Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Infomations Importantes
Le MAE chinois réfute les rumeurs sur le Xinjiang avec des faits
2019-09-25

Le conseiller d'Etat chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a démenti les rumeurs sur la région autonome ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest) lors d'un discours prononcé mardi à New York.

Le gouvernement de cette région a récemment pris une série de mesures préventives contre le terrorisme, a déclaré M. Wang en s'exprimant lors d'un dîner co-organisé par le Comité national sur les relations américano-chinoises, le Conseil commercial Etats-Unis-Chine, la Chambre de commerce américaine et le Conseil des affaires étrangères.

C'est une affaire purement interne à la Chine et pourtant, certaines forces anti-chinoises dans le monde ont délibérément déformé la réalité et attaqué le pays, a-t-il déclaré.

Donnant quelques faits sur le Xinjiang, M. Wang a souligné que le gouvernement chinois avait toujours attaché de l'importance à la stabilité et au développement de la région et à la préservation de sa religion et de sa culture.

Ces 64 dernières années, depuis la création de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, l'économie locale a été multipliée par 200 et des dizaines de milliers d'habitants sont sortis de la pauvreté, a-t-il déclaré.

Toutefois, des personnes de différentes ethnies du Xinjiang souffrent énormément de l'extrémisme et du terrorisme, a poursuivi le conseiller d'Etat.

Il y a eu plusieurs milliers de cas de terrorisme violent depuis les années 1990, tuant plusieurs milliers d'innocents et en blessant beaucoup d'autres, a-t-il déploré.

Ces attaques ont eu de lourdes conséquences sur la vie et les biens des populations locales, ainsi que sur leur liberté de culte et leurs autres droits fondamentaux, a-t-il ajouté.

Les mesures prises dans le Xinjiang au cours des dernières années ont un objectif précis : empêcher le développement de l'extrémisme et du terrorisme, a déclaré M. Wang, notant que ces mesures sont conformes à la législation chinoise et aux approches communes préconisées dans la communauté internationale.

Se référant aux centres d'éducation et de formation du Xinjiang, M. Wang a expliqué que ces centres sont des écoles qui aident les populations à se débarrasser de l'influence de l'extrémisme et du terrorisme et à acquérir des compétences professionnelles.

Cette année, la Chine a invité près d'un millier de membres du personnel diplomatique, médiatique et universitaire des pays occidentaux, y compris des Etats-Unis, à se rendre au Xinjiang, a rappelé M. Wang.

Après avoir visité les centres d'éducation et d'autres lieux, ils ont tous le sentiment que la situation sur le terrain est très différente de ce que certaines forces et certains médias occidentaux ont rapporté, a-t-il fait savoir.

Récemment, 50 pays, dans une lettre cosignée adressée au président du Conseil des droits de l'Homme, ont exprimé leur soutien à la position de la Chine sur les questions relatives au Xinjiang, a poursuivi le haut diplomate chinois.

Ils ont souligné que les centres d'éducation et de formation et les autres mesures mises en place dans le Xinjiang avaient efficacement empêché le développement de l'extrémisme et du terrorisme et que les droits fondamentaux du Xinjiang avaient été sauvegardés, a-t-il déclaré, ajoutant que parmi ces signataires, près de 30 pays sont membres de l'Organisation de la coopération islamique.

Les mesures prises par la Chine dans le Xinjiang sont toutes mises en œuvre pour assurer la sécurité et le bien-être des 25 millions d'habitants de différents groupes ethniques du Xinjiang, et pour contribuer davantage à la lutte internationale contre le terrorisme, a-t-il affirmé.

Suggest To A Friend
  Print