Accueil  | Aperçu général de Chine  | Qui sommes nous Relations bilatérales  | Rubrique de l'ACHA  | Services presses médias
    Portada > Infomations Importantes
TRAVAILLONS ENSEMBLE À ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET À RÉALISER DE NOUVEAUX PROGRÈS DANS LA COOPÉRATION SUD-SUD
2020-09-26

Discours de M. Wang Yi
Conseiller d'État et
Ministre des Affaires étrangères
de la République populaire de Chine
à la Visioconférence de haut niveau
sur l'éradication de la pauvreté et la
coopération Sud-Sud

(26 septembre 2020)

Chers Collègues,

Je vous souhaite la bienvenue à la visioconférence d'aujourd'hui. Cette année marque le 75e anniversaire de la fondation de l'Organisation des Nations Unies et le 5e anniversaire de l'adoption du Programme de développement durable à l'horizon 2030 (Programme 2030). En ce moment charnière, la Chine et l'ONU organisent cette conférence de haut niveau sur l'éradication de la pauvreté et la coopération Sud-Sud pour réaffirmer la solidarité et la volonté de coopérer en vue du développement. Cela revêt une signification majeure.

Aujourd'hui, nous avons parmi nous des représentants de l'Asie, de l'Afrique, de l'Amérique latine et de l'Océanie. Malgré l'éloignement géographique, nous, pays en développement, sommes tous déterminés à éradiquer la pauvreté et à accélérer le développement et œuvrons depuis toujours à la prospérité de la nation et au bonheur du peuple. Au moment où la COVID-19 continue de se propager dans le monde, nous avons devant nous la lourde tâche de relever le défi sanitaire, de stabiliser l'économie et de garantir le bien-être de la population. Je souhaite que nous puissions travailler ensemble et, à travers des échanges sincères, donner une nouvelle impulsion à la coopération entre nos pays pour surmonter ensemble les difficultés.

Selon les estimations de la Banque mondiale, l'économie mondiale souffrirait d'une contraction de 5,2% cette année, et 70 à 100 millions de personnes basculeraient dans la pauvreté à cause de la COVID-19. Selon un rapport des Nations Unies, l'indice de développement humain aura décliné pour la première fois depuis 30 ans. Ces chiffres alarmants nous rappellent que face à une épidémie d'une telle ampleur, aucun pays ne peut être épargné. Pénalisés par la fragilité des systèmes sanitaires et l'insuffisance des personnels soignants et des réserves en matériels, les pays en développement ont subi un choc particulièrement violent de la COVID-19. Les pays développés, frappés par la double épreuve sanitaire et économique, ont réduit nettement leurs investissements dans la coopération internationale pour le développement. La mise en œuvre du Programme 2030 peine à avancer et l'écart de développement Nord-Sud risque de se creuser davantage.

L'amitié se tisse dans l'adversité. Dans l'histoire, les pays en développement ont mené une lutte solidaire contre l'impérialisme et le colonialisme, et réalisé l'indépendance et la libération les uns après les autres. Ensuite, nous avons fait des explorations actives selon nos conditions nationales respectives et réalisé des progrès solides dans le développement. Portant haut levé le flambeau de la justice, nous avons plaidé pour l'instauration d'un ordre international juste et équitable. Dans le courant impétueux du développement de l'humanité, la coopération Sud-Sud joue un rôle de plus en plus important.

Ni les transformations mondiales ni la crise sanitaire, jamais connues depuis un siècle, ne sauraient ébranler la détermination des pays en développement à s'unir et à coopérer. Elles ne peuvent non plus empêcher notre marche vers le développement et le progrès. Pour réaliser nos idéaux et objectifs communs, nous devons continuer à avancer main dans la main à la recherche du développement. À ce titre, j'aimerais avancer les propositions suivantes :

Premièrement, nous devons préserver ensemble la place centrale du Programme 2030. Le développement est la pierre angulaire de la paix et un préalable à la survie et à la dignité. La COVID-19 montre une fois de plus qu'avec des progrès solides réalisés en matière de développement durable, nous pouvons être mieux préparés sur le plan matériel face aux crises. En revanche, un déficit de développement persistant pourrait rendre les défis encore plus difficiles à relever.

Le Programme 2030 est un document-cadre guidant la coopération interétatique et mondiale pour le développement. Dans le contexte actuel, la communauté internationale doit porter la vision du « développement d'abord », accorder une plus grande importance au Programme 2030 et faire avancer de manière globale, équilibrée et énergique la mise en œuvre des 17 objectifs de développement durable et des 169 cibles. Il faut affronter sans hésitation les défis posés par la COVID-19, soutenir le rôle de coordination des Nations Unies et favoriser l'établissement d'un nouveau type de partenariat mondial pour le développement fondé sur plus d'égalité, d'équilibre et d'équité. Personne ne doit être laissé pour compte. L'Initiative « la Ceinture et la Route », la plus grande plateforme de coopération internationale, est hautement convergente avec le Programme 2030. La Chine espère que davantage de pays en développement se joindront à cette initiative et réaliseront un développement de qualité grâce à l'interconnexion.

Deuxièmement, nous devons travailler ensemble à réaliser l'objectif primordial d'éliminer la pauvreté extrême. La pauvreté contraint la liberté et le développement de l'homme. Elle est aussi une source de tensions et de conflits dans beaucoup de pays et régions. La COVID-19 a plongé l'économie mondiale dans la récession et entraîné une nouvelle vague de chômage dans le monde.

Face aux difficultés et épreuves, nous devons poursuivre, avec une plus grande fermeté, notre objectif premier d'éliminer la pauvreté. Nous devons saisir les opportunités offertes par la création sous l'égide de l'ONU de l'Alliance pour l'éradication de la pauvreté pour pousser la communauté internationale à se focaliser sur la coopération en matière de lutte contre la pauvreté, à canaliser les ressources de développement vers la réduction de la pauvreté, l'éducation, la santé, les infrastructures et d'autres domaines du bien-être social et à apporter des soutiens financiers et techniques nécessaires aux pays en développement. Il faut éliminer toute forme de discrimination et de préjugé et créer les conditions nécessaires pour sortir de la pauvreté les femmes démunies qui représentent plus de la moitié de la population pauvre dans le monde. Nous devons renforcer les échanges d'expériences sur la réduction de la pauvreté et apporter notre contribution à l'élaboration de politiques ciblées et efficaces. Avec la clé qu'est le développement, nous ouvrirons la porte de l'éradication de la pauvreté.

Troisièmement, nous devons joindre nos efforts pour remporter la victoire finale de cette guerre sanitaire. L'urgence, c'est d'endiguer la propagation du virus. Nous devons placer le peuple et la vie humaine au-dessus de tout, rassembler toutes les forces, mobiliser toutes les ressources et prendre toutes les mesures possibles pour protéger la vie, la santé et la sécurité du peuple. Nous devons renforcer la réponse collective à l'échelle mondiale, accélérer la R&D, la production et la distribution des vaccins et promouvoir leur accessibilité et leur abordabilité. Nous devons soutenir le rôle leader de l'OMS dans la lutte internationale contre la COVID-19 et nous opposer à la stigmatisation et à l'étiquetage du virus. Il faut promouvoir de manière coordonnée le contrôle sanitaire et la reprise économique, mettre en place des « voies rapides » pour la mobilité humaine et des « corridors verts » pour le transport des matériels, et préserver la sécurité et la stabilité des chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales afin que l'économie mondiale puisse renouer rapidement avec la croissance.

Le monde ne peut vaincre la COVID-19 que par la solidarité et l'entraide. Les peuples de nombreux pays en développement souffrent encore de l'épidémie. Il faut pousser les pays développés et les organisations internationales à leur apporter davantage de soutien d'urgence matériel et humain et à mettre en œuvre l'initiative du G20 sur la suspension du service de la dette. Nous devons inviter la communauté internationale à soutenir l'appel du Secrétaire général António Guterres en faveur d'un cessez-le-feu mondial de même que le Plan de réponse humanitaire global à la COVID-19 qu'il a proposé, à créer les conditions nécessaires pour que les pays puissent concentrer leurs efforts sur la lutte contre la crise sanitaire et surmonter les difficultés humanitaires, et à construire une communauté de santé pour tous.

Quatrièmement, nous devons œuvrer ensemble à insuffler une forte vitalité à la coopération Sud-Sud dans la nouvelle ère. La coopération Sud-Sud est une pratique grandiose des pays en développement dans leur émergence collective et un patrimoine précieux qui se transmet de génération en génération. Dans le nouveau contexte, nous devons poursuivre l'esprit de solidarité et d'entraide et mieux faire valoir la coopération Sud-Sud en nous appuyant sur le Groupe des 77, les BRICS et d'autres mécanismes pour que la coopération Sud-Sud donne une nouvelle impulsion à l'émergence collective des pays en développement. Il nous faut, sur la base d'une coopération approfondie dans les domaines traditionnels comme infrastructures, énergie et agriculture, explorer activement les possibilités de coopération dans l'économie numérique, la 5G et d'autres secteurs émergents pour accélérer la restructuration et la montée en gamme de l'économie. Nous devons travailler ensemble à une réponse aux risques liés à la sécurité des données et promouvoir la gouvernance numérique mondiale. La Chine a récemment avancé l'Initiative mondiale sur la sécurité des données, dans le souhait d'inspirer l'élaboration des règles internationales en matière de sécurité des données.

Nous devons défendre sans équivoque le multilatéralisme, préserver le système international centré sur l'ONU et le système commercial multilatéral fondé sur l'OMC, rejeter les pratiques de l'unilatéralisme et du retrait arbitraire d'organisations et accords internationaux, et défendre les droits et intérêts légitimes ainsi que l'espace de développement des pays en développement. Nous devons promouvoir la réforme du système de gouvernance économique mondiale, préconiser une vision de gouvernance fondée sur le principe d'amples consultations, de contribution conjointe et de bénéfices partagés, et augmenter davantage la représentation et le droit à la parole des pays en développement dans les affaires internationales.

Chers Collègues,

Cette année, la Chine parachèvera l'édification intégrale de la société de moyenne aisance et remportera la victoire décisive de la lutte contre la pauvreté. Sous la direction du Président Xi Jinping, nous aurons sorti de la pauvreté tous les habitants ruraux démunis selon le critère en vigueur et serons parmi les premiers à réaliser l'objectif d'élimination de l'extrême pauvreté du Programme 2030, ce malgré les multiples défis engendrés par la COVID-19. Les pratiques chinoises dans ce domaine démontrent que la pauvreté n'est une fatalité pour aucun pays ni aucune nation. Les autres pays en développement peuvent également réaliser ce que la Chine a accompli.

En tant que bon frère, bon ami et bon partenaire des autres pays en développement, la Chine, toujours soucieuse des intérêts des autres et attachée au principe des intérêts partagés, a toujours cherché à associer étroitement son développement au développement commun de tous les pays en développement. Dans le cadre de la coopération Sud-Sud, nous avons fourni des dons totalisant plus de 400 milliards de yuans et mis en œuvre près de 3 000 projets d'aide. Nous avons rédigé cette année un recueil de cas d'assistance aux démunis intitulé Élimination de la pauvreté : Pratiques de la Chine pour partager avec les autres pays nos pratiques et expériences. L'Académie des Sciences de Chine a élaboré le rapport 2020 Big Earth Data in Support of the Sustainable Development Goals, dans le souhait d'inspirer les autres pays en matière de renforcement de la surveillance et de l'évaluation de la mise en œuvre du Programme 2030.

Face à la COVID-19 survenue avec une telle soudaineté, nous avons mené la plus grande opération humanitaire d'urgence depuis la fondation de la Chine nouvelle. Nous avons envoyé 34 groupes d'experts médicaux dans 32 pays et fourni 283 lots d'aide à 150 pays et quatre organisations internationales. La Chine mettra pleinement en œuvre les mesures de coopération anti-COVID-19 annoncées par le Président Xi Jinping lors de la 73e Assemblée mondiale de la Santé, y compris l'octroi en deux ans d'une aide internationale de deux milliards de dollars américains, la mise en place d'un mécanisme de coopération entre des hôpitaux chinois et 30 hôpitaux africains ainsi que l'installation en Chine d'un dépôt et hub de réponse humanitaire globale. Plusieurs vaccins chinois sont actuellement en essai clinique de phase III. Lorsqu'ils seront développés et déployés, ils seront un bien public mondial et seront fournis en priorité aux autres pays en développement.

Lors du débat général de la 75e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président Xi Jinping a annoncé de nouvelles actions chinoises : l'apport d'un soutien financier supplémentaire de 50 millions de dollars au Plan de réponse humanitaire global à la COVID-19, la fourniture de 50 millions de dollars au Fonds fiduciaire Chine-FAO pour la coopération Sud-Sud (phase III), le prolongement de cinq ans du Fonds Chine-ONU pour la paix et le développement après son expiration en 2025, et un soutien actif à la création par l'ONU en Chine d'un centre mondial du savoir géospatial et de l'innovation et d'un centre international de recherche sur les mégadonnées pour les objectifs de développement durable. La Chine mettra scrupuleusement en œuvre ces mesures pour apporter une nouvelle contribution à la réduction de la pauvreté et au développement dans le monde.

Quels que soient les aléas internationaux, la Chine sera toujours un membre fidèle de la famille des pays en développement. Elle se tiendra toujours aux côtés des autres pays en développement et sera toujours un ami fiable et un partenaire sincère pour eux. En poursuivant notre marche en avant avec solidarité et courage, nous, pays en développement, vaincrons ensemble la pauvreté et inscrirons des chapitres encore plus glorieux de la coopération Sud-Sud dans le processus du développement de l'humanité.

Suggest To A Friend
  Print