Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Thémas > Remarques du Porte-Parole
Conférence de presse du 24 juin 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021-06-24

Prensa Latina : La communauté internationale a de nouveau dit « non » à l'embargo imposé à Cuba par les États-Unis. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Pour la 29e année consécutive, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté à une majorité écrasante une résolution appelant à « mettre fin à l'embargo économique, commercial et financier imposé à Cuba par les États-Unis », exhortant tous les pays à respecter la Charte des Nations Unies et les normes du droit international et à révoquer ou à abroger toutes formes de lois et de mesures ayant des effets « extraterritoriaux », qui affectent la souveraineté d'autres pays et les droits et intérêts légitimes d'entités et d'individus relevant de leur juridiction, et la liberté de commerce et de navigation.

Il est regrettable que ces résolutions n'aient pas été effectivement mises en œuvre au fil des ans et que l'embargo imposé à Cuba par les États-Unis n'ait pas cessé à ce jour et ait eu tendance à s'intensifier ces dernières années. La Chine préconise depuis toujours le respect du droit des pays de choisir leur propre système social et leur propre voie de développement, le maintien de l'ordre international fondé sur le droit international, la sauvegarde de l'équité et de la justice internationales et l'opposition à la mise en place des mesures coercitives unilatérales contre d'autres pays par des moyens militaires, politiques, économiques ou autres.

La partie chinoise exhorte la partie américaine à lever immédiatement et complètement l'embargo économique, commercial et financier imposé à Cuba, ce qui est l'appel universel de la communauté internationale. Nous espérons que la partie américaine développera des relations interétatiques normales avec Cuba, conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies et aux normes fondamentales régissant les relations internationales, ce qui est dans l'intérêt commun des peuples des États-Unis et de Cuba et est également propice à la paix et à la stabilité dans toute la région américaine.

CCTV : Selon des reportages, la conférence de haut niveau sur la coopération internationale en Asie-Pacifique dans le cadre de « la Ceinture et la Route » s'est tenue hier à Beijing. Pourriez-vous présenter les informations sur l'événement et ses acquis ?

Zhao Lijian : Le 23 juin, la conférence de haut niveau sur la coopération internationale en Asie-Pacifique dans le cadre de « la Ceinture et la Route » s'est tenue avec succès par liaison vidéo. Le Président Xi Jinping y a envoyé un message écrit. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a présidé la conférence et y a prononcé un discours. Ayant pour thème « Renforcer la coopération antiépidémique et faire avancer la reprise économique », l'événement a vu la participation de dirigeants politiques de 29 pays, dont le Président colombien Ivan Duque, et des représentants des six organisations internationales, dont les Nations Unies.

La conférence a débouché sur un consensus en six points :

Premièrement, toutes les parties apprécient les progrès accomplis dans la coopération internationale dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route », espèrent nouer un partenariat plus étroit en la matière, et sont convenues d'associer l'Initiative « la Ceinture et la Route » avec leurs stratégies et plans de développement.

Deuxièmement, la pandémie de COVID-19 constitue le défi le plus urgent dans le monde actuel et la communauté internationale doit s'unir et coopérer pour surmonter les difficultés ensemble.

Troisièmement, renforcer davantage la coopération internationale en termes de vaccins, promouvoir la distribution équitable des vaccins en tant que bien public mondial dans différents pays du monde, s'opposer au nationalisme vaccinal, soutenir le système des Nations Unies dans ses efforts visant à faire progresser l'immunité mondiale, et travailler à améliorer l'accessibilité et l'abordabilité des vaccins dans le monde, en particulier dans les pays en développement.

Quatrièmement, la coopération internationale dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route » doit mettre davantage en valeur le développement vert, prendre la construction d'une Route de la Soie verte comme tâche prioritaire, et créer davantage de points forts de coopération dans des domaines tels que la construction d'infrastructures vertes, les énergies propres et la finance verte.

Cinquièmement, soutenir la circulation transfrontalière des biens et des personnes et encourager tous les pays à continuer de promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements.

Sixièmement, accélérer la mise en œuvre des objectifs de développement durable des Nations Unies à l'horizon 2030, soutenir et pratiquer le multilatéralisme préconisé par l'ONU.

En outre, deux initiatives ont été lancées lors de la conférence, à savoir l'Initiative du partenariat sur la coopération en matière de vaccin dans le cadre de « la Ceinture et la Route » qui appelle à renforcer la coopération internationale en termes de recherche et de développement, de production et de distribution des vaccins et à améliorer l'accessibilité et l'abordabilité des vaccins dans le monde entier, surtout dans les pays en développement, et l'Initiative du partenariat sur le développement vert dans le cadre de « la Ceinture et la Route » qui vise à soutenir la construction de la Route de la Soie verte, à renforcer la coopération dans des domaines tels que les infrastructures vertes, les énergies propres et la finance verte, et à promouvoir un développement vert, à faibles émissions de carbone et durable.

Bloomberg : Première question, l'Australie lancera un appel auprès de l'OMC contre la taxe antidumping imposée par la Chine sur le vin australien. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ? Deuxième question, la partie américaine a l'intention d'interdire les importations des produits photovoltaïques fabriqués au Xinjiang en invoquant des violations des droits de l'homme. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, la Chine a exposé sa position à plusieurs reprises sur les questions concernées. Veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes pour les détails. Je tiens à souligner que la Chine respecte les règles de l'OMC et agit toujours en conformité avec les règles.

En ce qui concerne votre deuxième question, la Chine condamne fortement les sanctions imposées aux entreprises chinoises par les États-Unis sur la base de mensonges et de fausses informations.

Les prétendus « travail forcé » et « génocide » au Xinjiang sont purement et simplement des « mensonges du siècle ». Sur la base de ces mensonges, les États-Unis ont abusé de la liste d'entités pour réprimer l'industrie photovoltaïque du Xinjiang, ce qui a non seulement violé les règles du commerce international et les principes de l'économie de marché, mais a également porté atteinte aux chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales. Du coton à l'industrie photovoltaïque, de l'agriculture à l'industrie, les États-Unis instrumentalisent les droits de l'homme pour réprimer sans scrupule le développement industriel du Xinjiang, ce qui nuit au droit à l'existence et au droit au développement des habitants du Xinjiang, et met pleinement à nu leurs véritables objectifs consistant à créer un « chômage forcé » et une « pauvreté forcée » pour perturber le Xinjiang et contenir le développement de la Chine, au lieu de se soucier des faits et de la vérité, ni de se préoccuper réellement des habitants du Xinjiang.

Nous rappelons également à la partie américaine que ce sont les États-Unis eux-mêmes qui sont réellement engagés dans le génocide et le travail forcé. Les politiciens américains feraient mieux de réfléchir davantage au génocide commis par les États-Unis contre la population amérindienne et les Afro-Américains à Tulsa, et de réfléchir davantage à la façon de résoudre les problèmes croissants dans leur pays en matière de droits de l'homme tels que les conflits raciaux et le travail forcé. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder résolument les droits et intérêts légaux des entreprises chinoises.

NHK : Lors d'une conférence de presse tenue aujourd'hui, le Secrétaire général du gouvernement japonais Katsunobu Kato s'est dit très préoccupé par la fermeture du journal Apple Daily de Hong Kong, notant qu'il s'agissait d'un recul pour la liberté d'expression et celle de la presse à Hong Kong. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Ce politicien japonais s'immisce de manière flagrante dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine, ce qui constitue une grave violation du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales. Nous y exprimons notre vif mécontentement et notre opposition ferme, et n'accepterons jamais les absurdités de la partie japonaise.

Hong Kong est une société de droit, et non un refuge hors la loi. La liberté de la presse n'implique pas l'impunité pour les crimes, et les éléments antichinois cherchant à déstabiliser Hong Kong n'ont pas de privilèges extrajudiciaires. Le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong veille à ce que les lois soient scrupuleusement respectées et appliquées et toute infraction soit punie, ce qui est largement applaudi et activement soutenu par la population de Hong Kong, et contribue à la consolidation et à l'amélioration du principe « un pays, deux systèmes », et à la promotion de la prospérité et de la stabilité de Hong Kong.

AFP : Toujours une question sur le journal Apple Daily. Le gouvernement britannique a dit hier que la fermeture de ce journal non seulement constituait une violation de la liberté d'expression à Hong Kong, mais aussi démontrait que la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong était utilisée pour punir les dissidents plutôt que pour maintenir l'ordre public. Quels sont les commentaires de la Chine ?

Zhao Lijian : Certains de la partie britannique interfèrent de manière flagrante et répétée dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine, nous y exprimons notre fort mécontentement et notre opposition ferme.

Le gouvernement chinois gère et contrôle Hong Kong conformément à la Constitution chinoise et à la Loi fondamentale, et non à la Déclaration conjointe sino-britannique. Aucun pays étranger n'a le droit de pointer du doigt ou de faire des commentaires irresponsables sur les affaires de Hong Kong et les autres affaires intérieures de la Chine sous ce prétexte. Le Royaume-Uni sape effectivement l'État de droit à Hong Kong en prétendant se préoccuper de « la liberté de la presse et d'expression ». Un conseil pour certains de la partie britannique : quelle que soit la façon dont ils tentent de blanchir leurs manœuvres, leurs tentatives visant à jouer la « carte de Hong Kong » pour faire pression sur la Chine n'aboutiront qu'à un échec.

Nous exhortons le Royaume-Uni à respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à faire face à la réalité que cela fait 24 ans que Hong Kong est retourné à la Chine, à renoncer à son vieux rêve de colonisation, à rejeter le deux poids deux mesures, à cesser de s'immiscer, de quelque manière que ce soit, dans les affaires de Hong Kong et les autres affaires intérieures de la Chine, et à contribuer davantage à la prospérité et à la stabilité de Hong Kong ainsi qu'au développement des relations sino-britanniques.

Reuters : Selon des informations, l'île de Nauru du Pacifique négocie avec les parties concernées sur la pose d'un câble sous-marin qui se connectera à l'Australie. Auparavant, en raison des inquiétudes sur les éventuels sabotages de la sécurité par la Chine, Nauru a rejeté la proposition d'une entreprise chinoise. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je ne sais pas si l'information que vous venez de mentionner est vraie ou non. Veuillez vous renseigner auprès des parties concernées.

Je tiens à souligner que, premièrement, le gouvernement chinois encourage toujours les entreprises chinoises à mener une coopération en matière d'investissement à l'étranger dans divers domaines conformément aux principes du marché et aux règles internationales et sur la base du respect des lois locales.

Deuxièmement, les entreprises chinoises ont un bon bilan en matière de cybersécurité. Le soi-disant « sabotage de la sécurité par la Chine » est sans aucun fondement. Il est également une préoccupation excessive qui vise la mauvaise partie. Le monde voit très clairement qui s'est livré à l'espionnage et au vol de secrets. Ai-je vraiment besoin de le répéter ?

Beijing Daily : L'ancien Vice-Chancelier allemand et Ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer a écrit dans un article qu'il était trompeur de comparer les relations entre l'Occident et la Chine à celles entre les États-Unis et l'URSS pendant la guerre froide. Selon lui, étant donné l'interdépendance entre la Chine et l'économie mondiale, l'idée que la Chine puisse être isolée est absurde. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Nous sommes d'accord avec les analyses objectives et rationnelles de M. Fischer.

Cela fait plus de 30 ans que la guerre froide a pris fin. Aujourd'hui, la situation politique et économique mondiale n'est plus celle d'hier et les intérêts de tous les pays sont profondément intégrés. Le jeu à somme nulle et la mentalité de la guerre froide seront certainement rejetés par l'histoire. Comme le dit M. Fischer, les défis mondiaux du 21e siècle exigent que les grandes puissances embrassent la coopération au lieu de se battre pour le « numéro un ».

La coopération est la tendance de l'époque et le gagnant-gagnant est l'aspiration commune des gens. Ce n'est qu'une illusion irréaliste de tenter de contenir ou d'isoler un pays quelconque avec les méthodes de la guerre froide. La Chine s'engage toujours dans la voie du développement pacifique, ouvert, coopératif et commun, et prône toujours la paix, le développement, l'équité, la justice, la démocratie et la liberté, qui sont des valeurs communes de l'humanité. Elle s'engage à promouvoir la construction d'un nouveau type de relations internationales et d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité. Nous espérons que ceux qui sont encore perdus dans le rêve de la guerre froide pourront se réveiller le plus tôt possible, prêter plus d'attention aux idées perspicaces des hommes éclairés et faire davantage pour renforcer la confiance mutuelle et la coopération entre les pays conformément aux intérêts de développement commun de toute l'humanité.

Suggest To A Friend
  Print