Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Infomations Importantes
Avancer fermement contre vents et marées
2019-12-13

-Discours prononcé par le Conseiller d'État et Ministre des Affaires
étrangères Wang Yi lors de la cérémonie d'ouverture du
Séminaire 2019 sur la situation internationale et les relations
extérieures de la Chine

Chers experts,
Chers amis,

Bonjour ! C'est un grand plaisir pour moi de me retrouver à nouveau parmi vous à la charnière entre deux années.

Cette année marque le 30e anniversaire du Séminaire sur la situation internationale et les relations extérieures de la Chine. Au cours des trois dernières décennies, ce Séminaire a été le témoin des aléas de la situation internationale et du parcours extraordinaire de la diplomatie chinoise. Grâce à votre participation et à votre soutien actifs, ce Séminaire est devenu une plateforme importante de discussions sur le développement international et la diplomatie chinoise, et une source précieuse d'idées et de suggestions pour la politique étrangère de la Chine, bénéficiant d'une influence croissante tant en Chine qu'à l'étranger. Pour cela, je tiens à exprimer mes sincères remerciements à tous les experts et chercheurs ici présents aujourd'hui.

Pour la Chine, 2019 a été une année de célébration nationale, de poursuite de l'œuvre des prédécesseurs et d'ouverture de nouvelles perspectives. Nous avons chaleureusement célébré le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. En passant en revue le chemin de développement parcouru par la Chine pendant les sept dernières décennies, nous comprenons mieux que jamais comment la Chine nouvelle a obtenu les succès d'aujourd'hui. Cela a raffermi encore davantage notre détermination à suivre la voie du socialisme à la chinoise et notre confiance pour la réalisation des objectifs des « deux centenaires » et pour le renouveau de la nation chinoise. Nous avons organisé avec succès la quatrième session plénière du 19e Comité central du Parti communiste chinois (PCC). Le plénum a fait une présentation complète des principes fondamentaux, des réalisations et des avantages remarquables du système socialiste et du système de gouvernance de l'État aux caractéristiques chinoises. Il a avancé pour la première fois l'objectif global de maintenir et d'améliorer le système socialiste aux caractéristiques chinoises et de moderniser le système et la capacité de gouvernance de l'État, jetant ainsi une base institutionnelle plus solide pour réaliser le grand renouveau de la nation chinoise. Une Chine stable, sûre et prospère se dresse en toute fierté en Orient, prête à apporter une nouvelle contribution à la cause de la paix et du développement de l'humanité.

Pour le monde, 2019 a été une année de turbulences et de défis croissants. La lutte entre le multilatéralisme et l'unilatéralisme est plus acharnée, le protectionnisme et le populisme sont en hausse, et le monde connaît un déchaînement de la politique de puissance et de la pratique des brimades. La rivalité entre les grandes puissances s'est intensifiée, la gouvernance mondiale est confrontée à davantage de difficultés et la croissance mondiale reste morose. De l'Asie au Moyen-Orient, de l'Europe à l'Amérique latine, les dossiers brûlants ne cessent de s'aggraver, les conflits et bouleversements sont fréquents dans divers pays, et les menaces sécuritaires traditionnelles et non traditionnelles s'entremêlent et se propagent. Tout cela pose de sérieux défis à la gouvernance mondiale. Cela dit, nous devons également voir que la paix et le développement restent les thèmes majeurs de notre époque. La mondialisation et la multipolarisation progressent malgré les péripéties. Et un nouveau cycle de révolution scientifique et technologique et de transformation industrielle s'accélère. L'avenir de la société humaine dépendra en grande partie du bon choix que les différents pays feront entre coopération et confrontation, multilatéralisme et unilatéralisme, ouverture et isolement.

En 2019, face à une situation internationale complexe, la Chine a poursuivi ses actions diplomatiques sous la direction du Comité central du PCC uni autour du camarade Xi Jinping. Nous avons dressé le bilan des expériences réussies et des belles traditions des 70 dernières années, et réaffirmé notre engagement initial de travailler au bonheur du peuple et d'assumer notre mission de contribuer au progrès de l'humanité. Nous avons, en poursuivant des efforts inlassables et en surmontant les difficultés et les défis, réalisé de nouvelles avancées et obtenu de nouveaux résultats dans différents domaines. Ces progrès ont non seulement soutenu le développement de notre pays, mais ont également contribué de manière importante à la paix et au progrès dans le monde.

Au cours de l'année écoulée, nous avons planifié activement nos relations avec les autres grands pays, injectant une énergie positive dans la stabilité globale de la planète.

Cette année a marqué le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Russie. Lors de la visite historique du Président Xi Jinping en Russie, les deux Chefs d'État ont dégagé un consensus important sur l'approfondissement du partenariat stratégique global de coordination sino-russe et ont signé une déclaration conjointe sur le renforcement de la stabilité stratégique mondiale. La connexion de l'édification de l'initiative chinoise « la Ceinture et le Route » et de l'Union économique eurasienne s'est déroulée dans d'heureuses conditions, et la mise en œuvre de grands projets stratégiques dans les domaines de l'énergie, de l'aviation, de l'aérospatiale a avancé à pas assurés. Au début du mois de décembre, les deux Chefs d'État ont assisté en direct en vidéo à la mise en service de la ligne est du gazoduc entre les deux pays. Les relations sino-russes, sous la conduite des deux Chefs d'État, sont entrées dans une nouvelle ère de soutien mutuel, de convergence profonde, d'innovation continue et d'avantages mutuels, jouant un rôle plus important et plus crucial dans le maintien de la paix et de la stabilité mondiales.

Cette année marque également le 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis. Au cours des 40 dernières années, la Chine et les États-Unis ont vu leurs intérêts économiques hautement interconnectés, ont noué des échanges de plus en plus étroits dans différents domaines, et ont été confrontés à des demandes plus importantes pour relever ensemble les défis planétaires. Dans le même temps, il existe entre les deux pays des problèmes profondément enracinés qu'il faut regarder en face et qui doivent être résolus. Ces problèmes posent des défis de plus en plus sévères à l'avenir des relations entre les deux pays. Agissant dans l'intérêt des deux peuples et en tant que membre responsable de la communauté internationale, nous avons poursuivi cette année un dialogue constructif avec les États-Unis, tout en prenant des mesures fermes pour combattre la pratique américaine de brimades et en respectant les principes énoncés dans les trois communiqués conjoints sino-américains. Lors de leur rencontre à Osaka, les dirigeants suprêmes des deux pays ont exprimé clairement leur volonté de faire progresser les relations sino-américaines basées sur la coordination, la coopération et la stabilité.

Cette année a également vu des interactions étroites entre la Chine et l'Europe. L'Europe a été la destination de la première et de la dernière visite du Président Xi Jinping à l'étranger cette année. Le Premier Ministre Li Keqiang a participé au sommet Chine-UE et au sommet des chefs de gouvernement de Chine et des pays d'Europe orientale et centrale. La coopération Chine-Europe orientale et centrale a été élargie à un plus grand nombre de pays pour la première fois. La Chine et l'UE ont conclu les négociations sur un accord relatif aux indications géographiques comme prévu et ont signé un accord sur la coopération en matière d'aviation civile. Les dirigeants de l'Allemagne, de la France et de l'Italie sont venus successivement en Chine. La Chine et l'Europe sont également parvenues à un large consensus sur des questions d'importance majeure, dont le renforcement de la gouvernance mondiale, le maintien du multilatéralisme et la préservation du libre-échange. Cela a envoyé le message clair au monde que la Chine et l'Europe renforcent leur coopération stratégique et répondent conjointement aux défis planétaires.

Au cours de l'année écoulée, nous avons renforcé nos liens sur tous les plans avec les pays voisins, apportant une contribution active à la promotion de la tendance à l'amélioration dans la région.

Le Président Xi Jinping et le Premier Ministre indien Narendra Modi ont tenu avec succès leur deuxième sommet à Chennai, en Inde. Les deux dirigeants ont eu des discussions longues et approfondies sur des questions d'importance stratégique. Ils ont convenu de renforcer la coopération pragmatique dans tous les domaines et de promouvoir les échanges et l'inspiration mutuelle entre les deux civilisations. Le sommet a donné le ton à un développement sain et régulier des relations sino-indiennes et a ouvert de nouvelles perspectives de coopération mutuellement avantageuse.

Le Secrétaire général Xi Jinping a effectué une visite historique en République populaire démocratique de Corée (RPDC) à l'occasion du 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques Chine-RPDC, ce qui a donné un nouvel élan à l'amitié traditionnelle entre les deux pays.

La Chine et le Japon sont parvenus à un consensus en dix points sur l'amélioration et le développement des relations bilatérales. Les dirigeants des deux pays ont convenu de travailler pour une relation sino-japonaise conforme aux besoins de la nouvelle ère, et de ramener cette relation sur la bonne voie pour de nouveaux progrès. Le protocole de mise à niveau de la région de libre-échange Chine-ASEAN est intégralement entré en vigueur. La première lecture du Code de conduite en Mer de Chine méridionale (COC) a été achevée avant la date prévue, et les consultations sur le COC progressent globalement. Les relations Chine-ASEAN sont entrées dans une nouvelle étape de développement global.

Le Président Xi Jinping s'est rendu en Asie centrale et a assisté au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et au sommet de la Conférence pour l'interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA), portant les relations entre la Chine et les pays d'Asie centrale et le développement de l'OCS à un nouveau palier.

Nous avons également joué un rôle central en réalisant des progrès importants dans la coopération régionale en Asie-Pacifique. Récemment, les 15 pays membres du Partenariat économique régional global (RCEP) ont conclu toutes les négociations sur la base d'un texte, et un ordre du jour a été établi pour sa signature officielle. Une zone de libre-échange régionale comptant la population la plus nombreuse, la plus grande diversité de membres et le plus grand potentiel de développement sera bientôt créée. À la fin du mois, la Chine accueillera la 8e rencontre des dirigeants Chine-Japon-République de Corée pour injecter une nouvelle vitalité à la coopération et au développement de l'Asie de l'Est à l'occasion du 20e anniversaire de la coopération Chine-Japon-République de Corée.

Au cours de l'année écoulée, nous avons toujours travaillé à donner une nouvelle force motrice à l'édification d'un nouveau type d'économie mondiale ouverte en portant haut levé le drapeau de la coopération gagnant-gagnant.

La Chine a accueilli avec succès la deuxième édition du Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale, auquel ont participé les dirigeants de 40 pays et des responsables d'organisations internationales, et près de 6 000 représentants de 150 pays et de 92 organisations internationales. Le forum a abouti à 283 résultats importants.

Cette année, la Chine a signé des documents sur la coopération relatifs à l'édification commune de l'initiative « la Ceinture et la Route » avec 16 pays et organisations internationales, portant à 199 le nombre total de ces documents de coopération. Des projets phares tels que le corridor économique sino-pakistanais, le chemin de fer Chine-Laos, le train à grande vitesse Jakarta-Bandung et le chemin de fer Chine-Europe ont créé des opportunités de développement substantielles pour les pays riverains de l'initiative « la Ceinture et la Route », et ont fait entrer la coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » dans une nouvelle phase de développement de haute qualité.

La deuxième édition de l'Exposition internationale d'importation de la Chine (CIIE) a attiré la participation de 181 pays, régions et organisations internationales, avec plus de 3 800 exposants et plus de 500 000 acheteurs chinois et étrangers. Des accords commerciaux d'une valeur de plus de 71 milliards de dollars ont été signés, un chiffre en hausse de 23% par rapport à l'année dernière.

Dans son discours prononcé à la cérémonie d'ouverture de la CIIE, le Président Xi Jinping a souligné que la mondialisation économique est une tendance irréversible de notre époque. Il a appelé à une économie mondiale ouverte caractérisée par la coopération, l'innovation et les avantages mutuels, et a annoncé les mesures d'importance majeure sur l'ouverture de la Chine dans cinq domaines. Son discours a gagné une haute appréciation des différents pays.

Nous avons continué à approfondir la coopération Sud-Sud avec les autres pays en développement. La réunion des coordinateurs sur la mise en œuvre des actions de suivi du sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) s'est tenue avec succès à Beijing. Plus de la moitié des 880 projets de coopération et du soutien financier ont été fournis dans le cadre des huit grandes initiatives de coopération sino-africaine. La mise en œuvre des résultats du Sommet du FCSA s'est déployée sur tous les plans, et a produit des résultats rapides et encourageants au profit des populations. Les relations entre la Chine et les pays d'Amérique latine, et les relations entre la Chine et les pays arabes continuent de progresser de manière régulière et solide, avec une coopération plus approfondie et mieux structurée dans tous les domaines.

Au cours de l'année écoulée, nous avons fermement défendu l'équité et la justice sur la scène internationale, servant de pilier du multilatéralisme et de la démocratisation des relations internationales.

Face au courant d'unilatéralisme et d'hégémonisme, nous nous sommes mis sans équivoque du côté juste de l'évolution historique et du côté des intérêts communs de la majorité des pays du monde. Du sommet des dirigeants du G20 aux rencontres des dirigeants des BRICS, du dialogue sur la civilisation asiatique au forum sur la gouvernance mondiale Chine-France, du forum de Boao pour l'Asie à la série de réunions des dirigeants sur la coopération des pays d'Asie de l'Est, la Chine a fermement maintenu le système international centré sur les Nations Unies, l'ordre international fondé sur le droit international et le système commercial multilatéral avec l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) comme pierre angulaire. L'appel du Président Xi Jinping à la mise en place d'une gouvernance mondiale caractérisée par la concertation, la synergie et le partage, et à la construction d'une communauté de destin pour l'humanité a été salué et soutenu par un nombre croissant de pays. Nous avons participé de manière approfondie à la coopération internationale dans des domaines tels que le changement climatique, la lutte antiterroriste et la cybersécurité. Nous avons assumé consciencieusement nos responsabilités et obligations internationales et avons apporté une contribution importante aux efforts internationaux pour relever les défis planétaires. Lors du sommet du G20 de cette année, nous avons tenu une réunion sur le changement climatique avec la France et l'ONU. Nous avons signé avec la France l'initiative de Beijing sur la conservation de la biodiversité et le changement climatique.

Le candidat chinois a été largement élu Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Et pour la première fois, des Chinois ont été nommés Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur résident du système onusien. Tout cela montre que la Chine joue un rôle croissant dans les affaires des Nations Unies.

Au cours de l'année écoulée, la Chine a assumé sa responsabilité de grand pays, jouant un rôle constructif dans le règlement politique des points chauds régionaux.

En ce qui concerne la péninsule coréenne, la Chine s'est toujours engagée à sauvegarder la paix et la stabilité de la péninsule et à résoudre le problème par le dialogue et la consultation. La Chine s'efforce de promouvoir des progrès synchronisés dans la mise en place d'un mécanisme de paix permanent et la dénucléarisation complète de la péninsule. Dans ce processus, la Chine maintient une prise en compte adéquate des préoccupations de toutes les parties, notamment les préoccupations légitimes de la RPDC concernant sa sécurité et son développement. Sur la question du Moyen-Orient, la Chine est déterminée à maintenir l'efficacité et l'autorité du JCPOA et à résoudre les conflits par le dialogue et la consultation. La Chine s'est prononcée en faveur de la justice en préconisant le règlement politique des problèmes palestinien et syrien et d'autres problèmes d'actualité brûlante régionaux. Nous avons organisé le premier Forum sur la sécurité au Moyen-Orient, et les plans avancés par la Chine sur la sécurité au Moyen-Orient ont été bien accueillis par les pays de la région. Sur la question de l'Afghanistan, nous avons mené de bons offices, favorisé le dialogue entre les factions afghanes, entre la Chine, l'Afghanistan et le Pakistan, et entre la Chine, les États-Unis et la Russie, tenu la première réunion quadripartite Chine-États-Unis-Russie-Pakistan, et participé plus en profondeur au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan. La Chine a appelé l'Inde et le Pakistan, ses deux voisins communs, à désamorcer le conflit, à reprendre le dialogue et à gérer les divergences. La Chine a encouragé les pourparlers de paix entre le Myanmar et le Bangladesh et les a exhortés à résoudre judicieusement les problèmes existants par le dialogue et la consultation.

Au cours de l'année écoulée, nous avons fermement défendu les intérêts nationaux fondamentaux, et contribué au développement, à la stabilité et à la réunification nationale de la Chine.

Nous avons fermement mis en œuvre le principe « un pays, deux systèmes » et soutenu le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong dans la lutte contre la violence et pour le rétablissement de l'ordre. Nous avons combattu résolument les forces extérieures qui interfèrent dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine, et avons repoussé la tentative de déclencher une « révolution de couleur » à Hong Kong. Nous avons riposté énergiquement aux attaques calomnieuses des forces anti-chinoises sur les questions liées au Xinjiang. En 2019, nous avons invité un millier de diplomates, journalistes et chercheurs à visiter le Xinjiang pour y évaluer la situation de leurs propres yeux. Face aux provocations de certains pays occidentaux au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et à la troisième Commission de l'Assemblée générale, nous avons réfuté avec des faits clairs et avons prévalu sur des accusations sans fondement, et notre juste position a obtenu un soutien écrasant de la communauté internationale. L'année dernière, la Chine a établi ou rétabli des relations diplomatiques avec la République dominicaine, le Burkina Faso et le Salvador. Cette année, nous avons établi des relations diplomatiques avec les Îles Salomon et rétabli des relations diplomatiques avec Kiribati. Le nombre de pays ayant des relations diplomatiques avec la Chine est passé à 180 ; le consensus d'une seule Chine est plus largement adopté que jamais dans la communauté internationale.

Chers experts,
Chers amis,

En 2019, l'état des relations sino-américaines a sans aucun doute été au centre de l'attention à la fois dans la diplomatie chinoise et dans les affaires mondiales. Je voudrais saisir cette occasion pour exprimer plus clairement la position de la Chine. Ces relations, qui en sont à leur 40e anniversaire cette année, ont rencontré des complexités jamais vues au cours des quatre dernières décennies.

Les États-Unis ont agi arbitrairement pour restreindre les échanges avec la Chine dans les domaines de l'économie, du commerce, de la science, de la technologie et des échanges socioculturels et réprimer la Chine. Ils ont délibérément attaqué et noirci la Chine concernant les questions liées à Hong Kong, à Taiwan, au Xinjiang, au Tibet et aux droits de l'homme, questions qui touchent aux intérêts fondamentaux de la Chine, à sa souveraineté territoriale et à sa dignité nationale. Les États-Unis ont également profité de diverses enceintes internationales pour discréditer le système social de la Chine, sa voie de développement et sa coopération mutuellement bénéfique avec d'autres pays, et calomnier la Chine en forgeant contre elle des accusations sans fondement. Ces comportements presque paranoïaques sont vraiment rares dans les échanges internationaux, ils ont sérieusement sapé le fondement durement acquis de la confiance mutuelle entre la Chine et les États-Unis et ont érodé la crédibilité des États-Unis eux-mêmes dans le monde. Ils ont non seulement exposé devant le peuple chinois les intentions malveillantes des forces anti-chinoises, mais ils ont également fait l'objet de la contestation et de la résistance d'un plus grand nombre de pays. Les actions erronées trouvent leur origine dans les idées erronées. Ces comportements des États-Unis proviennent de leur mauvaise perception de la Chine. Certains insistent sur le fait que la Chine prétendra sûrement à l'hégémonie lorsqu'elle deviendra plus forte, tout comme les puissances traditionnelles, finira par défier les États-Unis et leur prendra leur place. Certains autres, par préjugé idéologique, ont du mal à accepter le succès du socialisme aux couleurs chinoises, refusent d'admettre qu'il existe dans le monde d'autres voies de modernisation que le modèle occidental. D'autres encore rejettent des problèmes propres aux États-Unis sur la Chine, essayant de lui faire prendre des médicaments destinés à soigner la maladie des États-Unis. Et certains autres encore tentent même d'obtenir des avantages politiques personnels en montrant leur puissance à la Chine. La vision qu'ont les États-Unis de la Chine s'est égarée, leur vision du monde a également connu des dérives. Au lieu d'assumer ses responsabilités et obligations internationales, le plus puissant pays du monde a opté pour l'unilatéralisme et le protectionnisme. En un peu plus de deux ans, les États-Unis se sont retirés d'un grand nombre d'accords et d'organisations, à savoir l'Accord de partenariat transpacifique (TPP), l'Accord de Paris, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), le Pacte mondial sur l'immigration, le JCPOA, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, le Protocole facultatif à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques concernant le règlement obligatoire des différends et le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF). Ces actes flagrants de marche arrière dans l'histoire et de retrait des engagements internationaux ont causé de nombreuses difficultés et perturbations à la communauté internationale, faisant des États-Unis un semeur de troubles dans le monde d'aujourd'hui.

Un développement sain et régulier des relations entre la Chine et les États-Unis, les deux principales économies du monde, correspond aux intérêts des deux peuples et répond aux aspirations communes du monde entier. La plus importante leçon du développement des relations entre les deux pays depuis les quatre dernières décennies, c'est que la coopération profite à chacun des deux pays, et que l'affrontement nuit à l'une comme à l'autre partie. Cette importante leçon est toujours valable aujourd'hui et le restera à l'avenir, malgré les changements en Chine, aux États-Unis ou dans le monde. Gérer les divergences et se focaliser sur la coopération profitera non seulement aux deux pays, mais également au monde entier. De la part de la Chine, ce que nous recherchons, c'est notre droit légitime au développement. Nous n'avons jamais eu l'intention de défier ou de prendre la place des États-Unis. Ce que nous préconisons, c'est l'équité et la justice dans le monde. Nous ne suivons absolument pas l'ancienne voie selon laquelle tout pays, une fois puissant, pratiquerait inévitablement l'hégémonisme. Nous poursuivons le progrès commun de la société humaine et nous ne chercherons jamais d'intérêts égoïstes. Nous avons toujours la certitude que la coopération sino-américaine est le meilleur et le seul choix correct pour les deux pays. Nous exhortons les États-Unis à faire preuve de sang-froid dès que possible, à établir une « vision de la Chine » rationnelle et une « vision du monde » juste, et à travailler dans le même sens que la Chine pour une relation sans conflit et sans confrontation, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant, afin de trouver ensemble un moyen de coexistence pacifique et de bénéfice mutuel entre deux grandes nations de cette planète aux systèmes sociaux, aux voies de développement, aux histoires et aux civilisations différents.

Chers experts,
Chers amis,

L'année 2020 sera une année clé dans le grand renouveau de la nation chinoise. Nous accomplirons le 13e plan quinquennal, éliminerons la pauvreté absolue et parachèverons la construction d'une société de moyenne aisance sur tous les plans. Nous réaliserons l'objectif du « premier centenaire », et sur cette base, nous entamerons une nouvelle marche pour réaliser l'objectif du « deuxième centenaire » et faire de la Chine un grand pays socialiste moderne in extenso.

Nous sommes pleinement conscients que le processus du grand renouveau de la nation chinoise s'accompagnera de plus de luttes aux nouvelles caractéristiques historiques et exigera de relever des défis aux nouvelles caractéristiques de l'époque. Quels que soient les bas-fonds dangereux ou les vagues déchaînées devant nous, la diplomatie chinoise avancera contre vents et marées avec une ferme détermination. Nous serons unis encore plus étroitement autour du Comité central du PCC avec le camarade Xi Jinping en son centre, étudierons en profondeur et mettrons en œuvre la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère et la pensée de Xi Jinping sur la diplomatie. Nous affirmerons fermement les « quatre consciences » et les « quatre confiances ». Nous préserverons résolument la position centrale du Secrétaire général Xi Jinping au sein du Comité central du PCC, ainsi que l'autorité et la direction centralisée et unifiée du Comité central du PCC. Fidèles à notre engagement initial, nous accomplirons courageusement notre mission pour créer une nouvelle situation de la diplomatie de grand pays aux caractéristiques chinoises dans la nouvelle ère.

L'année prochaine, nous nous concentrerons sur les six principales tâches suivantes :

Premièrement, faire de notre mieux pour servir le développement national. Compte tenu de la situation tant nationale qu'internationale, nous tirerons parti de toutes les ressources diplomatiques à notre disposition pour servir les stratégies de développement du pays, créer un environnement international et régional favorable et créer des conditions plus favorables pour la réalisation rapide de notre objectif du « premier centenaire », à savoir la réalisation d'une société de moyenne aisance sur tous les plans. Nous continuerons à organiser des séances de promotion pour les provinces chinoises afin de leur fournir des plateformes plus larges de coopération mutuellement bénéfique avec d'autres pays et de dynamiser davantage le développement socio-économique national. Nous améliorerons le réseau des services consulaires multidimensionnels et améliorerons le système de sécurité de la Chine en outre-mer pour défendre les droits et intérêts légitimes de nos compatriotes à l'étranger.

Deuxièmement, protéger fermement nos intérêts nationaux. Nous nous en tiendrons à nos principes et à notre ligne de défense fondamentale. Nous nous efforcerons de désamorcer judicieusement les risques et les défis posés par l'environnement extérieur et de garantir la souveraineté nationale, ainsi que les intérêts de sécurité et de développement de notre pays. Avec une volonté d'acier et des mesures plus énergiques, nous défendrons résolument la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale, nous défendrons fermement le système du socialisme aux caractéristiques chinoises, nous préviendrons et empêcherons toute tentative des forces extérieures de se mêler des affaires intérieures de la Chine. Sur la base de l'égalité et du respect mutuel, nous sommes prêts à résoudre les problèmes et les divergences avec les États-Unis par le dialogue et la consultation. Mais nous n'accepterons jamais de sanctions unilatérales ni d'actes d'intimidation. Nous exhortons la partie américaine à remettre sa politique à l'égard de la Chine sur la bonne voie le plus tôt possible et à respecter véritablement les droits et intérêts légitimes et légaux de la Chine.

Troisièmement, approfondir continuellement les partenariats. Nous ferons progresser le partenariat stratégique global de coordination sino-russe dans la nouvelle ère sur tous les plans en suivant l'orientation stratégique des Chefs d'État chinois et russe. Nous renforcerons et améliorerons les relations Chine-Europe en élargissant la coopération avec les pays d'Europe centrale et orientale dans des domaines plus larges et en portant les relations Chine-UE à un niveau supérieur. Nous approfondirons la confiance stratégique et les intérêts convergents avec tous nos voisins, nous mettrons mieux en pratique le principe dit d'amitié, de sincérité, de réciprocité et d'inclusivité en matière de diplomatie de voisinage, et nous travaillerons pour une communauté de destin avec les pays voisins. Nous prolongerons les résultats du Sommet de Beijing du FCSA et profiterons des occasions offertes par la troisième conférence ministérielle du Forum Chine-Amérique latine et la neuvième conférence ministérielle du Forum sur la coopération Chine-États arabes pour cimenter notre unité et notre amitié avec les autres pays en développement.

Quatrièmement, défendre résolument le multilatéralisme. L'ONU célébrera le 75e anniversaire de sa fondation l'année prochaine. Nous appellerons tous les pays du monde à réaffirmer les buts et principes de la Charte des Nations Unies et à soutenir le rôle central de l'ONU dans les affaires internationales et multilatérales. Nous allons réunir un plus grand consensus international pour la construction d'une communauté de destin pour l'humanité, et soutenir le renforcement institutionnel de plateformes telles que l'Organisation de coopération de Shanghai, les BRICS et le G20, pour former un système de gouvernance mondiale plus équitable et plus efficace. Nous accélérerons la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et participerons activement à la coopération internationale en matière de changement climatique, et contribuerons avec plus de projets et plus de forces à la résolution des défis mondiaux.

Cinquièmement, élargir activement la coopération internationale. Nous mettrons sérieusement en œuvre les résultats du deuxième forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale. Fidèles au principe de consultation, de synergie et de partage, et au concept de coopération ouverte, verte et propre, nous nous efforcerons de réaliser des objectifs de haut niveau, centrés sur le peuple et le développement durable, pour réaliser de nouveaux progrès dans la coopération de haute qualité dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Nous saisirons l'occasion offerte par la tenue de la deuxième Conférence mondiale des Nations Unies sur le transport durable pour promouvoir un partenariat mondial sur la connectivité et orienter activement la coopération internationale en matière de développement. Nous travaillerons pour la signature et l'entrée en vigueur rapides du RCEP, accélérerons les négociations sur une zone de libre-échange Chine-Japon-République de Corée et mettrons en place un réseau de libre-échange de haut niveau ouvert sur le monde. Nous œuvrerons à promouvoir la bonne conception de la justice et des intérêts, à approfondir la coopération Sud-Sud et à aider les pays en développement à améliorer leurs capacités de développement et à explorer des voies de modernisation adaptées à leurs conditions nationales.

Sixièmement, moderniser vigoureusement le système et la capacité de la diplomatie. Nous étudierons en profondeur les décisions de la quatrième session plénière du 19e Comité central du PCC, les mettrons en application, en particulier les dispositifs globaux de modernisation du système et des capacités de gouvernance de la Chine. Nous continuerons à travailler sur la théorie, les institutions, les capacités et le cadre juridique soutenant notre diplomatie de grand pays aux caractéristiques chinoises, et moderniserons le système et les capacités pour mener la diplomatie chinoise et les affaires liées à l'étranger. Nous sommes prêts à partager davantage d'expériences avec d'autres pays sur le développement et la gouvernance. Nous présenterons au monde le « mode de gouvernance » de la Chine et expliquerons comment « déchiffrer notre système » en racontant la réussite du PCC, la réussite du socialisme à la chinoise et la réussite d'une union unie et laborieuse.

Alors que le monde traverse de profonds changements et que la Chine entre dans une nouvelle ère, la diplomatie de grand pays aux caractéristiques chinoises ouvre une page nouvelle. Plus qu'à tout autre moment, nous avons besoin de connaissances sur l'orientation du progrès humain, les solutions aux risques et aux défis, et la sagesse pour réunir les consensus internationaux. J'espère que tous les experts et chercheurs utiliseront votre savoir-faire professionnel pour contribuer davantage à l'élaboration du cadre théorique diplomatique de la Chine dans la nouvelle ère, apporter davantage de bonnes idées pour résoudre les problèmes diplomatiques difficiles et proposer davantage d'actions pour faire entendre la voix de la Chine dans la communauté internationale. Nous saluons vos efforts et votre contribution à notre diplomatie de grand pays et à l'édification d'une communauté de destin pour l'humanité.

Je vous remercie.

Suggest To A Friend
  Print