Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 9 juin 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2021-06-09

CCTV : Nous avons remarqué que la partie chinoise avait publié la Déclaration des coprésidents de la Réunion spéciale des Ministres des Affaires étrangères pour célébrer le 30e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue entre la Chine et l'ASEAN. La Chine pourrait-elle présenter les informations concernées ? Comment évalue-t-elle cette Réunion spéciale des Ministres des Affaires étrangères ?

Wang Wenbin : La Réunion spéciale des Ministres des Affaires étrangères pour célébrer le 30e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue entre la Chine et l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) s'est tenue le 7 juin 2021 à Chongqing, en Chine. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, les Ministres des Affaires étrangères des pays de l'ASEAN et le Secrétaire général de l'ASEAN ont eu des échanges amples et approfondis et sont parvenus à un consensus important sur l'approfondissement de la confiance politique mutuelle entre la Chine et l'ASEAN dans les circonstances actuelles, la promotion de la coopération dans la lutte contre la COVID-19, la stimulation de la reprise économique, l'amélioration de la qualité et la montée en gamme des relations entre les deux parties, entre autres.

Les deux parties ont publié la Déclaration des coprésidents de la Réunion spéciale des Ministres des Affaires étrangères pour célébrer le 30e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue entre la Chine et l'ASEAN à l'issue de la réunion. La déclaration riche en contenu a réitéré les principes et positions tels que l'engagement de porter les relations Chine-ASEAN à un niveau supérieur, l'adhésion au multilatéralisme, et le soutien au statut central de l'ASEAN dans la structure régionale. Elle contient également des plans de coopération dans divers domaines tels que la lutte contre la pandémie, la reprise économique et le développement durable. Vous pouvez vous référer aux informations concernées disponibles, dont le texte intégral de la Déclaration. Je voudrais partager encore des points de vue avec vous :

Premièrement, cette Réunion s'est tenue en temps opportun et revêt une signification importante et particulière. Au cours des 30 dernières années, les relations de dialogue Chine-ASEAN ont connu un développement à grande enjambée et obtenu des résultats historiques, devenant un pilier important pour la paix, la stabilité, le développement et la prospérité de la région. Dans le contexte actuel marqué par la pandémie grave et la situation internationale complexe et changeante, les deux parties ont tenu cette Réunion spéciale des Ministres des Affaires étrangères pour réitérer leur engagement dans l'approfondissement continu des relations entre les deux parties et dans la réponse conjointe aux défis, discuter et planifier la coopération spécifique dans la prochaine étape, ce qui a permis d'envoyer le signal positif que la Chine et l'ASEAN renforcent la solidarité et la coopération et préservent conjointement la paix, la stabilité, le développement et la prospérité régionaux, et de raffermir la détermination et la confiance des pays de la région pour surmonter ensemble les difficultés et rechercher un développement commun.

Deuxièmement, les résultats ont été durement acquis, et les expériences sont précieuses. Cette Réunion a fait le bilan des expériences et des résultats du développement des relations entre les deux parties. Au cours des trois dernières décennies, la Chine et l'ASEAN ont mené une coopération fructueuse dans les domaines de la sécurité politique, de l'économie et du commerce, et des échanges sociaux, humains et culturels, forgeant le partenariat commercial le plus important, le partenariat de coopération le plus significatif, et le partenariat stratégique le plus dynamique. Cela est dû au fait que la Chine et l'ASEAN placent toujours l'autre partie dans la position prioritaire de leurs relations extérieures, qu'elles mettent toujours le peuple au centre des préoccupations et se focalisent sur la coopération pragmatique, qu'elles s'attachent toujours à l'esprit du partenariat et relèvent ensemble les défis majeurs, qu'elles s'engagent toujours dans l'ouverture et le développement pour réaliser les bénéfices mutuels et le gagnant-gagnant, et qu'elles respectent toujours l'intérêt général et traitent adéquatement les divergences. Au moment clé du 30e anniversaire reliant les réalisations du passé aux perspectives d'avenir, nous tirerons l'expérience précieuse dans l'histoire et injecterons une dynamique durable pour un meilleur développement de nos relations bilatérales.

Troisièmement, l'amélioration de la qualité et la montée en gamme des relations Chine-ASEAN bénéficient de perspectives prometteuses. La partie chinoise a souligné lors de la Réunion qu'elle accélérait la création d'une nouvelle dynamique de développement, ce qui fournirait un plus grand marché, plus d'opportunités et un plus fort élan aux pays du monde entier, dont les pays de l'ASEAN. La Chine a avancé une proposition en six points pour réaliser, maintenir et développer conjointement une voie de coopération régionale avec les caractéristiques de l'Asie de l'Est, construire un partenariat stratégique Chine-ASEAN d'un niveau plus élevé et bâtir une communauté d'avenir partagé encore plus étroite dans les 30 prochaines années, à savoir l'approfondissement de la coopération en matière de lutte contre la COVID-19, la promotion de la reprise économique, l'amélioration du niveau des relations, la conclusion du « Code de conduite en Mer de Chine méridionale (COC) » dans les meilleurs délais, la poursuite du multilatéralisme et la promotion conjointe des valeurs asiatiques. Cela a été bien accueilli par les pays de l'ASEAN. Nous sommes convaincus que grâce aux efforts conjoints des deux parties, les relations Chine-ASEAN progresseront constamment et inaugureront les 30 années prochaines encore merveilleuses.

Reuters : Les Ministres des Affaires étrangères et les Ministres de la Défense du Japon et d'Australie ont publié un communiqué conjoint à l'issue de leurs consultations sous format « 2+2 ». Ils y ont exprimé leur opposition aux revendications et aux activités maritimes de la Chine et leurs préoccupations concernant les « violations » des droits de l'homme à l'encontre des Ouïgours du Xinjiang et l'« affaiblissement » des institutions démocratiques de Hong Kong. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Notre position sur les questions concernées est constante et claire. La Chine a la souveraineté sur les îles en Mer de Chine méridionale et les eaux adjacentes ainsi que sur l'île Diaoyu et ses îlots affiliés. Les questions liées au Xinjiang et à Hong Kong relèvent des affaires intérieures de la Chine, et aucun pays étranger n'est autorisé à s'y immiscer. Le Japon et l'Australie créent la soi-disant « menace chinoise », calomnient et attaquent de façon malintentionnée la Chine et s'ingèrent de manière déraisonnable dans les affaires intérieures de la Chine. La partie chinoise s'y oppose résolument. Notre détermination et notre volonté de défendre la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays sont inébranlables. Nous exhortons le Japon et l'Australie à rester fidèles au droit international et aux normes fondamentales régissant les relations internationales, tels que le respect de la souveraineté nationale des autres pays et la non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui, à arrêter d'interférer dans les affaires intérieures de la Chine et à s'abstenir de porter atteinte à l'intérêt général de la paix et de la stabilité régionales.

Agence de presse Xinhua : Hier, la sixième réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Coopération Lancang-Mékong (LMC) s'est tenue à Chongqing. Pourriez-vous présenter les informations concernées ? Comment la Chine évalue-t-elle la LMC ?

Wang Wenbin : Le 8 juin, la sixième réunion des Ministres des Affaires étrangères de la LMC s'est tenue à Chongqing. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Ministre des Affaires étrangères du Myanmar Wunna Maung Lwin ont co-présidé la réunion, à laquelle ont participé le Ministre laotien des Affaires étrangères Saleumxay Kommasith, le Vice-Premier Ministre cambodgien et Ministre des Affaires étrangères Prak Sokhonn, le Vice-Premier Ministre thaïlandais et Ministre des Affaires étrangères Don Pramudwinai, et le Ministre vietnamien des Affaires étrangères Bui Thanh Son. Les communiqués de presse concernés ont été publiés.

La LMC est un nouveau type de plateforme de coopération au niveau sous-régional initiée par les six pays riverains avec d'amples consultations, des contributions conjointes et des bénéfices partagés. Elle applique le principe de coopération marqué par le bon voisinage et l'amitié, poursuit l'objectif de coopération donnant la priorité au développement, pratique le concept de coopération caractérisé par les bénéfices mutuels et le gagnant-gagnant, et reste fidèle à l'engagement initial de la coopération basé sur le bien-être du peuple. En seulement cinq ans, la LMC s'est développée rapidement et est devenue l'un des mécanismes de coopération émergents les plus dynamiques au niveau sous-régional. Elle présente les caractéristiques suivantes :

Premièrement, les résultats sont fructueux. Sur fond de propagation de la pandémie, les six pays du Lancang-Mékong ont sérieusement mis en œuvre les consensus atteints lors de la 3e réunion des dirigeants et de la 5e réunion des Ministres des Affaires étrangères, mis en pratique avec diligence le Plan d'action quinquennal de la LMC, mené énergiquement la coopération antiépidémique, favorisé ensemble la reprise économique et approfondi continuellement les échanges humains et culturels. La LMC a ainsi maintenu un élan de développement de haut niveau, obtenu des résultats encourageants dans divers domaines et joué un rôle important dans la promotion du développement économique, de l'amélioration du bien-être du peuple, de la protection de l'environnement, de la multiplication des échanges humains et culturels et de la coopération sur les ressources en eau des pays concernés ainsi que la promotion de l'intégration économique régionale.

Deuxièmement, le mécanisme est substantiel. Les six pays du Lancang-Mékong ont établi le mode de la LMC « axé sur le développement, orienté vers l'efficacité et basé sur les projets », démontré la grande efficacité de la LMC avec des progrès réalisés chaque jour et des avancées obtenues chaque année, favorisé une culture de la LMC marquée par le traitement égal, l'entraide sincère et l'entente comme une famille, et créé une structure de développement coordonnée et interconnectée. Le Fonds spécial pour la LMC a soutenu plus de 500 projets profitant directement au bien-être social dans des domaines tels que l'éducation, la santé, la femme et la réduction de la pauvreté. Plus de 40 grands projets d'infrastructures et de coopération en matière de capacité de production, tels que la connectivité, les aéroports, les centrales électriques et les parcs industriels, ont bénéficié du prêt de la Chine. En 2020, le volume des échanges commerciaux de la Chine avec les cinq pays du Mékong a augmenté à contre-courant de la tendance pour atteindre 322,9 milliards de dollars américains, et le volume des échanges agricoles a atteint 24 milliards de dollars américains, tous deux enregistrant une croissance d'environ 12% en glissement annuel.

Troisièmement, l'élan est fort. La réunion a adopté des documents de consensus tels que la Déclaration conjointe sur le renforcement de la coopération entre les pays du Lancang-Mékong pour le développement durable, l'Initiative sur l'approfondissement de la coopération entre les collectivités locales des pays du Lancang-Mékong et la Déclaration conjointe sur l'approfondissement de la coopération sur la médecine traditionnelle dans le cadre de la Coopération Lancang-Mékong. La partie chinoise a également distribué des listes telles que la Liste des lettres d'intention de coopération des provinces, régions et villes chinoises avec les gouvernements des collectivités locales des pays riverains du Mékong et les Mesures préliminaires proposées par la Chine pour le renforcement de la synergie entre la Ceinture de développement économique Lancang-Mékong et le nouveau Corridor commercial international terre-mer. Les six pays sont convenus de poursuivre l'approfondissement de la coopération dans la lutte contre la COVID-19, la promotion conjointe de la reprise post-COVID-19, l'élargissement de la coopération pragmatique sur les ressources en eau et entre les collectivités locales, la promotion de la compréhension mutuelle entre les peuples, et le maintien conjoint de l'élan fort de la LMC de sorte à réaliser les bénéfices mutuels et la prospérité commune.

En envisageant l'avenir, la Chine est prête à travailler avec les cinq autres pays pour adhérer toujours à l'esprit Lancang-Mékong dit « Fleuve partagé, avenir partagé », approfondir davantage le bon voisinage, l'amitié et la coopération pragmatique, construire activement la Ceinture de développement économique Lancang-Mékong, continuer à bâtir une communauté d'avenir partagé pour les pays du Lancang-Mékong, et inaugurer une nouvelle période de « cinq ans d'or » de la LMC.

CCTV : Hier, la deuxième Exposition Chine-PECO (Pays d'Europe centrale et orientale) s'est ouverte à Ningbo. Pourriez-vous nous présenter la situation concernée et les récents progrès de la coopération Chine-PECO ?

Wang Wenbin : Hier, la deuxième Exposition Chine-PECO s'est ouverte à Ningbo du Zhejiang. Le Président Xi Jinping a envoyé une lettre de félicitations à cette exposition, soulignant que la tenue de l'exposition permettrait au marché chinois de mieux connaître les produits des PECO, élargirait les exportations des PECO vers la Chine et aiderait toutes les parties à relever les défis posés par la pandémie de COVID-19 et à promouvoir la reprise économique. Il a exprimé le souhait de voir toutes les parties profiter de cette occasion pour exploiter le potentiel de coopération et élargir les champs de coopération. Le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Hu Chunhua a participé à la cérémonie d'ouverture et y a donné une allocution.

Cette exposition constitue le premier événement international centré sur les PECO organisé par la Chine après le Sommet des dirigeants Chine-PECO. C'est également une action concrète pour promouvoir le développement de haute qualité de la coopération économique et commerciale bilatérale Chine-PECO. Placée sous le thème « construire une nouvelle dynamique de développement, partager les nouvelles opportunités », l'exposition a mis en place trois zones d'exposition : l'exposition sur l'Europe centrale et orientale, l'exposition internationale sur les produits de consommation et l'exposition permanente sur les produits importés. Avec plus de 3 000 stands, l'exposition a attiré la participation de plus de 2 000 entreprises d'Europe centrale et orientale et de 7 500 entreprises importatrices. Au cours de l'exposition, des événements auront lieu dans de multiples secteurs comme l'économie, le commerce, la douane, la science, les technologies, la santé, les associations de commerce et la coopération entre les collectivités locales, par exemple le cinquième Dialogue Chine-PECO sur la coopération en matière d'inspection douanière et de quarantaine, la sixième Réunion de la Chambre de Commerce conjointe Chine-PECO et le Forum des maires Chine-PECO.

Récemment, la coopération Chine-PECO a enregistré de nombreux temps forts et donné des résultats abondants. En matière de coopération économique et commerciale, le commerce entre la Chine et les PECO a fait preuve d'une dynamique de forte croissance malgré la pandémie de COVID-19, avec un volume du commerce qui a dépassé 100 milliards de dollars américains pour la première fois, soit une augmentation de 8,4% par rapport à 2019. Au cours des quatre premiers mois de cette année, le volume du commerce entre les deux parties a atteint 40,71 milliards de dollars américains, soit une augmentation de 47,9% par rapport à la même période de l'année dernière. À ce jour, la Chine a signé 95 documents de coopération douanière en matière d'inspection et de quarantaine avec les PECO, impliquant 15 pays, et a approuvé l'importation de 132 variétés d'aliments et de dizaines de produits agricoles en provenance de 14 pays vers la Chine. Au cours des neuf dernières années, le volume des importations en Chine de produits agricoles en provenance des PECO a augmenté à un taux annuel moyen de 9,7%. Cette année marque également l'Année Chine-PECO du développement vert et de la protection de l'environnement. La semaine dernière, j'ai présenté les progrès de la coopération forestière Chine-PECO. Les deux parties renforceront davantage la coopération et la coordination forestières pour promouvoir le développement de la bioéconomie forestière et contribuer à atténuer le changement climatique et à réaliser les objectifs mondiaux pour les forêts fixés dans le Plan stratégique des Nations Unies sur les forêts (2017-2030) et les objectifs du développement durable des Nations Unies.

Neuf ans après sa création, le mécanisme de coopération Chine-PECO a donné des résultats importants dans divers domaines et apporté des avantages tangibles aux populations des deux parties. La Chine est prête à travailler avec les PECO pour mettre en œuvre à pas assurés le consensus atteint lors du Sommet des dirigeants Chine-PECO, et promouvoir la coopération entre les deux parties en vue d'obtenir plus de résultats de coopération mutuellement bénéfique et de mieux profiter aux peuples des deux parties.

Reuters : Le Sénat américain a adopté un projet de loi visant à renforcer la capacité des États-Unis à rivaliser de technologies avec la Chine. Le projet de loi autorise l'affectation de 190 milliards de dollars américains au renforcement de la capacité technologique américaine et allouera 54 milliards de dollars américains pour augmenter la production américaine de semi-conducteurs et d'équipements de télécommunication. Le projet de loi prohibe également le téléchargement de l'application TikTok sur les appareils gouvernementaux et il interdit à l'administration américaine d'acheter des drones chinois. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : Le contenu lié à la Chine du projet de loi qui vient d'être adopté par le Sénat américain déforme les faits, dénigre la voie de développement et les politiques intérieures et étrangères de la Chine, fait du tapage autour de la « menace chinoise », prône la concurrence stratégique avec la Chine et s'ingère gravement dans les affaires intérieures de la Chine sur les questions relatives à Taiwan, à Hong Kong, au Xinjiang et au Tibet. Empreint de mentalité de la guerre froide et du « jeu à somme nulle », il va à l'encontre de l'aspiration à davantage d'échanges et de coopération partagée par les personnes de tous les horizons dans les deux pays. La Chine s'y oppose fermement.

La façon dont les États-Unis se développent et renforcent leur « compétitivité » ne regarde qu'eux, mais nous sommes fermement opposés à ce qu'ils créent des histoires autour de la Chine et considèrent la Chine comme un « ennemi imaginaire ». Les États-Unis sont la plus grande menace pour eux-mêmes et ce qui est le plus important pour eux, c'est de bien régler leurs propres problèmes.

La Chine adhère toujours à la voie du développement pacifique. L'objectif de notre développement est de nous améliorer constamment et de permettre au peuple chinois de vivre une vie plus heureuse et meilleure. Personne ne peut priver le peuple chinois de son droit légitime au développement.

La Chine s'engage à développer avec les États-Unis une relation marquée par le non-conflit, la non-confrontation, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant, tout en continuant à défendre résolument notre souveraineté, notre sécurité et nos intérêts en matière de développement. Nous exhortons les États-Unis à rectifier leur mentalité, à considérer le développement de la Chine et les relations sino-américaines de manière rationnelle, à arrêter de faire avancer le projet de loi en question et à cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine afin d'éviter de nuire à l'intérêt général des relations sino-américaines et à la coopération bilatérale dans les domaines importants.

China News Service : Récemment, la Chambre de commerce de l'Union européenne (UE) en Chine a publié le rapport Business Confidence Survey 2021, qui a montré que 60% des entreprises interrogées prévoyaient d'étendre leurs activités en Chine en 2021, soit une augmentation de près de 10 points de pourcentage par rapport à l'année dernière. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai pris note du rapport concerné. Le rapport a indiqué que « la résilience du marché chinois offre aux entreprises européennes un abri bien nécessaire contre la pandémie de COVID-19 ». 73% des entreprises interrogées déclarent avoir fait des bénéfices l'année dernière, 14% des entreprises interrogées disent avoir atteint le seuil de rentabilité, et environ 68% des entreprises interrogées sont optimistes quant aux perspectives commerciales de leur industrie au cours des deux prochaines années. Le rapport a également souligné qu'un quart des entreprises avaient déclaré qu'elles renforçaient ou renforceraient leurs chaînes d'approvisionnement en Chine, et environ la moitié des entreprises interrogées avaient déclaré que leurs marges bénéficiaires en Chine étaient supérieures à la moyenne mondiale, un pourcentage beaucoup plus élevé que les données de l'année dernière. Alors que la COVID-19 continue de se propager et que l'économie mondiale est dans une grave récession, les données du rapport reflètent pleinement la forte résilience, la vitalité abondante et les perspectives prometteuses de la coopération économique et commerciale sino-européenne.

Depuis quelque temps, plusieurs organisations internationales compétentes ont publié des rapports, qui estiment que la Chine coordonne bien la promotion de la prévention et du contrôle de l'épidémie et le développement économique et social, et rappellent qu'elle est la première à réaliser une croissance économique positive parmi les principales économies du monde, offrant une forte garantie pour les entreprises du monde entier qui font des affaires en Chine. Hier, le dernier rapport publié par la Banque mondiale a relevé ses prévisions de croissance pour la Chine en 2021 à 8,5%, ce qui prouve une fois de plus la reconnaissance par la communauté internationale des résultats antiépidémiques de la Chine et la confiance dans ses perspectives de développement économique.

J'ai également remarqué que le rapport mentionnait certaines préoccupations des entreprises européennes en Chine. Ce que je veux souligner, c'est que la Chine est actuellement en train de construire activement une nouvelle dynamique de développement. La Chine promeut la construction d'un nouveau système économique ouvert à un niveau plus élevé et la création d'un climat d'affaires conforme aux principes du marché, à la législation et aux normes internationales. Cela offrira des opportunités de développement plus larges aux entreprises de tous les pays, y compris les pays européens, et créera de nouveaux espaces pour la coopération économique et commerciale sino-européenne. La Chine continuera d'offrir un meilleur climat d'affaires aux entreprises de tous les pays, y compris les pays de l'UE, et espère que les parties concernées, y compris l'UE, pourront également fournir un climat d'affaires ouvert, transparent et non discriminatoire aux entreprises chinoises dans leurs investissements et opération à l'étranger.

Bloomberg : Les États-Unis et l'UE soutiendront la relance des enquêtes sur l'origine du nouveau coronavirus. Le G7 envisage de discuter de la proposition avancée par la partie américaine sur l'enquête du traçage. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères ?

Wang Wenbin : Le traçage du virus relève de la science. La politisation du traçage ou la machination du traçage pour rejeter les responsabilités sur autrui ne feront que perturber et saper les recherches en la matière et nuire à la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie. Depuis le début de la COVID-19, nous avons vu des politiciens et des médias américains étiqueter le virus, recourir à la stigmatisation, diffuser une hypothèse de « fuite de laboratoire » sans le moindre fondement, attaquer et diffamer de manière injustifiée le rapport du groupe d'experts conjoint Chine-OMS sur la recherche de l'origine de la COVID-19, et engager de prétendues « enquêtes » par les services de renseignements. Ces actes de politisation s'éloignent davantage de l'objectif du traçage. Ils ont gravement affecté la lutte américaine contre la pandémie, infligé de lourds tributs au peuple américain, et ont un impact négatif croissant sur la coopération mondiale dans la lutte contre le virus.

Nous exhortons les États-Unis à cesser immédiatement leurs manipulations politiques, à assumer leurs responsabilités, à ramener le traçage au niveau scientifique et à donner une explication responsable sur la vérité de Fort Detrick et de leurs plus de 200 laboratoires biologiques dans le monde entier. Nous espérons également que les parties concernées rejetteront toute initiative visant à politiser le traçage et contribueront, par des actions concrètes, à la réponse mondiale contre la COVID-19.

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, le 8 juin, le Séminaire de Chine sur la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable s'est tenu à Qingdao. Pourriez-vous fournir plus de détails concernés ?

Wang Wenbin : Le Séminaire de Chine sur la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable fait non seulement partie de la série d'événements commémorant le 50e anniversaire du rétablissement de la République populaire de Chine dans son siège légitime à l'ONU, mais aussi des événements de la Journée mondiale des océans et la Journée nationale de Chine de sensibilisation aux océans.

Le séminaire est co-organisé par le Ministère chinois des Ressources naturelles et la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine. Sous le thème de « La protection de la biodiversité marine et la coexistence harmonieuse entre l'homme et la nature », le séminaire a vu les différentes parties procéder à des échanges et discussions sur les objectifs d'actions et la mise en œuvre de la « Décennie pour les océans » ainsi que sur la gouvernance maritime mondiale.

La Chine, très attachée au développement des océans et aux concepts comme la « communauté d'avenir partagé maritime » et le « recours à la science et aux technologies pour faire prospérer les océans », a répondu activement à l'Initiative de la « Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable », et participé profondément à la coopération maritime dans le cadre de l'ONU, apportant une contribution agissante à la promotion de la gouvernance maritime mondiale et à la réalisation du développement durable des océans.

Les océans nourrissent la vie, relient le monde et favorisent le développement. La Chine est prête à travailler de concert avec toutes les parties pour saisir l'opportunité offerte par le lancement de la Décennie des Nations Unies pour les océans, renforcer la coopération et faire progresser ensemble l'innovation scientifique et technologique, améliorer la capacité de gouvernance maritime et mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies.

CNR : Selon des médias japonais, la « Fondation du Japon » relevant du Ministère des Affaires étrangères du Japon a lancé en 2008 un programme de subventions pour les visites d'étude au Japon destinées aux Chinois qui ont une forte influence dans l'opinion publique et auprès des médias. Certains internautes disent que la participation de la Chine a facilité la propagande du Japon. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai pris note des reportages concernés. Les échanges humains sous diverses formes sont couramment vus dans la pratique des relations internationales. La Chine et le Japon sont l'un pour l'autre un pays voisin important et proche et ils ont des échanges humains étroits. Depuis la normalisation des relations diplomatiques entre la Chine et le Japon d'il y a près d'un demi-siècle, de nombreux échanges humains soutenus par les deux gouvernements ont eu lieu et ont apporté des contributions positives au développement des relations entre les deux pays. Ces dernières années, la Chine et le Japon ont également établi un plan d'échange pour organiser en cinq ans des visites croisées de 30 000 jeunes des deux pays. Des voyages d'étude bilatéraux soutenus par les deux gouvernements pour les jeunes élèves sont également en cours de planification et seront mis en œuvre après la fin de la pandémie. Nous espérons qu'à travers les échanges humains durables, sains et stables entre la Chine et le Japon, nous pourrons améliorer la compréhension, établir la confiance et approfondir l'amitié.

Bloomberg : Première question, le Premier Ministre australien Scott Morrison a indiqué qu'il chercherait à tisser un lien plus étroit avec le G7 lors du sommet de la semaine prochaine. Il a dit que « les pays démocratiques ayant des idées proches » pourraient mener de plus grandes coopérations. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ? Deuxième question, Kurt Campbell, coordinateur pour les affaires de l'« Indo-Pacifique » du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, a déclaré que la forte opposition du monde aux politiques de la Chine « n'était due qu'à la Chine ». Il a également dit : « Ce ne sont pas les États-Unis qui ont causé le plus de troubles à la Chine, mais la Chine elle-même. » Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : Concernant votre première question, en tant que pays développés qui ont bénéficié en premier des dividendes du développement de la mondialisation, le G7 et les pays concernés doivent prendre plus d'actions concrètes pour promouvoir la coopération antiépidémique internationale et le redressement économique mondial et aider les pays en développement à accélérer leur développement, au lieu d'attiser les conflits et les divergences dans la communauté internationale et de perturber la reprise économique mondiale et la coopération antiépidémique internationale.

Sur votre deuxième question, j'ai remarqué que M. Campbell avait dit que le monde s'opposait vivement aux politiques de la Chine. Mais je pense que cette affirmation s'applique le mieux aux États-Unis eux-mêmes. Des sondages concernés récents montrent que pour plus de 50 000 sondés de 53 pays et régions, les États-Unis sont la plus grande menace pour la démocratie dans le monde. 44% des sondés pensent que les États-Unis constituent une menace pour la démocratie de leur pays. Selon les résultats du plus grand sondage dans les pays arabes, 58% des sondés désapprouvent les politiques extérieures des États-Unis ; 81% des sondés considèrent les États-Unis comme la menace principale de la sécurité des pays arabes. Les gens concernées de la partie américaine ont l'habitude de se prendre pour le porte-parole de la communauté internationale. Mais le fait est que les États-Unis ne peuvent pas représenter la communauté internationale, ils ne peuvent représenter qu'eux-mêmes.

L'allégation selon laquelle « ce ne sont pas les États-Unis qui ont causé le plus de troubles à la Chine, mais la Chine elle-même » fait passer le noir pour le blanc, dans le but de créer la confusion. Ces dernières années, les États-Unis s'en sont tenus à une perception erronée de la Chine, ont endigué et réprimé la Chine de manière effrénée, et se sont ingérés grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine, ce qui a nui gravement aux intérêts chinois. Face aux actes hégémoniques, arbitraires et intimidantes de la partie américaine, la Chine a été obligée de donner une réponse légitime et nécessaire pour défendre ses droits et intérêts légitimes et légaux. Ce que l'administration américaine doit faire actuellement, c'est de faire une réflexion effective sur elle-même et de corriger ses erreurs, plutôt que de calomnier la Chine ou de plaider pour les politiques erronées de l'administration précédente.

Je tiens à réitérer que la politique extérieure de la Chine est claire et constante. Nous poursuivons une politique extérieure d'indépendance et de paix et une voie du développement pacifique, tout en défendant fermement et énergiquement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays. Nous espérons que les États-Unis suivront la tendance de l'époque, considéreront la Chine d'une manière objective et rationnelle, abandonneront la mentalité obsolète de la guerre froide et du jeu à somme nulle, cesseront de faire du tapage sur « la menace chinoise » et feront davantage de choses en faveur de la confiance mutuelle et de la coopération sino-américaines, et de l'amélioration des relations bilatérales, au lieu de faire le contraire.

RCI : Récemment, l'universitaire britannique Martin Jacques a écrit que le Parti communiste chinois (PCC) était sans aucun doute le parti le plus performant au cours du siècle dernier, dont la réussite extraordinaire était due au fait qu'il avait trouvé le moyen de combiner de manière approfondie une énorme capacité de réforme avec la société et la culture chinoises. Il a indiqué qu'il était certain que sur la base de ses réalisations dans le passé, de sa capacité de gouvernance et de son aptitude au changement, le PCC resterait le leader et le concepteur de la Chine. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai pris note des reportages concernés. J'ai également remarqué que maintenant, de plus en plus de personnes à travers le monde suivaient et étudiaient le PCC, en considérant l'étude du PCC comme la clé pour connaître et comprendre la Chine dans les temps contemporains.

Le PCC a parcouru un chemin en un siècle, et son histoire de cent ans est le meilleur matériel pédagogique pour comprendre le PCC. Je voudrais ici partager avec vous quelques points de vue.

Le PCC est toujours un parti politique qui partage avec le peuple le même souffle et le même destin. Il adhère à l'objectif fondamental de servir le peuple de tout son cœur, et considère le soutien, l'approbation, le bonheur et le consentement du peuple comme les critères fondamentaux pour juger l'ensemble de son travail. L'objectif du PCC est de répondre à l'aspiration du peuple à une vie meilleure. Engagé à servir le peuple et à s'appuyer sur lui, le PCC a obtenu l'adhésion et le soutien les plus larges du peuple chinois, et est passé d'un petit parti comptant seulement une cinquantaine de membres à un grand parti comptant plus de 91 millions de membres, qui est depuis longtemps au pouvoir dans le pays le plus peuplé du monde. Selon une enquête menée par le Centre Ashe pour la gouvernance démocratique et l'innovation de l'École de gouvernement John F. Kennedy de l'Université Harvard, le gouvernement chinois, sous la direction du PCC, jouit d'un taux de satisfaction de plus de 93% au sein de la population chinoise.

Le PCC est un parti courageux en matière de réforme et d'innovation. Le PCC part de la réalité dans tout ce qu'il fait, intègre les principes de base du marxisme aux conditions réelles de la Chine et suit inébranlablement sa propre voie. Au cours des 100 dernières années, le PCC ne s'est pas contenté d'appliquer le modèle envisagé par les auteurs des classiques marxistes, ni de copier les pratiques socialistes et les modèles de modernisation d'autres pays. Au contraire, il a continué d'enrichir et de développer le marxisme dans la pratique, de l'adapter aux réalités de la Chine et aux exigences de l'époque et de renforcer son attrait populaire. Le PCC a uni le peuple chinois et l'a conduit à accomplir la Révolution de la démocratie nouvelle et la révolution socialiste, à mettre en œuvre la réforme et l'ouverture, et à construire le socialisme aux caractéristiques chinoises. Ensemble, ils ont fait un grand bond en avant, qui a permis à la Chine de passer d'une nation qui s'était relevée à une nation riche puis à une nation puissante, après avoir mené de grandes luttes, développé de grands projets, fait avancer de grandes causes et réalisé leur grand rêve.

Le PCC est un parti politique qui se bat pour la cause du progrès humain. Il protège fermement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement de la Chine et n'avalera jamais le fruit amer d'une atteinte aux intérêts nationaux, tout en se donnant pour mission d'apporter des contributions nouvelles et plus importantes pour l'humanité et en s'engageant à jouer le rôle de grande puissance dans la promotion du progrès humain. Plus de 30% de la croissance économique mondiale est réalisée grâce à la contribution chinoise. La Chine est le deuxième contributeur financier au budget de fonctionnement de l'ONU et à celui des opérations de maintien de la paix, et le plus grand fournisseur de troupes à ces opérations parmi les membres permanents du Conseil de Sécurité. Le développement de la Chine a élargi la voie des pays en développement vers la modernisation. La Chine s'oppose résolument à l'hégémonisme et à la politique du plus fort, préconise de rendre les relations internationales plus démocratiques et respectueuses de l'État de droit, et encourage la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité. Elle a apporté la sagesse, les solutions ainsi que la contribution chinoises à la réponse aux problèmes mondiaux tels que la réduction de la pauvreté et le changement climatique.

Martin Jacques a dit qu'il y avait une incapacité écrasante à saisir la nature du PCC en Occident. En fait, il n'est pas difficile de comprendre le PCC. Tant que l'on ne le voit pas à travers un prisme idéologique et s'attache à l'esprit d'égalité et de respect mutuel, l'on pourra se faire une idée juste du véritable PCC à partir de l'histoire, et donc comprendre la Chine telle qu'elle est. Nous invitons nos amis de tous les horizons à continuer de prêter attention au PCC ainsi qu'à la cause du socialisme aux caractéristiques chinoises.

Reuters : Le Comité olympique indien a annoncé l'annulation du partenariat officiel avec le fabricant chinois d'équipements sportifs Li-Ning en prenant l'opinion publique pour excuse. Les athlètes indiens porteront des vêtements sans marque lors des Jeux Olympiques de Tokyo. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant de la coopération commerciale spécifique dont vous parliez. Nous espérons que la partie indienne traitera la coopération normale entre les deux pays de manière objective et juste et évitera toute politisation.

Suggest To A Friend
  Print