Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Infomations Importantes
Wang Yi avance une proposition en quatre points sur le renforcement de la coopération entre la Chine et l'Afrique
2019-09-27

Le Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a présidé le 26 septembre 2019 la réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des Etats membres d’Afrique du Conseil de sécurité au siège des Nations unies à New York. Le Ministre des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire, Marcel Amon-Tanoh, le Ministre des Affaires étrangères de Guinée équatoriale, Simeon Oyono Esono Angue, la Ministre des Relations internationales et de la Coopération d’Afrique du Sud, Naledi Pandor, ainsi que le Ministre des Affaires étrangères du Niger, Kalla Andourao, le Ministre des Affaires étrangères de Tunisie, Khemais Jhinaoui, entre autres, ont participé à la réunion. La Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale et l’Afrique du Sud sont les Etats membres d’Afrique actuels du Conseil de sécurité, alors que le Niger et la Tunisie sont les Etats membres d’Afrique entrants du Conseil de sécurité.

Wang Yi a avancé une proposition en quatre points sur le renforcement de la coopération entre la Chine et l’Afrique au sein du Conseil de sécurité

« Premièrement, s’unir pour fédérer les forces. L’unilatéralisme est le plus grand défi dans la situation internationale actuelle. La conséquence directe est que les normes fondamentales régissant les relations internationales sont remises en cause, le rôle des Nations unies est affecté et les intérêts des pays en développement et des pays petits et moyens, y compris les pays africains, sont minés. Pour répondre à ce défi, la Chine et l’Afrique doivent travailler main dans la main. L’union fait la force. Au Conseil de sécurité, quand les trois Etats membres d’Afrique parlent d’une seule voix, leur poids est bien supérieur à trois voix et représente l’ensemble du continent africain. Quand la Chine et l’Afrique se tiennent côte à côte, il ne s’agit pas seulement de quatre voix, d’autres pays nous suivront, ce qui permettra d’influencer et de définir l’ordre du jour du Conseil de sécurité. Depuis 2018, la Chine a mis en place le mécanisme de coordination “3 + 1” avec les Etats membres d’Afrique du Conseil de sécurité. Nous devons mettre pleinement en valeur ce mécanisme de coordination.

Deuxièmement, résoudre les différends par le biais des consultations. La Chine préconise toujours le règlement politique des dossiers brûlants. L’Afrique a une bonne tradition de consultation et des expériences réussies en matière de médiation régionale ou sous-régionale. Parmi nombre de problèmes complexes à l’ordre du jour du Conseil de sécurité, en particulier les dossiers brûlants concernant l’Afrique, les racines de la plupart d’entre eux résident dans le colonialisme ; certains sont directement liés à des facteurs extérieurs. Nous devons conjointement faire valoir le chapitre VI de la Charte des Nations unies et mettre en valeur le rôle des Nations unies dans les bons offices et la médiation.

Troisièmement, renforcer notre capacité autonome pour accroître notre puissance. Les pays et les peuples africains connaissent le mieux l’Afrique, et l’Afrique a la capacité et la sagesse de résoudre ses propres problèmes. Lorsqu’il traite des problèmes brûlants en Afrique, le Conseil de sécurité doit veiller à l’écoute et au respect de la volonté de l’Afrique, mettre en valeur le rôle des organisations régionales et sous-régionales, encourager et soutenir les solutions africaines aux problèmes. La Chine est disposée à renforcer la coordination avec la partie africaine et à promouvoir fermement le renforcement de sa capacité autonome en matière d’opérations de paix.

Quatrièmement, s’attaquer aux racines des problèmes par le développement. La Chine et les pays africains sont tous des pays en développement. Nous devons continuer à placer le développement économique et social au premier plan et à soutenir le choix souverain de la voie de développement de l’autre partie. La Chine est disposée à articuler la construction conjointe de “la Ceinture et la Route” avec l’Agenda 2063 de l’UA, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations unies et les stratégies de développement des pays africains pour aider les pays africains à renforcer leurs capacités de développement et à éliminer les racines des conflits. Nous devons travailler ensemble pour faire en sorte que les Nations unies accroissent les investissements en Afrique. L’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) a resurgi. La Chine a fourni et continuera de fournir une assistance en ressources humaines et en matériel dans la limite de ses moyens. Elle est prête à harmoniser les actions avec les pays africains, à mobiliser l’ONU et l’OMS pour qu’ils accroissent leur aide et à mettre en valeur le rôle de la MONUSCO. »

Suggest To A Friend
  Print