Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Infomations Importantes
La Chine et l'Europe devraient davantage coopérer pour apporter plus de stabilité au monde (MAE chinois)
2020-08-31

La Chine et l'Europe devraient davantage coopérer pour apporter plus de stabilité au monde, a déclaré dimanche à Paris le conseiller d'Etat chinois et ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

M. Wang a tenu ces propos en réponse à une question de l'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin après son discours à l'Institut français des relations internationales (IFRI).

M. Raffarin a soutenu que l'Europe devrait entretenir une relation plus "stratégique" avec la Chine, non pas avec l'objectif de remettre en question les relations entre l'Europe et les Etats-Unis ou de faire concurrence à ces derniers par une alliance avec la Chine, mais pour maintenir l'équilibre stratégique du monde et éviter une mentalité de Guerre froide.

M. Raffarin a indiqué à M. Wang que des débats internes à l'Union européenne (UE) portaient sur le rôle de la Chine et qu'il estime quant à lui qu'il est essentiel de maintenir une coopération stratégique. A ses yeux, la Chine doit proposer des mesures concrètes afin de donner à l'Europe la confiance nécessaire pour faire un pas vers elle.

M. Wang a convenu qu'à l'heure actuelle, le monde est confronté à une incertitude et une instabilité grandissantes. En effet, la seule superpuissance mondiale a renoncé à sa responsabilité internationale et a quitté plusieurs organisations et traités internationaux, une situation à laquelle il est difficile de s'adapter pour les autres pays, en particulier ceux de taille réduite ou moyenne.

"Dans ce contexte, la Chine et l'Europe, deux forces responsables, devraient effectivement renforcer leur coopération pour apporter davantage d'éléments de stabilité au monde", a affirmé M. Wang.

"Je suis d'accord avec les propos de M. Raffarin selon lesquels la Chine et l'Europe devraient entretenir une coopération concrète et efficace. Par exemple, il est très possible que nous terminions les négociations sur l'accord d'investissement Chine-UE cette année. Pour cela, chacun de nous doit faire un pas vers l'autre et exercer son influence politique dans la phase finale des négociations. Nous devons saisir cette opportunité", a expliqué le ministre.

L'exemple de la coopération internationale sur la gestion du changement climatique a aussi été mentionné. "Les Etats-Unis se sont retirés de l'Accord de Paris mais la Chine remplit activement ses obligations", selon lui.

"Nous avons clairement indiqué que nous souhaitions emprunter une voie de développement durable, verte et sobre en carbone. Le concept du président Xi Jinping selon lequel 'les eaux limpides et les montagnes vertes sont des biens inestimables' est non seulement devenu le but commun de l'ensemble du peuple chinois, il s'est aussi converti en actions concertées de tous les domaines et départements de Chine", a déclaré M. Wang, ajoutant que la Chine avait réalisé avec deux ans d'avance l'objectif 2020 en matière de réduction des émissions de gaz à effet serre.

"Nous ferons davantage à l'avenir. En parallèle, nous soutenons aussi la France pour qu'elle continue de jouer un rôle majeur dans la lutte contre les problèmes liés au changement climatique", a-t-il poursuivi.

"Nous accueillons également les propositions de l'Union européenne sur la gouvernance numérique, car c'est la première ligne de la Quatrième Révolution industrielle et elle est liée à la direction future du développement et du progrès humains", a affirmé M. Wang.

"Pour l'heure, l'économie numérique manque de réglementations appliquées par tous les pays. Nous sommes disposés à travailler avec l'Europe pour contribuer à l'établissement de règles internationales à cet égard et rendre le développement de l'économie numérique plus standardisé, équitable et durable. Nous pouvons discuter de cela en détail", a-t-il expliqué.

Le ministre chinois a évoqué, en outre, la crise actuelle à laquelle fait face l'Organisation mondiale du commerce (OMC). "Nous devons lui faire jouer à nouveau le rôle qui lui revient. Nous sommes prêts à travailler avec la France et l'Europe pour faire progresser la réforme de l'OMC de manière ordonnée et faire élire le plus tôt possible un nouveau directeur général", a-t-il ajouté.

"La Chine, la France et l'Europe se tiennent à un moment clé pour renforcer leur coopération", a souligné M. Wang. "Nous ne sommes pas responsables que de nos propres peuples respectifs, mais aussi de l'avenir de ce monde."

Suggest To A Friend
  Print