales. Nous exhortons l'administration américaine à créer un environnement commercial ouvert, équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises étrangères opérant dans le pays. Nous ne commenterons pas la transaction commerciale spécifique de l'entreprise concernée que vous avez mentionnée.

Sur votre troisième question, le commissariat de Yantian du Bureau de la Sécurité publique de Shenzhen a publié un avis le 13 septembre. Suspectées d'avoir franchi illégalement la frontière, les personnes concernées sont en garde à vue conformément à la loi. Une enquête a été ouverte sur l'affaire et les organes de sécurité publique protègent les droits et intérêts légitimes des suspects en vertu de la loi. Je vous invite à vous renseigner auprès des départements compétents pour plus de détails.

Je voudrais réaffirmer que les affaires de Hong Kong sont des affaires purement intérieures de la Chine qui ne tolèrent aucun commentaire injustifié de la part des forces extérieures. Nous exhortons les États-Unis à respecter fidèlement le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et à cesser de s'ingérer de quelque manière que ce soit dans les affaires intérieures de la Chine, y compris les affaires de Hong Kong.

CCTV : Nous avons noté que, lors de la visite du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi en Russie, la partie russe a réagi de manière positive à l'initiative chinoise sur la sécurité mondiale des données. Pouvez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ? À quel consensus les deux pays sont-ils parvenus sur la protection de la cybersécurité et de la sécurité de l'information ?

Wang Wenbin : La cybersécurité et la sécurité de l'information sont l'un des volets importants de la coopération sino-russe. Lors de sa visite en Russie, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a eu des communications approfondies avec le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et est parvenu à de nombreux consensus importants. La partie russe a évalué l'initiative proposée par la Chine sur la sécurité mondiale des données et a salué les efforts de la Chine pour renforcer la sécurité mondiale des données. Les deux parties appellent à des règles mondiales de sécurité des données qui reflètent la volonté de tous les pays du monde et qui respectent les intérêts de toutes les parties sur la base d'une participation universelle. La Chine et la Russie estiment que l'ONU devrait jouer un rôle crucial dans la lutte contre les menaces internationales sur la sécurité de l'information, et conviennent d'intensifier la coopération dans les cadres multilatéraux régionaux et internationaux, y compris l'ONU, les BRICS, l'OCS, le Forum régional de l'ASEAN, etc. Les deux parties s'opposent à l'oppression par certains pays contre les autres pays sous le prétexte de la sécurité nationale, et à la diffusion de fausses informations. Elles appellent la communauté internationale à créer un environnement ouvert, équitable, juste et non discriminatoire pour le développement et l'utilisation des technologies de l'information, et à créer un cyberespace pacifique, sécurisé, ouvert et coopératif.

Bloomberg : Selon les médias, bon nombre de soldats des troupes frontalières indiennes sont des « Tibétains en exil ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Mes collègues ont déjà répondu à des questions similaires. Je ne connais pas la situation concrète des « Tibétains en exil » dont vous avez parlé. Vous pouvez poser la question à la partie indienne. La position de la Chine est très claire : nous nous opposons fermement à tout pays facilitant par quelque moyen que ce soit les activités séparatistes des forces de l'« indépendance du Tibet ».

Macao Monthly : L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté le 11 septembre, à une écrasante majorité de 169 voix contre 2, une résolution appelant les États membres à renforcer la coopération et la solidarité internationales en réponse au COVID-19. Les États-Unis et un autre pays ont été les seuls pays à avoir voté contre la résolution. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Le 11 septembre, la 74e session de l'Assemblée générale des Nations Unies a voté et adopté une résolution d'ensemble sur la situation épidémique avec une majorité de 169 voix. Reconnaissant que la coopération internationale, le multilatéralisme et la solidarité sont le seul moyen permettant au monde de faire face efficacement au COVID-19 et à d'autres crises mondiales, la résolution exhorte les États membres à promouvoir l'inclusivité et la solidarité, à rejeter les propos de racisme, de xénophobie et de haine, la violence et la discrimination, et à s'abstenir de promulguer et d'appliquer des mesures économiques, financières ou commerciales unilatérales non conformes au droit international et à la Charte des Nations Unies. Elle appelle les États membres à travailler pour que tous les pays puissent avoir accès en temps utile aux diagnostics, aux thérapies, aux médicaments et à des vaccins de qualité, sûrs, efficaces et abordables.

L'adoption de la résolution à une majorité écrasante reflète une fois de plus la position de la plus grande partie des membres de l'ONU, et le large consensus de la communauté internationale, à savoir que seules la solidarité et la coopération permettent de vaincre le virus, ennemi commun de l'humanité. Le résultat du vote indique qu'une cause juste bénéficie d'un large soutien, tandis qu'une cause injuste en trouve peu. Les États-Unis se sont retirés de traités et d'organisations internationaux pour un oui ou pour un non, rejettent les responsabilités sur d'autres pays sous prétexte de la pandémie et sabotent délibérément la solidarité et la coopération internationales contre le virus, ce qui est totalement impopulaire, car de tels comportements vont à l'encontre de la volonté de la communauté internationale.

Nous espérons que les États-Unis regarderont en face l'appel juste de la communauté internationale, rectifieront leur pratique erronée et égoïste consistant à fabriquer des mensonges et à rejeter les responsabilités sur autrui, et mettront fin aux sanctions unilatérales en violation du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales, pour être partisans de la solidarité et de la coopération internationales contre le COVID-19, et non une pierre d'achoppement.

Reuters : Selon certains reportages, l'actuel ambassadeur américain en Chine Terry Branstad va quitter son poste. Avez-vous plus d'informations à donner à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons pris note du tweet de la partie américaine, mais nous n'avons pas encore reçu de notification concernant la fin du mandat de l'ambassadeur Branstad.

CRI : Les premières négociations intra-afghanes ont commencé le 12 septembre à Doha, capitale du Qatar. Qu'attend la Chine des perspectives de ces négociations ? Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré dans un message vidéo que la Chine continuerait de soutenir, d'offrir de bons offices et de faciliter le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan. La partie chinoise a-t-elle une considération ou un plan spécifique à cette fin ?

Wang Wenbin : La Chine exprime ses félicitations pour l'ouverture des négociations intra-afghanes. Comme le dit un poème chinois : « La fraternité résiste aux plus dures épreuves, et le sourire efface toutes les vieilles rancunes ». Les deux parties aux négociations intra-afghanes sont frères. Après toutes ces années de vicissitudes,ils se sont finalement mis devant la table des négociations et ont ouvert un nouveau chapitre dans le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan. L'histoire a prouvé à maintes reprises que la paix en Afghanistan ne peut être obtenue par des moyens militaires et qu'un règlement politique est la seule bonne voie à suivre. Nous espérons que les deux parties, en prenant sérieusement en considération les intérêts de leur pays et de leur nation, travailleront ensemble pour parvenir à des résultats et à la paix à travers ces négociations, bâtiront une architecture politique inclusive pour l'avenir qui sera largement acceptée et à laquelle toutes les parties en Afghanistan participeront, combattront résolument le terrorisme, appliqueront une politique étrangère de paix et d'amitié et aideront l'Afghanistan à s'engager véritablement sur la voie du développement pacifique.

La Chine est un voisin traditionnel et un ami sincère de l'Afghanistan. Comme l'a déclaré le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi dans son discours prononcé lors de la cérémonie d'ouverture des négociations intra-afghanes, la Chine espère sincèrement que les deux parties aux pourparlers de paix afghans trouveront un terrain d'entente tout en mettant de côté les divergences, et transformeront leurs épées en socs à charrue pour trouver rapidement une solution politique efficace à la question afghane. La Chine respecte toujours le choix indépendant du peuple afghan, appuie fermement le processus de paix et de réconciliation « dirigé par les Afghans et pour les Afghans » et continuera de soutenir, d'offrir de bons offices et de faciliter le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan.

AFP : Pouvez-vous donner plus de détails sur les contre-mesures annoncées par la Chine la semaine dernière vis-à-vis des diplomates américains en Chine ? Pouvez-vous confirmer que ByteDance ne vendra pas ses activités américaines à Microsoft ou à Oracle ?

Wang Wenbin : Sur les restrictions américaines à l'encontre de l'ambassade et des consulats chinois aux États-Unis et de leurs personnels que vous avez mentionnées, comme la partie chinoise l'a souligné récemment, depuis octobre 2019, le Département d'État américain a imposé à plusieurs reprises des mesures restrictives sur l'exercice normal de leurs fonctions aux États-Unis. Les agissements américains ont gravement violé le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et perturbé les relations sino-américaines et les échanges normaux entre les deux parties.

Pour exhorter les États-Unis à annuler leurs décisions erronées dans les meilleurs délais, la partie chinoise a récemment adressé une note diplomatique annonçant des restrictions réciproques sur les activités de l'ambassade et des consulats américains en Chine, y compris le consulat général américain à Hong Kong, ainsi que de leurs personnels. Les mesures concernées s'appliquent aux diplomates de haut niveau et à tous les autres personnels de l'ambassade et des consulats américains en Chine, y compris du consulat général des États-Unis à Hong Kong.

Il est à souligner que ces mesures sont la réponse légitime et nécessaire de la Chine aux comportements erronés des États-Unis. La Chine continuera à soutenir les échanges et la coopération normaux entre les deux pays dans les différents domaines. L'ambassade et les consulats chinois aux États-Unis maintiendront une interaction normale avec tous les milieux américains. Une fois de plus, nous exhortons la partie américaine à corriger immédiatement ses erreurs et à lever les restrictions déraisonnables imposées à l'ambassade et aux consulats chinois et à leurs personnels. La Chine réagira de façon réciproque aux actions américaines.

Quant à TikTok, j'ai déjà donné ma réponse tout à l'heure.

Phoenix TV : Pouvez-vous nous donner des détails sur le programme du Dialogue spécial par liaison vidéo des entrepreneurs mondiaux du Forum économique mondial qui aura lieu demain ? Qui sont les représentants du monde des affaires ? Qu'attend la Chine du Dialogue et quel message va-t-elle faire passer aux entrepreneurs de différents pays ?

Wang Wenbin : Le Forum économique mondial tiendra le 15 septembre un Dialogue spécial par liaison vidéo, où le Premier Ministre Li Keqiang est invité à avoir des discussions avec des centaines d'entrepreneurs mondiaux, et le président exécutif du Forum économique mondial Klaus Schwab présidera le Dialogue.

À présent, la pandémie de COVID-19 se propage toujours dans le monde, l'économie mondiale est plongée dans une profonde récession et la mondialisation économique fait face à des courants contraires. La communauté internationale, en particulier les entreprises multinationales, suit de près les perspectives économiques et la politique de la Chine, dans l'espoir de partager davantage d'opportunités offertes par le développement de la Chine.

Le Premier Ministre Li Keqiang prononcera un discours important lors du Dialogue, pour exposer ses vues sur la situation internationale, présenter les mesures de la Chine pour coordonner les efforts et les résultats de la lutte anti-épidémique et du développement socio-économique, interpréter les politiques de développement économique de la Chine et échanger sur les questions intéressant le monde des affaires.

Nous avons la conviction que le Dialogue aidera la communauté internationale à avoir une connaissance plus complète et plus précise de la situation et des politiques économiques de la Chine, à approfondir la coopération entre la Chine et le reste de la communauté internationale, en particulier le milieu des affaires du monde, et à aider toutes les parties à travailler ensemble pour bâtir une économie mondiale ouverte, relever conjointement les crises et les défis et envoyer au monde un message de confiance et d'énergie positive.

En ce qui concerne les dispositions spécifiques que vous avez mentionnées, je pense que les départements compétents publieront les informations en temps utile.

Bloomberg : Selon des médias taiwanais, le Sous-Secrétaire d'État américain Keith Krach effectuerait probablement une visite à Taiwan à la tête d'une délégation à la dernière décade de septembre. Quel est le commentaire de votre Ministère à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine s'oppose fermement aux contacts officiels entre les États-Unis et Taiwan. Cette position est constante et claire. Je tiens à souligner une fois de plus que la question de Taiwan est liée à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine et touche aux intérêts fondamentaux de la Chine. C'est la question la plus importante et la plus sensible dans les relations sino-américaines. Le principe d'une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines. Nous exhortons la partie américaine à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, et à mettre fin à tout contact officiel entre les États-Unis et Taiwan sous quelque forme que ce soit, afin d'éviter d'endommager gravement les relations sino-américaines et la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan.

The Paper : Le Département d'État américain a twitté le 13 septembre que la partie américaine avait publié une nouvelle page web concernant les exactions du Parti communiste chinois perpétrées contre les Ouïgours et les habitants d'autres ethnies minoritaires au Xinjiang. Le même jour, la porte-parole du Département d'État américain Ortagus a twitté que le « Parti communiste chinois continue de violer les droits de l'homme au Xinjiang » et que les États-Unis prendront des mesures à ce sujet. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La page web du Département d'État américain sur le Xinjiang est pleine de mensonges et de rumeurs. Pendant les quatre dernières décennies, la population ouïgoure du Xinjiang est passée de 5,55 millions de personnes à plus de 12 millions, soit une augmentation de plus de 100%. Il y a environ 24 000 mosquées au Xinjiang, soit plus de 10 fois plus qu'aux États-Unis ; il y a une mosquée pour 530 musulmans en moyenne au Xinjiang, soit un nombre plus élevé que dans de nombreux pays musulmans. Les droits et les intérêts des travailleurs issus des ethnies minoritaires du Xinjiang, qui font partie de l'importante main-d'œuvre chinoise, sont protégés par la législation chinoise sur le travail et les contrats de travail. Le Département d'Etat américain, faisant la sourde oreille devant ces faits, stigmatise la situation des droits de l'homme au Xinjiang et affiche des étiquettes de « stérilisation forcée », de « répression de la liberté religieuse » et de « travail forcé », qui ne sont que rumeurs et calomnies.

La page web réalisée par le Département d'État américain sur le Xinjiang cache la vérité des faits. Pendant les 60 dernières années, l'économie du Xinjiang a été multipliée par plus de 200, permettant à plus de 3 millions de personnes de sortir de la pauvreté, et l'espérance de vie des habitants est passée de 30 à 72 ans. Les mesures de lutte anti-terroriste et de déradicalisation prises par les gouvernements locaux du Xinjiang ces dernières années ont donné des résultats remarquables, et la région n'a pas connu une seule attaque terroriste depuis les quatre dernières années. En 2019, le Xinjiang a accueilli plus de 200 millions de voyageurs chinois et étrangers. Depuis la fin de 2018, quelque 70 délégations et groupes comprenant un millier d'étrangers venant de plus de 90 pays se sont rendus dans le Xinjiang pour voir de leurs propres yeux la stabilité et la prospérité dont jouit le Xinjiang. Lors de la session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU tenue en juillet 2020, 46 pays ont affirmé, dans une intervention commune, les réalisations du Xinjiang en matière de lutte anti-terroriste et de déradicalisation, et ont soutenu la politique du gouvernement chinois à l'égard du Xinjiang. Le Département d'État américain, fermant les yeux devant les faits et la vérité, fait tout son possible pour ternir l'image du Xinjiang. Cela révèle que les États-Unis ne se soucient pas vraiment de la situation des droits de l'homme au Xinjiang, mais sabotent la prospérité et la stabilité du Xinjiang et empêchent le développement de la Chine sous le prétexte des droits de l'homme.

Les États-Unis dénigrent également la politique chinoise au Xinjiang en la qualifiant d'« actes terroristes », alors que ce sont précisément les États-Unis eux-mêmes qui soutiennent les terroristes. Ces derniers temps, les envoyés diplomatiques américains ont rencontré des militants des forces du « Turkestan oriental » et soutiennent de manière flagrante les forces terroristes et séparatistes, ce qui révèle clairement leur pratique du « deux poids deux mesures » en matière de lutte contre le terrorisme.

Les questions liées au Xinjiang sont des affaires purement intérieures de la Chine, qui ne permettent aucune ingérence étrangère. La Chine exhorte à nouveau les États-Unis à arrêter leurs manipulations politiques et leur ingérence dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de questions liées au Xinjiang. Aucune tentative visant à saper la prospérité et la stabilité du Xinjiang et à entraver la croissance de la Chine ne réussira jamais.

Suggest To A Friend
  Print